C'est bien connu : quand on aime, on ne compte pas... Et quand on aime, parfois on le dit avec des fleurs... Pour preuve ce matin, cette histoire, rapportée par Le Parisien... Il y a quelques semaines, un habitant de Belfort a fait livrer chez une dame un bouquet de 500 roses... Beau bouquet, gros bouquet... que la dame a pourtant refusé... Retour à l'envoyeur : ces fleurs, elle n'en veut pas... Eh bien, qu'à cela ne tienne : pour faire céder sa douce, notre amoureux de Belfort a décidé de doubler la mise... Il y a quelques jours, il a fait expédier un nouveau bouquet... avec, cette fois, mille et une roses... signe de son grand coeur et de son grand portefeuille... La facture, nous dit-on, s'est élevée à 800 €... Et cette fois, la dame a dit "oui"... pas forcément "oui" au monsieur, mais en tout cas "oui" au bouquet... Mille et une roses : reconnaissons que c'est difficile à refuser... Après, il y a juste la question du vase, mais ça c'est une autre histoire... Mille et une roses... 800 €... Quand on aime, on ne compte pas... Commentaire du journal : "A Belfort, les fleuristes ne connaissent pas la crise"... L'amour comme remède à la crise : il suffisait d'y penser... La crise qui, ce matin encore, fait la Une des journaux... lesquels reviennent très largement sur les mesures du plan de relance annoncées hier par le Premier ministre... Et là, ce n'est plus mille et une roses, mais "mille projets pour amortir la crise", ainsi que le titre à sa Une Ouest-France... "Mille chantiers pour freiner le chômage", titre de son côté Le Progrès de Lyon... D'autres journaux s'intéressant plus particulièrement aux investissements décidés pour leur propre région... "150 millions d'euros pour relancer la Lorraine", annonce ainsi Le Républicain Lorrain... "Le plan de relance n'oublie pas la Sarthe", se réjouit Le Maine Libre... Tandis que La Provence s'interroge : "Mille projets suffiront-ils ?"... "Faut-il croire au plan de relance ?", se demande également Le Parisien-Aujourd'hui en France... une question à laquelle les éditorialistes répondent ce matin par un fort scepticisme... "Ce plan n'est pas à la hauteur des enjeux, et il ne fait que compiler des projets qui étaient déjà dans les tuyaux", note ainsi Jean-Marcel Bouguereau, dans La République des Pyrénées... "L'effet de saupoudrage a prévalu sur la cohérence", abonde Hervé Chabaud, dans L'Union... en se désolant d'une "politique de Gribouille aux effets désastreux"... Dominique Garraud, dans La Charente Libre, évoque, lui, "la pénible impression d'improvisation suscitée par les annonces du Premier ministre... impression d'improvisation, et des a priori idéologiques d'un autre âge, écrit-il... La France ressort ses vieux coucous autoroutiers, et affirme urbi et orbi que la crise n'impliquera aucun changement de politique générale"... "François Fillon promet qu'il n'est pas question de changer de cap : tant mieux", rétorque toutefois Gaëtan de Capèle, dans l'édito du Figaro... "Le choix politique du gouvernement de privilégier l'investissement et l'emploi, a le mérite de la cohérence", écrit-il, en dénonçant "la démagogie de la gauche et des syndicats, qui plaident pour une relance de la consommation... Quitte à braver la dictature du politiquement correct, poursuit-il, la vérité oblige à dire que le pouvoir d'achat des salariés ne se dégrade pas"... Signé donc Gaëtan de Capèle, du Figaro... seul journal franchement enthousiaste après les projets dévoilés hier... Le Figaro qui nous explique par ailleurs que ce n'est pas vraiment vous, Monsieur Devedjian, qui êtes à l'origine du plan de relance... vous qui pourtant êtes le ministre chargé de la Relance... Alors, si ce n'est pas vous, c'est qui ?... Eh bien, d'après Le Figaro, ce sont trois hommes, trois hommes de l'ombre, qui ont tout décidé... et qui, depuis quelques mois, décident de tout quand il s'agit d'économie... Ces trois hommes, ce sont Stéphane Richard (le directeur de cabinet de Christine Lagarde), Antoine Gosset-Grainville (le directeur adjoint du cabinet de François Fillon), et puis bien sûr François Pérol (le secrétaire général adjoint de l'Elysée)... "Trois hommes amis dans la vie, et proches du Président de la République : voilà le trio stratégique de l'économie française", explique Marie Visot... "Ce sont eux qui font et défont le Meccano industriel et financier du pays"... Papier dans lequel on apprend notamment que Stéphane Richard est très copain avec Jean-Marie Messier... et que François Pérol sait très bien imiter Nicolas Sarkozy... Patrick Devedjian : vous également, vous imitez Nicolas Sarkozy ? (...) Toujours à propos du plan de relance... Libération, ce matin, propose ses propres pistes... "Dix idées pour une vraie relance"... "Rendre les plans sociaux plus coûteux pour les entreprises bénéficiaires"... "Réinventer les emplois-jeunes"... "Donner un coup de pouce au SMIC"... "Augmenter les impôts des ménages les plus fortunés"... Des idées que ne renierait sans doute pas L'Humanité... qui fait sa Une sur un sondage, sondage de l'institut CSA : "Après le 29 janvier, 61% des Français prêts à continuer"... "Insatisfaits des réponses du gouvernement face à la contestation, plus de 6 Français sur 10 souhaiteraient donc que les