On dit que lorsqu'on frôle la mort, les images fortes de notre vie se mettent à defiler sous nos yeux en quelques secondes... Eh bien, c'est cette saisissante impression que nous donne aujourd'hui, volontairement ou pas, la une de "France Soir", à propos du CPE... Une série d'images qui commence par la vôtre, Bruno Julliard, sous une banderolle estampillée "stop au CPE"... Des manifestants par milliers, des casseurs qui tabassent un jeune, des CRS qui tabassent des casseurs, la place de la République et ses canons à eau, Dominique de Villepin l'air accablé à l'Assemblée, Jaques Chirac à la télé, Nicolas Sarkozy tout sourire... Chronique des jours de combat... Chronique d'une mort anoncée, si l'on en croit "Libération", pour qui le CPE attend le coup de grâce... Et qui voit l'UMP comme organisateur des funérailles. "Libé" qui, lui aussi, publie les images fortes du conflit, comme une serie de diapos... Une vue impressionniste qui crée cette impression de dejà vu... Comme si aujourd'hui était déjà demain. Oui, demain, nouvelle journée de mobilisation... Ce que "Le Parisien", sans originalité, appelle le mardi noir... Ce qui vous attend titre "Le quotidien" ... Avec deux pages pratiques SCNF-RATP genre "roule-roule pas"... Histoire de donner le coup de grâce... Demain, encore plus fort, écrit l'"Humanité"... Parce que tout cela sent l'embrouille à plein nez, estime Patrick le Hyaric, directeur du quotidien... La droite fait semblant de ripoliner cet imprésentable CPE... Or, en réduisant la période d'essai de deux ans à un an, elle accélèrera encore la rotation des jeunes dans les entreprises, conclut notre confrère. Bref, le CPE, entre la rue et l'Assemblée, résume "La Croix"... En attendant, Sarkozy tire les marrons du feu... "Le Parisien" le qualifie de Premier ministre bis... Sarkozy prend la main, ajoute "Le Figaro", qui s'insurge contre l'attitude de la gauche, qualifiée de pousse-au-crime par Alexis Brezet... Pour certains, il ne s'agit plus de trouver la meilleure solution en faveur de l'emploi des jeunes, mais d'humilier l'adversaire, voire de le pousser à la démission... On voit bien l'idée qui anime les socialistes, poursuit Brezet : profiter de l'affaiblissement du pouvoir pour finir le travail. Quoi qu'il en soit, remarque "Libération", le bout du tunnel n'est pas en vue... On a vraiment du mal à comprendre comment la crise va se dénouer... Ce que Serge Faubert exprime comme en échos dans France Soir : va-t-on enfin en voir le bout ? En terminer avec ce conflit qu'un égo mal placé a transformé en affrontement social historique... Depuis la bouffonnerie présidentielle de vendredi soir, le CPE est moribond... il n'attend que le coup de grâce... Une expression qui, décidément, fait flores dans la presse. Et puis bien sûr les journaux reviennent sur l'allocution de Jacques Chirac vendredi soir... Abracadabrandesque, estime Dominique Rousseau, professeur de droit à l'université de Montpellier... Interrogé par le journal Le Monde, il nous rappelle qu'un employeur pourrait se voir sanctionner pour avoir appliqué une loi qui existe... Une loi que le Conseil constitutionnel a validé et que le chef de l'Etat a promulguée... En d'autres termes, l'universitaire hallucine et en remet une couche dans "La Croix"... A moins que Jacques Chirac ne soit devenu un adepte de la désobéissance civile, sa décision n'est pas compréhensible... Ca ne s'est jamais vu... rappelons que son devoir n'est pas d'appeler les violations de la loi... Sa décision est une faute constitutionnelle, conclut Dominique Rousseau. Demain sera donc un autre jour... de mobilisation... Et on peut penser que la presse étrangère ne va pas manquer de diffuser une nouvelle fois cette idée largement répandue, y compris en France d'ailleurs, que ce pays est incapable de se réformer... Que les Français préfèrent la révolte à la réforme, comme un péché originel... Ce à quoi l'hebdomadaire "Marianne" a la bonne idée de rappeler qu'il n'y a pas que les fonctionnaires hexagonaux qui montrent une frilosité incurable, entre guillemets, dès qu'on touche à leurs privilèges, toujours entre guillemets... Effectivement, 1 million d'employés municipaux britanniques se sont mis en grève pour protester contre le projet de réforme destiné à faire passer l'âge de leur retraite de 60 à 65 ans... Comme en France, 2000 écoles ont fermé leurs portes, tandis que policiers, pompiers, chauffeurs de bus, éboueurs et travailleurs sociaux débrayaient massivement... En Allemagne aussi, 80.000 métallos ont débrayé et le mouvement pourrait s'étendre... Conclusion d'Eric Dior dans "Marianne" : le virus décadentiste a bel et bien franchi le Rhin et la Manche... Avec guillemets de rigueur pour décadentiste. Voilà... Entre pavés et bancs de l'Assemblée, le CPE entre dans le processus de la navette parlementaire et de plein pied dans le débat constitutionnel et politique... Un débat d'adulte en quelque sorte... Et les jeunes alors ?... Les premiers concernés par cette affaire... Quand bien même le