La marque de tampon est discrète mais interpelle forcément. Page 3 du dernier numéro de Courrier International… le sommaire. Et apposé en haut de la page donc ce tampon. Rouge avec inscrit dessus, comme on pourrait le voir sur un tube de ketchup qui assure que le produit ne contient pas d’additif mauvais pour la santé… inscrit en haut de cette page donc une indication plutôt osée par les temps qui courent : Sarko free ! Autrement dit : votre Courrier International ne contient aucun Sarkozy ! 55 pages, tenez vous bien, sans une seule fois évoquer le président, ni même son épouse… Une gageure qui n’est pas expliquée par le magazine. Seule cette imitation de Tampon. Alors on cherche, dans les pages, dans l’édito… on essaie de trouver au beau milieu d’un article le nom de Sarkozy… Mais non, rien ! Pourtant ne pas évoquer le président ces temps-ci, c’est passer à côté de beaucoup de sujets importants dans lesquels il joue un rôle (c'est-à-dire presque tous) : la franchise médicale, les infirmières bulgares, etcetera, etcetera… Il aura fallu contacter Courrier International pour comprendre et s’assurer qu’il n’y a pas d’erreur. Mais non ! Anthony Bellanger, Directeur des Informations du magazine justifie cette prise de position par un raz le bol général de la rédaction. Raz le bol de voir Sarkozy à toutes les sauces. « Mais comment alors parler des infirmières bulgares par exemple » sans citer le nom une seule fois du président français ? Hé bien, répond Anthony Bellanger, en choisissant par exemple un article paru dans un journal bulgare, le principe hein de Courrier International, article qui évoque le rôle de la communauté européenne dans la libération des praticiens… « Un travail de longue haleine… poursuivait Anthony Bellanger…et non pas 10 minutes comme ça au dernier moment de madame Sarkozy, qui d’un coup de baguette magique libère les otages… » Joli coup médiatique donc pour Courrier International … Le numéro « Spécial été » restera en kiosque 3 semaines. Après, ce sera plus dur, Nicolas et madame seront rentrés de vacances et il est fort à parier que requinqué par son séjour, visiblement aux Etats-Unis, le couple Cécilia-Nicolas sera présent sur tous les fronts… Alors nous aurions aimé nous aussi profiter de ces vacances… Faire un clin d’œil à Courrier International en proposant une revue de presse « Sarko Free » mais là ce matin, vraiment ça n’est pas possible… Le président n’est pas dans toutes les pages de vos quotidiens certes mais au moins dans les premières…. Avec justement ces révélations après à la libération des infirmières et du médecin bulgares… Libération que l’on ne doit vraisemblablement pas au charme de Cécilia mais plutôt à ce contrat signé entre Tripoli et la France. Annonce faite hier soir par un haut responsable lybien. Le fils du président Khadafi nous en avait déjà fait part dans les colonnes du monde daté d’hier. Cette fois cela semble confirmé. L’Elysée ne dément pas vraiment mais assure toutefois qu’aucun contrat n’a pour l’instant été signé. Contrat qui selon la Lybie, porte sur l’achat par Tripoli d’équipements militaires au groupe franco Allemand EADS : 168 millions d’euros pour des missiles antichar. et 128 millions pour un système de transmission. Bien sûr personne n’était dupe. « Evidemment ! écrit Jean Claude Kieffer dans les derniers nouvelles d’Alsace, évidemment la libération des infirmières bulgares, dans la mesure où elle a été négociée par la France, s’est faite sans contrepartie scabreuse ! Du pur humanisme, de la générosité bien de chez nous ! Qui oserait en douter ? Mais ce contrat de 168 millions d’euros alors ? poursuit l’éditorialiste : Une coïncidence assurément. » Ironie et transparence… Transparence demandée par beaucoup de vos quotidiens ce matin. « Aussi légitime qu’elle soit dans un pays démocratique, regrette Jacques Guyon dans la Charente libre, cette transparence risque bien de n’être que purement incantatoire. Qui a pu en effet avoir la naïveté de croire que la seule présence de Cécilia Sarkozy aurait été susceptible de transformer le dictateur en agneau repenti ? Comme si les relations internationales se réglaient comme des affaires de famille. » Pas dupe donc l’éditorialiste de la Charente Libre… mais déçu par ce manque d’honnêteté. L’Union de Reims, elle, se place en défenseur. En réponse à François hollande qui demandait hier des comptes au gouvernement. « A-t-on déjà oublié la libération des infirmières et du médecin des geôles libyennes ? interroge Hervé Chabaud. A gauche, on préfère gloser sur la diplomatie douteuse de la France. Comme s’il fallait à tout prix condamner cette opération, jeter la suspicion, sur la manière dont elle a été menée et s’excuser d’avoir rendu la liberté à des personnes injustement