(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : l'actualité par vagues

(Bruno Duvic) Ce ne sont pas vagues, c'est un déferlement de bombes auquel a échappé in extrémis Edith Bouvier.

Dans sa deuxième édition, son journal se réjouit à la Une : « La reporter du Figaro a enfin pu quitter la Syrie ».

9 jours d'épreuves et de silence pour ses proches, jambe cassée, téléphone satellites coupées, connexions Internet très aléatoires.

Et une première tentative d'exfiltration, dans la nuit de lundi à mardi, sous les bombes, la pluie et la neige. Elle avait échoué. 13 rebelles syriens qui l'escortaient avaient été tués. Le Figaro ne donne pas de détails sur la deuxième tentative qui a été la bonne.

Edith Bouvier est saine et sauve, mais la ville de Homs est tombée. « Retrait stratégique », disent les rebelles, ce qui ne trompe pas grand monde. Leur communiqué ajoute : « la situation humanitaire est pire que jamais, il n'y a ni nourriture, ni médicament, pas d'eau, pas d'électricité. »

La perte de Homs est un revers majeur pour l'insurrection syrienne.

« Cette grande ville de plus d'un million d'habitants avait été pendant plus d'un mois une sorte de territoire libéré, écrit Adrien Jaulmes dans Le Figaro.

La brutalité extrême de la répression dans le quartier-bastion de Bab Amro, consistant à pilonner à l'artillerie lourde et sans faire de distinction entre civils et insurgés fait partie du message psychologique d'un régime aux abois : avertissement à tous ceux qui seraient tentés de rejoindre le soulèvement. »

Le Figaro veut croire que cette victoire ne sera que transitoire.

L'explication est à la Une de La Croix : la principale force d'opposition a entériné le choix de la lutte armée, ce qu'elle se refusait à faire jusque là.

Dans Le Point , le Bloc Notes de Bernard Henri Levy est intitulé « Il faut maintenant une intervention en Syrie ». Il en décline les différentes modalités possibles, avant de conclure :

"Tout cela est risqué ? Bien sûr ; (…) Moins que le désastre moral auquel nous aurions à faire face (en cas de victoire d’Assad)"

Dans la campagne présidentielle, la semaine fut houleuse pour Nicolas Sarkozy

« Sarkozy à Bayonne : le grand chahut » titre Sud Ouest après que le président a été violemment pris à partie par des manifestants. Dans le groupe, précise Le Parisien , des indépendantistes basques, des lycéens des étudiants et une poignée de sympathisants PS.

La frontière entre la virulence des propos et le passage à l'acte a tendance à devenir poreuse, commente André Shlecht dans L'Alsace .

Libération de son côté s'offusque de la réaction du président candidat : "Hollande a annoncé l'épuration des magistrats, fonctionnaires et ambassadeurs qui ne pensaient pas comme lui, forcément, ça échauffe les esprits". " ’Epuration’, cette référence à l'après guerre laisse pantois", écrit Paul Quinio dans l'éditorial.

C'est en tout cas une "série noire pour Sarkozy qui décroche face à Hollande", constate Arnaud Leparmentier sur son blog lemonde.fr .

Le journaliste accrédité auprès de l'Elysée recense les étapes de cette semaine pourrie - des 75% d'impôts de François Hollande qui ont rendu ses propositions sur l'éducation inaudible au dernier sondage Ifop dans lequel il recule.

A la lecture de la presse ce matin, on pourrait ajouter que les 17 millions d'Euros d'investissements pour Florange annoncés hier sur France Inter n'ont pas convaincu. Selon Les Echos ils étaient en déjà programmés par Arcelor-Mittal.

Selon Les Echos, encore, qui s'appuie sur une enquête de l'institut CSA, le chef de l'Etat n'a pas convaincu non plus dans le domaine de l'éducation.

Quelle était la question de l'institut CSA ?

« Que préférez-vous ? La version Sarkozy - des enseignants moins nombreux mais mieux payés -

ou la version Hollande - davantage d'enseignants, qu'elle que soit leur salaire.

