Comme un sentiment d'inquiétude ce matin... "Le dossier nucléaire iranien embarrasse Paris", titre Le Monde... qui explique que la diplomatie française est dans une situation difficile... Si Jacques Chirac multiplie les appels au dialogue avec l'Iran, tout en demandant des sanctions en raison de ses activités d'enrichissement d'uranium... l'Elysée doit prendre aussi en compte le dynamisme économique des entreprises françaises présentes en Iran... Diplomatie et business donc... Quelque 25 milliards d'euros d'investissements en quinze ans... Ce sont "les bonnes affaires de la France en Iran", constate Le Monde... La plupart de ces investissements ne contreviennent à aucune règle internationale, explique le journal... Mais avec quelle sérénité un pays comme la France peut-il envisager de participer à une politique de sanctions internationales, sachant qu'en s'y associant, il menace l'intérêt économique national ?, s'interroge Le Monde... Le pétrole pourrait être une arme de dissuasion... Sauf que le marché est incapable de suppléer aux 2,7 millions de barils/jour que l'Iran exporte quotidiennement... L'insécurité à moyen et long terme, qui découle de la prolifération nucléaire en Asie et au Moyen-Orient, pèse-t-elle quelque chose face au risque de déstabilisation à court terme de l'économie mondiale ?... Autant de questions que se posent les Français et, plus généralement, les Occidentaux... Et pendant que ces pays-là se grattent le crâne... Eh bien pendant ce temps-là... Téhéran ne cède rien, explique toujours Le Monde, puisque "L'Iran teste pour la première fois des missiles balistiques Shahab-3"... Téhéran organise dix jours de manoeuvres militaires dans le golfe Persique pour montrer sa "puissance" et sa "volonté de se défendre"... Et à Beyrouth, L'Orient-Le Jour confirme... "Téhéran lance un avertissement aux Occidentaux sous forme de missiles balistiques"... Sentiment d'inquiétude... De curieux malaise, du moins, dans la presse française ce matin... La cause : "La Chinafrique", comme titre Libération... Le quotidien algérien El Watan explique que "le forum Chine-Afrique s'ouvre demain à Pékin... un sommet historique, pour un partenariat stratégique", selon le journal... Et "la Chine a mis les petits plats dans les grands", constate Le Figaro... "Les clichés ont la vie dure... A grands renforts de girafes, de zèbres, de tamtams et d'indigènes posant dans la savane, Pékin a changé de décor pour son rendez-vous avec l'Afrique... La Chine, super-puissance du tiers-monde, accueille avec faste le continent des oubliés de la croissance"... Gérard Dupuy, dans Libération, explique... "La Chine est déjà le troisième partenaire commercial de l'Afrique... On ne voit pas ce qui l'empêchera d'en être bientôt le premier... La Chine y fait son nid sur l'effacement des anciennes puissances coloniales"... Et Pierre Haski, toujours dans Libération, analyse... "Entre la Chine et l'Afrique, ce sont d'abord des retrouvailles... A l'époque de Mao, Pékin faisait du prosélytisme révolutionnaire sur le continent noir... En témoignent encore quelques stades et palais des congrès, vestiges d'une amitié qui était tombée en désuétude"... Libé qui raconte aussi "la ruée vers Canton des commerçants africains"... "Parce que Canton a désormais son Africatown... Il y a 5 ans, des centaines d'yeux effarés auraient scruté les "diables noirs" en silence... Aujourd'hui, les "diables noirs" épousent des Cantonaises"... Et une jeune institutrice française, résidant en Chine depuis une dizaine d'années, explique au journaliste de Libération... "Ici, c'est le Far West... Pas de règles, pas de barrières... Les Africains sont comme des poissons dans l'eau... Le soleil, les gens, la vie pas chère... Tout leur va... Ils s'entendent bien avec les Cantonais : ce sont les Méridionaux de la Chine"... Partir en Chine pour faire fortune... Dans ce sens-là, peut-être... En revanche, en Afrique, un certain scepticisme commence à se faire jour... En Côte d'Ivoire par exemple, explique Le Figaro, où "la Chine noyaute l'économie ivoirienne"... A Abidjan, certains commencent à déchanter... Et un économiste analyse : "Les produits chinois sont certes bon marché, mais c'est une catastrophe pour l'économie locale"... Le même constat dans La Tribune... "Ces cinq dernières années, les Chinois ont aidé 720 projets industriels dans 49 pays... Et au vu de leurs réalisations, certains pays africains commencent à s'inquiéter... Ces exportations et ces investissements chinois ne sont réalisés que par des multinationales, qui ne permettent pas de développer pleinement l'économie locale"... "Au revoir, les poissons"... C'est Le Soir de Bruxelles qui titre ainsi, après la publication d'une étude scientifique internationale annonçant la disparition accélérée de la biodiversité marine... "Les stocks de poissons disparaîtront en 2048"... A Londres, The Guardian explique que "le poisson sauvage disparaîtra des menus si la pêche industrielle continue à son niveau actuel"... Et confirmation dans Le Figaro... "Les poissons pourraient disparaître en un demi-siècle"... "Pour la première fois, explique le quotidien français, une étude publiée dans la revue Science dresse un bilan global