A la Une de vos journaux, ce matin... l'honneur d'un général... "La démission-éclair du chef de l'Armée de Terre", titre Ouest-France... Le Figaro précise que "le général Cuche a présenté sa démission après la fusillade de dimanche à Carcassonne"... et cite ses propos : "En tant que chef militaire, j'entends assumer pleinement mes responsabilités"... Et Yves Thréard, dans son éditorial, salue cette spontanéité... "On souhaite qu'elle soit le signe d'un changement de mentalité dans notre pays... La France s'est trop longtemps réfugiée derrière la formule 'responsable mais pas coupable'... Le général Cuche vient de faire mentir la tradition", applaudit l'éditorialiste du Figaro... L'honneur d'un général, ça ne fait pas de doute... Mais il y a aussi plus que ça... Dans L'Union, Guilhem Beauquier rappelle la scène qui s'est déroulée lundi matin à Carcassonne... "'Vous êtes tous des irresponsables, des amateurs... Pas des professionnels', aurait lancé un Sarkozy furibond au haut-gradé qui l'accompagnait... Ce coup de sang d'un Président de la République devenu limite histérique, c'est du jamais vu", commente Beauquier... pour qui "ce 'tous coupables' sans discernement paraît d'autant plus injuste que les politiques de longue date se gardent bien de l'appliquer"... Oui, c'est vrai, confirme Patrice Chabanet dans Le Journal de la Haute-Marne, "dans d'autres pays, c'est le ministre de la Défense qui aurait démissionné"... C'est donc "tempête dans l'armée", pour L'Indépendant... "Entre Sarkozy et l'armée : ça sent la poudre", titre Le Midi Libre... car, rapporte La Croix, "une rumeur insistante au sein de l'institution militaire présente aussi ce départ comme la conséquence d'un fort mécontentement du général Cuche à l'endroit de Nicolas Sarkozy"... L'analyse est semblable pour Dominique Garraud, dans La Charente Libre... "La bavure tragique d'un sergent constitue, pour Nicolas Sarkozy, le prétexte idéal pour remettre au garde-à-vous des armées particulièrement rétives aux orientations du Livre Blanc sur la Défense, qu'il a présenté la semaine dernière"... Et l'éditorialiste rappelle que "le chef de l'Etat avait déjà peu apprécié l'accueil glacial des officiers présents, qui l'avaient laissé entonner seul le premier couplet de La Marseillaise... Il était ensuite entré dans une véritable fureur à la suite du brûlot publié dans la foulée par un groupe d'officiers anonymes, sous le pseudonyme Surcouf... Surcouf y jugeait absurde ce Livre Blanc truffé d'incohérences... Or, explique Dominique Garraud, il se trouve que le général Cuche était assez proche des critiques exprimées par Surcouf"... Reste que tout cela, pour Chantal Didier dans L'Est Républicain, ça donne "le sentiment que le chef de l'Etat veut régler des comptes à travers un prétexte, et ce, au risque de jeter de l'huile sur les braises"... Pour Laurent Joffrin, dans Libération, cette démission, au-delà d'un sens certain de la responsabilité et de l'honneur... c'est aussi un signe de protestation contre une gestion médiatique des choses... "Desintéressés, voués à des idées opposées aux valeurs contemporaines de marché et de réussite individuelle, les militaires n'aiment pas trop ce que représente Nicolas Sarkozy... Latent, ce conflit apparaît désormais en pleine lumière"... Et Jean-Dominique Merchet se penche sur "cette droite qui n'aime pas le kaki"... Il explique que, "parmi la jeune génération d'officiers, certains en viennent à théoriser l'apparition d'un nouvel anti-militarisme de droite... d'une droite proche des milieux d'affaires et du show-biz"... L'un d'entre eux constate : "L'armée recrute ses officiers dans la bourgeoisie de province et l'aristocratie désargentée... Elle trouve ses hommes de rang dans les milieux populaires, avec beaucoup de jeunes issus de l'immigration... un univers très éloigné de celui que l'élection de Nicolas Sarkozy a propulsé sur le devant de la scène"... Et le journaliste de Libération conclut : "Fait d'incompréhension réciproque, le désamour est bien là"... Economie, à présent... Le marché de l'immobilier à la Une... A la Une du Monde, oui... qui observe : "Immobilier : le retournement"... puisqu'en France, constate le journal, les mises en vente diminuent et les prix commencent à baisser... "Coup de frein sur les prix de l'immobilier résidentiel", confirme Le Figaro Economie... Pour l'éditorialiste de La Tribune, c'est "une drôle de crise"... "une drôle de crise", comme on disait en 39 "une drôle de guerre"... Sophie Gherardi explique que "cette crise, elle a commencé, pas de doute... Mais