C'est la rentrée... Et la rentrée, eh bien c'est le moment préféré de l'homo freneticus... Alors, pour vous donner une idée... l'homo freneticus, c'est un accro des fast-foods et du speed-dating... Et le parent homo freneticus, c'est celui qui, le mercredi, court de l'entraînement de foot au cours de danse... de la piscine aux leçons de rattrapage... Vous voyez... Sauf que, non... stop... "Laissez-nous glander !"... L'éloge de l'ennui... Pas très politiquement correct, dans Libération... Et pourtant, le psychiatre Patrick Lemoine explique dans le journal que pour se construire et se développer, pour mieux se connaître, nous avons besoin de nous ménager des plages d'inaction... Bref, sans ennui pas d'individu sain... pas de création, qu'elle soit politique, artistique ou scientifique... Le psychiatre est affirmatif : "Ceux qui se barbent petits s'en sortent souvent bien... Les hyperactifs sont rarement des génies"... Alors est-il hyperactif ? A en croire vos journaux ce matin... pas de doute : sur le dossier GDF-Suez, Nicolas Sarkozy, le Président de la République, n'a pas ménagé sa peine... Et en même temps, certains ne sont pas loin de crier au génie... "On ose à peine le croire... C'est une bonne nouvelle... excellente même", s'enthousiasme Gaëtan de Capèle, dans Le Figaro... Et cette bonne nouvelle, eh bien c'est ce qu'explique le grand titre des Echos : "GDF et Suez publient les bans de leur mariage ce matin"... Alors toute la presse... et particulièrement la presse étrangère... rappelle que c'est la fin d'un feuilleton qui dure depuis 18 mois... "18 mois de disputes financières et politiques", pour le Financial Times... "18 mois de conflits et de reculs", pour The Times... Mais le résultat est là pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung : "La France se construit un nouveau géant énergétique"... Alors oui, cocorico... C'est le retour du patriotisme économique... Dans La Tribune, Béatrice d'Erceville souligne qu'au bout du compte, l'Histoire retiendra que le projet avait été lancé par Dominique de Villepin... et que donc cette fusion Suez-Gaz de France est bel et bien une victoire rétrospective pour l'ancien Premier ministre... Alors ça, c'est une analyse un peu tirée par les cheveux, si l'on en croit Patrick Lamm dans Les Echos... Pour lui, c'est Nicolas Sarkozy qui a réussi un coup de maître... "D'abord politiquement, car la fusion d'aujourd'hui se démarque du projet initial de son ancien rival"... Seul bémol, aux yeux de l'éditorialiste : "Le chef de l'Etat a pris des risques vis-à-vis des syndicats... Et cela pourrait contribuer à tendre le climat social et à raccourcir l'état de grâce dont bénéficie le Président de la République"... Cette fusion, elle concerne tout le monde... C'est Dominique Quinio qui l'écrit dans La Croix... "Les syndicats bien sûr, qui veilleront à ce que ces grandes manoeuvres ne pénalisent pas les salariés des deux entreprises... Les consommateurs, qui surveilleront leur facture d'énergie... Et les collectivités locales, qui seront attentives à ce qu'il adviendra de leur partenaire pour le traitement de l'eau ou des déchets"... Oui, tout le monde concerné... Et du coup, c'est bien souvent le consommateur qui pointe derrière l'éditorialiste ce matin... Jacques Guyon par exemple, dans La Charente Libre, veut bien que l'on refuse d'employer le mot qui fâche : à savoir "privatisation"... Mais reste que "c'est bien Suez qui vient de rafler la mise... C'est même son PDG, Gérard Mestrallet, qui dirigera le nouveau groupe... Alors, conclut Guyon, même si Nicolas Sarkozy s'est cette semaine engagé à maintenir les prix du gaz et de l'électricité, c'est quand même Gérard Mestrallet qui, demain, enverra les factures"... Dans le même ordre d'idées, Gilles Dauxerre, dans La Provence, note bien sûr que "l'Etat restera le principal actionnaire du nouveau groupe... Mais jusqu'à quand ?... Et pour quoi faire ?... Rarement les privatisations ont été dans le sens d'une meilleure qualité de service et de prix plus serrés... Que pourra bien dire l'Etat actionnaire ?"... Il fallait s'y attendre : les critiques les plus sévères dans ce dossier, vous les lirez ce matin dans L'Humanité... "Main basse sur l'énergie publique", titre le journal, qui accuse : "Sarkozy livre GDF au privé"... Et dans son éditorial, Michel Guilloux espère que la conférence de presse des deux PDG ce matin ne clora pas le débat... Car, écrit-il, "l'accès à l'énergie, comme celui à l'eau, sont des enjeux majeurs du siècle, tant nationaux que planétaires... Livrer ces domaines à la seule loi des actionnaires privés ajoute aux risques d'un monde rendu instable par la mondialisation financière"... Et puis, au chapitre "consommation, économie"... Ce mot qui a échappé à la ministre de l'Economie... "Rigueur"... "La rigueur est destinée à la fonction publique pour l'essentiel"... C'est