On commence par un départ probable :

Trois entrechats et puis s’en va…Benjamin Millepied pourrait en effet annoncer cet après-midi, son départ de l’Opéra de Paris. Passage express puisque l’ex-danseur étoile du New York City Ballet y était arrivé, il y a un an, comme patron de la danse. Le site de Paris Match avance comme explication, la fronde en interne des danseurs contre lui, après ses déclarations dans un récent documentaire signé Thierry Demaizière sur Canal Plus . Le chorégraphe star y critiquait sans détour la rigidité de l’enseignement de la danse au sein de la vieille institution, ajoutant même que le ballet ressemblait parfois à « du papier peint », où « on pouvait s’ennuyer à mourir ». Le site des__ Échos parle d’une « erreur de casting » de la part du directeur de la grande maison Stéphane Lissner. « Pour le faire venir, Lissner lui aurait promis monts et merveilles, en occultant la complexité du poste de directeur de ballet » explique un observateur anonyme. Choc des cultures donc quand Millepied découvre la lourdeur de cette grosse compagnie publique, 150 danseurs… et témoignages à charge dans Les Échos sur ce directeur très accro à Facebook, Instagram et Twitter, mais absent, à quelques jours de la générale de sa nouvelle chorégraphie.

Un coup dur, en tout cas, pour l’Opéra de Paris, car Benjamin Millepied formait aussi avec l’actrice Natalie Portman un couple très glamour, qui avait enflammé les mécènes… Lors du gala d’ouverture, un million d’euros avait été récolté contre 100 à 400 000 habituellement. Mais la comédienne, installée à Paris, avait également eu l’occasion de dire qu’elle ne vivait pas si bien que ça dans sa ville d’adoption. En mai dernier, dans un entretien à la revue The Hollywood Reporter , elle avait reconnu notamment qu’elle se sentait nerveuse, en tant que juive, après les attentats de janvier 2015.

On poursuit avec des images de la ville de demain

Des images de synthèse pour l’instant, mais qui pour une fois, donnent envie de vivre dans le futur… Une tour de Babel en bois dont les légumes cultivés en haut, seront ensuite vendus dans un magasin au rez-de-chaussée, un vaste bâtiment de lumière surplombé d’une forêt au-dessus du périphérique… Images dans Le Parisien , deux exemples parmi les 22 chantiers retenus par la maire de Paris, Anne Hidalgo pour son opération « Réinventer Paris ». Démarche originale, car il s’agissait de demander aux architectes d’imaginer avec modèle économique à la clef, de nouveaux projets correspondant aux nouveaux usages des habitants, de l’habitat écologique au co-working … opération modeste pour l’instant, 150 000 mètres carré seulement à aménager…mais qui rejoint l’envie, et les réalisations d’autres villes, comme Bordeaux et Lyon de se projeter dans le futur nous raconteLa Croix . Voilà, monsieur Millepied, nous ne sommes pas qu’un vieux pays, d’un vieux continent incapable d’imaginer de nouveaux lendemains

Après le mea culpa , l’heure du programme économique pour Nicolas Sarkozy

Entretien exclusif aux Échos , avant Des Paroles et des Actes ce soir sur France 2 , et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ex-président et candidat putatif abat ses cartes, franco. Contrechoc fiscal de 25 milliards d’euros avec une baisse de 10% de l’impôt sur le revenu, suppression de l’ISF, smic à zéro charge, sortie des 35H, et passage de 35 à 37 heures, payées 37, pour les fonctionnaires, allongement du temps de présence des profs en échange de hausse de salaire. Nicolas Sarkozy poursuit : dégressivité des allocations chômage, non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, et même traitement appliqué aux collectivités territoriales en l’inscrivant carrément dans la constitution, âge légal de départ à la retraite repoussé à 63 puis 64 ans… enfin « j’ajoute, dit-il,que je suis favorable à ce que nous reprenions un programme de privatisation et de cessions de participation de l’État », il cite Air France, Renault, EDF et mêmeLa Poste …des recettes, dit-il, qui participeront à la réduction de la dette française. Ah oui, parce que j’avais oublié de vous signaler que Nicolas Sarkozy veut engager simultanément une économie de 100 milliards dans les dépenses publiques… Point sur lequel il reste assez flou… où sabrer encore un peu plus ? Quand dans le même temps, Libération rappelle qu’il s’est engagé hier à un Plan Marshall pour l’agriculture estimé à quelque dix milliards d’euros. En se dévoilant à 15 mois de la présidentielle, il fallait bien qu’il lui reste quelque chose à dire.

L’économie en question, en débat, l’économie où le bât blesse, le Front national entame demain un séminaire stratégique intitulé « l’arrivée au pouvoir », avec pour point central, le programme économique du FN.

Longue défense dans L’Opinion du numéro deux du parti, Florian Philippot , de sa ligne, celle qui s’est imposée à Marine le Pen depuis qu’elle a pris la tête du FN, mais de plus en plus critiqué en interne : « L’euro est un point indispensable du projet » explique-t-il, « car il fait partie de la souveraineté ». Donc d’accord pour peaufiner les arguments, mais pas question de revenir sur le fond : « on ne peut pas tout changer en ne changeant rien », expérience de Syriza en Grèce à l’appui. « Circulez, y a rien à voir », dit-il donc, à ceux qui comme Gilbert Collard dans Le Parisien ce matin, réclame lui de revenir sur ce point, voulant croire que Philippot s’inclinera si sa ligne n’est pas majoritaire… Sauf que ce dernier a déjà prévenu, Thomas Legrand vous en parlait dans son édito : si la sortie de l’euro n’est plus dans le programme du Fn, « non seulement je ne reste pas, mais personne ne reste au front national »

L’Humanité , le journal, engagé à fond derrière les Goodyear qui manifestent aujourd’hui. « Le verdict, prison ferme pour huit salariés, n’avait qu’un seul but, écrit Paule Masson dans son édito,faire peur et faire taire. Mais ce verdit d’injustice a au contraire déclenché un élan de solidarité affirme-t-elle.Cette bataille n’est pas la première qui semble perdue et peut être gagnée »

Un mot encore sur la déchéance de nationalité ? STOP !!!! Je crois entendre d’ici le ras le bol des auditeurs sur le sujet, et c’est précisément ce que Libération met à sa Une : Stop !Libé qui résume le fiasco en cinq actes, on en retiendra la conclusion avec la énième et dernière mouture du gouvernement hier, « On a le choix aujourd’hui » dit un député socialiste entre « la bouillie et le bordel ». Le Figaro souligne lui la lourde défaite de François Hollande , qui pourrait même renoncer à convoquer le Congrès. Une hypothèse démentie par le nouveau garde des sceaux,Jean-Jacques Urvoas , « François Hollande ira jusqu’au bout » affirme-t- il ce matin dans Aujourd’hui en France/le Parisien . La pièce n’est donc peut-être pas finie.

Pour terminer, que faire entre midi et deux ?

Se faire refaire le menton qui tombe, les lèvres qui se froissent, les joues déprimées ou les bras qui fripent ! Article marrant de Libération qui passe en revue les nouvelles méthodes light et rapides de la chirurgie esthétique, à faire donc sur le temps du déjeuner. Grâce à la toxine botulique, au laser, à la radiofréquence et à l’acide hyaluronique, vous revenez plus fraîche, ou plus frais que vous n’êtes parti ! Quelques inconvénients tout de même, des bleus, parfois jusqu’à ressembler au boxeur de Ragging Bull , mais surtout le prix ! De 300 à 1200 euros la séance…je me demande s’il ne vaut pas mieux… déjeuner à ce prix-là !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.