On commence par une Une…

…juste histoire de se faire du bien, de rire un bon coup avant d’entrer dans le dur de l’actualité, la Une de Charlie Hebdo , la première pour le dessinateur Vuillemin qui renoue avec la veine trash et de mauvais goût, comme on l’aime : Jacqueline Sauvage , condamnée pour le meurtre de son mari violent et qui vient d’obtenir une grâce présidentielle, Jacqueline Sauvage donc consacrée « ministre de la Justice » à la Une de Charlie . On l’y voit tirer à tout va avec son fusil à double canon, des hommes tombent et elle exulte : « Fini le laxisme »

On poursuit avec l’actualité…la montée de l’intégrisme musulman

Avec des chiffres…et deux contributions passionnantes ce matin dans la presse

Les chiffres, on en a parlé dans les journaux ce matin de France Inter , ce sont ceux révélés par Le Figaro : 8250 personnes sont désormais signalées en France pourradicalisation , repérées par les services de l’État, ou par leur entourage via le numéro vert Anti djihad. Parmi elles selon Le Figaro , 20% de mineurs, de plus en plus de filles, une proportion de convertis qui se maintient à un taux élevé, tout le territoire français. Quelques informations aussi sur les chemins de la radicalisation. Contrairement à une idée longtemps répandue, précise l’Unité de coordination de lutte anti-terroriste, les jeunes qui basculent ne le font pas en pianotant seuls sur leur ordinateur, mais le déclencheur est à 95% lié à un contact humain, c’est-à-dire la rencontre avec un intégriste prosélyte. C’est après que les réseaux sociaux, et la propagande de l’État islamique prennent le relais.

Tableau comptable donc…

Les contributions maintenant : Celle d’abord de Scott Atran , anthropologue américain spécialiste du terrorisme publiée sur le site de l’Obs. Très long texte intitulé, L’État islamique est une révolution qui va à rebours d’une thèse en cours chez nous, développée notamment par le politologue Olivier Roy. Pour reprendre sa formule, « L’islam radical ne serait qu’un nihilisme », les jeunes qui rejoindraient l’État islamique seraient des marginaux ignorants des questions religieuses, qui prendraient la vague de l’islam radical car c’est le plus grand et le plus affreux des mouvements de contre-culture à leur disposition. Non, affirme Atran, le phénomène est bien plus menaçant car il s’agit d’un projet profondément séduisant visant à changer et sauver le monde. Nous ne voulons pas voir, dit-il, que ces jeunes qui s’engagent dans le combat le font dans la joie, ils le font pour répondre à l’appel du Sublime, une recherche de l’absolu qui a pu prévaloir dans d’autres révolutions, sous d’autres formes bien sûr, comme la Révolution française. Ce besoin de valeurs sacrées, hier, la libération nationale, mais aujourd’hui, pour Daech, le Califat, galvanise, aimante ces jeunes gens, il leur procure, écrit Atran, du sens et de la liberté. Il les sort de la mainmise du monde matériel dans lequel ils ne voyaient que vice et mièvrerie. Parallèle donc avec la Révolution française, cette guerre totale au service d’une force morale, spirituelle et indomptable qui a conquis l’Europe au 18ème siècle, parallèle aussi avec le nazisme, le soldat allemand croyait à ce qu’il faisait, il se battait pour une cause et ses camarades, la révolution de l’État islamique nous interroge de la même façon. L’histoire conclut Atran, nous apprend que la plupart des sociétés cultivent des valeurs sacrées pour lesquelles leurs peuples sont prêts à se battre passionnément, sans faire de compromis. La guerre déclarée à Daech ne saurait donc être qu’une simple guerre contre le terrorisme. Texte beaucoup plus complexe, que tel que je viens de vous le résumer, à retrouver donc sur le site de L’Obs

Passons à la seconde contribution que vous évoquiez ?

