Peur, espoir, déception... La valse des sentiments, ce matin, à la lecture de vos journaux... D'abord donc la peur... Et cette phrase... "La tragédie, c'est que je suis le seul pur démocrate au monde... Depuis la mort de Gandhi, je n'ai personne à qui parler"... Devinez qui s'exprime ainsi... La réponse n'est vraiment pas évidente... C'est Vladimir Poutine... Ne riez pas... L'interview du Président russe dans Le Figaro, ce matin, est assez glaçante... Le Figaro qui titre... "Poutine menace de planter des missiles sur l'Europe"... Une menace qui répond au projet de bouclier anti-missiles que les Etats-Unis veulent installer en Pologne et en République tchèque... Du coup, le Président russe se justifie, dans Le Figaro... "Nous ne sommes pas ceux qui auront entamé une course aux armements en Europe... Mais pour rétablir l'équilibre, nous aurons besoin de systèmes qui pourront pénétrer ce bouclier anti-missiles... Peut-être veut-on nous pousser à prendre ces mesures pour empêcher un rapprochement entre la Russie et l'Europe"... Et quand les journalistes lui demandent si l'on va revenir à l'époque où des missiles étaient pointés sur l'Europe occidentale... Vladimir Poutine est très clair : "Oui, nous sommes en train de revenir à cette époque... Nos experts militaires nous disent que le système anti-missiles menace le territoire de la Russie... Si une partie du potentiel nucléaire des Etats-Unis est en Europe, nous devrons trouver une réponse... Et bien sûr nous devrons avoir des cibles en Europe"... Alors si en France, Vladimir Poutine ne fait la Une que du Figaro, ou presque... Ouest-France note que "le bouclier anti-missiles américain irrite Poutine"... et Le Télégramme, que "Poutine jette un grand froid"... Ailleurs en Europe, c'est l'inquiétude... Et les titres de la presse, sur le continent, vont crescendo... "Poutine prêt à pointer ses missiles sur l'Europe", indique le Corriere della Sera... "La Russie menace de pointer ses armes vers l'Europe si l'Union européenne installe un bouclier anti-missiles", explique El Pais... C'est "la nouvelle Guerre froide", pour The Guardian... "Poutine fait grandir le spectre de la guerre nucléaire en Europe", s'inquiète The Times... "Poutine : la menace nucléaire contre l'Europe", pour le Daily Telegraph... Et du coup, le G8 qui s'ouvre mercredi... et que les Allemands voulaient consacrer à l'environnement et à la pauvreté en Afrique... risque bien de se focaliser sur ces relations Est-Ouest, note le quotidien britannique... qui analyse sombrement : "Le Président russe envoie là un signal clair... Il préfère la bataille au compromis"... Après la peur... l'espoir... Là, c'est dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... "Cancer : enfin de vrais espoirs"... A Chicago en ce moment, 30.000 médecins et chercheurs du monde entier sont réunis, pour évoquer les dernières avancées dans les traitements anti-cancer... Et les spécialistes l'affirment, se réjouit Le Parisien-Aujourd'hui en France : "Nous sommes dans une période très encourageante"... Alors en fait, explique la journaliste du Parisien, à Chicago, l'efficacité des nouvelles molécules apparues il y a 5-6 ans est confirmée... ces molécules, dites ciblées, qui attaquent les cellules malades en épargnant les tissus sains... Alors, pour l'instant, ces thérapies ciblées sont la plupart du temps associées à une chimiothérapie... Mais les médecins espèrent qu'on pourra bientôt utiliser ces nouvelles molécules toutes seules... Elles sont plus faciles à prendre et beaucoup moins nocives... Alors oui bien sûr, on meurt encore du cancer... Mais aujourd'hui, on arrive à stopper le développement de la maladie dans des cas qui étaient encore mortels il y a deux ans... C'est ce que confirme le professeur Jean-François Morère, de l'hôpital Avicenne de Bobigny, en région parisienne... "On ralentit la maladie... Aujourd'hui, les progrès sont parfois de seulement quelques mois de survie... Mais l'espoir est réel... Il y a certains types de cancer dont on ne pourra pas guérir, mais avec lesquels on pourra vivre, moyennant un traitement à suivre à vie... Un cachet par jour pour juguler la maladie, c'est un rêve qui ne paraît