(Patrick Cohen) La revue de presse à deux voix du vendredi... Guyonne de Montjou, Bruno Duvic... A la Une aujourd'hui : la Chine s'éveille au tennis. (Guyonne de Montjou) Ils sont fiers, les Chinois... fiers de voir LI NA leur championne de tennis, disputer la finale de Roland Garros, demain. C’est la première fois qu’une Chinoise dépasse les quarts de finale au tournoi. Du coup, sa photo fait la une de la plupart des titres en Chine: Un cliché mythique, corps tout d’un bloc, on voit Li Na s’étirer comme sur un ressort pour rattraper la balle. Les Chinois ont l'air très fier d’elle... mais elle, Li Na, il semble qu'elle ait un peu honte de ses compatriotes... Il y a six mois, à l’Open d’Australie, elle a avoué qu’elle n’aimait pas voir trop de Chinois dans les gradins quand elle jouait... Elle les trouvait trop bruyants. Des gradins, elle les entendait hurler « Vas-y, mets-lui une raclée » (traduction dans le texte) et continuer à crier après le service alors que l’usage veut du silence pendant les échanges... Un jour, elle a aussi entendu un supporter crier « allez la Chine »... et ça, Li Na n’apprécie pas trop. Ce n’est pas son pays qui gagne, c’est bien elle... (Bruno Duvic) Li Na c'est une redoutable « contreuse » écrit Jean Philippe Thomas dans L'Equipe. Sur Mediapart, Jordan Pouille la présente comme une rebelle. On est loin du petit livre rouge. Li Na est sponsorisée par Rolex et Haagen Dazs. Elle ne veut pas être la représentante du tennis chinois. Peut être parce que jusqu'il y a 2 ans, la fédération finançait ses entrainements, mais en échange de 60% de ses gains. Aujourd'hui elle vit à Hong Kong. Mais en même temps, déclare sans fard qu'elle est en train d'écrire l'histoire. "Que je se sois en finale, c'est important pour le tennis chinois, ils ont retransmis mon match en direct à la télévision. Beaucoup d'enfant peuvent se dire qu'un jour ils pourront faire pareil." La fin de tournoi est passionnante décidemment à Roland Garros. Dans son dessin du jour, Chenez croque le court central en feu et les 4 panaches de fumée qui s'échappe de cette marmite ont pour nom Nadal, Djokovic, Federer et Murray. Les 4 meilleurs joueurs du monde en demi finale : Carré d'As sur tapis rouge Enfin si vous êtes amateur de tennis, toujours dans L'Equipe, ne ratez pas la très belle et longue interview de Bjorn Borg par Bixente Lizarazu, 30 ans après la dernière victoire du Suédois porte d'Auteuil. (Patrick Cohen) La Chine s'éveille au tennis... Elle semble s'intéresser de très près à Google, également... (Guyonne de Montjou) Ces derniers jours, un sujet les vexe beaucoup... Les dirigeants ne comprennent pas que leur parole vaille autant, aux yeux des Américains, que celle de Google... Le géant d'internet les accuse d'avoir organisé le piratage méthodique de certaines messageries Gmail... piratage des messageries google appartenant notamment à des responsables américains... Hier, Hillary Clinton s'est invitée dans la controverse, estimant qu'il fallait prendre au sérieux Google dans cette affaire. De quoi vexer pour de bon les autorités chinoises... Qui ripostent ce matin, dans le Shanghaï daily... Pékin rejette toute "responsabilité" dans le piratage de ces comptes et évoque "des arrière-pensées". C'est souvent mauvais signe, quand on commence à parler d'arrières pensées, en diplomatie... c'est l'ère du soupçon... L'affaire risque d'empoisonner encore les relations entre Pékin et Washington. Des relations qui n'était pas très chaleureuses ces derniers temps.. (Bruno Duvic) Et dans cette affaire, le Figaro avance des éléments assez précis. Comme par hasard les boites mails piratées appartiennent aussi des activistes chinois et des journalistes Les pirates auraient essentiellement agi depuis la région qui abrite l'un des bureaux de reconnaissance technique de l'armée. Et depuis l'essor des révolutions arabes, qui inquiètent la Chine, l'accès aux comptes mail de Google est devenu très compliqué sinon impossible. Les Etats Unis prennent en effet ce sujet de la cyber défense très au sérieux. Selon le Monde, ils s'apprêtent à rénover leur doctrine militaire et considérer ce type ce type d'attaque comme des actes de guerre. Selon certains experts, via Internet, il est désormais possible de mettre un Etat à genoux sans tirer un seul coup de feu. (Patrick Cohen) Et les Etats Unis ont un autre sujet de préoccupation : leur économie... (Bruno Duvic) A la Une des Echos ce matin; regain d'inquiétude sur les marchés boursiers. Des statistiques décevantes viennent d'être publiées, notamment sur l'emploi dans le secteur privé aux Etats Unis. Et mercredi, l'agence de notation Moody's a dégoupillé une très grosse grenade : avertissement sur la dette américaine. (Guyonne de Montjou) Aucun président des Etats-Unis depuis Roosevelt n'a gagné un second mandat lorsque le taux de chômage dépassait 7,2%... Créer des emplois avant la prochaine élection, c'est le grand et peut être le seul défi de Barack Obama pour l'année qui vient... enfin si toutefois, lui aussi, il ne veut pas perdre son job. Voilà en substance l'analyse de Benjamain Applebaum dans l'Herald Tribune ce matin... Aujourd'hui