(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : de Malte à Glasgow en passant par la Bretagne

14 janvier 2012, 23 heures. Au large des côtes maltaises, un point dans la nuit. Un rafiot en bois. A son bord, Ahmed, un Somalien qui fuit les milices islamistes. Ahmed et 67 autres personnes. Il y a un bébé à bord.

Rapidement, les 68 galériens voient apparaitre un navire et des hommes en bonnet, masque et combinaison blanche de chirurgien. Les passagers sont débarqués.

14.000 sont arrivés ainsi depuis 2002 sur cette île grande comme Marseille. Rapporté à la population locale, c'est comme si 2 millions de clandestins avaient débarqué en France.

Mais pour beaucoup, le voyage vers l'Europe va s'arrêter là et pour plusieurs années. Première étape : la prison où ils sont regroupés le temps d’étudier leur demande d'asile. Certains y restent un an et demi.

"Malte, Alcatraz de l'Europe". C'est le titre de reportage de Geoffrey le Guilcher et Basile Lemaire dans Les Inrockuptibles cette semaine. Problèmes mentaux, suicides, injection pour calmer les plus agités qui filent à l'hôpital psy où les lits sont moulés dans le ciment. Ce qui se passe à Malte n'est pas glorieux. L'Europe n'a toujours pas de réponse à cette question impossible de l'immigration.

Le premier Etat membre qui reçoit un demandeur d'asile en est responsable. L'ile de Malte étant le poste le plus au Sud, excepté les Canaries, elle écope au premier chef. Désiré un Congolais de 50 ans est là depuis 10 ans. Il a obtenu une carte d'identité qui mentionne en lettres capitales : "seulement pour Malte".

Dans le reportage des Inrockuptibles , on croise un Malien

Présent à Malte bien avant la dernière crise qui frappe son pays. Il y a peu de chances qu'il lise l'édito du Figaro . Pierre Rousselin est très alarmiste à propos de la situation au Mali. Au Sud, des militaires dépassés par leur putsch, au Nord, des Touaregs et leur relation trouble avec Al Qaida au Maghreb islamique.

"Comme Al Qaida l'avait fait en Afghanistan avec les Talibans, écrit Pierre Rousselin, les islamistes profitent de la rébellion Touareg et cherchent à installer un califat au cœur de l'Afrique de l'Ouest. Tous menacés, les pays de la région doivent réagir d'urgence."

L'Islamisme décidément la Une du Figaro ce matin. Cet édito. Et puis en manchette : "L'avertissement de Sarkozy aux associations islamistes de France". Il les met en garde contre tout propos appelant à la violence

Du côté de François Hollande, la campagne, c'est un meeting à Rennes ce soir

"Rennes permet d'assumer une histoire et une continuité". C'est Ségolène Royal qui dit cela. Car voilà la particularité de ce meeting. L'ancienne candidate et ex compagne de François Hollande parlera avant lui et ils se croiseront sur scène.

L'aspect people, et Valérie Trierweiller dans l'assistance, n'échappe évidemment pas à la presse, mais il n'ya pas que cela. L'ex est bien placée pour savoir que sans un parti uni derrière lui, un candidat est moins fort. Donner une image d'unité, c'est le sens de cette photo. Alors revoilà Ségolène Royal, comme titre Le Parisien-Aujourd'hui en France .

Elle n'a pas changé... "Ils sont contents que j'arrive" dit-elle, selon Le Figaro . Et voilà qu'on retrouve des qualités à la dame du Poitou. Elle peut mettre un peu d'enthousiasme dans cette campagne tiède. Et Libération ajoute : elle a des cartouches à faire valoir face à Jean-Luc Mélenchon : elle peut parler du peuple et au peuple comme lui, sans que cela passe pour un truc fabriqué.

Les histoires de famille, on connait aussi chez les Le Pen

Et si l'opération dédiabolisation menée par la fille après l'époque de son père rencontrait ses limites ? Le Parisien raconte la campagne galère de Marine Le Pen. Elle passe la majorité de son temps à Paris. Difficile d'organiser des visites d'entreprises ou des meetings. Manque d'argent et pressions en tous genres, dénonce le FN. Et quand Marine le Pen va sur un marché, les pro- Mélenchon sont là pour lui pourrir la vie. "Ce qu'ils font est antidémocratique", dit-elle.

A propos de Jean Luc Mélenchon, le succès de sa campagne a des conséquences au Parti communiste

Voilà que des jeunes prennent leur carte au PC. "Depuis le début de l'année, sur le 2500 adhésions recensées, la moitié, ce sont des moins de 30 ans", dit un membre du parti. "La seconde jeunesse du PCF", c'est à lire sous la plume de Lilian Alemagna dans Libération . L'un de ces trentenaires interrogés a cette phrase : "Le parti a parfois fait l'erreur historique de croire qu'il était possible de changer les choses sans les gens"

Avant d'aller à Glasgow comme promis, deux histoires dans Le Figaro .

D'abord, celle d’Ali Othman, qualifié par Edith Bouvier de "journaliste-citoyen". Si cette reporter blessé à Baba Amr prend la plume pour parler de lui, c'est parce qu'il a contribué à la sauver à la sortir de la ville de Homs en Syrie. D'ailleurs la plupart des envoyés spéciaux passés dans la ville le connaissent. Il leur sert de guide. Ali Othman est aujourd'hui en emprisonné et torturé à Damas. En mars, écrit Edith Bouvier, il avait exprimé sa crainte de payer de sa vie notre libération.

Dans les pages saumon du Figaro , l'histoire de l'île de Zante en mer ionienne et ses 700 aveugles. Où l'on voit que la réforme de l'Etat en Grèce est un immense chantier. 700 aveugles, en proportion, cela en fait 9 fois plus que dans le reste du monde. Curieusement, certains en ont aperçu conduire des taxis ou pêcher au harpon. Le directeur de la clinique ophtalmologique a dû démissionner. Zante rejoint au folklore de la fraude ces iles pleines d'handicapés où l'on donnait des cours de danse traditionnelle.

Et donc, Glasgow pour finir

Encore une histoire européenne, Europe du foot. Les passionnés de ballon rond le savent, le duel le plus acharné du continent, c'est le derby de Glasgow, les Celtic contre les Rangers. Les querelles de clocher se mélangent à la grande histoire : les Celtic, c'est le club des catholiques, les Rangers, celui des protestants.

Mais les Rangers pourraient bien mourir. Après le passage de deux présidents, l'un dispendieux, l'autre marron, le club est en redressement judiciaire. Qu'on trouve ça stupide ou touchant, la passion des supporters dans ce moment délicat est saisissante.

Pour L'Equipe , Alexandre Bardot a assisté à une soirée de récolte de fonds, la veille d'un derby dans un pub près du stade d'Ibrox park.

Un type commande 4 pintes de bière au comptoir et lâche : "je suis revenu de Malaisie pour le match".

Une veuve a envoyé un petit billet et promet la même chose pour la semaine suivante. Son mari était un fan.

Une jeune femme propose d'hypothéquer sa maison.

Un gamin a envoyé une lettre avec une pièce d'un livre scotchée dessus.

Ailleurs dans la ville, les fans des Celtic se réjouissent à peine. Sans le derby, le foot écossais perd une bonne part de son âme et de ses droits télé.

Et dans ce pub de Glasgow où des costauds pissent de la bière jusqu'à la fin de la nuit, une vielle dame garde un air placide. La Reine Elizabeth 2 dont le portrait veille sur tout le monde.

A demain.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.