Devinez de qui vient ce titre ?... D'un journal italien forcément... En l'occurence, le CORRIERE DELLA SERA... et sur son site Internet ce matin, le journal propose même un petit jeu... Ségolène-Zidane doit abattre d'un coup de boule, le plus de Sarkozy-Materazzi possible pour accéder à l'Elysée... Bon, ce qu'ils oublient de dire tout de même les Italiens, c'est que c'est Zidane qui a été sorti du terrain... Mais bon, ce qui est sûr, c'est que la métaphore sportive fait recette ce matin... "Quel bras de fer" pour la DEPECHE DU MIDI..."Quel match" selon L'UNION... "Un débat télé comme un ring de boxe" pour le DAILY TELEGRAPH... Oui, "musclé", analyse LE PARISIEN AUJOURD'HUI EN FRANCE qui affiche en titre "Pas de cadeau"... Le mot qui revient le plus... c'est "choc"... "Le choc du débat" pour LE FIGARO... "Un débat plus que vif entre une Royal virulente et un Sarkozy maîtrisé" note le journal... "Un choc final à haute tension" selon LES ECHOS... "Un choc électrique violent jusque dans les relâchements de langage"... "Ok et vous faisiez comment" s'impatiente Nicolas Sarkozy... "Vous plaisantez" apostrophe Ségolène Royal... Chacun a choisi son rôle analyse LE PROGRES... "Il est le pouvoir, elle est l'opposition... il sait, elle veut... il justifie, elle dénonce... il recadre, elle déborde..." Pour Dominique Valès dans LA MONTAGNE, nous avons au moins une certitude "le succésseur de Jacques Chirac, que ce soit l'un ou l'autre, aura un solide tempérament"... Reste que parfois, ils sont un peu déçus les éditorialistes... "On guettait le KO, il n'a pas eu lieu..." semble regretter Pierre Taribo dans L'EST REPUBLICAIN... "Les deux adversaires qui ne se sont pas ménagés se rejoignent sur un point, celui du président d'action qui conduit lui-même la cordée de l'Etat... hier soir." conclut Taribo... Il y avait de la sincérité chez la candidate socialiste, de la maîtrise chez celui de l'UMP..." Alors avec tout ça... "les jeux sont-ils faits ?"... C'est la question posée par Jean-Pierre Bédéï dans LA DEPECHE DU MIDI... "Ceux qui attendaient cet ultime affrontement pour se forger une opinion définitive, ont désormais tous les éléments pour déposer leur bulletin dans l'urne, dimanche prochain... L'électorat indécis aura sans doute trouvé dans ces deux heures et demi de débat, des éléments pour préciser son choix..." Oui, "toutes les cartes sont sur la table, rendez-vous dimanche soir"... écrit Gilles Dauxerre dans LA PROVENCE... Alors vraiment ?... il n'y a ni gagnant, ni perdant ?... Pas si sûr... "La candidate socialiste a maitrisé des fiches bien apprises mais cela a donné un ton scolaire à ses propos, la situant dans le rôle du maître certain d'avoir raison et qui s'adresse à son élève..." c'est le sentiment d'Hervé Chabot dans L'UNION... qui poursuit "Le martellement agressif de Ségolène Royal a restitué un cliché de passionara plutôt que celui d'un chef d'Etat..." Avis contraire dans LA CHARENTE LIBRE... L'éditorial est là, signé Jacques Guyon... "Face à un Nicolas Sarkozy professoral et se présentant comme ayant réponse à tout... Ségolène Royal n'a eu de cesse de s'afficher comme une médiatrice à l'écoute de tous les Français"... En fait ce matin, le sentiment qui se dégage dans les journaux, c'est quand même que ni l'un ni l'autre n'a gagné... "A l'issue de ce débat, chacun aura pu rentrer chez soi avec le sentiment du devoir accompli..." C'est l'éditorial du FIGARO qui analyse "la maîtrise sarkozienne à garder tout son éclat, tout en gagnant en sérénité...Quant à Royal, en tenant le choc, elle aura apporté la preuve à ceux qui en doutaient qu'elle continuait d'être animée par la détermination de celle qui n'a jamais douté"... "Nicolas Sarkozy n'a pas perdu... mais