8H30 l’heure de la revue de presse, bonjour Hélène Jouan

Toute la semaine, des célébrations marqueront le souvenir des attentats de janvier 2015…échos dans la presse ce matin…

Célébrations qui passent par de nombreux documentaires qui seront diffusés cette semaine à la télé, Libération nous en dresse une liste non exhaustive pour revenir sur ces attentats, « sous tous les angles » dit le journal : « Des coulisses du pouvoir » d’Antoine Vitkine et Bruno Dive ce soir sur France 3, où l’on verra les errements, les doutes, les grands gestes politiques et les petites mesquineries parait-il, d’un exécutif confronté à l’effroyable, à deux docs sur « qui est Charlie ? », retour sur l’histoire et l’importance de l’hebdomadaire satirique touché dans sa chair le 7 janvier, jusqu’au parcours des terroristes pour connaitre sinon comprendre l’itinéraire des assassins.

Célébrations donc, informations, mais pas pour s’en tenir à la commémoration…

Non, car on parle désormais de Janvier 2015, comme on dit « mai 68 » insiste l’historien Pascal Ory dans Libération qui parle d’événement historique fondateur. Pascal Ory qui se veut rassurant sur notre capacité à réagir à cette violence : « la société a toujours raison » dit il. Après le 7 janvier, elle a choisi la fraternisation plutôt que la ratonnade. Idem après le vendredi 13, le mythe du lien plutôt que la décharge physique dans la vendetta. La seule concession à la stratégie de Daech a été le vote FN, qui en est le symétrique, et là aussi, la société française a tenu…évidemment ajoute t il, s’il y a une 3ème vague d’attentats, une 4ème, une 5ème… » poursuit il. En concluant par des points de suspension…

2015, fut en tout cas, pour« La France et le terrorisme, l’année du basculement » nous rappelle la Croix. Le 7 janvier, la violence a fait une irruption brutale dans une société qui se croyait en paix, le 13 novembre a achevé ce basculement dans une autre ère, celle de la menace terroriste durable. Et le journal de rappeler qu’il y a bien eu 2 temps dans cette année de rupture, 2 attaques, mais surtout 2 types de réactions. En janvier, derrière les hommes, les terroristes s’en prenaient à des valeurs. Il y a eu injonction à se sentir concerné analyse un sociologue, avec des réactions plurielles, on se souvient bien sûr des « je ne suis pas Charlie ». Mais ces divisions ont eu le mérite d’engager le débat, pourquoi une partie de la population ne s’est pas sentie concernée, quel rôle doit jouer l’école ? A l’époque, Manuel Valls dénonce « l’apartheid territorial, social, ethnique qui mine le pays », François Hollande insiste sur le message de paix et de tolérance que la France doit porter. 13 novembre, tonalité différente ; Après nos valeurs, les terroristes s’en sont pris à notre identité, du coup la réaction de la société est plus unanime, les divisions quasi inexistantes. Le ton politique aussi a changé : le président martèle que la France est une nation qui sait se défendre. L’urgence devient sécuritaire…

Mais c’est alors que les vraies questions émergent: « comment faire en sorte que la radicalité de leur haine ne soit pas contagieuse ? Où mettre le curseur entre sécurité et liberté ? » Le débat s’est focalisé sur l’extension de la déchéance de nationalité dans les derniers jours de 2015, c’est lui toujours qui ouvre cette nouvelle année.

