8H30 l’heure de la revue de presse, bonjour hélène jouan

On commence par la victoire hier du XV de France contre le Canada, on parle évidemment de la coupe du monde de rugby !

« Dites donc les français, vous n’auriez pas oublié quelque chose en chemin ? Défendre par exemple, au lieu de regarder les filles ou les supporters chanter en tribune, en fin de première période quand on pensait que la feuille d’érable allait finir en tisane pour Français repus » C’est ainsi que le journaliste de la Voix du nord interpelle le XV de France, après sa victoire hier. Et il y a bien ce matin dans la presse, deux façons de voir cette victoire. Ceux pour qui l’arithmétique compte avant tout, « Les bleus au rendez-vous » titre l’Equipe, et ceux pour qui les absences, voire les évanouissements des joueurs pendant le match ne sont pas de bonne augure pour la suite. Malgré le 41-18 enregistré hier, Libération souligne que les français sont toujours sur « courant alternatif », Aujourd’hui en France/le Parisien les juge toujours aussi laborieux, avec « des trous d’air inexplicables » pendant le match, le seul à faire l’unanimité est Frédéric Michalak, dont l’Equipe salue la renaissance, et qui a prouvé hier qu’il n’était pas qu’un très bon buteur, mais aussi un merveilleux joueur de rugby, démontrant qu’il pouvait y avoir un peu de finesse dans ce monde de brutes épaisses qui composent aujourd’hui le XV de France…brutes épaisses, ce n’est pas un commentaire personnel mais une citation de l’Equipe !

Trou d’air justement, la situation d’Air France fait presque l’unanimité dans la presse ce matin

Condamnation quasi unanime de l’attitude des syndicats de pilotes de la compagnie aérienne, qui faute d’accord va sans doute déclencher son plan B, à savoir un plan de sauvegarde pour l’emploi qui pourrait se traduire par des licenciements… « Corporatisme aveugle » s’étrangle le Figaro dans son édito ; » toutes les catégories de personnels se sont résolues à de lourds sacrifices, toutes, sauf une » écrit Gaetan de Capele: « la plus privilégiée, celle des seigneurs du ciel, ces pilotes qui précipitent l’entreprise dans l’abîme ». Même son de cloche d’un autre quotidien libéral l’Opinion, qui dénonce une élite recroquevillée sur ses coûteux privilèges, dont il est temps de briser l’arrogance. Paradoxalement, c’est l’Humanité qui observe la plus grande réserve vis-à-vis de la responsabilité de ces « seigneurs du ciel ». Pas question d’entonner le refrain de la lutte des classes, un syndicat est un syndicat pour le quotidien communiste qui souligne que la proposition d’augmenter les heures de vol sans compensation financières, était socialement « inacceptable » pour les pilotes…et c’est donc ensemble, que tous les syndicats, Syndicats de pilotes, SNPL, compris, appellent à se mobiliser à l’occasion du comité central d’entreprise de lundi écrit le journal. Une concorde syndicale, saluée donc par l’Humanité, mais qui ne semble pas être de mise si l’on en croit le Parisien : lui relève que le plan B, dégainé hier par Air France-KLM a été voté à l’unanimité des représentants des salariés, CFDT et SNPL compris…on n’a jamais vu des syndicats de salariés voter des suppressions de postes, il va falloir qu’ils s’en expliquent gronde le syndicat majoritaire CFE-CGC…

Plan drastique en vue donc à Air France, mesures drastiques attendues aujourd’hui pour tenter de faire refluer le nombre de morts sur les routes…Le Parisien annonce des centaines de nouveaux radars, on s’amusera de constater, même si le sujet ne s’y prête guère, que le Figaro a choisi de consacrer une pleine page « aux routes de Corrèze, parmi les plus dangereuses de France »…la Corrèze, tiens tiens, pourquoi donc la Corrèze ? en tout cas on y apprend que pour l’instant, l’une des mesures phares, prises sur place pour contrer la hausse spectaculaire des morts a été de distribuer un cabas …oui un cabas jaune pour les piétons, et notamment pour les personnes âgées, afin qu’on puisse les voir sur les routes !

Vladimir Poutine attendu aujourd’hui à Paris pour relancer la paix en Ukraine…

Quadruple portrait warholien du dirigeant russe à la Une de Libération, une façon « photographique » de dire que le paria d’hier est aujourd’hui au centre du jeu.

Alors si chacun continue de s’interroger sur les visées véritables de Vladimir Poutine en Syrie, lutter contre l’Etat islamique, sauver Bachar ou irriter les états unis, c’est surtout son « association » avec l’iran dans cette région qui pose question aujorud’hui. A lire dans le Figaro, l’article de Delphine Minoui qui s’interroge sur l’actuel renforcement des forces iraniennes sur le terrain syrien. « Selon l’agence reuters écrit elle, des centaines de soldats iraniens seraient entrés en syrie ces 10 derniers jours, ils auraient pour mission de rejoindre une force terrester composée de soldats loyaux à Bachar et de ses alliés libanais du Hezbollah »…il pourrait donc y avoir, en appui aux frappes éraienne russes, une progression de troupes au sol. Notamment pour regagner les territoires perdus par le dictateur syrien au profit des rebelles. Attention dit elle, pas encore de confirmation officielle d’un tel plan, les autorités iraniennes n’ont pas intérêt à rompre le tout nouveau dialogue engagé avec les occidentaux depuis l’accord sur le nucléaire. Mais ce qui s’esquisse conclut Libération, c’est bien la prise d’un leadership de Moscou sur un axe chiite, pendant d’un axe sunnite incarné par la coalition occidentale emmenée par les Etats unis et l’Arabie Saoudite… le terrain du conflit entre ces deux axes se trouve aujorud’hui en Syrie, mais il déborde sur tout le moyen orient…

Les frappes russes en Syrie ont occulté une autre actualité, celle des réfugiés et des migrants Hélène

Et puisque l’on parle de réfugiés et de migrants, parlons pour une fois de migrantes et de réfugiées avec un E. C’est le magazine Causette qui fait un zoom sur celles qui subissent écrit il, la « double peine ». Car être migrant et femmes, c’est de la douleur augmentée, d’abord parce que tout au long du périple, ce sont toujours elles qui s’occupent des enfants, qui les portent, qui les font manger. Dans les camps, elles sont privées de leur intimité. Un chirurgien engagé dans les violences faites ax femmes, témoigne : « ces femmes sont toutes soumises à cette dureté supplémentaire à laquelle s’ajoutent violences psychiques, physiques et sexuelles. Soit dans leur pays d’origine, soit pendant la migration. Ces violences d’ailleurs, subies chez elles, compteraient aujourd’hui parmi les motifs de déplacements..les guinéennes notamment, désormais suivies par les syriennes et les irakiennes arrivent aujourdh’ui et ont besoin de chirurgie réparatrices suite à des viols

On termine Hélène par un poupon à la Une du nouveau supplément week end des Echos

Il est mignon, tout rond, et il est au téléphone déjà ! ce poupon c’est Patrick Drahi, l’homme qui volait devenir un géant titre les echos du week end… Patrick Drahi se confie, il raconte comment tout jeune, il était obnubilé par le classement Forbes, celui des plus grandes fortunes…j’avais remarqué qu’il y en avait 10 dans le câble, j’ai décidé de m’y lancer. Pari réussi Drahi pointe aujourd’hui à la 57ème place du classement Forbes. Et on sent que l’argent a été un moteur dans sa vie, il voyait plus grand que séguéla, jugez plutôt : « à la sortie de polytechnique, il aurait fait 3 paris, avant 30 ans, je roule en bmw, avant 40, je gagne 50 000 francs par mois, avant 50 j’ai suffisamment d’argent de côté pour que les intérêts représente le salaire de Jacques Calvet, à l’époque 2, 2 millions de Francs..en fait il voyait petit. L’homme est décrit comme un dingue de fric donc, mais aussi comme un Harpagon avaricieux, obsédé des dépenses même les plus modestes. Portrait sans bémol d’un homme qui a réussi donc, notamment dans le marché du câble à coup d’achats boulimiques financés par la dette, mais aussi plus récemment dans les médias. Et ce n’est pas fini, les droits du foot sont désormais dans sa ligne de mire , et pourquoi pas aussi racheter m6, voire TF1 ? En tout cas, opération réhabilitation très réussie, après une semaine où on avait surtout présenté Patrick drahi comme l’homme d’un plan social sans précédent à l’Express, l’une de ses acquisitions. Un poupon, c’est tellement plus mignon

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.