8H30 l’heure de la revue de presse, bonjour Hélène Jouan

1 an après l’affaire Luxleaks, qui avait révélé les arrangements fiscaux du Luxembourg pour attirer les multinationales, la fraude et l’évasion fiscales ont toujours cours en Europe…

« L’Europe déçoit » écrivent dans un nouvel appel, les économistes Thomas Piketty, Jean-paul Fitoussi ou encore les élus socialistes Yann Galut, Karine Berger et quelques autres. Appel publié par Libération ce matin, pour demander aux états plus de transparence et de coopération afin que les multinationales paient leurs impôts là où elles réalisent des profits. Il y a bien eu des micro-changements depuis 1 an note le journaliste Christian Losson, par exemple des mini redressements fiscaux réclamés par la Commission européenne à Fiat ou Starbucks, mais au final le « même système complexe et dysfonctionnel perdure ». Il faut désormais réclament ces économistes et politiques, que l’europe exige que les entreprises côtées en bourse rendent publiques les impôts qu’elles paient dans tous les pays où elles sont actives, c’est ce qu’on appelle le « reporting pays par pays ». Le problème, explicite le président de la commission créée après le scandale Luxleaks Alain Lamassoure, toujours dans Libération, c’est qu’au sein même de l’Europe, « chaque pays est le paradis fiscal des autres ». La France n’est pas en reste dit il, elle aussi, a multiplié les astuces pour attirer les entreprises comme le crédit Impôt recherche ou les privilèges dont bénéficie le cinéma. « Chantre publiquement, de la lutte contre l’évasion fiscale, le gouvernement adopte désormais une approche de plus en plus favorable aux entreprises », dénonce un rapport rendu public aujourd’hui par Oxfam et CCFD terre solidaire nous dit l’Humanité. Une minute de vacarme est organisée à midi sous les fenêtres de la commission européenne à Bruxelles pour dénoncer l’hypocrisie des états en la matière

Ce matin également Hélène dans la presse, Nicolas Sarkozy qui s’exprime dans Aujourd’hui en France/le Parisien

« Même Pablo Escobar n’a pas été écouté »…colère froide de l’ex président dans les colonnes du Parisien, après que le Journal du dimanche a révélé qu’il avait été placé sur écoute dans l’affaire dite d’Air Cocaine… Nicolas Sarkozy qui a du mal à croire que cette affaire « grotesque » dit il, n’a pas été orchestrée au plus haut niveau de l’Etat : « croyez vous qu’on géolocalise le chef de l’opposition, qu’on écoute ses conversations téléphoniques, celles de son entourage sans que la garde des sceaux en soit informée ? et si elle l’est, elle ne parle pas avec le président de la république ? » s’interroge t il, on croit deviner sa réponse.

Nicolas Sarkozy qui « dégaine son plan sécurité », « dégaine » le titre est du Parisien et il est bien trouvé rapport à sa méthode un brin cow boy. Propositions tous azimuts ; afin de concentrer le travail de la police et des forces de l’ordre sur ses missions essentielles, Nicolas SArkozy propose par exemple, que ce soit les sociétés d’autoroute qui se chargent de la sécurité sur leurs routes, pourquoi pas donc des motards Vinci ou Cofiroute pour vous signaler un excès de vitesse. Mais c’est évidemment contre la politique pénale de Christiane Taubira qu’il concentre la plupart de ses attaques. « L’exécution des peines doit être la priorité, affirme t il, la république doit cesser de reculer partout. » La solution ? de nouvelles peines automatiques pour quasiment tout le monde : ça va des trafiquants de drogue qui n’auront plus le droit de revenir dans leur quartier même une fois leur peine purgée, aux djihadistes rentrés en France qui devront automatiquement passer par la case prison dit il, même si relève le journal, la détention provisoire automatique n’existe nulle part dans le code de procédure pénale. De la même façon, la simple consultation de sites djihadistes doit devenir un délit affirme le chef du parti les Républicains. Ca va pas être simple de travailler sur le sujet pour les journalistes par exemple…

Du Sarkozy 100% sécuritaire et répressif donc, à retrouver pour la lettre dans Aujourd’hui en France/le Parisien, et pour l’esprit, il faut lire le Figaro ce matin, qui a visiblement choisi « d’accompagner » cet entretien, en faisant l’explication de texte de ses propositions, notamment en détaillant la promesse d’un code pénal spécial pour les mineurs. Justification d’Yves Thréard dans son édito : « A la culture de l’excuse inoculée par la gauche, doit se substituer le principe de la tolérance zéro » écrit il.