Et 2016 sera peut-être une année de basculement politique…

« Qui n’a pas quitté pendant 2 semaines, la cellule familiale risque ce lundi de se trouver fort désorienté » nous prévient Cécile Cornudet dans les Echos.Oui, c’est à n’y plus rien comprendre ! C’est François Hollande qui réclame d’étendre la déchéance de nationalité, comme le lui demandaient jusque là note t elle, le Fn et une partie des Républicains. Alors qu’Alain Juppé critique la démarche, parlant de coup politique ! alors ? lequel est le plus à gauche ? sauf que dans le même temps, Alain Juppé présente dans son nouvel opus « Pour un Etat fort », des propositions que ne renierait pas son rival Nicolas Sarkozy ! la presse unanime souligne le virage à droite de celui que les sarkozystes aimaient jusque là dépeindre comme « le vieux cousin centriste » ainsi que nous le rappelle Hervé Favre dans la Voix du Nord. C’est un brouillage sans précédent de nos repères politiques conclut Cécile Cornudet. Brouillage sur lequel Laurent Joffrin dans Libération met un nom : triangulation. « Pour faire gagner la gauche dans une société qui évolue vers la droite, François Hollande triangule explique t il ». Le calcul un brin cynique paraît efficace, même si l’habileté ne suffit pas, relève l’éditorialiste : pour rétablir la situation à gauche, il faut donner à ses électeurs des raisons de la soutenir » La triangulation, notamment sur la déchéance de nationalité, fait en tout cas s’étrangler l’Humanité… « Pour l’heure le bilan ressemble à un sabordage que la droite et l’extrême droite applaudissent, et que la gauche dénonce, très au-delà de ceux qui critiquaient déjà la dérive libérale du pouvoir ; Le plat de lentilles contre lequel Hollande et Valls ont troqué leurs consciences tourne à l’amas de gravillon

A l’étranger Hélène, la situation des medias publics en Pologne inquiète…

La Pologne, pays européen, est-il utile de la rappeler ? Le 1er janvier dernier, la première chaine de la radio publique polonaise a diffusé toutes les heures l’hymne national et celui de l’Union européenne nous raconte les Echos. Et quelques heures plus tard, démission en rafales des directeurs de toutes les chaines de radio et télé publiques. En cause, la loi votée en urgence jeudi, c’est-à-dire le 31 décembre, par la nouvelle majorité ultra nationaliste, une loi qui organisait leur limogeage pur et simple. Ils ont donc préféré prendre les devants. Varsovie veut des medias publics aux ordres explique les Echos. Le nouveau gouvernement polonais s’en défend, « nous voulons simplement guérir notre pays de quelques maladies » argue t il. Quand on commence à user de métaphores médicales pour parler de libertés publiques, ça commence à sentir le moisi. La commission européenne pourrait entamer une procédure pour « atteinte aux valeurs fondamentales européennes »…

L’exécution d’un dignitaire religieux chiite par l’Arabie Saoudite également à la Une de vos journaux. Si le spécialiste du monde Arabe Antoine Sfeir se veut plutôt rassurant dans l’Opinion, « Ni l’Iran, ni l’Arabie Saoudite n’ont intérêt » affirme t il, « à embraser le golfe persique », Le Figaro sous la plume de Georges Malbrunot estime néanmoins que cette exécution va aggraver la guerre que se livrent, via leurs sponsors iranien et saoudien, chiites et sunnites de Sanaa au Yémen, à Bagdad, en passant par Damais, Beyrouth et Barhein…

En attendant, UNE victime de ce nouveau bras de fer note t il : la lutte contre Al quaeda et l’Etat islamique. La constitution d’un large front commun contre Daech est reporté à plus tard…on ne peut pas avoir plusieurs ennemis à la fois dit Malbrunot

On revient en France Hélène

Hommage unanime à Michel Delpech dans tous vos quotidiens, ce chanteur qui parlait si bien aux baby boomers nous dit La Croix, de la douceur de vivre et des illusions perdues, à croire que tous les journalistes sotn des baby boomers…

Assaut d’imagination et de titres marrants pour retracer l’énorme fraude, présumée, de la dynastie Wildenstein, procès début aujourd’hui « Amour, gloire et fraude fiscale » pour l’Humanité, quand Libération insiste surtout sur l’amitié et le proximité qui liaient l’héritier cachottier et Nicolas Sarkozy, Guy Wilenstein a longtemps été l’un des plus gros donateurs du parti de droite

Et on termine justement par l’odeur de ..l’argent! Je m’explique…

C’est la Croix qui nous raconte l’histoire de ce jeune bachelier de 19 ans qui a inventé l’an dernier un réveil révolutionnaire…un réveil qui pour vous sortir des bras de Morphée, diffusera à l’heure dire des effluves d’embruns marins, de forêt, ou de thé ..Mais aussi à choisir dans la liste des capsules olfactives, de : dollar ! Etre réveillé par l’odeur du dollar, je ne vois pas du tout à quoi ça peut ressembler , mais cette fois c’est une certitude, l’argent a bien une odeur

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.