Une fois encore... je suis désolé : vous ne pourrez pas y échapper... ils sont à la Une de Gala : "Carla et Nicolas : leur vie intime à l'Elysée"... ils sont à la Une de Paris Match : "Nicolas et Carla : escapade à New York"... Une quinzaine de photos sur 6 pages dans Gala... une dizaine de photos sur 8 pages dans Paris Match... Inutile de décrire les photos... Je vous laisse les imaginer... Et la plupart, d'ailleurs, on les connaît déjà... Les sous-titres, en revanche, méritent d'être entendus... "Seuls au monde à Manhattan"... "Culture et romantisme au programme"... "Jour de gloire au Cipriani"... Ca, c'est dans Paris Match... "Ils privilégient les tête-à-tête à la nuit tombée"... Ca, c'est Gala... Mais alors que se disent-ils, lors de ces tête-à-tête ?... Et puis d'abord, peut-on vraiment s'aimer sans partager les mêmes convictions ?... Peut-on être de gauche et vivre avec une personne de droite ?... "Oui, mais rarement", selon la politologue Anne Muxel, qui vient de rédiger un livre sur le sujet : "Toi, moi et la politique", résultat d'une série d'entretiens... Anne Muxel qui répond aujourd'hui à Sophie des Déserts, dans Le Nouvel Observateur... "Un lit, deux votes", ou "Quand la politique s'immisce dans l'alcôve"... Une interview dans laquelle on apprend qu'en France, un quart des couples ne votent pas de la même façon... 14% se revendiquent même d'un camp idéologique opposé... On apprend également qu'il y a chez les électeurs de gauche, généralement si prompts à prôner les idées d'ouverture, une relative intolérance à la différence... Ainsi cette enseignante à la retraite, qui confesse qu'à chaque fois qu'elle rencontre un homme de droite, elle a envie de le tuer... Ainsi aussi ce jeune normalien, qui explique carrément que "l'amour ne peut pas être de droite"... "Comment l'expliquez-vous ?", interroge ma consoeur... Réponse de la politologue : "Il y a sans doute, à gauche, une nécessité plus forte de partager un idéal de transformation de la société... La droite, elle, pense la société à partir de la liberté des individus, d'où peut-être un plus grand respect de la différence... Cela dit, tous les gens de gauche ne sont pas aussi fermés"... Toujours dans Le Nouvel Obs... François Reynaert revient, lui, sur la page 38 de l'ouvrage... où l'on peut lire ceci : "Philippe a un grand bonheur avec Déborah : se retrouver le soir, une fois les enfants couchés, pour discuter des propositions de Strauss-Kahn sur la fiscalité"... Commentaire du chroniqueur : "Nous en serons d'accord : chacun a droit de vivre sa sexualité comme il l'entend... Nous conviendrons aussi de l'immense soulagement que nous avons éprouvé en lisant la précision : 'une fois les enfants couchés'... Exposer des mineurs à un cauchemar pareil est un coup à se retrouver avec les services sociaux aux fesses"... Mais bon... Voilà : c'est comme ça... Il y en a qui, le soir, parlent de DSK... d'autres qui se retrouvent seuls au monde à Manhattan... La gauche... la droite... l'amour... C'est "le match des numéros deux", titre Le Parisien-Aujourd'hui en France... "Un duel très attendu", titre Le Figaro... qui, sous la plume de Philippe Gélie, nous explique que "Sarah Palin a passé la semaine en famille dans le ranch des McCain en Arizona, entourée de tout l'état-major républicain"... Des conseillers qui tentent de lui faire ingurgiter des fiches, pour éviter que la colistière du candidat ne fasse montre une nouvelle fois de son incompétence... "Un talon d'Achille nommé Sarah Palin", commente, de son côté, France-Soir... "De l'écume : c'est tout ce qui reste de la vague Sarah Palin", constate Sylvain Chazot... "Les bons mots saupoudrés de rouge à lèvre n'auront pas résisté aux errements de Wall Street... L'inexpérience de Madame le gouverneur est criante, et l'intéressée ne fait rien pour contredire ses détracteurs"... Bien au contraire : ses fautes se multiplient... comme le souligne aussi Libération, qui titre sur "Palin la gaffeuse"... Maria Pia Mascaro revient sur l'interview la plus catastrophique de la candidate : une interview sur CBS, au cours de laquelle elle s'est montrée totalement ignare en matière de climatologie... Pour elle, "les changements climatiques sont cycliques, et l'homme n'y est pour rien"... Elle n'a pas su citer un seul titre de journal... Elle s'est