Celle de la sociologue algérienne, Marieme Hélie Lucas , à lire cette fois dans Télérama . Elle revient sur le terrible épisode de la nuit de Cologne, le 31 décembre dernier où des centaines de femmes ont subi des agressions sexuelles de la part de migrants, elle rejoint, dit-elle, les protestations des féministes contre « l’instrumentalisation de ces événements par l’extrême-droite xénophobe », mais un élément manque cruellement, souligne-t-elle, la dénonciation de l’intégrisme religieux en tant que nouvelle force d’extrême-droite justement. Charge virulente de cette sociologue féministe algérienne, qui reproche à la gauche européenne, et donc à la gauche française, de s’être trompée d’ennemi en restant arc-boutée contre l’impérialisme américain quand c’est l’intégrisme armé qui nous menace. D’être restée sourde à ce qui se passait en Algérie dans les années 1990 quand les groupes intégristes menaient déjà la guerre contre les femmes, et que les femmes algériennes, elles se battaient. Elle s’inquiète de voir qu’aujourd’hui, les intégristes ont presque gagné en faisant croire que l’islam, c’est eux et eux seuls, et que les attaquer, c’est être islamophobes. Nous avons besoin de la gauche pour empêcher la récupération de nos protestations par l’extrême-droite xénophobe, car il s’agit bien d’un choc entre fascistes et antifascistes, affirme-t-elle. Le sort fait aux femmes serait un curseur de ce fascisme.

Réaction de Ségolène Royal … une partie de la gauche française est-elle encore aujourd’hui coupable d’aveuglement face à un ennemi qu’elle refuse de nommer ?

Dans l’actualité, également, le projet de loi constitutionnelle portant sur la déchéance de nationalité :

On s’en tiendra à relever la justesse de la métaphore utilisée par Guillaume Tabard dans Le Figaro , qui parle « des sables mouvants » dans lesquels François Hollande est désormais enlisé, qu’il fasse des gestes envers la droite ou envers la gauche, il s’enfonce à chaque fois un peu plus…Le Président pourrait même être obligé de renoncer au Congrès, dit-il. Tout ça pour ça…

Le Figaro, qui nous apprend qu’un autre pays se débat aujourd’hui dans des histoires de binationaux, l’Algérie. Le Président Bouteflika a glissé dans la nouvelle constitution qui doit être votée dimanche, un article qui écarte les binationaux des hautes fonctions de l’État. Une ségrégation entre nationaux purs etimpurs qui mobilise notamment les Algériens de France, présents au parlement d’Alger, qui rappellent que c’est en France, en émigration, qu’est né le premier parti patriotique pour l’indépendance de l’Algérie.

Dans la presse également, alors que le Texas vient de dévoiler le premier cas de transmission du virus Zika par voie sexuelle, une victime collatérale de cette épidémie qui inquiète le monde. La nouvelle petite voiture indienne du groupe Tata . Pas de chance, elle avait été baptisée Zica, avec un c, nous apprend Le Figaro Économie …Tata cherche d’urgence un nouveau nom…

Et on termine par du foot…

Même si on apprend dans le baromètre annuel de La Croix sur les medias que 69% des personnes interrogées estiment que les medias ont trop parlé de l’affaire de lasextape et de la querelle Valbuena/Benzema, comme on ne se sent pas personnellement visée par la critique, on y va ce matin sur l’aspect sportif du dossier : Le Parisien nous apprend que Karim Benzema pourrait bien finalement participer à L’Euro 2016 en juillet prochain. Son contrôle judiciaire qui l’empêchait jusque-là de fréquenter Mathieu Valbuena pourrait être assoupli. Ce qui permettrait donc à ce bleu qui pète le feu , qui cartonne cette saison au Real Madrid , de revenir dans le jeu. Mais Benzema et Valbuena peuvent-ils passer un mois sous le même toit durant l’Euro 2016? La donne est complexe, reconnaît le journal.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.