"SOS" en lettres de feu... La couverture du Nouvel Observateur, cette semaine, révèle un rapport de la CGT... Un rapport interne, dans lequel le syndicat compile les témoignages des conducteurs de bus, pompiers, policiers et autres agents EDF, victimes d'agressions en banlieue... "C'est une parole brute, qui nous plonge au coeur des violences urbaines, explique l'hebdomadaire... Une parole collectée par Thierry Gerber depuis 1997... Ce militant cégétiste, salarié d'EDF-GDF, a d'abord écouté les siens, c'est-à-dire les gaziers et les électriciens... Aujourd'hui, il entend tous les agents de l'Etat... Alors, bien sûr, c'est une étude sur la violence... Par définition, prévient Le Nouvel Obs, elle passe sous silence les innombrables cas où le travail des agents se déroule normalement... Alors, tour d'horizon... Cet intérimaire EDF, brûlé vif en 2002 à Rouen par des dealers qu'il avait dérangés... Ce pompier de Toulouse qui raconte : "Au mois de mars, on a dû tout abandonner sur place, parce qu'on nous lançait des blocs de 20 à 30 kilos de béton"... A Asnières, cet électricien explique : "Nos équipes spécialisées ont été rackettées par 15 jeunes qui avaient entre 12 et 15 ans... Ils ont pris les micros portables"... Et à Lille, un pompier confirme : "Ce qui nous pose le plus de problèmes, ce sont les 10-14 ans... Ce sont eux qui nous pourrissent la vie... Tout de suite, les situations deviennent chaudes"... En Seine-Saint-Denis, un agent de La Poste raconte : "Quand il y a une attaque de voiture de La Poste, la direction règle très vite le problème... On ne distribue plus les colis dans la cité"... Et le Daily Telegraph, ce matin, reprend cette enquête du Nouvel Observateur... le Daily Telegraph qui titre : "Des ghettos de jeunes défient l'Etat français"... "Dans ces banlieues, explique le quotidien britannique, le taux de chômage atteint les 20%, plus du double de la moyenne nationale... avec un chômage des jeunes au plus haut"... Dans cette banlieue-là, 38% des moins de 26 ans pointent à l'ANPE... C'est presque deux fois plus que dans le reste du pays... Et l'année dernière, c'est cette ville qui a été la première à s'enflammer... dès la fin du mois de mai... Dans Paris-Match, "avoir 20 ans dans la ville la plus pauvre de France"... C'est à Behren, dans la banlieue de Forbach... "Ici, pour faire tourner les puits des houillères des bassins de Lorraine, on a fait venir de la main d'oeuvre de toute l'Europe, comme du Maghreb... 10.000 habitants pour une mosaïque de 32 nationalités... On les a fait venir sans tenir compte de la génération qui arriverait derrière... Et depuis que l'extraction du charbon est terminée, la gangrène de l'ennui et du désoeuvrement s'est immiscée dans les foyers", explique Paris-Match... Ici, tous sont des abonnés du travail précaire... Venir de Behren quand on cherche du boulot, c'est être marqué au fer rouge... Et Aziz témoigne... Il passait un entretien au Luxembourg, à 80 kilomètres de la cité... Et il s'est entendu dire : "Ah!.. Vous venez de Behren... Un conseil : déménagez !... Vous êtes trop catalogué"... Et le maire de la ville constate avec amertume : "Chez nous, ce n'est pas la France d'en bas... C'est la France de la souffrance"... Lui c'est un jeune de banlieue qui a la rage... Son portrait est à lire dans Le Monde... Jean-Christophe Lagarde... c'est le maire de Drancy, également député UDF de la Seine-Saint-Denis... A 39 ans, il se définit lui-même comme une "serpillière de la République", un maire contraint de "nettoyer les merdes" que l'Etat ne gère plus... Le sentiment d'être abandonné, désarmé face à une société qui explose... L'élu local passe tous ses vendredis et samedis matin à recevoir les habitants de sa ville pour ses permanences... Un métier "d'assistante sociale", où pleuvent invariablement les doléances sur le logement, l'emploi, l'école... Et l'insécurité... "Qu'est-ce que Sarko va prendre sur le sujet !", dit-il en secouant la main, convaincu que la population a le sentiment d'avoir été trahie par le ministre de l'Intérieur. Sur les 65.000 habitants de Drancy, il estime que quelques dizaines de jeunes posent réellement problème... "La faiblesse de la République est de ne pas défendre les 65.000 face aux 80 ou 100 gamins en face»... Le député parle de faillite pour la Vème République... Après quatre années à l'Assemblée nationale, il se désespère des faiblesses des parlementaires... Et puis il y a aussi l'histoire des pensions versées aux anciens combattants qui le met en fureur... Il s'emporte en pensant à Jacques Chirac accomplissant des tournées en Afrique, serrant des mains - et tournant le dos aux anciens combattants, "obligés de faire la manche" parce que la France n'a pas tenu ses engagements... Les parlementaires avaient multiplié les interventions, les questions écrites, les propositions sur le sujet... Sans résultat... Il a fallu que Bernadette Chirac visionne le film "Indigènes" pour que le dossier avance enfin... Alors il vitupère, Jean-Christophe Lagarde : "Les vapeurs de la reine-mère ont plus de poids que le Parlement... Putain, quel pays !... Mais où vit-on ?"