C'est une idée bizarre... Die Welt, en Allemagne, se demande d'ailleurs où le chef de l'Eglise anglicane a bien pu la pêcher, cette idée... Selon Ronan Williams, l'archevêque de Canterbury, le Royaume-Uni devrait mettre en place la charia, la loi coranique... Les musulmans britanniques pourraient alors choisir à quelle loi se soumettre... Alors pas toute la charia, explique en France Le Figaro... Mais certaines dispositions, concernant les différends financiers ou conjugaux... Pour le révérend Williams... chef des 77 millions d'anglicans dans le monde... cette application de la charia en Grande-Bretagne est inévitable... "Il faut, dit-il, accepter le fait que certains citoyens ne se sentent pas concernés par le droit britannique"... Le Figaro qui analyse que "cette question de l'intégration des musulmans anglais fait l'objet de vifs débats depuis les attentats de juillet 2005"... Et vous vous en doutez... dans la presse anglaise, la polémique fait rage... The Independent rapporte "un concert de critiques"... Dans le Guardian... la réaction embarrassée, aussi, du porte-parole du Premier ministre... Pour ne pas transformer cette affaire en guerre de tranchées, Gordon Brown a simplement fait dire qu'il souhaitait que les lois britanniques restent fondées sur les valeurs britanniques... le Guardian qui a demandé la réaction de l'opposition... Et ça tombe bien : la porte-parole des Tories, Lady Warsi, est musulmane... "Les propos de l'archevêque sont inutiles, et ne peuvent qu'ajouter à la confusion de nos communautés", a-t-elle lancé, fustigeant les "pseudo-théologies d'apaisement"... L'archevêque de Canterbury explique en effet que cela permettrait une meilleure cohésion sociale... Le Daily Telegraph commente : "L'archevêque répudie l'un des fondements de nos sociétés modernes... à savoir que nous sommes tous égaux devant la loi"... Une nouvelle fois donc, la religion occupe le devant de la scène politique... Et ça, c'est de plus en plus courant en Europe... C'est d'ailleurs, cette semaine, le dossier de Courrier International... un dossier intitulé : "Laïcité : l'offensive des Eglises en Europe"... L'hebdomadaire rappelle que "en Espagne, la hiérarchie catholique est entrée en campagne contre le gouvernement socialiste, à quelques semaines des élections législatives... qu'en Italie, l'Eglise cherche à reprendre son ascendant traditionnel sur les questions de société, et mobilise sa base militante... et qu'en France, patrie de la laïcité républicaine, Nicolas Sarkozy abandonne la neutralité inhérente à sa fonction pour faire l'éloge des religions et des valeurs morales qu'elles défendent"... Autre exemple en Grèce... où l'Eglise orthodoxe est devenue un acteur majeur du débat public... Et même en République tchèque, l'un des pays les moins religieux d'Europe, puisque 40% de sa population se déclare athée... Eh bien même à Prague, Vaclav Klaus, le Président de la République, pourrait bien être réélu par la grâce de Dieu... et ce, grâce à un accord sur la restitution des biens des églises... La France de retour en Europe... C'est ce que vous lirez également dans la presse européenne ce matin... "La France ratifie le Traité de Lisbonne trois ans après le 'non' à la Constitution", se félicite ainsi El Mundo, en Espagne... En France, seul Ouest-France met cette information en Une... "Le Parlement dit 'oui' au Traité européen"... Alors "Paris dit 'oui' et rassure l'Europe", analyse Libération... Dans le contre-journal, la page des lecteurs et des Libénautes, c'est le coup de gueule qui domine... "Ratifier Lisbonne, c'est une forfaiture", dénonce l'un des blogueurs du quotidien, qui ajoute : "Voilà qu'aujourd'hui on dit au peuple : 'Tu as mal voté la dernière fois... On passe outre, et on ne te demande plus ton avis"... Alors en même temps, tempère Jean-Marcel Bouguereau dans La République des Pyrénées, "Nicolas Sarkozy avait clairement annoncé la couleur avant d'avoir été élu... Et il a été élu"... Alors c'est vrai, concède Jean-Pierre Bedeï dans La Dépêche du Midi, que "les partisans du Traité européen ont en quelque sorte remporté une victoire à la Pyrrhus... une victoire marquée davantage du sceau de la raison que de celui de