Face à la fermeté de la Commission sur ses propositions concernant le Brexit, la première ministre britannique tente une opération séduction auprès des principaux leaders européens.

Une visite en forme d'appel au secours pour Les Echos, une supplique même selon le journal conservateur Britannique The times. "Theresa May appelle Macron à l'aide" résume Ouest France. 

Londres qui tente toujours de négocier un accord à la carte semble vouloir contourner l'inflexibilité de Bruxelles en s'adressant directement au président Français.

L'affaire semble mal engagée car Paris a toujours défendu jusqu'ici la ligne imposé par Michel Barnier le négociateur pour le Brexit de l'Union Européenne.

Signe que l'affaire est grave rappelle la Croix, la famille royale Britannique elle aussi s'est engagée dans ce Brexit Diplomacy Tour comme l'appelle les médias anglais avec un voyage le mois dernier du prince William et de son épouse Kate en Pologne et en Allemagne.

Et c'est dans la résidence de vacances officielle du président Français que sera reçue Theresa May.

L'occasion pour le Figaro de rappeler que le fort de Bregançon a souvent été le lieu de rencontres plus ou moins décisives sur le plan diplomatique. 

Helmut Kohl convié par Mitterrand en 1985 pour sceller la réconciliation franco-allemande, Bouteflika par Chirac en 2004 pour évoquer notamment le sort des harkis, ou encore Condoleezza Rice, invitée par Sarkozy en 2008, pour entériner un plan de paix entre la Russie et la Géorgie. 

Bregançon qui est aussi  le théâtre d'opérations de communication politique. 

C'est ce que nous raconte ce matin Vanessa Schneider dans le magasine M du monde. Nous sommes en 1996, et la journaliste est alors jeune reporter à Libération. Jacques Chirac est président de la République. Terminée la fracture sociale qui lui avait permis de gagner la présidentielle, c'est le temps de la rigueur budgétaire porté par son premier ministre Alain Juppé. A l'époque raconte Vanessa Schneider, c'est le genre de sujet pourri dont personne ne veut ...mais mon rédacteur en chef insiste... Il faut y aller.

Au cas où. Direction donc Bormes-les-Mimosas où les journalistes présents finissent pas s'ennuyer ferme avant de faire des reportages sur les paparazzis.

C'est alors que Claude Chirac, conseillère en communication de son père convoque les journalistes pour une conférence de presse improvisée. La petite troupe de reporter les pieds encore ensablés est reçu par un Jacques Chirac ultra bronzé. A ses côtés Alain Juppé. Polo bleu, presque souriant se souvient Vanessa Schneider. La raison de cette invitation surprise.

L'événement de la veille qui s'est déroulé à Paris.

Les forces de l'ordre ont évacué brutalement 300 africains sans papiers de l'église saint Bernard.

En France et à l'étranger. L'émotion est énorme.

Durant  l'entretien, le chef de l'état élude la polémique et met en scène l'image d'un couple exécutif uni et solide...

La conférence de presse terminée, c'est Bernadette Chirac qui prend le relais offrant quelques rafraichissement ici et là.

Décoration sommaire, aucun  luxe apparent, le fort ressemble à une maison provencale mais l'épouse du président râle un peu

"Il n'y a même pas de piscine" dit-elle.

Emmanuel Macron lui n'a pas hésité à en faire construire une. Quitte à froisser l'opinion.

Après un dernier conseil des ministres Il se rendra à Bregançon dans l'après-midi pour 2 semaines de congés. Pas de conférence de presse à l'agenda mais un séjour qui sera à coup sûr très calibré en terme d'image et de communication pour un président secoué par les turbulences de l'affaire Benala.

Alors que Libération fait sa Une sur les violences sexistes, plusieurs hebdomadaires ont choisi de consacrer un portrait à Oksana Chatchko, la militante féministe.

Le magasine Elle et Paris March reviennent sur la mort de la co-fondatrice du mouvement femen le mois dernier...

