Les passeurs, une multinationale qui organise l'esclavage dans nos chantiers et nos champs, La Croix. Bernard Arnault, sa ferveur sage, son Basquiat crayonné par son fils, le Figaro. Basquiat si bien dit par Télérama, Egon Schiel si bien montré par Le Monde. Une premièreg race à l'IA pour le FBI dans Usbek et Rica!

Une photo à la une de Libération...

Qui raconte Gérard Collomb mieux que tous les éditoriaux... On voit Collomb qui rit aux éclats, sa bouche grande ouverte, son teint est un peu rouge, il pourrait sortir d'un bouchon lyonnais et d'un repas arrosé, il quitte l'Etat et il rit Gérard Collomb et c'est le génie de Libération de retraiter une photographie prise en février dernier, à Lille, pour lui faire dire 8 mois plus tard, la vérité d'un moment. Une autre photo dans le Figaro, celle-ci prise hier dans le bureau de l'encore ministre. Collomb est devant une tasse de café mais à côté de lui, un homme plus jeune et de chafouine humeur, Georges Képénékian, le maire intérimaire de Lyon depuis 2017. Car la fameuse interview au Figaro qui a exacerbé la crise était l'interview de deux hommes, mise en scène par Collomb lui-même: "Le fait que je vous réponde en compagnie du maire de Lyon assis à mes côtés dans mon bureau montre bien une volonté commune." 

Parler à Lyon depuis un bureau de la République et Gérard Collomb a trouvé le temps hier de dire au Progrès qu'il revenait. Le Figaro cruel n'offre à Képénékian que deux répliques d'une banalité émouvante: "A Lyon, c'est plutôt une fierté d'avoir eu un ministre numéro deux du gouvernement" dit le Gnafron d'un Guignol joyeux qui abandonne les gendarmes et les policiers.

Elle travaille pourtant la police.

Elle a rattrapé Redoine Faïd, la saga de la traque est sur le site du Parisien.

Elle a trouvé à Lyon 36 kilos de cocaïne, c'est dans le Progrès, et une tonne virgule deux de cannabis dans une grange à Morville en Beauce, c'est dans la République du centre.

Elle travaillait hier à Grande Synthe autour du centre chiite Zahra soupçonné d'abriter une filière terroriste, c'est dans le Parisien, dans la Voix du Nord, dans Nord-Littoral, qui pose la bonne question, mais pourquoi le cheikh Jamel Tahiri, fiché S, a-t-il eu l'autorisation de détenir une arme pour faire du tir sportif au club de la Jean-Bart à Leffrinckoucke? 

Elle a travaillé, la police sur une multinationale du trafic d’êtres humains, et son travail nourrit l'enquête de la Croix sur les passeurs de migrants, 5 à 6 milliards de dollars de chiffre d'affaire par an, l’argent d'un nouvel esclavage... Car les passeurs vendent dans nos bas-fonds ces gens auxquels ils avaient promis notre paradis.  Mohamed venu du Maroc, travaillait dans les champs de courgette du Val d'Oise, dormant sous des toiles de jute dans une maison dont la salle de bain était cassée, jeté à la rue après etre tombé malade. Osman recruté en Egypte  dormait lui dans des conteneurs fermé au cadenas sur les chantiers de Btp en région parisienne, construction de maison, démolition de maison, où son passeur l'avait vendu, qui le fit tabasser le jour où Osman voulut être payé. La Croix. 

La police travaille, et aussi la presse. Alexandre Benalla, me révèle Libération était à Londres le 5 septembre dernier, pour rencontrer Alexandre Djouhri, homme d’affaire au parfum de soufre, qui pourrait brancher Benalla sur ses réseaux africains? Il veut travailler Alexandre. 

On parle aussi de deux artistes révoltés...

Tous deux morts à 28 ans, Egon Schiele en 1918 à Vienne de la grippe espagnole, Jean-Michel basquiat d'une overdose en 1988 à New York... Mais les voici, dans Télérama, dans le Monde, dans le Figaro, et exposés en parallèle à paris à la fondation Louis Vuitton, et nous le devons à un millionnaire improvisé guide de musée par le Figaro. Bernard Arnault, patron de LVMH a pour parler des artistes la légitimité du propriétaire, mais il est aussi un grand acheteur d'art, animé d'une ferveur policée. "Basquiat était encore un jeune artiste à petits prix, (il) était différent de tout ce que l'on pouvait voir. J'ai été frappé d'emblée par sa force, par son intense palette colorée, par l'usage inédit et original qu'il faisait des matériaux trouvés, parfois étonnants..."  

Il étonne aussi, Bernard Arnault, quelques lignes plus loin. 

"J'avais un de mes Basquiat accrochés chez moi. Un jour, mon fils avait 5 ans, je l'ai surpris avec un crayon en train de dessiner sur la toile. Une addition qui s'est bien intégrée. Je l'ai laissée (rires)".

C'est donc cela le pouvoir, rire d'un tableau abimé? 

Mais après tout pourquoi pas, puisque Basquiat lui-même, en 1981, peignait ses toiles à même le sol, marchant ou mangeant dessus au son du Boléro de Ravel diffusés sur une radio cassette. Ambiance Soho dans Télérama, où revit Basquiat dont l’œuvre de collages et couleurs était, à 80% sa colère de noir dans l'Amérique raciste... Egon Schiele, lui, peignait contre les corsets de l'empire austro-hongrois, et c'est la révolte qui le lie à Basquiat dit le Monde, "tous deux font voir crûment à leurs contemporains ce que ceux-ci préfèrent faire semblant d’ignorer" dit le Monde... Schiele, le renégat fut emprisonné à 22 ans pour l'immoralité publique que prouvaient, ses dessins, le juge en brûla un pendant l'audience. Vous verrez sur le site du monde ces corps désincarnés nus déchirés tordus qui inquiètent encore. Les articles du monde, je journal le précise, sont publiés en partenariat avec la fondation Louis Vuitton. Et alors ? 

Et une première policière pour finir... 

Aux Etats Unis, dit Usbek et Rica,  citant Forbes, où le FBI s'est servi du logiciel de reconnaissance faciale intégré pour ouvrir l'Iphone d'un suspect... Jusqu'ici, en vertu du 5e amendement de la constitution qui interdit que l'on témoigne contre soi, les suspects refusaient de donner leur mot de passe aux cops et gardaient leur smartphone hermétique. Fini! Car montrer son visage, ce n'est pas témoigner, et Grant Michalski, 28 ans, soupçonné de pédopornographie, a dû placer sa bouille devant son téléphone pur entrer dans l'histoire. En France, notez bien, il n'y a pas de 5e amendement et on DOIT donner son mot de passe à la police, Gérard Collomb aurait fini par s'ennuyer. 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.