... Alors peut-être faire de la politique autrement... En s'engageant dans un combat moins large... Télérama s'interroge... "Le soutien aux sans-papiers, est-ce une nouvelle pratique politique ?"... "Spontané, autogéré, puissant... Le mouvement de résistance civique à la circulaire Sarkozy a surpris par son ampleur et son aspect novateur", constate l'hebdomadaire... Avec, entre autres, le témoignage de Pia... une mère d'élève qui explique : "Je ne suis pas une habituée des manifs, mais j'ai horreur de l'abus de pouvoir... A RESF... le Réseau Education sans Frontières... j'apprends au fur et à mesure"... Et Télérama rapporte que, comme beaucoup de ces nouveaux militants, Pia a découvert l'arbitraire de l'administration... les préfectures qui interprètent les critères à leur guise... Alors, officiellement, l'affaire des enfants sans papiers scolarisés est close... Mais RESF dénonce toujours un quota de papiers distribués dans une fausse transparence... Du coup, ce réseau, qui se flatte de ne posséder ni direction ni cartes d'adhésion... qui fonctionne avec et comme le Web... s'étend, d'école en école... Pour preuve du formidable succès du réseau : cette récente enquête d'opinion, où 73% des Français interrogés estiment qu'il faut régulariser les immigrés sans papiers ayant un contrat de travail et des enfants scolarisés en France... Il y a deux ans, conclut Télérama, la proportion aurait sans doute été inverse... Changer les choses... C'est possible... "L'Afrique du Sud d'en bas a son école", titre Libération... Une école autogérée... Le campus Cida, pour Association de développement communautaire et individuel... Une école qui offre aux défavorisés la possibilité de faire des études supérieures... Parmi les élèves, il y a Floyd, 21 ans... Il a passé deux ans dans la rue, en volant pour survivre... Aujourd'hui, il veut créer son entreprise... Et depuis presque un an, il étudie en licence de gestion... La cheville ouvrière du campus, c'est Taddy Blecher... un ancien cadre d'une compagnie d'assurances de 39 ans... Il s'est reconverti dans le développement en 1995... Et il explique : "Comme beaucoup de Blancs, je voulais quitter le pays à cause de la criminalité... Et puis j'ai eu une crise de conscience... Je me suis dit qu'il fallait que je reste pour lutter contre la pauvreté"... Et Libé raconte... "Pour aider ces jeunes, venus d'écoles médiocres, négligées sous le régime de l'apartheid, il y a deux fois plus d'heures de cours qu'ailleurs... Et cela marche... 55% de taux de réussite... un chiffre très honorable pour le pays... Et les deux-tiers des diplômés trouvent un emploi dès leur sortie"... Retour en France... où un pays imaginaire prend le pouvoir... Vous avez peut-être déjà vu, à l'arrière d'une voiture, l'autocollant "GRD"... GRD comme... GRD comme "Groland"... Ce pays virtuel est le plus grand parti de France... C'est du moins ce que dit une enquête, ce mois-ci, du magazine Technikart... La présipauté de Groland... Ce n'était au début qu'un programme décalé de Canal+... En quelques années, c'est devenu un univers alternatif authentique... Un million et demi de téléspectateurs, et 35.000 fans en folie, au dernier Festival du film grolandais de Quend-Plage, en Picardie... "Groland, analyse Technikart, c'est le refuge de nos illusions perdues... Plus de 10.000 personnes ont déjà obtenu leur passeport grolandais... Et 50.000 voitures arborent l'autocollant GRD"... "Beaucoup de gens se reconnaissant dans cet univers contestataire", confirme le directeur des programmes de Canal+... Oui, confirme un Grolandais, "la présipauté vient occuper un vide... C'est un espace d'expression un peu marginal, qui s'empare des vrais sujets"... Alors, plus sérieux qu'il n'y paraît, Groland ?... C'est un tout cas l'avis du sociologue Erwann Lecoeur, le directeur de l'Observatoire du débat public... Il analyse, pour Technikart... "C'est loin d'être une gauloiserie beaufisante et populiste... Groland démontre que les marketeurs politiques ont tort : l'hyper-individualisme n'est pas la seule demande qui traverse nos sociétés... Les gens cherchent de nouvelles formes de collectif"... Et Christophe Salengro, le président grolandais, est d'accord : "Groland n'est pas qu'une émission politique... Si les gens se sentent Grolandais, c'est bien parce que ce que nous faisons est politique"... De quoi faire réfléchir les "voisins français", comme on dit à Groland... Bonne journée.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.