syndicats poursuivent leur mobilisation"... A lire donc dans L'Humanité... journal créé par Jaurès en 1904 (et pas en 1944, ainsi que nous l'avions dit hier : en 44, Jaurès était mort depuis 30 ans)... Parfois, quand on aime, on compte mal... Et parfois, quand on aide, on compte mal également... C'est ce qui ressort du dossier du magazine Capital consacré aux associations caritatives... "Où passent nos dons aux associations ?", s'interroge Capital... dossier réalisé par Etienne Gingembre... qui a passé au crible 30 institutions faisant appel à la générosité publique... Suite à quoi mon confrère a réalisé un tableau, où l'on peut voir quelles sont les associations les plus vertueuses, et quelles sont les associations les plus flambeuses... La palme des plus flambeuses revenant à l'Association internationale pour la recherche sur la maladie d'Alzheimer... Depuis sa création en 2003, elle a en effet versé moins de 7% de ses fonds aux chercheurs travaillant sur les maladies dégénératives du tissu cérébral... Le reste des 7 millions et demi d'euros collectés a servi à payer les honoraires à une ribambelle de prestataires américains spécialisés dans les mailings, le marketing ou la comptabilité... Pas de panique néanmoins : la plupart des associations caritatives ne sombrent pas dans de tels errements, rassure mon confrère... Depuis l'affaire de l'ARC en 1996, les limiers de la Cour des Comptes et de l'Inspection générale des Affaires sociales n'ont pas trouvé trace d'escroqueries ni de détournements caractérisés... L'ARC qui compte d'ailleurs aujourd'hui parmi les associations les plus vertueuses... tout comme notamment ATD-Quart Monde, Action contre la Faim ou encore la Fondation Abbé-Pierre... A l'inverse, explique le journal : l'association France Liberté, de Danièle Mitterrand, appartiendrait aux plus flambeuses... Dossier à lire dans Capital... où vous verrez aussi que des ingénieurs japonais sont en train de construire un "robot sarkozyste"... C'est Philippe Eliakin qui raconte... "Depuis des années, au Japon, la hantise des patrons n'est pas que les salariés se tournent les pouces, mais c'est qu'ils travaillent trop... Une fois la journée terminée et le boss au bercail, les plus accros reviennent en cachette au bureau pour bouffer du dossier jusqu'à pas d'heure... Les autorités de l'archipel ont tout tenté pour endiguer ce mal : amendes, sanctions aux entreprises... En vain... Jusqu'à ce que les ingénieurs d'une société de sécurité trouvent enfin la solution : ils viennent de mettre au point un petit robot capable de ramener les cinglés du turbin à la raison, et a fortiori à la maison... Le soir venu, ce flic de silicium taillé comme un boxeur et monté sur roulettes fait le tour des bureaux et demande aux présents de déguerpir... En cas de refus, il note les noms et va cafter le lendemain à la DRH... La première société qui a essayé le robot se dit ravie du résultat... Il paraît que les heures sup ont diminué de 90% depuis son entrée en scène... Or, d'après Capital, les ingénieurs japonais qui ont créé le robot, cornaqués par des conseillers de Nicolas Sarkozy, seraient en train d'en confectionner une version spécialement adaptée au marché français... Au lieu de ficher les salariés à la porte de leur bureau, il irait les chercher au café du coin et les ramènerait à coups de pied dans les fesses à leur poste de travail"... Je ne sais pas, Patrick Devedjian, si vous étiez au courant ? (...) J'avoue que moi-même, je doute un peu de la véracité de cette info... Mais bon, dans la série "on n'arrête pas le progrès", j'ai noté également ce papier du Parisien : "Ministre du Numérique cherche connextion Web"... Ca ne s'invente pas... Nathalie Kosciusko-Morizet, la nouvelle secrétaire d'Etat au Numérique, se plaint de n'avoir qu'un accès très restreint à Internet... En raison des dispositifs de sécurité existant autour des services du Premier ministre, il lui est notamment impossible de naviguer sur les sites qui proposent des vidéos : genre YouTube ou DailyMotion, ou encore le site France Inter... Pas dramatique, vous me direz... Mais bon, pour NKM, c'est quand même ennuyeux... Les autres titres de la presse, ce matin... Un fait divers, à la Une de La Dépêche du Midi... En Ariège, l'arrestation d'un homme qui avait enlevé ses deux fils à leur mère... "Il cache ses enfants pendant 11 ans", titre le quotidien... L'homme a été écroué ce week-end... La colère des enseignants-chercheurs et des étudiants fait également les gros titres d'une partie des journaux... "La colère monte contre les réformes", titre ainsi Les Dernières Nouvelles d'Alsace... avec photo d'une assemblée générale hier à l'université de Strasbourg... De plus en plus de facs sont désormais concernées par le mouvement... Conséquence de la tempête dans le Sud-Ouest : "le gros gibier va proliférer"... C'est à lire dans Le Parisien... On prévoit notamment une explosion du nombre de sangliers... Enfin, vous lirez dans France-Soir une interview de la journaliste et écrivain Annie Lemoine... "L'amour, dit-elle, est essentiel dans nos vies"... L'amour : on y revient... Et c'est le genre de citation qui mériterait un gros bouquet de fleurs...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.