Il y a parfois des choses étonnantes dans les journaux... des rencontres improbables, pour ne pas dire incongrues... Deux exemples ce matin... D'abord une longue interview de Brigitte Bardot dans Philosophie Magazine... L'actrice Brigitte Bardot, oui... Souvent moquée pour son militantisme en faveur de la cause animale, BB ne passe pas vraiment pour une grande intello... Mais on la retrouve donc ce mois-ci dans une revue de philo... Autre exemple et autre interview ce matin : celle du chef de l'Etat, dans Le Nouvel Observateur... Les deux directeurs de cet hebdomadaire de gauche ont recueilli les confidences du Président de droite... Conversation inattendue... Mais avant d'y revenir, honneur aux femmes... Brigitte Bardot donc, dans Philosophie Magazine... "Document détonnant", précise d'emblée le mensuel... "BB a pris la plume pour exposer sa vision du monde... Et on lui découvre des accents mysanthropes, voire nihilistes, que n'aurait pas reniés Cioran"... Question du journal : "Quand vous vous revoyez au cinéma, comment vous trouvez-vous ?" "Je ne me revois pas... J'évite tout ce qui est mon passé", répond Bardot. "Et 'Le Mépris' de Godard ?... A vos yeux, Godard est-il un génie ?" "Un génie de pacotille, mais qui a su ennuyer avec adresse", répond l'ancienne actrice. "Vous considérez-vous comme un animal ?", poursuit le journaliste... "Je me sens infiniment plus proche des animaux que des humains", répond BB. "Mais l'homme n'est-il pas, au bout du compte, l'espèce la plus menacée ?" "L'homme n'est menacé que par lui-même : quand il aura tout exterminé, il s'exterminera et s'entretuera". "Si vous pouviez tout recommencer, quelle erreur corrigeriez-vous ?" "Celle d'être née", répond Brigitte Bardot. Effectivement, c'est du Cioran... Il faut noter que BB a refusé de répondre à toutes les questions touchant au racisme... Il faut noter aussi que chacune de ses réponses est commentée par le philosophe Marcel Conche... Je vous conseille la lecture : c'est vraiment passionnant... Et puis allez... dernier extrait de l'interview, juste pour le plaisir... "De tous les Présidents français, lequel a été le plus à votre écoute ?" Réponse de celle qui fut l'égérie du cinéma des années 60 : "Giscard d'Estaing m'a aidée pour les bébés phoques... Mitterrand, Chirac : nuls... Sarkozy : en attente de promesses"... Sarkozy donc... Lui, c'est dans Le Nouvel Observateur... Et on vous a déjà beaucoup parlé de cette interview sur France Inter, depuis hier... Une interview dans laquelle il confesse quelques erreurs dans son comportement, depuis deux ans, sans rien renier toutefois de sa politique... Une interview très commentée ce matin, dans les éditoriaux... Et alors, quelle tonalité dans ces éditoriaux ? Eh bien, c'est contrasté... D'abord, il y a ceux qui applaudissent cette nouvelle posture modeste du chef de l'Etat... Ainsi Hervé Chabaud, dans L'Union, qui estime que "Nicolas Sarkozy s'est désormais hissé à la hauteur de sa charge, et qu'il tient le cap... Sans doute est-il plus à l'écoute des gens pour mieux comprendre leurs difficultés au quotidien... Il a corrigé son comportement, mais demeure passionné et investi dans ce qu'il fait... Après tout, n'est-ce pas ce qu'on lui demande ?... A l'évidence, poursuit Hervé Chabaud, son mariage avec Carla Bruni l'a changé en lui offrant un nouvel équilibre personnel qui s'est aussi traduit dans sa manière d'être Président". "Mais le mea-culpa de Nicolas Sarkozy est-il sincère ?", s'interroge pour sa part François Martin dans Le Midi Libre... "La soirée du Fouquet's, les connivences avec les people, les relations assumées avec les grands patrons : tout ça, c'est des erreurs... Il ne manquait plus que cela : Sarkozy adepte de la repentance... Nicolas et Ségolène, même combat : le pardon au bout des lèvres... Carla a introduit sa petite musique personnelle dans cette nouvelle partition, qui s'inscrit de toute évidence dans une opération de reconquête de l'opinion"... "Qu'on ne s'y trompe pas, note également Jacques Camus dans La République du Centre : cette surprenante confession élyséenne à un journal d'opposition relève moins de la fameuse politique d'ouverture que d'une constante politique de couverture : communication tous azimuts... Et comme toujours, les médias s'engouffrent dans le créneau, quitte à en faire trop sur un Président tombé sous le charme bénéfique de Carla"... "J'écoute, j'apprends, peut-être même je progresse", dit le chef de l'Etat dans Le Nouvel Observateur... "Ce n'est plus Sarkozy, c'est Voltaire", commente