emmêlé les pinceaux sur les relations avec la Russie... Quant au plan de sauvetage du système financier américain, voilà ce qu'elle en pense : "Il aidera au final ceux qui sont inquiets à propos de la réforme de l'assurance-santé, nécessaire pour aider l'économie à se renforcer afin d'aider... Enfin, tout cela concerne la création d'emplois aussi"... Voilà... Celui qui comprend lève le doigt : il gagne une oreille d'ours... Tous vos journaux, ce matin, font donc état de l'incompétence de Sarah Palin... à tel point qu'il y a maintenant la rumeur d'un éventuel retrait... "Rouillan, le poids de ses mots, le choc de ses propos", titre Libération... "Rouillan, ou l'indécence d'un assassin", titre France-Soir... Tandis que Le Parisien-Aujourd'hui en France constate que "Rouillan embarrasse Besancenot"... L'ancien leader d'Action Directe ne regrette rien, et il le dit... Mauvais coup pour le porte-parole de la LCR, qui s'apprêtait à l'accueillir dans son Nouveau Parti Anticapitaliste... Jean-Marc Rouillan, condamné à la réclusion à perpétuité pour l'assassinat du PDG de Renault Georges Besse en 86, a accordé une interview à L'Express, dans laquelle il n'exprime aucun regret, et se dit convaincu que "la lutte armée est nécessaire à un moment du processus révolutionnaire"... "La lutte armée, c'est absurde", rétorque Daniel Cohn-Bendit, interrogé par Le Parisien... Tandis que Paul-Henri du Limbert, dans son éditorial du Figaro, évoque "les fantômes du facteur"... "Besancenot ressemble à Tintin, écrit-il, mais il est moins sympathique... Il a du bagout, il a réponse à tout... Mais l'affaire Rouillan le rend à la famille dont il vient : celle qui nie les valeurs élémentaires de la démocratie et veut l'abattre... Si l'on attend en vain un regret de Rouillan, on attend aussi une condamnation claire et définitive de Besancenot... Elle ne viendra jamais"... La crise financière, toujours à la Une ce matin... "Sarkozy cherche à mobiliser l'Europe", titre Le Figaro... Mais "l'Europe est divisée sur un plan de soutien bancaire", constate Les Echos... La Tribune évoquant, pour sa part, un "climat de zizanie"... L'ouverture du procès d'Antonio Ferrara... "Le roi de l'évasion n'échappe pas aux juges", titre France-Soir... "Le roi de la belle devant les Assises pour la sixième fois", précise Le Parisien... Un autre procès dans vos journaux, celui qui s'ouvrira la semaine prochaine : le scandale des ventes d'armes à l'Angola.... "Angolagate : le grand déballage", titre L'Express... qui offre les portraits des principaux prévenus... Mitterrand, le fils de... Marchiani, l'homme de l'ombre... Attali, l'ex-sherpa... Gaydamak, le businessman... Sulitzer, le romancier... Et puis surtout Falcone, le marchand d'arme... Pierre Falcone qu'a rencontré Hervé Gattegno, pour Le Point... Il l'a rencontré à Pékin, au siège du groupe pour lequel il travaille aujourd'hui... Et concernant l'Angolagate, il dit qu'il s'est juste trouvé au mauvais endroit au mauvais moment... Le procès s'ouvre le 6 octobre... "Une fatwa à mourir de rire", annonce Courrier International... "Installé en Arabie Saoudite, un prédicateur a émis une fatwa... une fatwa contre Mickey... 'La souris est impure selon la loi religieuse', estime-t-il... 'En conséquence, Mickey doit être tué, comme doit l'être une souris'... Un point de vue qui irrite la presse locale... qui juge la fatwa ridicule... Ridicule... C'est peut-être aussi ce que vous penserez en feuilletant le mensuel Girls... magazine pour adolescentes... où l'on reparle d'amour, Nicolas... notamment dans les pages Courrier... avec cet appel désespéré d'une prénommée Baby... "Je suis sortie avec plus de 15 mecs, et aucun d'eux ne m'a jamais fait de remarque sur ma manière d'embrasser... Mais depuis que je suis avec Jérôme, c'est la panique : il m'a dit que j'embrassais bizarrement et qu'il préférait les baisers de son ex"... Alors, que répondre à Baby, Nicolas ?... Dans Girls, c'est un prénommé Renan qui répond aux courriers... Et ce qu'il dit à Baby, c'est qu'après tout, c'est peut-être l'ex de Jérôme qui embrassait bizarrement, mais qu'il s'est habitué... Et que maintenant, il trouve que c'est Baby qui embrasse bizarrement... Pauvre Baby... La voilà bien avancée ! Je vous embrasse, Nicolas...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.