le taux de chômage aux Etats-Unis avoisine les 9% et les prévisions ne sont pas très encourageantes pour atteindre le seuil fatidique des 7,2% dans les 17 mois qui viennent..; (Bruno Duvic) Inquiétude sur l'économie aux Etats Unis mais aussi en Europe. L'austérité atteint le moral des consommateurs, titre la Tribune. Les Grecs en particulier n'ont pas le moral : illustration dans le Monde. Ils retirent leurs dépôts des banques. -16% entre décembre 2009 et mars de cette année. Dernier épisode de panique en date : vendredi dernier après que la commissaire européenne grecque a évoqué un possible retour au drachme. Comment mettre fin à la crise de la dette ? A quelques mois de la retraite, le président de la Banque centrale européenne Jean Claude Trichet a deux idées qui feront hurler les souverainistes. - Un ministre des finances européen qui surveillerait les politiques budgétaires - et la possibilité d'un droit de veto européen sur la politique économique d'un pays qui auraient obtenu une aide financière de ses partenaires C'est à lire dans la presse économique notamment. (Patrick Cohen) Dans la presse également, la guerre civile au Yémen (Guyonne de Montjou) Qu'on ne s'y trompe pas, cette guerre n'a rien à voir... Depuis 10 jours, les tensions au Yémen ont changé de nature...Ce qui était depuis 3 mois une sorte de révolution arabe, un mouvement populaire pour renverser le président Saleh, au pouvoir depuis 33 ans. Le NY times rapporte ce matin que certains yéménites prennent les armes pour la première fois, menaçant le pays de basculer pour de bon, cette fois dans la guerre civile... Une guerre civile mais surtout tribale, qui risque donc d'enflammer durablement ce pays qui est, rappelons-le, le plus pauvre de tout le monde arabe. Les populations manquent de tout, d'essence, de farine et même d'huile de cuisson... (Bruno Duvic) Guerre le mot est approprié à la lecture du reportage de Luc Mathieu dans Libération. Il est question de tirs de roquette et de mortier, de mitrailleuse lourde, de tanks, de blindés, d'avions qui volent à basse altitude et de forces spéciales. Les président Saleh, El Hassad et beaucoup d'autres toujours là, des scènes atroces. Après le printemps, est-ce déjà le temps de l'automne arabe se demande Yves Bourdillon dans les Echos. Les manifestants syriens ne l'entendent pas de cette oreille. Dans Ouest France, Laurent Marchand rend hommage à leur immense courage. Comme tous les vendredis, ils vont descendre aujourd'hui dans les rues. En sortant de chez eux ce matin, ils ne savent pas s'ils reviendront ce soir. (Patrick Cohen) Quoi d'autre dans la presse française, Bruno (Bruno Duvic) Sur le site Rue 89, un témoignage marquant. Une jeune femme raconte comme on l'a violée et pourquoi elle n'a pas porté plainte. Cette terrible idée qui insidieusement fait son chemin dans l'esprit de la victime : et si le coupable c'était moi ? Faut-il légaliser le cannabis ? Question à la Une de Libération. Une commission internationale titre les leçons de l'échec des politiques anti drogues très répressive et plaide pour la fin de la criminalisation. La bactérie qui effraye l'Europe à la Une évidemment de beaucoup de journaux. On en parle beaucoup ce matin sur France Inter. Effrayante aussi et presque trop belle pour être vraie cette histoire de maison hantée dans le Parisien Aujourd'hui en France. Ca se passe à Frod Sham en Angleterre. La maison est installée rue de l'Eglise, le coupe de victimes est français. Ils s'appellent les Mariole. La maison était autrefois occupée par une famille de bouchers qui s'est déchirée. Et les Mariole en sont persuadés, leur maison est régulièrement visitée par des fantômes qui font toc-toc à la porte et se glissent sous les draps. Fantôme de qui. He bien peut être de celui qui a construit la maison en 1869, un vieux notable irlandais. Comment reconnaît-on son fantôme. Fastoche, le vieil irlandais fumait la pipe, et les spectres laissent derrière eux laissent derrière eux une tenace odeur de vieux tabac à pipe. Vieux notable et fantôme suite et fin, c'est à lire dans la presse britannique... (Guyonne de Montjou) Il voulait fêter son anniversaire en catimini, aujourd'hui... et c'est raté... Raul Castro a 80 ans et le Guardian lui consacre un long article, qui pourrait une sorte d'ébauche de nécrologie... Le journal britannique raconte que Raul Castro et son frère Fidel, respectivement 80 et 85 ans, sont très conscients de ne pas avoir formé de relève pour diriger Cuba... Ils sont au pouvoir depuis 52 ans, ils en ont eu pourtant le temps, mais non, personne n'était assez bien. Il y a 2 mois, ils ont nommé, à la direction du parti que des membres de la vieille garde issue de la révolution de 1959. Moyenne d'âge 78 ans... Ils ont vu, lentement, Cuba, s'enfoncer dans un marasme économique... alors bien sûr, ils ont promis des réformes mais quel poids ont ces promesses quand on sait qu'ils n'auront probablement pas le temps de les mener à bout? Voilà pourquoi Raul Castro se fait discret aujourd'hui, à l'occasion de son anniversaire, qu'il ne fêtera qu'avec ses enfants....

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.