Patrick Cohen : La Revue de Presse, le vendredi, sur France Inter, c'est à deux voix... Les journaux français avec Bruno Duvic comme d'habitude, mais aussi les journaux étrangers avec Guyonne de Montjou... Bonjour à tous les deux... Commençons avec vous, Guyonne : presque tous les journaux anglais et américains titrent sur les pourparlers de paix au Proche-Orient... Guyonne de Montjou : Les commentateurs se montrent prudents et même vaguement sceptiques… ils se félicitent tout de même du rendez-vous pris dans deux semaines, et de l’espoir qui renaît après vingt mois de silence... Bref, avec un miracle, cette paix pourrait enfin se conclure. Dans le Herald Tribune, Ethan Bronner explique que Benyamin Netanyahou, flanqué d’une coalition très à droite, est le mieux placé pour faire des concessions./ Il rêve d’être un Gorbatchev israélien… qui tourne une page décisive de l’Histoire de son pays. Selon le Herald, Benyamin Netanyahou aurait deux obsessions : rester coûte-que-coûte l’ami des Etats-Unis, notamment pour des raisons personnelles. Il a passé son enfance près de Philadelphie et ses années d’études dans le Massachussetts. Son autre obsession : empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire. A lire cet article, on comprend que la paix avec les Palestiniens est presque secondaire pour Netanyahou, sauf si elle l’aide à atteindre ces deux objectifs. Bruno Duvic : Une certaine bonne volonté de Benyamin Netanyahu, c'est également ce que relève Le Figaro. Illustration avec cette phrase à l'intention de Mahmoud Abbas à Washington : "Je comprends le désir de votre peuple pour la souveraineté. Il est possible de réconcilier ce désir avec le besoin de sécurité d'Israël". Bruno Duvic : Mais la presse française est beaucoup plus concentrée sur la politique intérieure en cette fin de semaine. La palme revient au numéro de Marianne qui sort en kiosque demain. Il y a quelques semaines, l'hebdomadaire avait traité Nicolas Sarkozy de "voyou". "Antisarkozysme primaire" avaient répondu, en substance, les défenseurs du président. Alors, Marianne réplique à son tour sur le ton de l'ironie en devenant "sarkozyste primaire". Cela faisait très longtemps que l'on n'avait pas lu un dossier aussi féroce sur le chef de l'Etat. A la Une, ce titre à côté d'un Sarkozy au visage crispé : "Monsieur le président, vous êtes formidable !". Et il y a le détail des chapitres : "Hymne à un immense chef d'Etat"... "Un puits de culture"... "Il est si bien élevé"... "Un grand séducteur"... ou encore : "Les yeux de Carla". Dans un long papier décapant, Jean-François Kahn fait semblant de défendre le président coûte que coûte, un peu à la manière d'un Frédéric Lefèbvre. Extrait choisi : "On l'accuse d'être populiste, mais un populiste serait allé jouer les sans-culotte à la Bastille au moment de son élection. Pas du tout, il a réuni ses amis les plus proches au restaurant "Le Fouquet's", et on ose l'accuser de populisme". Un autre morceau de satire, c'est l'article de Sébastien Lapaque, sur les relations entre le président et les intellectuels. C'est titré "La Princesse de Clèves"... c'est vrai, c'est très surfait. Guyonne de Montjou : A propos de règlements de compte, le plus marquant à l'étranger aujourd'hui est encore dans la presse britannique. C'est Gordon Brown qui monte en première ligne pour assurer sa défense. Cela fait trois jours qu'il se voit traité d’être exaspérant, sans intelligence émotionnelle, et ayant fait un mandat désastreux. Il répond enfin à Tony Blair, ce matin, dans Le Guardian. L'article s'intitule : « De Brown-le-despote à Gordon-le-Saint »… et c'est vrai qu'on lui collerait bien une auréole ! Brown détaille ses nouveaux projets, l'air de rien... avec sa femme, il s’embarque dans des actions bénévoles et solidaires. Associations de réinsertions, ONG, Education en Afrique. Bref, cela ressemble à une conversion un peu contrainte... personne ne s'y trompe : elle vise surtout à rabattre le caquet à son ancien collègue du Labour. Bruno Duvic : Tony Blair et Gordon Brown sur le grill... Que dire alors d'Eric Woerth ? "Woerth s'enlise" titre ce matin Libération. Le ministre a admis, hier, être intervenu pour appuyer la demande de