ses effets sont encore peu sensibles... Lors d'une crise immobilière, d'ordinaire, les acheteurs se font rares... Ils chipotent, ils marchandent... Les acheteurs français n'en sont pas encore là... Ils ont encore de l'appétit"... L'éditorialiste qui se demande "quels seront, en définitive, les effets de contagion de cette crise de l'immobilier sur le reste de l'activité économique... A priori, ils semblent moins menaçants en France qu'en Espagne ou au Royaume-Uni... A moins que... La 'drôle de guerre', on s'en souvient, cessa à un moment d'être drôle"... Les Echos aussi compare... et fait le tour de la situation... meilleure en Allemagne, pire en Espagne et en Grande-Bretagne... Confirmation outre-Manche, avec ce titre de The Independent : "Le marché immobilier s'effondre... En Angleterre, les prix de l'immobilier ont baissé en juin, pour le huitième mois consécutif... la pire chute depuis décembre 1992"... Et face aux convulsions de la sphère financière, L'Humanité se demande "A qui profite l'argent ?"... et publie ce matin, pour répondre à cette question, un numéro spécial qui entend "ouvrir le débat et secouer la pensée unique"... parce que, explique L'Huma, "non, nous ne sommes pas condamnés à travailler plus pour gagner moins"... Et du côté de l'Europe politique... Le constat est signé Le Parisien-Aujourd'hui en France... "Dure journée pour Sarkozy"... Le journal explique que "le chef de l'Etat avait sûrement rêvé mieux pour la première journée de sa présidence européenne... Il y a eu bien sûr la démission du chef d'état-major de l'Armée de Terre... Il y a eu aussi les couacs venus de Bruxelles et de Pologne"... Ca ne vous a pas échappé : le Président polonais ne veut plus signer le Traité de Lisbonne... Et en Allemagne, Die Welt se demande "pourquoi Kaczynski freine soudainement l'Union Européenne ?"... C'est pour rebondir, répond Le Figaro... une analyse que partage Joseph Limagne, l'éditorialiste de Ouest-France... "Oui, il se venge... Plus impopulaire que jamais, il n'hésite pas à sacrifier l'intérêt de son pays à son désir d'exister politiquement"... Alors, du coup, une chose est sûre : "Monsieur Sarkozy a besoin d'alliés", note Le Monde... Reste à savoir s'il en trouvera... Parce que la diplomatie française est une chose étrange, depuis toujours... C'est ce que révèle un hors-série du magazine Diplomatie... où, du Moyen-Age à nos jours, on constate, écrit Alexis Bautzmann, que "la France constitue une énigme, vue de l'étranger... qu'elle agace, qu'elle dérange autant qu'elle fascine... pour la seule raison que nous balançons entre la morosité et la suffisance"... Et sinon, dans la presse... Un dossier, dans Libération, sur le nucléaire iranien... "La main tendue de Téhéran"... où le conseiller diplomatique du Guide Suprême propose une issue à la crise... un long texte qu'il a fait parvenir à Bernard Guetta, pour qui c'est le retour du mot "compromis" dans le langage de l'Iran... "Alors, qu'en penser ?, s'interroge le journaliste... Lorsqu'une main se tend, on ne perd rien à la saisir"... Dans Le Canard Enchaîné... vous lirez que "la justice enquête en secret sur un détournement de fonds à Lourdes"... "Avis de tempête sur les bénitiers", ironise l'hebdomadaire... qui explique que la justice cherche à comprendre la présence de près d'un demi-million d'euros sur les comptes personnels du recteur des lieux saints... Il y a deux semaines, le procureur général de Pau informe la ministre de la Justice de l'ouverture d'une enquête préliminaire... où l'audition du prêtre incriminé pourrait n'intervenir qu'après le voyage du Pape en France... puisque, écrit-il, l'affaire, pour l'instant, n'est pas connue de la presse... Je vous signale, dans Télérama, un long entretien avec Henry Bauchau, le lauréat du Livre Inter... un Télérama spécial Festival d'Avignon, pour le reste... Et puis, pour finir... "Les flops et les tops de la socialiste Academy", comme dit Bakchich... puisque "ouf : c'est le dernier jour pour le dépôt des contributions au PS"... "François Hollande ramasse les copies", note également Le Figaro... Et Charlie Hebdo fait sa Une avec un dessin de Luz, intitulé "Ségolène cambriolée"... où comparaissent devant la victime 4 suspects... Laurent Fabius, Olivier Besancenot, François Hollande et Bertrand Delanoë... "C'est le facteur !", s'écrie l'ex-candidate à la Présidentielle... En écho, un dessin de Kiro dans Le Canard... un Delanoë qui ironise : "En tout cas, ce ne sont pas ses idées qu'on voulait lui voler"...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.