Il se passe décidément des choses bien mystérieuses.

Il se passe des choses bien curieuses à Sedan.

En l’occurrence, dans une tour, à deux rues des rives de la Meuse : la tour Marcillet, c’est son nom, et elle est en photo ce matin à la Une de L’ARDENNAIS. ‘Mystères à la tour Marcillet’, annonce le quotidien. On dirait le titre d’un roman de Simenon – un titre comme ça, ça intrigue.

Mais que se passe-t-il dans cette tour ? Qu’est-ce qu’elle a de mystérieux ? Eh bien, si l’on en croit le journal, des phénomènes très dérangeants – dérangeants pour les habitants, s’y produisent depuis quelque temps. Il y a d’abord les plombs qui sautent. Pourquoi sautent-ils si souvent ? Ensuite, il y a les ascenseurs qui régulièrement deviennent fous. On veut descendre, ils montent. Si l’on veut monter, ils descendent. Et puis où donc est passé le monsieur du deuxième étage ?

Alors, bien sûr, il y a sans doute à tout cela une explication, une explication rationnelle, mais pour l’heure, les locataires font part de leur perplexité.

Mais, très souvent, l’actualité nous laisse aussi perplexes

L’actu sportive, par exemple ! Et là, je veux parler des montants des transferts dans le football cet été. Le PSG a donc déboursé 145 millions d’euros pour s’offrir Mbappé, et 222 millions d’euros pour s’offrir Neymar, lequel devrait toucher un salaire net de 30 millions d’euros par an. Quand on pense à ces chiffres et à tous ces zéros, on se dit qu’on n’est pas très loin du paranormal...

D’ailleurs, l’UEFA a annoncé hier qu’elle avait ouvert une enquête sur les comptes au PSG, à la suite de ces dépenses pharaoniques lors du mercato. L’instance officielle du football européen veut vérifier que le club n’est pas sorti des clous de ce que l’on appelle ‘le fair-play financier’ – autrement que les finances de l’équipe seront toujours à l’équilibre.

Et ‘Paris risque gros’, titre à sa Une L’EQUIPE, car en cas d’infraction, le PSG pourrait tout bonnement être exclu des Coupes d’Europe. Cela dit, si l’on en croit le journal, la situation serait sous-contrôle.

Afin d’amortir ses transferts, le club a prévu de renégocier à la hausse ses contrats avec les sponsors, mais aussi d’augmenter aussi les tarifs de la billetterie… Et il envisage par ailleurs de dégraisser rapidement, c’est-à-dire, et là, je cite le quotidien sportif : de ‘vendre prochainement des joueurs’.

‘Vendre des joueurs’, drôle d’expression

On vend des hommes, ça ne choque personne. Enfin si, ça en choque certains, comme Didier Delinotte dans les colonnes de POLITIS, qui dénonce ‘un marché aux bestiaux’. Dans son papier, il nous rappelle une phrase de Raymond Kopa – c’était il y a 55 ans, dans une interview à France DIMANCHE en 1963. ‘Les footballeurs sont des esclaves’, avait-il expliqué.

Cela lui avait d’ailleurs valu une disgrâce dans le milieu, et une éviction définitive de l’équipe de France... Kopa, dont la légende dit en outre que le transfert du stade d’Angers au stade de Reims aurait coûté aux dirigeants rémois l’équivalent d’une 2CV… C’était dans les années 50, autre époque, autres mœurs.

Or aujourd’hui, se désole Didier Delinotte, ‘le football est devenu comme un condensé de tous les maux du capitalisme’ : salaires exorbitants pour une élite et clochardisation pour d’autres, fraude, évasion fiscale. Le mercato, conclue-t-il, ‘est une foire aux vanités, un marché aux esclaves de luxe’.