de l'évolution à venir de la faune et de la flore du milieu marin... Et ce bilan, il est catastrophique... Les scientifiques estiment que 29% des espèces marines sont d'ores et déjà en train de s'effondrer... Et on parle d'effondrement quand les pêcheurs ne ramènent plus dans leurs filets que 10% de ce qu'attrapaient les générations précédentes... La disparition des poissons devrait modifier le système océanique dans son ensemble, explique encore Le Figaro... Par exemple, les invasions d'algues vertes, comme en Bretagne, pourraient se généraliser... Sans compter que le réchauffement et la pollution des estuaires, où se reproduisent nombre d'espèces, n'arrangeront rien"... Les poissons en voie de disparition... La tuberculose en voie de réapparition... Dans Le Monde, "95 milliards de dollars sont nécessaires en 2007 pour combattre la tuberculose ultra-résistante"... C'est l'OMS... l'Organisation mondiale de la Santé... qui en appelle à la générosité des gouvernements... La tuberculose ultra-résistante, c'est une forme de la maladie qui ne réagit pas aux médicaments standards, ni aux traitements plus lourds... Et des cas incurables ont été signalés en Afrique du Sud, aux Etats-Unis et en Lettonie... "La tuberculose revient en forte hausse"... C'est le titre de The Independent... Le quotidien britannique constate que "deux siècles après la mort du poète John Keats, les spécialistes craignent que la maladie qui l'a tué ne soit de retour... Il y a, constate le journal, 10 nouveaux cas de tuberculose par jour à Londres... Et plus de 600 de ceux diagnostiqués l'an dernier sont difficiles à soigner... Les médicaments doivent être pris pendant plus d'un an, et cela coûte des milliers de livres"... The Independent qui constate également que "l'Angleterre et le Pays de Galles sont les deux seules régions d'Europe à avoir enregistré une augmentation des cas de tuberculose ces dix dernières années... En Allemagne, en France, en Espagne, explique le journal, les cas de maladie ont diminué de 35%... Le problème supplémentaire, c'est que cette maladie est politiquement sensible... Son augmentation, durant la dernière décennie, a été, dans la plupart des cas, confinée aux communautés étrangères"... De plus en plus difficile à soigner, la tuberculose ?... La question est plus générale.... C'est à lire dans Science & Vie... "Les bactéries se jouent des antibiotiques"... "Aujourd'hui, explique le mensuel, 52 millions de personnes, dans le monde, seraient porteuses de staphylocoques résistants aux antibiotiques... une situation paradoxale, car c'est en fait notre consommation excessive de médicaments, depuis 50 ans, qui en est responsable... Science & Vie qui conclut son enquête avec cette mise en garde de l'OMS... "Sans mesures efficaces, des maladies encore guérissables, telles que l'angine, l'otite ou la tuberculose, seront à nouveau incurables d'ici 10 à 20 ans"... Ca, c'est un drôle de virus... "L'étrange fonte de l'euro allemand"... C'est dans Le Figaro... "Le mystère reste entier, explique le journal... En Allemagne, certains billets se désagrègent, s'effritent, se pulvérisent"... "Des euros qui fondent dans les doigts", titre Die Welt... Selon le journal allemand, les enquêteurs mettent en cause des distributeurs automatiques défectueux... des distributeurs que le gouvernement veut remplacer le plus vite possible... Die Welt qui explique qu'il n'y a pas jusqu'ici d'indices concluant à une malversation... Pour Le Figaro, les billets en question auraient été traités au sulfate... qui peut, au contact de mains moites, se transformer en acide sulfurique... une substance gloutonne de papier... Le premier phénomène du genre a été signalé au mois de juin à Berlin... Et depuis, c'est un millier de coupures de divers montants qui ont été rapportées aux banques... Europe toujours... En 2007, l'Union européenne fêtera ses 50 ans... Et pour l'occasion, un logo vient d'être choisi... Un logo qui déplaît fortement à Barbara Cassin... Cette philosophe, directrice de recherche au CNRS, et membre du groupe d'experts chargé du multilinguisme à l'Union européenne, ne décolère pas... Elle en écrit même une tribune dans Le Monde... "Ce logo, il a tout faux", dit-elle... "On y voit le mot "together"... "ensemble", en anglais... Où est donc le multilinguisme, que l'Europe met en avant comme faisant partie de sa définition et de sa valeur même ?", s'interroge la scientifique... Alors, bien sûr, les autres langues sont un petit peu présentes, mais de manière symbolique... un Umlaut par ci, un accent aigu par là... Elles interviennent comme des fautes d'orthographe, des parasites de la langue unique... Les couleurs et les formes veulent évoquer le multiple... une lettre taguée, un centre bleu-blanc-rouge... En fait, elles évoquent d'abord le logo de Google, en un peu moins ingénu... Bref, l'Europe comme une enseigne de boutique... D'autant qu'il y a un "since (depuis) 1957" pour enfoncer le clou... C'est un logo contre-productif, contradictoire avec la définition que l'Europe veut donner d'elle-même... Et la chercheuse de conclure : "Il est temps d'ouvrir les yeux et d'être moins bête"...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.