Et trois visages de femmes...

L’une est partie par sa volonté, l’écrivain Anne Bert qui a choisi l’euthanasie hier matin en Belgique, les deux autres n’avaient rien demandé, Laura de Rilleux la pape qui voulait devenir infirmière… Mauranne d’Eguilles, dans le pays aixois, qui étudiait la médecine… toutes deux assassinées dimanche gare Saint Charles…

Il y a leurs photos des bribes de vie dans la Provence, dans le Parisien. Laura souriante engagée travailleuse, cheftaine scout, Maurane sérieuse douée généreuse, elle avait suivi des cours de théatre… Le papier de la provence témoigne du désarroi des survivants.

« Nous ne connaissions pas Mauranne et Laura mais au terme d’une journée à tenter de récolter des témoignages, le constat est sans appel, le vide qu’elles laissent est abyssal… » Les journalistes racontent ces pages facebook qui survivent, « des dizaines de selfies, plein de vie, des vies remplies rythmées ouverts aux autres au monde »

Tous les deuils se ressemblent… La Provence écrit avec le désarroi des endeuillés…

La Presse est un mémorial. Dans l’Est de la France, l’Alsace, les DNA, le Républicain Lorrain, l’Est républicain, on parle des victimes de l’incendie d’un immeuble HLM à Mulhouse, hier … Cinq personnes dont quatre enfants … On raconte la peur et le courage d’un quartier pauvre où deux frères de 16 et 17 ans escaladaient la façade de l’immeuble en flamme pour casser les fenêtres et dirent aux gens de se réfugier sur les balcons. Les deux adolescents ne veulent pas qu’on les montre et dans ce refus, on devine la vie d’un quartier moins simple que d’autres…

La disparition d'Anne Bert ouvre un débat de société…

L’euthanasie qui existe déjà et que l’on pratique…

Anne Bert est pleurée dans Libération, qui publie des extraits de son livre posthume, Le tout dernier été, qui la montre en photo, belle, les yeux fermés… « A l’instant où tu bascule dans l’absence, les traces de toi refluent », écrit la journaliste Nathalie Rouiller… ce sont encore les mots éternels des deuils…

Mais Anne Bert elle inspire une enquête dans le Parisien sur « la filière belge »… ces français qui, comme l’écrivain, vont chercher la mort en Belgique. On voit Françoise Griso, toiletteuse pour chien de Vervezelle dans les Vosges ; « cette femme énergique et courageuse (est) atteinte d ‘un cancer ORL qui a nécessité plusieurs lourdes opérations du visage » on réalise alors que la photo de Françoise Griso est de profil… Elle a trop souffert dit-elle, un jour, c’est prévu, « dans 6 mois ou dans 3 ans », elle ira en Belgique en finir chez le docteur Yves de Locht…

On ne voit aussi dans le Parisien, Yves de Loch, un homme calme de 72 ans. Il pratique l’euthanasie depuis dix ans sur des malades incurables… "Le patient est dans une salle, je lui fais la piqûre avec les produits mortels, il s’endort sans souffrance »… Le docteur a éteint quatre français cette année, bientôt un cinquième…

On lit ceci, la mort donnée comme une libération, et c’est étrange, quand nous sommes entourés de drames, ces morts que la folie meurtrière nous impose…

Et le terrorisme inspire des questions ce matin…

La douleur se mêle aux confusions, on juxtapose l’horreur de Las Vegas et l’attentat de Marseille… et même le procès du frère de Mohamed Merah… « de Merah à Las Vegas la pieuvre djihadiste » titre sud ouest… Cela donne une impression de d’encerclement…

Le Figaro insiste sur le « parcours sidérant » du terroriste de Marseille, clandestin, et multirécidiviste… et relâché samedi, la veille de l’attentat, après avoir été placé en garde à vue à Lyon pour vol… Le figaro évoque un texte de loi, déposé aujourd’hui par des députés LR, qui permettra de « systématiser » l’expulsion des « voyous étrangers » sans guillemets. Le terrorisme nous ramène vite à nos fractures…

Las Vegas illustre aussi une constante. Les malheurs qui frappent les Etats-Unis provoquent chez nous des enquêtes ou des commentaires décapants sur les failles de la société américaine… c’est frappant dans Libération, qui dénonce la NRA, « le lobby le plus puisant des Etats-Unis », 11652 morts par arme à feu aux Etats-Unis depuis janvier, c’est le titre de Libération, et la législation sur les armes ne cesse de s’assouplir…

Le Monde (sur son site les décodeurs) raconte une histoire édifiante. Comment les réseaux de l’alt rignt la droite dure américaine, a désigné hier comme coupable de la tuerie de Las Vegas un « gauchiste anti-Trump »,

« un certain Geary Danley, présenté comme un « terroriste d’extrême gauche » »

Pauvre Deanley, victime d’une homonymie avec Marilou danley diffusé hier –elle est la compagne du vrai tireur, Paddock et était recherchée et jeté en pâture sur le web…La rumeur est arrivée en europe… dans le web d’extreme droite où l’on parlait d’un massacre gauchiste…

Only in America, pas seulement…

En contrepoint. Dans le wall street journal… le journal des élites financières, un article saisissant sur les victimes de « notre » état d’urgence, assignées à résidence pour barbe suspecte… C’est le regard de l’Amérique sur nous, symétrique à celui que nous portons sur elle.

Les hésitations du pouvoir sur les impôts dans le Figaro

Qui s’alarme, Macron dans la bataille de l’ISF… et nous alarme sur une superbe Porsche ou ferrari rouge, doit elle être surtaxée comme produit de luxe, puisqu’elle va sortir de l’ISF…

Cela tangue dans la majorité qui se vit mal en pouvoir pour les riches… « on ne veut pas enrichir les riches »… dit le député macroniste eric alauzet de la commission des finances, quii vient de la gauche…

Le Figaro s’indigne de tant de démagogie, « dans un pays gangrené par la lutte des classes » ! l’opinion charge également la tentation de la taxe m’as-tu vu et mobilise le philosophe Pacal Bruckner « si vous gagnez de l’argent et avez envie d’une belle voiture, où est le mal » ?

On fait flores de ce débat qui en réalité n’a d’autre valeur que symbolique… A côté, les échos parlent sérieusement d’une autre promesse d’Emmanuel macron, qui elle peut changer la vie des gens et grever les budgets sociaux…

« Indemnités chomage la facture du projet Macron ».

Les assurances chomages vont-elles indemniser les salariés démissionnaires ? Cela couterait entre 8 et 14 milliards d’euros la première année, lit on dans les échos et l’on comprend que là, on va pousser pour que Macron change d’avis…

Pendant ce temps, d’autres français ont des choix à faire. Dans la Voix du Nord et l’humanité, on parle de ces ambulanciers de saint-Michel, dans l’aisne, et de fourmies, dans le Nord…. Qui sont en grève. Le repreneur de leur entreprise voudrait les faire sortir du salariat pour les transformer en autoentrepreneurs…qui passerait un contrat avec l’entreprise. Et eux curieusement ne goutent guère cette chatoyante liberté.

Ce sont les hésitations du pouvoir.

Des ambulanciers en lutte..

Ca se passe à l‘ombre de la visite du président Macron

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.