plus impossible"... Et dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, un exemple saisissant... Trois reproductions de radios du poumon... Trois radios du même malade... un patient que l'on pensait condamné... Il souffrait d'un cancer du poumon rare et très avancé... Sauf qu'il a eu droit à un traitement avec l'une de ces nouvelles molécules... A peine huit jours après le début du traitement, les résultats sont déjà spectaculaires... Les tumeurs commencent à disparaître... Un mois plus tard, il n'y a plus rien... Les poumons sont redevenus sains... Le malade a retrouvé ses forces... Il peut rentrer chez lui... 18 mois plus tard, l'homme est toujours sous traitement... Mais il n'a pas fait de rechute... Alors le professeur Morère reste tempéré... "Seuls 3% des malades ont un cancer similaire... Et même à l'intérieur de ce groupe, ce médicament ne marchera pas à tous les coups"... Mais l'espoir est là... Peur, espoir... déception aussi, dans les journaux... Et là, eh bien, c'est la campagne des législatives qui déçoit... Et elle déçoit à plusieurs niveaux... D'abord on s'ennuie... "La campagne des législatives ?... Quelle campagne ?"... C'est Patrice Chabanet, dans Le Journal de la Haute-Marne, qui constate... "Le soufflé est nettement retombé après la Présidentielle"... Et pour l'éditorialiste, une seule raison à cela... "Pour qu'il y ait passion dans le débat électoral, il faut que le jeu reste ouvert... Or nous sommes dans la chronique de la victoire annoncée de la droite... ce qui fait courir le risque d'une forte démobilisation... Mais bien malin qui peut dire si ceux qui pourraient être tentés par l'abstention viendront d'une gauche donnée battue d'avance ou, au contraire, d'une droite que l'on dit sur le point de rafler plus de 400 sièges à l'Assemblé Nationale"... Dans L'Alsace, Patrick Fluckiger a, lui, une autre explication... "Tout le monde a la tête un rendez-vous plus loin... Les ministres préparent des projets de loi... Les dirigeants du PS pensent à la succession de François Hollande... François Bayrou est en concurrence avec DSK et Royal pour prendre la tête de l'opposition à Nicolas Sarkozy... Bref, tout se passe comme si le scrutin des 10 et 17 juin était déjà joué... Mais, conclut l'éditorialiste, n'est-ce pas effectivement le cas ?"... Bon alors, certains de vos journaux tentent bien de faire mousser le suspense... Les Echos par exemple, qui rappellent qu'il y a 7.639 candidats en lice... dont "11 ministres-candidats sommés de vaincre"... Parce que, explique Les Echos, le Premier ministre François Fillon, également candidat, a mis en garde... "Les battus devront abandonner leur ministère"... Alors y aura-t-il une vague bleue ?... Début de réponse la semaine prochaine, à la même heure... Mais quelque part, peu importe... Bleue, rose, rouge, verte... Ce qui est sûr, c'est que l'Assemblée Nationale, ce sera "la maison blanche"... Ironie amère, en Une de Libération... qui note : "Les candidats aux législatives dits de la "diversité" sont plus nombreux que par le passé... Mais leurs chances d'être élus sont toujours aussi faibles"... Oui, explique Laurent Joffrin... "On a beau parler diversité, promotion des minorités, discrimination positive... nous aurons encore en 2007 une Assemblée essentiellement, obstinément, archaïquement monocolore... En un mot, une chambre blanc horizon"... Et l'éditorialiste de Libé analyse que "les froids mécanismes qui freinent l'ascension des minorités sont trop forts pour que la simple vigilance citoyenne suffise à les surmonter"... Joffrin qui appelle à discuter d'une règle plus contraignante pour assurer cette diversité... Dans leur enquête, les journalistes de Libération ont rencontré les deux responsables des investitures, au PS et à l'UMP... Tous les deux le disent : dans leur camp, il y a 5 ou 6 candidats issus de cette diversité qui sont en mesure de l'emporter... C'est la version optimiste, juge le journal... qui explique que les deux principales formations politiques ont en fait la même règle : privilégier les députés sortants... Et du coup, eh bien il y a une formation politique qui s'en sort plutôt mieux que les autres... C'est le MoDem... