Un enfant de la balle,qui chantait avec les cigalounettes, Le Monde, un vieux monsieur qui soignait ses oliviers, La Provence, un amant de la langue, Le Figaro, un sage qui ne croyait pas en la postérité, Libération, un libérateur des homos, Têtu. Aznavour mort en même temps que la pionnière Marianne Mako, l'Equipe.

Charles Aznavour est au coeur des journaux ce matin.

"Hier encore", Libération, "désormais, Aznavour est mort", l'Humanité, "la France au coeur" le Figaro, chacun reconnait le sien dans cet homme qu'on appelait "papa" au restaurant la table de Marie à Saint Rémy de Provence dans les Alpilles, ce coin de France qui se confie dans la Provence... A la table de Marie, Aznavour bavardait avec Chico, le chanteur des Gipsy kings, Chico qui est né Jahloul comme Charles l'arménien était né Shahnourh Varinag Aznavourian... Vive la France. Charles avait raconté à Chico que Piaf lui avait "payé son nez", car Aznavour à ses débuts s'était fait raccourcir le nez sur les conseils de son amie Edith. Bref, hier dans les Alpilles, Maxou, le patron de la table de Marie, a baissé le rideau en apprenant la nouvelle est allé à la villa Aigo clairo, l'eau claire, la maison de "papa" où Aznavour faisait des olives avec la même perfection qu'il travaillait ses textes: 1800 arbres soignés au brumisateur et à l'eau d'une source cherchée à 212 mètres de profondeur, il choisissait des arbres déjà murs, car il ne pouvait pas attendre dix ou quinze ans que les fruits viennent...  

Voilà donc Aznavour parti, "un siècle un destin", Le Monde dit le monument Libération aussi avec grâce et Eric Dahan me rend cette perle; Aznavour jeune venu vendre une chanson à Loulou Gasté, le mari de Line Renaud, et battant la mesure avec son pied faisait tomber du plâtre dans la soupe du voisin du dessous... 

La presse est le tamis des vies précieuses...

J'entends ainsi dans l'Est républicain et le Républicain Lorrain ce cri du vieil Aznavour. 

«Metz… c’est extraordinaire, c’est là que j’ai donné mon tout premier spectacle. Je devais avoir neuf ou dix ans et je jouais dans une troupe d’enfants. Mon père s’était moqué de moi parce que j’ai mangé la moitié de mon cachet au buffet de la gare ou dans un restaurant en face, je ne sais plus bien… »

Et nous voyons donc, nous lisons dans le Monde, ce gamin qui derrière sa soeur Aïda chantait dans la troupe des Cigalounettes, ils était fils du baryton  Mischa et de la comédienne Knar, qui faisaient faillite et de la musique dans le paris des années 30 et qui seraient pendant la guerre, des héros... 

Car Aznavour témoigne aussi de la Résistance...

Et d'un monde enfoui, quand un petit arménien de Paris portait une petite bague avec la faucille et le marteau, et serait pendant la guerre le témoin de l'héroïsme des résistants métèques et communistes. Il l'a raconté dans l'Humanité.. 

"Ma mère partait avec la voiture d’enfant où des armes étaient dissimulées. Les armes servaient, on les remettait dans la voiture, maman rentrait à la maison." Et à la maison, Charles apprenait à jouer aux échecs avec un poète communiste et arménien qui s'ennuyait, caché, il s'appelait Missak Manouchian et serait le premier des fusillés de l'affiche rouge... 

Vous trouverez aussi ces souvenirs d'Aznavour sur le site de l'Obs.  

"Je me souviens très bien de Simon, un juif marié à une Arménienne. Il y avait aussi un juif azéri et un Roumain. Ils ont trouvé refuge chez nous. Tout comme Madame Manouchian. A l'étage en dessous, vivait également un couple de juifs homosexuels. Ma sœur les avait repérés, alors pour leur faire plaisir elle leur jouait au piano l'hymne national juif, l'Hatikva"."

Et relisant  cette histoire j'ai pensé, évidemment, à cet Aznavour qui adulte chanterait "comme ils disent"... 

Car il a été un libérateur pour les homosexuels...

Il a été en réalité le héros de tout un peuple, il était la revanche des laids, des mal partis des sans bagages, le Parisien,  Aznavour qui aimait tant la France et sa langue, et qui lisait Hugo et Balzac et Anatole France, c'est dans le Figaro, "le seul effort que j'ai fait c'est de bien écrire, pour un gars qui est sorti de l'école à dix ans, ta langue est belle",  et de cette belle langue,  "Charles Aznavour sentait et chantait la société", l'écrivain Daniel Pantchenko dans Sud Ouest. "il savait parler de la vraie vie", le journaliste Bertrand Dicale dans la Croix. «Avant Aznavour, le désespoir était impopulaire. Il a fait son billard de l'argent, de la boisson et des déchirures sentimentales», Jean Cocteau cité dans le Figaro, « Il chante l’amour  avec un vocabulaire nouveau, celui-là même des gestes physiques de l’amour", Maurice Chevalier, cité dans le Monde... 

Et dans ces vérités chantées il y eut donc aussi les homosexuels, qu'il sortait du placard en 1972... Vous lirez sur le site du journal Têtu, ce qu'a représenté ce texte inspiré à Aznavour par Androuchka, son secrétaire, chauffeur et ami « un peu décorateur » qu’il logeait chez lui avec sa chatte; et dont il imiterait l'élégance sur scène. Têtu montre comment Aznavour a saisi la solitude, la fierté et l'humour de la culture gay, et ses « calembours mouillés d’acide », et jusqu'au phénomène trans, qu'annoncent ces « copains de tous les sexes »... 

On porte, enfin, un autre deuil ce matin...

Car la mort est injuste et Aznavour le savait : «Faut pas se prendre au sérieux, ce serait pas sérieux. On se souvient de Pierre Corneille, mais qui parle de son frère Thomas qui fut aussi un écrivain de grand talent ?", je lis ça dans Libération. En octobre 1963 Edith Piaf qui était l'amie d'Aznavour était morte quelques heures avant Jean Cocteau, la foule avait pleuré la chanteuse plus que le poète. En 1949 Marcel Cerdan que Piaf aimait était mort dans un accident d'avion en même temps que la pianiste Ginette neveu, le champion de boxe avait éclipsé la virtuose...

Hier, quand nous résonnons d'Aznavour, nous avons su la mort de Marianne Mako qui fut il y a plus de 20 ans la première femme à parler de football à la télévision, sous les lazzis les quolibets parfoisn mais surtout sous notre admiration pour son intelligence à capter l'art et la confiance des joueurs. Marianne Mako a sa photo en une de l'Equipe et est saluée comme il se doit, elle part en même temps qu'Aznavour, Charles a de la chance en somme, emmenez-nous

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.