enfermées ». Et l’éditorialiste de conclure « que vouloir tout savoir sur un dossier sensible n’est pas sérieux. Ce serait se priver de réseaux et de méthodes de négociations qui peuvent être utiles ailleurs/// » Mais ce que semble oublier Hervé Chabaud, et Fabrice Rousselot dans Libération le rappelle, c’est que Nicolas Sarkozy avait battu campagne sur le thème d’une « république irréprochable ». « Navrant, écrit Jean-Claude Souléry dans la Dépêche du Midi. Navrant pour tous ceux qui dans nos démocraties souhaitent un minimum de transparence. En tout cas Nicolas Sarkozy apprend à ses dépens que toute manipulation de l’opinion ne dure qu’un temps… » Mais alors pourquoi ces déclarations de la Lybie.. .alors qu’elle semblait vouloir faire ami-ami avec la France. Pourquoi provoquer tant de questions ? L’appétit politique du fils du leader libyen pourrait en être la cause. En effet, Jean Pierre Perrin, Marc Semon et Karine le Loët dans Libération nous expliquent que Saïf al Islam Kadhafi « prend bien soin de prendre ses distances avec la version officielle de l’affaire des infirmières, critiquant la justice libyenne, allant jusqu’à dire qu’elles ont été des «boucs émissaires». « Son interview risque de gêner le colonel Kadhafi, poursuivent les journalistes de Libé. En révélant l’existence d’un accord militaire franco-libyen, cet architecte raté, qui n’a jamais pu être accepté dans une école française, qui a triché pour obtenir sa thèse dans une université autrichienne, et dont les frasques sont souvent à la limite du fait-divers, Saïf al Islam rappelle qu’il est lui aussi partie prenante dans le jeu compliqué qui se joue entre Tripoli et Paris. --------------------------- Et les 5 infirmières et le médecin pendant ce temps là… hé bien Le Monde daté d’aujourd’hui nous apprend que pour retrouver la liberté elles auraient du signer un document dans lequel les praticiens s’engagent à renoncer à tout recours judiciaire pour tortures, mauvais traitement ou détention abusive. Signature d’un accord devant des diplomates européens, précise Natalie Nougayrède… Impunité donc pour les preneurs d’otages. Pas si sûr selon l’avocat de l’une des infirmières. Le français Emmanuel Altit souligne, toujours dans le Monde, « qu’en aucun cas un document signé dans des conditions de contraintes ne pourrait empêcher de faire valoir leur droit pour que leurs tortionnaires soient poursuivis. » ----------------------------- On aimerait que cette affaire libyenne soit aussi transparente que tenez, pourquoi pas, les eaux de l’Arctique. Si claires que l’on y voit à travers, jusqu’au au fond, où des trésors ne se cachent plus. « Main basse sur le pôle Nord » titre Le Figaro en une… Les russes en effet, grâce à une opération scientifique, souhaitent démontrer que Russie et Pôle Nord font partie de la même plate-forme occidentale… et du agrandiraient ainsi leur territoire d’1 million de km2. Mais que faire de toute cette glace, cette eau si froide, et ces fonds marins nous demanderez-vous ? Hé bien, même si le Canada, explique Laure Mandeville dans le Figaro, a tourné en dérision l’expédition de Moscou…l’enjeu est de taille ! « Selon l’agence gouvernementale américaine spécialisée dans les hydrocarbures, le quart des ressources mondiales de pétrole ainsi que d’énormes réserves de gaz et de diamant se trouvent au nord du cercle polaire. En raison du réchauffement climatique de la planète, de la fonte de la banquise et des progrès technologiques, ces ressources vont se retrouver presque à portée de main… » Du coup on comprend mieux pourquoi Norvège, Danemark, Canada et Etats-Unis revendiquent cette partie de l’Arctique. Après celle de l’espace, s’annonce donc la conquête des fonds marins… Plus proche de nous... et aux intérêts tout ce qu’il y a de plus concret. Madeleine Vattel dans le Monde nous précise un détail qui a son importance. Avec 10 milliards de tonnes, ces réserves d’hydrocarbures dans la zone tant convoitée représenteraient l’équivalent de celles du Golfe persique. ------------------ Allez l’info qui nous permettra de vous souhaiter une bonne journée, on la trouve dans le cahier été de Libé… Consacré chaque jour à un objet. Cette fois Jean Louis Le Touzet s’attarde sur … la soucoupe volante. Avec, notamment, une interview d’un ufologue, ces spécialistes des OVNI, où l’on apprend entre autres, que déjà les citoyens de César avaient pu observer de drôles de choses dans le ciel aux fromes rappelant étrangement des soucoupes. En tout cas les romains les décrivaient comme des boucliers volants. Malheureusement le spécialiste ne dit pas si cela avait été constaté non loin du village d’Astérix et Obélix… Bonne journée donc.

Thibaut Cavaillès

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.