Les hommes, parfois, ne seraient donc que des marchandises

C’est aussi ce qu’on se dit à lecture du reportage de Sophie Anmuth dans L’EXPRESS : ‘En Egypte, la chair des migrants’. Dans les bas-fonds du Caire, les réfugiés qui rêvent de rejoindre l’Europe sont les principales victimes d’un trafic d’organes lucratif, trafic que les autorités ne parviennent pas endiguer. Un rein, un bout de foie...

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, l’Egypte est, après la Chine, les Philippines et l’Inde, l’un des pays les plus touchés du monde par le trafic d’organe. Et de plus en plus, ce sont donc les organes des réfugiés qui alimentent ce juteux marché. Parfois, ils acceptent les sommes qu’on leur propose.

Un rein, un bout de foie... Ils espèrent que cet argent les aide ensuite à traverser la Méditerranée. Mais les cas sont aussi nombreux de réfugiés qui se font enlever et qui, lorsqu’ils se réveillent, se découvrent une cicatrice sur le ventre. Un rein, un bout de foie… On achète les organes et on vend les organes, et il arrive donc également que l’on vole les organes.

Un sujet inquiétant aussi à la Une du PARISIEN, et une question inquiétante : « Tabac, cannabis, alcool… sans oublier les écrans, nos enfants sont-ils tous accros ? »

De plus en plus nombreux, et de plus en plus jeunes, les adolescents ont des conduites addictives, au point que les autorités travaillent à la mise en place d’un ‘plan d’éducation à la santé'.

'La jeunesse est en danger’, s’alarme le président de la fédération française d’addictologie, en pointant notamment l’alcoolisme des filles. Les adolescentes boivent de plus en plus, et le médecin met en cause la tolérance scandaleuse de la France pour l’alcool. Les publicités pour l’alcool ont été ré-autorisées, en premier lieu sur Internet, et cela fait donc de gros dégâts.

Interview politique également dans le quotidien : celle de Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France

Elle évoque le ‘risque’ d’un éclatement du parti Les Républicains si c’est Laurent Wauquiez qui accède à sa présidence, et elle met en garde contre ‘toute porosité avec le Front National’.

A ce propos, je vous conseille aussi la lecture du portrait que signe Mathieu Goar dans LE MONDE : ‘Wauquiez, adulé par la base, mais haï par ses pairs’.

On y lit dans le détail sa soif d’exister, son besoin d’exister. Et deux informations franchement assez croustillantes.

Tout d’abord, avant d’arborer une chevelure naturellement grise, Laurent Wauquiez s’est teint lui-même les cheveux en poivre et sel. Objectif : apparaître plus expérimenté que les autres élus de sa génération. Et puis on apprend également qu’il s’est offert les services d’un coach vocal afin de retrouver son accent de Haute-Loire. Objectif, cette fois : apparaître plus populaire. L’authenticité façon Laurent Wauquiez : tout cela semble tout de même très mystérieux...

De son côté, LE FIGARO revient sur les ordonnances sur la loi Travail

‘Et si la réforme passait sans encombre ?’ : la question fait la Une et le quotidien précise que même si l’Elysée et Matignon ne crient pas victoire, les réactions mesurées des syndicats aux ordonnances permettent d’envisager une rentrée sociales plus sereine que prévu.

Et, de fait, du côté des partis politiques, ce sont surtout les Insoumis de Jean-Luc Mélenchon qui s’inscrivent dans un rejet total de la loi. Cela étant, côté syndicat, là, c’est la division, notamment à Force Ouvrière – si l’on en croit LIBERATION, c’est même ‘le bordel’ à FO, où beaucoup d’adhérents ne comprennent pas que Jean-Claude Mailly n’appelle pas à manifester contre le texte le 12 septembre.

Certains, dès lors, iront quand même dans les cortèges avec la CGT ! Commentaire d’un responsable départemental : ‘Macron a fait éclater les partis traditionnels, il pourrait maintenant faire de même avec les syndicats !'

Il se passe décidemment des choses bien mystérieuses.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.