Ségolène Royal a gagné".. Laurent Joffrin explique dans LIBERATION que "la candidate socialiste l'a emporté sur un point essentiel : la légitimité... Elle a démontré qu'elle est parfaitement capable d'être présidente de la République"... C'est ce que dit également LA REPUBBLICA en Italie..."La Royal décidée et déterminée montre qu'elle est un vrai leader"... "Ségo a impressionné" titre de son côté la LIBRE BELGIQUE... "Le culot d'une femme" pour le FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG qui juge la candidate socialiste "effrontée"... Alors, des commentaires sur le débat d'hier, vous en lirez dans tous vos journaux... Mais dans le PARISIEN AUJOURD'HUI EN FRANCE, vous en aurez un résumé complet... Pour Alain Duhamel... "Sarkozy est vainqueur aux points"... "Royal était plus pugnace" selon Michèle Cotta... Christine Ockrent a vu elle, "deux beaux animaux politiques face à face"... Et toujours dans le PARISIEN AUJOURD'HUI EN FRANCE... le regard d'un spécialiste du comportement... Georges Chetochine... Et pour lui, il n'y a pas de doute, Royal a hypnotisé Sarkozy...Elle ne l'a pas lâché une seconde... elle l'a fixé des yeux... elle s'est transformée en cobra... Et les téléspectateurs dans tout ça... Qu'en ont-ils pensé ?... Alors d'abord il faut le savoir, explique Lionel Venturini dans L'HUMANITE, "un tel débat ne conforte guère que les convaincus"... Du coup, pas de surprise... Dans LIBERATION, les militants socialistes rassemblés à Montpellier, acclament "la pugnacité de Royal"... D'autres croisés par LE FIGARO exhultent... "Elle a du cran"... Et dans le PARISIEN AUJOURD'HUI EN FRANCE, Thibaud en est convaincu, sa candidate a gagné ce soir les deux ou trois points qu'il manque chez les indécis... Dans le camp d'en face, les partisans du candidat de l'UMP, applaudissent le volontarisme de leur champion dans LE FIGARO... LIBERATION les a croisé "confiants et narquois" à Strasbourg... Oui mais l'important donc, ce sont les indécis... Et là, le PARISIEN AUJOURD'HUI EN FRANCE en a accueilli neuf hier dans ses locaux... Martin qui se dit pas beaucoup plus avancé... Elvira n'est convaincue par personne... Alexandre, qui avait voté Bayrou au premier tour, pense que finalement Nicolas Sarkozy connait mieux ses dossiers... Au contraire, Joris, qui avait voté Besancenot il y a quinze jours... trouve que finalement Ségolène Royal a pris le dessus... "Sarkozy et Royal, c'est deux modèles de société pour un même pays" C'est le constat d'EL PAIS... le journal espagnol a regardé aussi le débat hier soir... C'était programme contre programme, note également LES DERNIERES NOUVELLES D'ALSACE... sauf que, regrette Olivier Picard dans le journal, les deux candidats se sont montrés gestionnaires appliqués, capables de discourir à perte de vue sur les mécanismes des réformes qu'ils portent... Mais où était le rêve ? Où était le grand dessein ? Où était la vision ? Où était le souffle ? Où était l'enthousiasme ? Alors en attendant de savoir qui l'emportera dimanche soir... A lire la chronique de Stéphane Denis dans LE FIGARO... "L'Elysée mode d'emploi"... Le commentateur s'y amuse... "Fermez les yeux, c'est fait vous êtes élus... commencez par vous taire... Depuis deux ans, vous avez dit beaucoup de choses... Des choses justes et aussi pas mal de bétises, c'était inévitable... On va les oublier... Il vous faudra aussi bientôt un premier ministre... Les journaux vous en indiqueront quatre... Vous le trouverez parmi eux... Enfin, n'attendez d'autres satisfactions que d'avoir fait à peu près ce que vous vouliez faire... et d'autres éloges que ceux que vous consentiront des gens qui ne vous ont rien demandé...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.