Ne pas être dupe... C'est un peu le leitmotiv ce matin dans vos journaux... "Présidentielle : premier coup bas"... L'Est Républicain revient en Une sur l'affaire du Rainbow Warrior... L'un des frères de Ségolène Royal est-il le poseur de la bombe ayant coulé le navire en baie d'Auckland ?... Et "21 ans après, à qui profite le crime ?" s'interroge le journal.. "A première vue, répond l'éditorialiste, cette manoeuvre ressemble surtout à une arme pour affaiblir, avant la primaire socialiste, un membre ambitieux et gênant de sa propre famille politique... sans compter qu'avec ce rappel d'une époque mitterrandienne où, à moins de 38 ans, Laurent Fabius jouait déjà à Matignon dans la cour des grands, ceux qui exhument l'affaire jouent au billard à deux bandes, analyse Pierre Taribo... Ils visent à la fois Ségolène Royal et l'ex-Premier ministre, qui s'accroche à l'idée que son destin est à l'Elysée"... "Rainbow Warrior : le frère de Ségolène Royal impliqué"... C'est la Une du Figaro qui, au-delà de ce titre de Une, explique que "l'on savait déjà que Gérard Royal, alias "Pierre le marin" ou "l'homme au bonnet rouge", conduisait le canot pneumatique des deux nageurs de combat qui ont posé la bombe... Alors poseur de bombe ou complice direct du sabotage ?... La différence est sans doute assez théorique", écrit Le Figaro... Sauf que la police néo-zélandaise va réexaminer l'affaire, explique The Independent... "Le gouvernement néo-zélandais a déjà dit qu'il y avait peu de probabilités que l'enquête soit rouverte... Et si cela n'a entraîné que peu d'intérêt en France, souligne le quotidien britannique, l'information a suscité une vague d'indignation en Nouvelle-Zélande"... Oui, "on doit d'ailleurs constater, écrit Patrice Chabanet dans Le Journal de la Haute-Marne, que sans le tam-tam de certains milieux néo-zélandais, l'information aurait fait pschitt dans l'Hexagone... Quant à une exploitation politique de ces révélations dans la course présidentielle, poursuit l'éditorialiste, elle paraît tout aussi peu probable... Même si un pavé dans la mare familiale ne va pas attrister les adversaires de la favorite des sondages"... C'est en effet "une faille familiale qui trouble la favorite des sondages", titre de son côté The Australian... Et le journal de Sydney constate : "Alors qu'elle accélère sa campagne pour devenir la première femme Présidente en France, Ségolène Royal n'est pas aidée par sa famille"... "Rainbow Warrior : la polémique qui n'a pas lieu d'être"... C'est, dans Le Télégramme, le point de vue de Jean Guisnel... D'aucuns auraient bien, en effet, accroché à Ségolène Royal toutes les casseroles de sa grande famille... Ce n'est pas très sérieux... Celle qui annonçait vendredi se lancer dans la campagne, et dans les épreuves qui vont avec, ne croyait pas si bien dire... Elle devrait pouvoir se sortir sans trop de douleur de celle-ci, mais n'ignore pas qu'il y en aura d'autres... C'est aussi à la dureté du blindage qu'on juge de la qualité d'un candidat"... Peut-être, mais attention... Dans La Provence, Georges-Marc Benamou s'inquiète... "Va-t-on connaître en 2007 la pire des campagnes ?... une campagne terrible et sans limites... Il faudrait que les principaux candidats établissent un code d'honneur"... En même temps, constate Patrick Fluckiger dans L'Alsace, "la Présidentielle 2007 s'annonce, comme les précédentes, à deux niveaux... Le débat officiel d'un côté... les peaux de banane de l'autre... Le débat n'a pas vraiment commencé, mais les bananes sont déjà pelées"... Du côté du calendrier, le premier tour de l'élection présidentielle, c'est dans 200 jours... D'ici là, le calendrier est dans Le Figaro... Le 21 octobre : la désignation du candidat du PC... Le 22 : celui du Parti Radical de Gauche... Fin octobre-début novembre : l'annonce officielle des dates des premier et second tours de l'élection... Le 16 novembre : le vote des militants du PS, et l'investiture officielle de leur candidat le 26... Début décembre : peut-être la candidature de Jean-Pierre Chevènement, et l'investiture, par l'UDF, de François Bayrou... En janvier : le soutien officiel de l'UMP à son candidat... Le 16 mars : date-limite des parrainages de maires pour les candidats... 9 avril : ouverture de la campagne officielle... Et 20 avril : fin de la même campagne officielle... Alors Le Figaro le dit : "les partis préparent la bataille de l'Elysée... Parce que, explique le journal, gagner l'élection présidentielle, c'est aussi une affaire d'intendance"... Alors l'intendance, soit... Mais du côté des idées ?... Eh bien, peut-être un sujet de satisfaction... "Le bipartisme n'a pas partie gagnée"... C'est L'Humanité qui analyse... "La France ne rentre pas aussi facilement que le rêvent certains dans le corset de la bipolarisation... Pour preuve, ce week-end politique... Il y a par exemple les chercheurs, en quête de réponses... Ils ont invité ce week-end les responsables politiques à expliquer leurs projets... Il y a aussi la JOC, la Jeunesse Ouvrière Chrétienne, qui a tenu ce week-end ses états-généraux pour l'emploi, et veut interpeller les candidats à la Présidentielle... Alors attention aux fausses évidences, écrit Pierre Laurent dans L'Huma... A trop caricaturer, voire à défigurer, les débats réels qui existent dans le pays, la bipolarisation ultra-personnalisée que l'on cherche à nous imposer court le risque d'un discrédit