Oskana Chatchko avait dénoncé dès 2006 les sociétés patriarcales qui malgré la révolution orange dans son pays en Ukraine perduraient indéfiniment.

Les violences conjugales ou les viols presque jamais condamnés, le tourisme sexuel ou les écarts de salaires homme / femme.

Elle fut l'une des premières en 2009 à se mettre torse nu pour les dénoncer....un moyen d'action qui lui vaudra d'être arrêté puis pourchassé par les autorités russes. 

En 2014 Oskana Chatchko avait quitté le mouvement marginalisé selon elle...  par la très médiatique Inna Shevtchenko, leader des Femen. Oskana Chatchkko, révolutionnaire féministe, s'est suicidée le 23 juillet près de Paris. Elle avait 31 ans.

La révolution toujours.

Mais  celle cette fois menée par les anciennes combattantes des FARC en Colombie qui avaient dû renoncer à la maternité en intégrant les forces révolutionnaires du pays.

Depuis la signature en 2016 d'un accord entre la guérilla et le gouvernement, elles sont nombreuses à vouloir enfin devenir mère. Pour le magasine Marie Claire plusieurs d'entre elles ont raconté leur histoire à la journaliste  Catalina Martin Chico.

Yorladis par exemple est tombé enceinte 5 fois pendant ses années dans les FARC. 5 grossesses et 5 avortements.

L'article raconte que tout au long des 53 années de guérilla marxiste, un système de contraception automatique a été mis en place, des infirmières faisaient tous les mois le tour des campements pour faire une piqure contraceptive à toutes les combattantes. 

Aujourd'hui, la paix retrouvée, les anciennes insurgées sont de nouveau libre d'avoir des enfants.

Certaines ont transgressé les règles en refusant d'avorter comme Elizabeth

Elle a rencontré Andres qu'elle a rejoint dans la jungle à 18 ans.

Elizabeth raconte comment elle a pu contacter sa mère pour qu'elle récupère son bébé clandestin  de 3 mois dans une cabane près de la jungle... Elle ne l'a retrouvé que des années après

Un jour de rêve dit-elle, le 28 février 2017

Enfin pas mal d'articles ce matin reviennent sur la bagarre à l'aéroport d'Orly entre les deux rappeurs Booba et Kaaris.

Libé qui tente d'éclaircir je cite  "les dessous de l'embrouille d'Orly" ou Le Parisien qui y consacre deux pages sur le thème 

"Pourquoi tant de haine"...?

Honnêtement, ce n'est pas très intéressant..

Je vous la fais rapide...

L'histoire est simple...

Il y a plusieurs années Booba a donné sa chance à Kaaris. Ils ont travaillé ensemble mais Kaaris a refusé de soutenir Booba dans une embrouille avec un autre rappeur. Bref une histoire d'ego.

Mais si vous aimez la musique et le rap, vous pouvez aussi lire l'interview que donne la rappeuse Chilla 

C'est sur le site du Bondy Blog : une rappeuse -chanteuse de 23 ans issue du classique, elle a fait 12 ans de violon. Elle vient de sortir un mini album qui s'appelle Karma. Dans ses textes, Chilla dénonce les violences policières, les discriminations mais parle aussi de l'affaire Weinstein ou du harcèlement de rue.

"Je ne suis pas une féministe dit-elle, j'ai juste pris conscience  que pour certaines filles, sortir de chez elles  en portant une jupe était presque une prise de risques"

De la même manière, ce n’est pas normal de fermer sa gueule lorsqu’on t’accoste dans la rue par peur des conséquences, ou d’écouter ta copine te raconter que son mec a levé la main sur elle."

L'un de ses morceaux sur le sujet s'appelle 

« Si j’étais un homme » 

Chilla en interview... C'est à retrouver sur le Bondy Blog...

Aux dernières nouvelles, Kaaris et Booba eux étaient toujours en garde à vue.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.