ce qu'elle a dit hier soir, rappelle Le Parisien-Aujourd'hui en France... Vos journaux présentent cette petite phrase comme une bourde... "Ce qui est sûr, note Patrice Chabanet dans Le Journal de la Haute-Marne, c'est que Christine Lagarde a allumé une mèche de forte contestation qui n'était sans doute pas prévue à l'Elysée... Et pour le coup, s'amuse l'éditorialiste, Nicolas Sarkozy, qui se voit reprocher d'effacer ses ministres, y verra une nouvelle justification pour conserver le ministère de la Parole"... Pour réfléchir... Pour avancer... On l'a dit tout à l'heure : il faut savoir s'ennuyer... On peut aussi décider de marcher... C'est le choix de François Hollande... "Hier, à La Rochelle, le Premier secrétaire du Parti Socialiste a conclu l'université d'été avec lucidité", analyse Jean-Pierre Bédeï dans La Dépêche du Midi... "Il a avoué que les socialistes entamaient une longue marche... Le problème pour l'éditorialiste, c'est qu'il n'est pas sûr que tous veuillent aller dans la même direction et au même rythme"... Oui mais au moins... et c'est comme un soulagement en Une de Libération... "Le PS bouge encore"... Et le journal résume cette université d'été en expliquant que le PS a évité de sombrer dans les querelles personnelles, et a esquissé sa remise en marche... Et dans l'éditorial de Fabrice Rousselot, on peut lire une petite satisfaction... "Pour la rentrée, le PS s'est remis au boulot, comme un élève consciencieux après une très mauvaise copie"... On peut lire aussi une petite inquiétude... "Mais la bonne volonté ne suffira pas... Cette fois, les socialistes sont dans l'obligation de résultats"... C'est aussi ce que constate Michel Noblecourt dans Le Midi Libre... "Pour les socialistes, le plus dur reste à faire : se remettre au boulot"... Et dans L'Alsace, Patrick Fluckiger attend déjà le prochain feuilleton... celui des municipales au printemps prochain... Parce que, explique-t-il, "à La Rochelle, les socialistes ont décidé résolument de se battre à gauche"... C'est oublier un peu vite le MoDem de François Bayrou... Bref, conclut l'éditorialiste, "les socialistes ne sont qu'au commencement de leur déchirante révision doctrinale"... Petit quizz pour terminer... Qui dit ce matin dans la presse cette petite phrase ?... Et en parlant de qui ?... "Ils font le métier le plus utile du monde... Je sais bien que l'immense majorité d'entre eux ne votent pas pour moi, et font la gueule quand ils me voient... N'empêche : je les aime... S'ils ne sont pas là, tout explose... Alors soyons tous derrière eux"... Eh bien, c'est Xavier Darcos, le ministre de l'Education nationale... Et il parle bien sûr des enseignants, qui reprennent pour la plupart le chemin des classes aujourd'hui... Cette petite phrase est extraite d'un entretien qu'a accordé le ministe aux lecteurs du Parisien-Aujourd'hui en France... Alors ça ne fait jamais de mal de faire un peu de lèche aux profs à la rentrée... Parce que la rentrée... et là, c'est Les Echos qui l'explique... "c'est l'exploit du mammouth"... 12 millions d'élèves... 884.000 enseignants... "La rentrée des classes est un véritable exploit administratif, souligne le quotidien économique... Sa préparation s'étale sur 10 mois... Sa réussite conditionne toute l'année scolaire... Et c'est un rituel très français"... Sport, langue, informatique et intégration des handicapés... Vous lirez dans vos journaux que ce sont les nouveautés de la rentrée scolaire 2007... Et à ceux qui disent que l'école ne sert à rien, la réponse d'Eric Maurin... c'est à lire dans le cahier Economie du Figaro... L'économiste... sociologue... s'attaque aux idées reçues sur l'école... dont celle justement qui consiste à penser qu'en démocratisant l'enseignement supérieur, on augmente le chômage des jeunes puisque les débouchés sur le marché du travail ne suivent pas... "Faux"... Le chercheur démontre que c'est l'inverse qui se produit... Après le premier choc pétrolier, la situation des jeunes sur le marché du travail s'est redressée grâce à l'arrivée de générations mieux diplômées... Et si les diplômés sont de plus en plus nombreux, leur avantage salarial n'a pas diminué, et ce sont toujours eux qui bénéficient des emplois les plus stables... Et du côté des enseignants... Après tout, ce sont surtout eux qui rentrent aujourd'hui... Eh bien place aux jeunes, dans Libération... 25.000 nouveaux profs font leur première rentrée cette année... Et Libé dresse le portrait de "ces jeunes enseignants lâchés dans la cour des grands"... Ils ont la foi, note Libé... Jean-Philippe, qui débute sa carrière de professeur d'histoire-géo, le dit aussi à sa manière : "Je vais toucher 1.500 euros nets par mois... Ce n'est pas pour l'argent que j'ai choisi ce métier"... Bon... Ce n'est pas qu'on s'ennuie...

Clotilde DUMETZ

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.