Bonjour... "C'est la rentrée !... Dans la cour de l'école, Poupsi le petit poussin et son copain le petit singe Emile sont très fiers... Aujourd'hui, pour la première fois, ils vont à la cantine... 'Miam ! Vivement midi !', s'exclame Poupsi... 'Mais au fait, qu'allons-nous manger ?'... 'Nous, on le sait', répondent ses soeurs Lila et Prunelle : 'C'est un menu spécial rentrée : pattes d'araignée et yaourt aux haricots'"... A lire dans Toboggan, le magazine des 5-7 ans... "Poupsi poussin fait sa rentrée"... comme le font également 12 millions d'élèves, ce matin... La presse, évidemment, s'en fait très largement l'écho... "Allez, debout ! C'est l'école !", titre ainsi La Voix du Nord... "C'est l'heure de la rentrée", titre Paris-Normandie... Tandis que Le Courrier Picard annonce "le tableau noir de la rentrée"... Car ce matin encore, vos journaux s'interrogent sur les réformes qui entrent en application... Nouveaux programmes dans le primaire, nouveaux rythmes, assouplissement de la carte scolaire, et bien sûr les suppressions de postes... Pour L'Humanité, ce sont "les quatre dossiers noirs de Darcos"... Même esprit dans Libération, qui titre à sa Une : "La guerre des quatre jours", et consacre pas moins de quatre pages à la suppression de l'école le samedi matin... Dans son éditorial, Laurent Joffrin s'interroge : "La mesure, au fond, n'est-elle pas destinée avant tout à contenter les parents et les profs, qui tiennent à leur week-end ?"... Dans La République du Centre, Jacques Camus répond "oui"... "L'école de la République est un peu devenue l'école de la RTT"... Le Parisien-Aujourd'hui en France est, pour sa part, allé demander à plusieurs personnalités leurs souvenirs de rentrée... Et là, pas de pattes d'araignée ni de yaourt aux haricots, non... Mais tout de même, des souvenirs qui font un peu froid dans le dos... Line Renaud se souvient ainsi de son premier jour de maternelle... Elle avait 4 ou 5 ans... "Je ne voulais pas y aller, et je criais... Tous les voisins sortaient, se demandant ce que mon père pouvait bien me faire"... 800 mètres de hurlements... Et une fois arrivée, la directrice qui dit à son père : "C'est trop tôt : elle est traumatisée... Revenez l'année prochaine"... Olivier de Kersauson se souvient, de son côté, de la rentrée des classes comme du "pire jour de l'année"... Quant à Michel Drucker, il se souvient "de stress, de sueurs froides, de migraines, d'insomnies"... En fait, parmi les personnalités que cite Le Parisien, il n'y a que Xavier Darcos à parler d'un "heureux souvenir" : celui de son entrée au CM2, quand il a retrouvé son maître de CP... "Savoir que j'allais achever ma scolarité primaire sous sa conduite me procurait alors un sentiment de confiance et d'enthousiasme que j'ai conservé tout au long de l'année, et qui m'a aidé à franchir le cap de l'entrée au collège"... C'est beau comme du Darcos... Et vous, François Bayrou, vous avez de bons souvenirs de la rentrée des classes ?... Toujours dans Le Parisien, on apprend que les ministres font des choix différents pour la scolarité de leurs enfants... Xavier Darcos et Valérie Pécresse, notamment, ont mis les leurs dans le public... Mais d'autres ont choisi l'enseignement privé, comme Nadine Morano, Laurent Wauquiez ou encore le Premier ministre François Fillon... Il l'a fait savoir "en montrant les dents", estime ce matin Daniel Ruiz dans La Montagne, en évoquant le cafouillage d'hier avec Christine Lagarde sur les prévisions de croissance et les projets de réforme de l'ISF... "Quitte à passer pour un père-la-rigueur, écrit donc Daniel Ruiz, François Fillon s'est taillé, à force de sang-froid et de patience, l'image d'un dirigeant responsable qui dit la vérité... S'il le faut, il la défendra en montrant les dents"... Moins bienveillant, Jacques Guyon, dans La Charente Libre, moque "la cacophonie gouvernementale"... "Soit François Fillon est contraint de lire les journaux le matin pour savoir ce que mijotent ses ministres... Soit Christine Lagarde se sent suffisamment libre de ses prérogatives pour passer outre l'avis du Premier ministre"... Soit c'est juste une nouvelle gaffe, ainsi que le laisse entendre François Wenz-Dumas dans Libération... "Christine Lagarde, impair sur la fortune"... Et mon confrère de rappeler les précédentes bévues de la ministre... Ainsi quand il y a, un an jour pour jour, elle évoquait la préparation d'un plan de rigueur : "Pas vrai", avait alors démenti le chef du gouvernement... Ainsi aussi quand, quelques mois plus tard, elle avait proposé sa solution à la hausse du prix du pétrole : rouler en vélo... Là encore, elle s'était attiré les foudres de Matignon... Et pour Libération, le syndrome de Christine Lagarde serait en fait un syndrome bien connu à Bercy : celui du ministre issu de la société civile... Francis Mer et Thierry