populaire grandissant"... Bipolarisation... C'est toujours le même match Ségo-Sarko... avec les médias dans le box des accusés... Et c'est le dossier de Marianne cette semaine... "Sondages trafiqués, intox, propagande, pressions, censure, contrôle... Danger !... Comment on manipule l'information"... Pris pour cible par Marianne, Nicolas Sarkozy... "Parce que les signes sont là, explique l'hebdomadaire... les signes d'une véritable entreprise systématique d'instrumentalisation, d'intimidation et d'intoxication des médias, toujours à l'avantage du même candidat virtuel à la Présidence"... Faut pas croire tout ce qu'on nous dit... En même temps, ça, on s'en était aperçu tout seul... "La pression fiscale s'est alourdie en cinq ans"... C'est La Tribune qui se penche sur un rapport transmis par Bercy au Parlement, où l'on voit que les prélèvements obligatoires... impôts et charges... ont augmenté de 0,9 point depuis 2002... A 44% du PIB, la pression fiscalo-sociale, en France, est supérieure de 4 points à la moyenne européenne... Le poids des impôts d'Etat se réduit, mais en contrepartie de transferts vers la Sécurité sociale, et surtout des collectivités locales... Et puis surtout, les impôts locaux ont flambé... Alors on comprend bien, analyse Pascal Aubert dans son éditorial, que, de tous les indicateurs de l'économie française, celui de la ponction fiscale soit celui dont le gouvernement se vante le moins... Et quand on voit les chiffres, on comprend aussi pourquoi le ministre de l'Economie ne s'y est pas attardé la semaine dernière lors de son point presse... Notre réputation, bien établie hors de nos frontières, de champions des taxes et des impôts, sera encore une fois confortée... Les partisans de l'impôt, poursuit l'éditorialiste de La Tribune, se prévalent souvent du modèle scandinave... Mais ils omettent de dire que dans ces pays, si l'impôt est lourd, il est efficace... Ce que les contribuables français sont en droit d'attendre, en contrepartie de leur facture fiscale, eux, ils ne l'ont pas"... Et ça ne va pas s'arranger... du moins pas pour tout le monde... "Impôts : une réforme injuste"... C'est la Une d'Alternatives Economiques du mois d'octobre... Le mensuel explique que la réforme fiscale votée l'an passé, et qui entrera en vigueur en janvier, est faussement équitable... C'est "bingo pour les plus aisés"... "Cette réforme entame un peu plus l'équité de notre système... En bas de l'échelle, la prime pour l'emploi est inefficace, continue Alternatives Economiques... Elle ne profite pas majoritairement aux plus pauvres, et elle incite les employeurs à multiplier les emplois paupérisants"... Vous payez des impôts... Il y a donc de fortes chances pour que vous ayez un travail... Alors une question : vous y allez comment, vous, ce matin, au boulot ?... Parce que c'est la tendance... "Au bureau à vélo"... C'est Le Figaro Entreprises qui est allé à la rencontre de ces banquiers, ingénieurs ou fonctionnaires qui effectuent leurs déplacements professionnels à vélo... "un phénomène de moins en moins marginal, constate le supplément hebdomadaire du Figaro... Ainsi, à Grenoble, la société ST Micro Electronics compte 2.200 salariés, dont 350 viennent à la force de leurs mollets... C'est aussi, note le journal, le retour des vélos-taxis... On les trouve à Lyon, Mantes-la-Jolie ou Lille... 1 euro de prise en charge et 1 euro le kilomètre... des vélos-taxis qui servent très souvent également de support publicitaire... Alors, du côté de ceux qui font du vélo, il y a ce directeur général, qui dit : "Le vélo, ça me donne des idées"... Et le vélo pour aller travailler, c'est possible, surtout depuis que les entreprises ont relâché leur code vestimentaire... Si l'on pédale sans forcer, on peut arriver tout à fait présentable... Dans le pire des cas, il l'avoue, il a une douche au bureau... Et les adeptes du vélo-boulot-dodo sont parfois encouragés... Leurs entreprises, quand elles se veulent à l'image écolo, offrent parfois des kits vélo : gilet réfléchissant, surchausse, casque et éclairage... histoire de rouler sécurisé". Toujours dans la même idée... celle de limiter la voiture... La tendance au cheval municipal... Il a déjà été remis à l'honneur chez plusieurs de nos voisins européens, explique La Croix... Et depuis quelques mois, il fait son arrivée en France... Rambouillet, Strasbourg, Lyon, Gap s'y sont mis... Et La Croix est allé chez les précurseurs, à Saint-Pierre-sur-Dives, en Basse-Normandie... Là-bas, c'est la jument Pola qui emmène les enfants à l'école le matin... Pola et sa calèche... Avec elle, oubliées les fumées du pot d'échappement... Alors, pas de nostalgie dans ce retour du cheval... Depuis 1993, c'est par ce procédé que sont ramassées certaines ordures... Et puis, il y a 7 ans, quand l'accueil scolaire a été partagé entre différentes communes, le ramassage scolaire est devenu compliqué... Et c'est là que le ramassage hippomobile a vu le jour... Et pour le cocher de Pola, la plus belle des récompenses, c'est quand les gamins applaudissent... Ils ne pleurent plus pour aller à l'école... Alors les enfants applaudissent... Les jardiniers, eux, se désolent : le crottin de Pola est récupéré directement dans une trémie... Ils ne peuvent pas le récupérer pour leurs rosiers... Aux râleurs, le maire répond : "C'est pas Disneyland ici !".

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.