Réponse : version numéro 2 à 70%

Dans le papier d'Arnaud Leparmentier sur lemonde.fr , des proches du candidat se confient de manière anonyme "Les gens s'en foutent de savoir si les profs sont mieux payés, ils veulent plus de gens pour s'occuper de leurs enfants". Un autre parle de semaine catastrophique. Le spécialiste des sondages dans l'équipe du candidat n'est pas euphorique.

Le diable est dans les détails. Hier matin sur Inter le chef de l'Etat évoquait le risque de départ pas seulement de grands patrons mais aussi de grands écrivains à succès comme Emmanuel Carrère si la gauche et ses impôts revenaient au pouvoir. Dans Libération ce matin, Emmanuel Carrère répond qu'il paiera ses impôts peu importe le président.

Des taxes salées pour les plus riches cela inquiète davantage le monde du football. Résumé sous le crayon du dessinateur Chenez dans L’Equipe . Des joueurs de foot font barrage de leur corps autour d'une énorme bourse d’or : « horreur ! Vous allez toucher à l'esprit même de notre sport ! »

Puisque vous avez ouvert L'Equipe , gardons-le en main...

Sur les vagues du monde entier, Roland Jourdain s'est illustré. C'est l'un des plus grands navigateurs français. Il était sponsorisé par Veolia. Conséquence de la période trouble que traverse l'entreprise, elle a mis fin au partenariat pour faire des économies. "Le contexte économique n'est pas favorable commente Roland Jourdain, dit Bilou. La voile n'est pas le seul secteur à souffrir, peut être va-t-il falloir s'exporter au Moyen-Orient, en Asie, dans les pays émergents. »

Des histoires qui dessinent le courant de l'époque, il y en a d'autres ce matin dans la presse.

Le triomphe du numérique et ses conséquences. « Imprimantes : un secteur sous pression », titrent Les Echos . Et celui de la grande distribution de disques et de livres aussi. Selon Le Figaro , Virgin veut fermer son magasin des champs Elysées.

Dans Le Figaro encore le tourisme de la fumette aux Pays-Bas va-t-il prendre fin ? La règlementation dans les coffee shops va changer. A partir du premier mai il faudra justifier d'un domicile au Pays-Bas pour être servi.

L'époque ce sont aussi des espèces menacées, comme le Tigre. La moitié de la population mondiale est en Inde. Déforestation, construction… l'animal est griffé de tous côtés. Le gouvernement lui réserve de nouvelles terres au prix d'opération spectaculaires. Le Monde raconte comment un village de 350 habitants vient d'être déplacé pour faire de la place aux félins.

Les changements de la planète, le changement climatique en particulier et ses conséquences. L'Océan avance, la mer monte titre Presse Océan , à Nantes. Interview d'un géographe : à l'horizon 2100 et au delà, l'élévation se calculera en mètres. Conséquence : l'estuaire de la Loire remonterait jusqu'en amont de Nantes.

Après toutes ces vagues agressives, un coup d'œil nostalgique au magnifique golfe de Naples. A la Une de la presse italienne, la mort du chanteur Lucio Dalla... « Génie et cœur de la musique », titre le site de La Repubblica . C’était une immense star en Italie.

Il devait monter sur la scène de l’Olympia ce mois-ci. Dans la perspective de ce concert, Libération l’avait interviewé. L’entretien, désormais posthume, est publié ce matin en guise d’hommage. Dalla, fan de jazz, y raconte qu’il a joué avec Chet Baker.

Et il raconte l’histoire de son tube mondial, « Caruso », chanson hommage au ténor italien du même nom mais aussi à cette ville de Naples où Caruso avait passé ses derniers jours.

Alors avec la chanson italienne, c'est toujours la même chose, on la trouve kitsch en diable ou on verse sa petite larme. En tout cas elle reste dans les mémoires... Voici une version live de « Caruso », enregistrée à Vérone

Bon week-end !

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.