Légion d'Honneur de Patrice de Maistre. L'homme de confiance de Liliane Bettencourt a-t-il offert une contrepartie à cette rosette ? Au plan pénal, strictement rien n'est établi. Mais comme l'écrit Laurent Joffrin, dans l'édito de Libé : "Le calvaire d'Eric Woerth continu". Jusque-là, rappelle Jacques Camus dans La République du Centre, il parlait de Patrice de Maistre comme d'une vague connaissance. Pour Daniel Ruiz dans La Montagne, il y a bien eu mensonge, et mensonge choquant. Sa démission s'impose selon Jean-Marcel Bouguereau dans La République des Pyrénées. Mais le coup de poing le plus violent, ce matin, il vient de François Chérèque et Bernard Thibault. Dans une interview aux Echos, les deux leaders syndicaux, jusque-là très discrets, lâchent le ministre en charge de la réforme des retraites. "Il est objectivement préoccupé par autre chose que le sujet qui nous intéresse" dit Bernard Thibault. Selon Le Parisien ce matin, Eric Woerth devrait être mardi soir l'invité du journal de TF1. Patrick Cohen : La Revue de Presse à deux voix, suite... Guyonne de Montjou, une histoire qui a agité la presse britannique cette semaine... Guyonne de Montjou : L’histoire a agité la presse britannique cette semaine. Elle est passée quasi-inaperçue en France. Il serait question que Paris et Londres partagent les missions de leurs porte-avions. Sujet ultra sensible, outre manche. La Grande Bretagne a deux porte-avions, la France en a un, le Charles de Gaulle. Et en temps de crise, tout cela coûte cher. C’est une fuite dans le Times qui a révélé le projet, grillant la politesse à Nicolas Sarkozy et David Cameron qui auraient pu l’annoncer lors d’un sommet le 5 novembre prochain. L’heure est au démenti, des deux côtés de la Manche. Ce serait une pure invention. Reste qu’Hervé Morin s’entretient ce matin avec son homologue britannique. Les deux ministres de la Défense auront peut-être lu les commentaires des lecteurs du Times, pas très francophiles. L’un d’eux raconte une scène, sur le pont du porte-avion : « le commandant britannique dit à son collègue français : « nous devons lancer l’assaut » et le Français de répondre : « Pas question, on se replie, stupide roast beef ! » Bruno Duvic : A propos des relations européennes, un mot pour vous conseiller le numéro de Philosophie-Magazine ce mois-ci sur le déclin de l'empire européen... Passionnant, on en reparlera peut-être dans les jours à venir. En bref encore... La Une de La Provence aujourd'hui. La Camargue est en train de disparaître sous la Méditerranée. Le littoral connaît des vitesses d'érosion impressionnantes : 8 à 10m par an selon les endroits. La terre disparaît sous la mer... et parfois, elle s'effondre sous les pieds. Guyonne, vous nous emmenez maintenant au Chili... Guyonne de Montjou : Oui, cela fait 28 jours que les 33 mineurs chiliens sont sous terre. D'ailleurs, la presse du pays a du mal à tenir ses lecteurs en haleine. Le quotidien La Tercera constate qu'à chaque fois que le président chilien trouve une idée pour distraire les mineurs au fond, sa cote de popularité remonte. Il y a eu les lettres transmises, puis les communications téléphoniques. A partir de ce week-end, les mineurs vont pouvoir communiquer en images et en direct, grâce à une caméra et un câble en fibre optique. Bruno Duvic : Le point raconte également leur histoire cette semaine sous le titre : "33 naufragés au centre de la Terre"... Et on croyait qu’ils avaient le record de la survie sous terre, en fait, ce n’est pas le cas… Guyonne de Montjou : Eh oui, il y en a un qui est bien content d’être sous terre ! Il s’y trouve depuis quatre ans ! C’est l’histoire que rapporte le China Daily ce matin. Elle se déroule dans le Hunan, au centre de la Chine. Un homme de 64 ans s’est installé de son plein gré dans une mine. Il vit là, à six mètres de profondeur, très heureux, avec sa femme. Chaque soir, ils descendent en rappel dans leur appartement de 50 mètres carrés. Ce Chinois explique qu’il n’aurait jamais pu s’offrir un 3 pièces en ville. On les voit sur une photo danser dans leur chambre éclairée au néon… et c’est vrai qu’ils ont l’air bien contents !

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.