Et pendant ce temps là François Hollande est en Chine Hélène…

Et si la presse relève le bon point marqué par le président français qui a obtenu des chinois un accord contraignant sur le réchauffement climatique, elle continue surtout d’enfoncer le clou sur le bidouillage fiscal improvisé ce week-end par le gouvernement pour calmer la colère des retraités modestes… « Pieds nickelés » pour l’Opinion, Cécile Cornudet dans les Echos se demande « si le stage est vraiment fini » comme le promettait François Hollande dans un récent livre pour clôre le débat en amateurise. En attendant, et malgré les couacs, le président soigne sa com… Et le voilà qui débarque sur Snapchat, le réseau social préféré des ados, c’est le patron de la communication à l’élysée Gaspard Gantzer qui l’a dévoilé dans le magazine Stratégie. Sur le site Slate.fr, http://www.slate.fr/story/109283/francois-hollande-jeune-hyper-connecte-snapchat Vincent Manilève s’amuse de cette lente et étrange conversion présidentielle aux réseaux sociaux, et se demande sincèrement ce qu’il a à y gagner. Snapchat, c’est le dernier bastion où les adultes et les parents n’ont pas encore débarqué en masse, les publications hyper formatées du train train présidentiel pourraient donc être vécues comme l’intrusion d’une figure d’autorité que ces d’jeuns rejettent a priori…il prend donc surtout le risque d’y être moqué. Mais alors pourquoi Snapchat ? une étude récente montre que ce réseau social rendrait les échanges plus agréables et ses utilisateurs plus heureux. « Souhaitons à François Hollande d’y trouver au moins un peu de bonheur conclut le journaliste de Slate à défaut d’y trouver des électeurs »

Enfin, vous savez évidemment Patrick ce que sont les « chicons » ?

Oui mais les chicons en colère ? c’est un collectif de nordistes inquiets face à l’éventualité d’une victoire de Marine le Pen dans leur région, ils sont réunis sous la bannière « Alcooliques Chômeurs Consanguins mais pas Lepénistes», pour détourner une banderole brandie par le PSG en 2008 . C’est le Monde daté d’aujorud’huihttp:.lemonde.fr/elections-regionales-2015/article/2015/11/02/le-no-pasaran-des-gens-du-nord_4801105_4640869.html qui nous raconte comment la société civile commence peu à peu à s’organiser, pour ne pas se dire le 14 décembre, « merde, on a laissé faire ça » ; c’est le No pasaran des gens sur nord face au FN titre le journal. Citoyens, monde de la culture mais aussi chefs d’entreprise se mobilisent pour dire les risques encourus par la région en cas de victoire. Même si ce n’est pas simple confie un de ces patrons, « 37% de nos salariés votent potentiellement pour le FN, complexe donc de se positionner ». On termine hélène par les prix littéraires…

Le Goncourt et le Renaudot seront décernés aujourd’hui..les Echos nous rappellent à quel point de tels prix boostent évidemment la notoriété et les ventes des lauréats. Quant aux récompenses financières afférentes à chacun, le Nobel est hors catégorie avec 1 million d’euros. 10 euros seulement pour le Goncourt, le chèque se retrouve en général accroché aux murs de l’appartement du gagnant. Mais c’est incontestablement le prix de Flore le plus original…6000 euros et un verre de pouilly fumé chaque jour pendant 1 an. Voilà un prix qui sait vivre, je rappelle que c’est Frédéric Beigbeider qui préside le jury du prix de flore

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.