CPE serait-il retiré, est-ce que la pression retomberait au sein d'une jeunesse qui a les nerfs à vif, l'espoir en berne et l'amertume au coeur... Eh bien c'est tout l'objet de votre édito, Didier Pillet dans "Ouest France"... Bonjour... Est-ce que l'avenir sans CPE s'annonce pour autant sous de meilleurs auspices pour les jeunes ? Autrement dit, est-ce que ça suffira à calmer leurs angoisses. Vous n'êtes pas un homme politique, vous êtes journaliste... Donc dans le constat et l'analyse... Vous proposez des pistes quand même pour sortir de cette crise morale. (Le Grenelle évoqué la semaine dernière : il pourrait constituer une réponse ?) Merci, Didier Pillet. C'est donc à lire dans "Ouest France"... Et puisque nous parlons d'avenir pour les jeunes, cet article du "Figaro Entreprise" qui enfonce un peu le clou mais bon, telle est la réalité... il y a beaucoup de diplômes qui sont aujourd'hui des impasses... Attention, diplômes sans issue, titre ce supplément du "Figaro"... Avec en particulier deux filières qui, à elles seules, symbolisent l'aberration universitaire française : les STAPS et la psycho. Les STAPS, ce sont ces filières qui forment au métier de Professeur d'éducation sportive... 45.000 étudiants inscrits, 415 postes offerts cette année... autrement dit 1 pour cent d'espoir. Quant à la filière psycho, là, la France détient une sorte de record du monde... Avec 65.000 inscrits, les facs psycho représentent un quart de tous les étudiants de cette discipline en Europe. Autant dire qu'avec ça, il faut s'accrocher pour trouver du travail. HEURE Mardi prochain, le 11 avril, le "7-9 de France Inter" sera à Rome à l'occasion des élections en Italie... Législatives... Les plus importantes vu le système politique italien... C'est cette consultation électorale qui désignera le chef du gouvernement dans un pays qui a le blues, nous explique "Libération"... Un pays où tout d'abord, des journalistes sont écartés, des émissions évincées, une information truquée... Un pays dirigé par un homme qui depuis qu'il est au pouvoir a liquidé le débat politique... Par son emprise sur les médias et la télé en particulier, affirme "Libération", Berlusconi a remplacé ce débat par un réality show quasi permanent... Ce dont se plaint évidemment son concurrent de la gauche, Romano Prodi, qui dit par exemple... Oh, ce n'est qu'un exemple, mais il est parlant... Berlusconi apparait tout beau à la télé tandis que moi, je suis régulièrement filmé de dos en train de dire des banalités. Une Italie qui par ailleurs, semble désenchantée, entre une droite qui ne les fait plus rêver et une gauche qui lui annonce des corrections radicales... C'est la situation économique qui désespère les Italiens... D'où ce portrait assez sombre que tire "Le Figaro" d'un pays sur lequel les chiffres de l'économie jette un voile... Un voile sur une terre de soleil et de beauté que les touristes sans se lasser viennent admirer en ignorant ses lézardes. En résumé comme le titre "Le Figaro" : les Italiens désenchantés ne croient plus au miracle. En revanche, autour de Jean-Paul 2 qui est mort il y a un an et dont la mémoire a été célébrée hier à Rome bien sûr, comme il se doit, non seulement on parle de miracle mais la thèse est considérée comme de plus en plus sérieuse... Un dossier sur lequel se penche "Famille Chrétienne" cette semaine, qui nous raconte comment un juif américain atteint d'une tumeur au cerveau s'est trouvé guéri après avoir reçu la Sainte communion des mains de Jean-Paul 2... C'est aussi l'histoire édifiante d'une catholique australienne dont l'enfant était atteint d'une paralysie cérébrale... Portée par la foi, elle a conduit son petit Emile à Rome... Et Jean-Paul 2 lui a dit : emmènes ton fils à Lourdes et tu verras, il marchera... Elle est allée à Lourdes... Son fils marche. Ou bien enfin, le témoignage de l'italien Hugo Festa qui, après sa conversion au contact de Jean-Paul 2, a vu ses lourds handicaps disparaitre... 40 ans dans un fauteuil roulant... Et puis un jour, survient l'inexplicable... Il se retrouve debout et bouge. J'en termine avec cette information qui peut vous être utile... Vous connaissez l'expression : comment tu vas ? Bof comme un lundi... Ce qui à la fois veut tout dire et rien dire... Disons que le lundi est la journée la plus éloignée de la prochaine journée de repos... Et pourtant, dans plusieurs pays comme l'Irlande, l'Australie, la Grande-Bretagne ou la Belgique, c'est au contraire le jour où les salariés sont les plus productifs... Sur la foi d'une enquête réalisée auprès de 1760 patrons à travers le monde, on apprend aussi qu'il y a une certaine baisse de régime le mercredi... Et que le jeudi ça ne s'arrange pas... Mais une fois de plus, la France se distingue... Message à tous les chefs d'entreprise du pays : pour les salariés français, le jour le plus propice au travail... C'est le mardi. A bon entendeur... A demain... Demain c'est mardi, jour de grève. Bonne journée

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.