Nicolas Sarkozy mis en examen cette nuit, après sa garde à vue.Retour sur ces dernières 24 heures. Au départ, il était cordial et détendu selon LE PARISIEN AUJOURD'HUI EN FRANCE. Je n'ai rien à cacher. Je n'ai pas besoin d'avocat pour me représenter. De toute façon, son avocat, Maître Thierry Herzog est déjà en garde à vue. C'est quand il a appris la sienne qu'il aurait fait part de son vif mécontentement. Il s'attendait à être entendu. Mais Nicolas Sarkozy pariait sur le fait qu'on ne mettrait jamais en garde à vue un ancien ministre de l'intérieur.Mais les affaires s'accumulent. L'EXPRESS parle de bourbier. LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE montre des nuages sur la tête de l'ancien chef de l'Etat. LA VOIX DU NORD, des casseroles.Alors, Nicolas Sarkozy est-il un justiciable comme les autres? Réponse de Dominique Garraud de LA CHARENTE LIBRE. Même s'il n'est pas un citoyen lambda, il doit être traité comme un justiciable ordinaire.Les juges qui veulent savoir s'il a cherché à obtenir des informations couvertes par le secret de l'instruction, ont de la mémoire.Ces mêmes juges qu'il a traité de petits pois durant son quinquénat. Est-ce d'ailleurs pour cela que Nicolas Sarkozy paie aujourd'hui ? Rien n'est pire qu'une mémoire blessée selon Yves Harté de SUD-OUEST.Et de fait, on a le sentiment écrit Yves Thréard du FIGARO, qu'un régime judiciaire très particulier lui est réservé.Pour Yann Marec du MIDI LIBRE, ce nouvel accroc judiciaire bouscule son calendrier. Il voulait revenir, parler aux Français. Il parlera peut-être... Mais à la barre d'un tribunal !THE GUARDIAN rappelle ce matin, que la mise en examen ne conduit pas toujours à un procès. Mais c'est quand même un sérieux revers pour ses espoirs de retour.Mais attention, Nicolas Sarkozy est touché explique LA LIBRE BELGIQUE, mais certainement pas coulé.En tout cas, cette suspicion crée le malaise conclut Nicolas Beytout dans L'OPINION. Dans un pays malade, ça achève de convaincre le plus grand nombre que la politique est irrécupérable. C'est un mauvais signal pour la démocratie.D'autant que Nicolas Sarkozy n'est pas le seul touché dans cette affaire. Un magistrat mis en examen. Gilbert Azibert. Et un autre entendu, Patrick Sassoust. Symboliquement, c'est un coup terrible qui est porté au désir d'une justice totalement indépendante écrit LIBé. Cette mise en cause bouscule la Cour de cassation.Lui bouscule les codes.Manuel Valls dans LES ECHOS. Le chef du gouvernement répond au patronnat et aux frondeurs du PS. Les Français veulent la vérité. Si la majorité se divise, si les partenaires sociaux ne jouent pas leur rôle, comment demander des efforts aux Français ? Le compte pénibilité ? Repoussé partiellement à 2016. Le code du travail ? Manuel Valls veut le réformer. La réforme territoriale ? Nous irons jusqu'au bout. Le patronnat sur la baisse des charges ? Il ne peut être dans la surrenchère permantente. J'ai l'impression qu'il ignore les énormes efforts que nous faisons. Je préfère le Pierre Gattaz qui s'engage que celui qui crie au loup.Analyse de Cécile Cornudet des ECHOS : par soucis d'efficacité, le premier ministre fait un pari décomplexé. Celui de l'entreprise. Il trace, il élague, il use de la manière forte.Pas un mot pour les intermittents du spectacle et pourtant, il y a urgence.Autre dossier pour Manuel Valls. Ils sont à découvrir dans LES INROCKS et TéLéRAMA. TéLéRAMA qui note que derrière la crise d'aujourd'hui, se cachent des non-dits. L'irresponsabilité des politique culturelles. Sur fond de crise, on baisse les budgets, les municipalités se désengagent. Rien ne va plus. Et ce ne sera pas sans conséquences.Car la concurrence étrangère est là. A lire dans LES ECHOS, l'article de de Martine Robert. Les troupes et les habitués des festivals commencent à se détourner des manifestations françaises au profit de festival lointains, de plus en plus ambitieux. Avignon, est le festival le plus intello. Mais il y a celui de Bogotta, le plus grand. 3 millions de festivaliers. Des méga production, dont certaines gratuites. Edimbourg et son Off qui rassemble 24.000 artistes venus de 41 pays.Quoi d'autre dans la presse ?LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE qui affirme qu'à Paris, on va doubler le tarif des PV de stationnement. 17 à 36 euros.La réponse aussi de Pierre Gattaz à l'article paru hier dans L'HUMA, sur le transfert des marges de Radiall son entreprise, à l'étranger. Sur son blog, le patron du Medef remercie le quotidien et donne à son tour sa leçon d'économie. Les termes sont techniques. Mais on y comprend que Radiall n'a pas fait tant de bénéfices que cela ces dernières années. Et qu'il ne se sucre pas comme l'a dit L'HUMA hier, sur le dos de l'Etat. Avec cette petite conclusion. Allez, j’avoue, j’ai honte de me battre tous les jours pour maintenir de l’emploi en France en allant chercher la croissance à l’étranger. J’ai honte aussi de mon pays qui n’arrive pas à dépasser ses dogmes et invective les créateurs de richesses et d’emplois.Le mondial de foot vu par les algorythmes.Exit les pronostics de comptoir. Le mondial devrait rapporter un milliard d'euros au bookmakers. Marc Roche du MONDE décrit une salle des marché pas comme les autres au coeur de la City. Un ordinateur calcule des cotes selon des milliers d'évènements. Comment expliquer que l'iiruption des algorythmes dans une discipline marquée par l'irrationalité ?Tout simplement parce qu'aujourd'hui, on croit plusse dans les scientifiques que dans les analyses de journalistes.Poussons plus loin le raisonnement.A lire dans TERRA ECO, la chercheuse et juriste Antoinette Rouvroy, les algorythmes sont une liste d'instructions capables au final, d'identifier de futurs comportements. Comme ceux de terroristes. Ca ne vous rappelle rien ?Minority Report le film de Spielberg. Le problème est que les algortyhmes nous considèrent comme tousse égaux. Ils ignorent la complexité humaine. Ainsi en Belgique, l'attribution des aides sociales se fait sur la base de recommandations calculées. Les circonstances exceptionnelles ne sont plus prises en compte. Amazon a même inventé un logiciel qui anticipe vos commandes. Les Big data comme on les appelle aussi, peuvent apparaître comme le reflet de la paresse humaine.Et en même temps, ils pourraient être source d'enrichissement. Le nouveau magazine SILEX s'est penché sur les performances sportives. A terme, plus aucun record ne pourra être battu. Quel marque sponsorisera alors les athlètes ? L'homme valide n'intéressera plus personne. En revanche, un homme bio-ionique, si. Avec de nouveaux bras, de nouvelles jambes... De là à se les couper, il y a un pas. Mais imaginez, le changement, si l'on autorise la recherche, les calculs sur les produits dopants, sur le dopage génétique, outre les progrès, le spectacle à coup de records battus, deviendrait fascinant. Les places s'arracheraient dans les stades. Bon d'accord. Tout dépend des valeurs qu'on a envie de véhiculer à travers le sport. Bonne journée.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.