l'enthousiasme... Et d'un autre côté, poursuit l'éditorialiste, les nonistes se sont montrés incapables, depuis trois ans, de bâtir une alternative, de construire un rapport de force autour d'un quelconque plan B"... Alors ces votes de l'Assemblée Nationale et du Sénat sont des votes "sans gloire et sans publicité... à des années-lumière de l'effervescence qui s'était emparée du pays il y a deux ans", constate Jean-Claude Kiefer dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace... "Mais ce mini-Traité est un texte technique, qui ne méritait sans doute pas plus", conclut l'éditorialiste, pour qui "le Traité de Lisbonne reste un outil dont l'efficacité sera mesurée à l'habilité des mains qui s'en serviront"... Direction la banlieue à présent... Les banlieues, pour être précis... Ce matin, beaucoup d'attentes de ce côté-là... "Banlieues : le plan galère de Fadela Amara"... C'est la Une de Libération... Ce matin, en effet, Nicolas Sarkozy doit présenter son plan... Et la secrétaire d'Etat, de son côté, doit convaincre les quartiers fragiles de l'efficacité des mesures en leur faveur... "Fadela Amara joue son va-tout", poursuit Libération... Et c'est vrai que c'est plutôt le scepticisme qui l'emporte, dans les commentaires ce matin... D'abord parce que "banlieues cherchent budget"... c'est toujours dans Libération... l'idée que sans rééquilibrage financier entre les villes pauvres et les villes riches, le plan qui sera présenté ce matin est voué à l'échec... Et puis, comme le Président de la République a répété à plusieurs reprises que les caisses étaient vides... L'Humanité s'interroge sur ce "plan Marshall à zéro euro"... Le journal analyse que c'est d'abord "la pauvreté qui rend les zones sensibles"... Il y a aussi cette question... "Le gouvernement réussira-t-il là où les autres ont échoué ?"... L'interrogation est dans France Soir... Et vous la retrouverez également en filigrane dans Le Figaro, qui note que "10 ministres se sont penchés au chevet des quartiers en 17 ans"... C'est aussi ce que retient Les Dernières Nouvelles d'Alsace... Le journal s'est rendu au Neuhof, un quartier sensible de Strasbourg... Etat des lieux donc de 30 ans de plans banlieues... Et ce constat : le quartier du Neuhof est toujours à part... Difficile, du coup, pour les habitants, rapporte les DNA, de mettre un peu d'espoir dans les annonces qui seront faites aujourd'hui... Et sinon, dans la presse... "Le MEDEF réclame la fin de la retraite à 60 ans"... C'est la Une de La Tribune... un entretien avec Laurence Parisot, la présidente du MEDEF... Elle y explique donc que "pour favoriser l'emploi des seniors, il faut repousser l'âge légal de la retraite"... En Une du Parisien-Aujourd'hui en France... "La gauche toujours en tête, mais..."... Le quotidien publie des sondages sur les municipales... En résumé, "l'UMP grignote un point.... Gaudin résiste à Marseille... et Sarkozy démine le terrain"... Même sujet, autre sondage, dans Le Figaro... "Les Français pronostiquent un scrutin serré"... Ce sondage OpinionWay montre qu'aujourd'hui, les sondés donnent la gauche gagnante dans les villes de plus de 100.000 habitants... la droite ayant l'avantage dans les petites... A noter également, ce matin, la Une de La Croix... "Violences à l'école, l'appel aux juges"... Le journal explique que devant la multiplication des incidents dans le cadre scolaire, les enseignants et les parents ont de plus en plus recours aux procédures judiciaires"... Et puis, allez... Finissons avec une bonne nouvelle... Vous la verrez dans Le Figaro... "Les décès par infarctus en forte baisse en France"... C'est une étude européenne, qui montre que cette mortalité a chuté de 50% entre 1995 et 2005... D'ailleurs c'est en France, du coup, que les infarctus et les attaques cérébrales sont les moins nombreux... Première raison... valable pour tous les pays... les progrès de la médecine... Ce qui fait la différence dans l'Hexagone, explique le chef du service de cardiologie de l'hôpital Georges-Pompidou à Paris, c'est le fameux "paradoxe français"... Bref, vive notre mode de vie et nos traditions culinaires ! Passez un bon week-end... A lundi...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.