Breton étaient eux aussi coutumiers de la petite phrase qui tue... C'est toujours de la politique : "Sarkozy et Devedjian : petits agacements entre amis"... un récit de Judith Waintraub... qui nous explique que la gestion de l'UMP est de plus en plus critiquée par le chef de l'Etat, lequel reproche en vrac à Devedjian (je cite) : la chute des adhésions à l'UMP, le trop faible soutien du parti à son action, et la mollesse de ses réactions aux attaques du PS... Les porte-parole de l'UMP pondent pourtant plusieurs communiqués par jour... Mais bon, visiblement, ce ne serait pas suffisant... Tellement pas suffisant que Patrick Devedjian serait aujourd'hui sur la sellette... sur la sellette non seulement à la tête de l'UMP, où Nicolas Sarkozy aimerait bien le remplacer par son ami Brice Hortefeux... mais sur la sellette également à la tête du département des Hauts-de-Seine, où là encore le chef de l'Etat voudrait le remplacer... Si l'on en croit ma consoeur, Patrick Devedjian connaîtrait même déjà le nom de son successeur au Conseil Général : un certain.... Jean Sarkozy... Le fils cadet du Président, qui fait ce mois-ci la Une d'un magazine très tendance : Le Magazine de l'Optimum... Vous l'avez sans doute aperçu en devanture des kiosques et chez les marchands de journaux... Un numéro spécial mode... Mais ce n'est pas de vêtements que parle "Monsieur Fils", comme l'appelle Yves Derai, qui a réalisé l'entretien... réalisé au Fouquet's... où la famille, dit-on, a certaines habitudes... On apprend donc, dans L'Optimum, que son état d'esprit consiste à se mettre au service des autres... "Et ça ne date pas de la campagne municipale", assure-t-il... "Quand j'étais au collège, j'étais délégué de classe... Au foot, je m'occupais des jeunes... Je me suis également beaucoup investi dans le domaine humanitaire... C'est une disposition d'esprit"... Très belle disposition d'esprit... Dans cette interview, on apprend par ailleurs que ce grand blond à la chemise rayée n'est ni manipulé ni instrumentalisé par qui que ce soit... que contrairement aux rumeurs, il n'a pas prévu de se convertir au judaïsme... et qu'il ne cherche pas à se mettre en lumière : "Non, dit-il, je n'ai pas de passion particulière pour la vie médiatique"... Mais bon, il fait quand même la Une de ce magazine très tendance... Très tendance également : les conseils beauté, que vous propose France-Soir ce matin : "Etre belle à prix câlins"... Comment s'aimer sans se ruiner... Leçon numéro 1 (je cite) : "Armez-vous de votre plus beau concombre, découpez-le et disposez-le sur la totalité de votre visage... Un avocat fera aussi l'affaire"... Leçon numéro 2 : "Si vos cheveux sont secs, appliquez de l'huile d'olive avant le shampoing"... Leçon numéro 3 : "Pour adoucir votre peau, recyclez votre café... Une fois sous la douche, frottez le café moulu sur votre corps... En revanche, précise Pauline-Octobre Carayon, en revanche, n'hésitez pas à vous rincer, car l'odeur de café persiste"... Merci pour le conseil... Dans Les Echos... on vous en a déjà parlé ce matin sur France Inter... "Le gouvernement va créer un prêt à taux zéro écologique"... prêt plafonné à 30.000 euros... Le Sommet européen d'hier, à Bruxelles... Pour Libération, "Les Européens se raidissent sans se désunir"... Pour Le Figaro, "l'Europe lance une mise en garde à la Russie"... L'Humanité insiste, sur sa part, sur l'absence de sanctions contre Moscou : "Crise géorgienne : l'Union européenne reste prudente"... Dans L'Equipe... dossier sur la fin des transferts de footballeurs... "Un mercato à 215 millions d'euros"... "Les clubs français de la Ligue 1 n'avaient jamais dépensé autant d'argent sur le marché des transferts qui s'est achevé hier à minuit"... Dans Presse-Océan-L'Eclair... "Les justiciers à la tronçonneuse s'expliquent devant le tribunal"... Le titre m'a fait peur : je n'ai pas pu aller plus loin... Enfin, un dernier mot de politique, avec l'éditorial du Figaro... Il est signé Paul-Henri du Limbert... et il s'appelle "Les calculs de François Bayrou"... "Pour le moment, écrit-il, le plus important pour Bayrou, c'est d'observer, d'attendre et d'espérer... Que peut-il faire d'autre ?"... Observer, attendre, espérer... Un peu comme un pirate en pleine mer... Et ça, c'est moi qui le dit, ce n'est plus Le Figaro... Le pirate observe au loin les navires : celui de l'UMP, et surtout celui du PS... Le pirate attend... Puis le pirate espère s'emparer des bateaux... Et là, j'ai pensé au cadeau offert par Toboggan... vous savez, le petit journal, avec l'histoire de Poupsi poussin... Le cadeau, ce mois-ci, c'est la panoplie du pirate : la boucle d'oreille, le bandeau, le médaillon, le pistolet... C'est pour vous : c'est cadeau... Allez... Si on passait une bonne journée ?...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.