Didier Pobel dans Le Dauphiné Libéré... Décidément... Brigitte Bardot fait du Cioran... Nicolas Sarkozy fait du Voltaire... "Et merci qui ?... Merci Carla, bien sûr", poursuit Didier Pobel... "Loulou a transformé son Chouchou... Lequel voit sans doute au moins 2012 bonnes raisons de poursuivre sa politique d'ouverture... d'esprit". Bref, la tonalité générale, chez les éditorialistes, c'est tout de même qu'ils ne sont pas dupes du plan com' du chef de l'Etat.... même si donc tous reconnaissent l'influence de sa femme... Carla par-ci, Carla par-là... Et Carla également à la Une du Point... grande photo de Frédéric Mitterrand, nouveau ministre de la Culture, et ce titre : "Elle leur ouvre les portes : les copains de Carla"... Frédéric Mitterrand donc... Marin Karmitz... Philippe Val... L'Express, de son côté, fait sa Une sur un philosophe : non pas Cioran, non pas Voltaire, mais Nietzsche... "Le philosophe du temps moderne"... Gros dossier, passionnant, réalisé par un autre philosophe : Raphaël Enthoven... le précédent compagnon de Carla... Politique toujours, avec le retour du débat sur le travail du dimanche... "Le casse-tête du travail dominical", titre Le Figaro... Un papier signé Sophie Huet, qui nous explique l'imbroglio autour de ce débat, qui doit débuter la semaine prochaine à l'Assemblée... Le texte est refusé par la gauche... Mais à l'UMP également, les réticences sont très nombreuses... Questions sur la définition des zones touristiques qui seront concernées... Le PS a expliqué qu'il existait aujourd'hui 5.000 communes touristiques... L'UMP est gênée : "Ce sera un nid à contentieux", estime d'ores et déjà l'UMP Pierre Méhaignerie, tandis que d'autres de son groupe mettent en avant l'importance pour leurs électeurs de garder leur dimanche férié... Le journal détaille par ailleurs ce qui se passe dans les autres pays... En Allemagne, les Eglises catholique et protestante ont déposé un recours pour faire interdire le travail du dimanche à Berlin... En Espagne, seule Madrid l'autorise... En revanche, en Italie, en Angleterre et aux Etats-Unis, la liberté est laissée aux commerçants... Toujours dans Le Figaro : un écho politique... "Hier, Jacques Chirac a déjeuné avec Rachida Dati"... L'ancienne ministre de la Justice, dont on retrouve aussi le nom dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, mais cette fois à la page Faits-Divers... C'est Stéphane Sellami qui raconte... "Le manuscrit du livre du frère de Rachida Dati dérobé"... Jamal Dati, le frère cadet de Rachida, comptait donc publier un livre : "A l'ombre de Rachida", un livre publié chez Calmann-Lévy, dans lequel il brosse de sa soeur le portrait d'une femme très cassante et qui ne s'est jamais occupée de lui... Mais la semaine dernière, le manuscrit de l'ouvrage a été mystérieusement dérobé dans la maison d'édition... C'est la seule chose qui a disparu... Mystère, mystère... Et puis tous les journaux reviennent bien sûr sur le crash de l'A310 aux Comores... A la Une : de nombreuses photos de Bahia, la petite survivante... Elle a 12 ans... Elle voyageait avec sa mère... Et elle a donc été rapatriée ce matin à Paris, à bord de l'avion du secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet... "Bahia, la miraculée du crash", titre à sa Une Le Parisien-Aujourd'hui en France... qui a notamment recueilli le témoignage de son père, déchiré entre la perte de sa femme et le bonheur de retrouver sa fille... "Bahia, la miraculée du vol des Comores", titre également Ouest-France... dans lequel vous pourrez lire les propos d'une ancienne hôtesse de l'air de Yemenia Airways... Elle a quitté la compagnie en avril, après y avoir travaillé trois ans... Et ce qu'elle raconte est accablant... "Sur cet Airbus-là, on avait très peur, dit-elle... Presque à chaque vol, le personnel de bord signalait des problèmes, mais il les réparait en vitesse sur le tarmac, avant de repartir... Yemenia faisait exprès de mettre des avions-poubelles sur cette ligne-là, car il n'y avait jamais de contrôles... Les avions propres, poursuit-elle, Yemenia les gardait pour les vols vers les pays riches, où il y a des inspections". C'est donc à lire dans Ouest-France... des mots qui disent l'incongruité du monde. Et parfois il y a aussi des sondages, qui semblent vraiment incongrus... Pour preuve, cette enquête délirante publiée ce mois-ci dans le Readers's Digest : "A qui les Français et les Françaises accorderaient-ils volontiers leur confiance ?"... Ca c'est le thème.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.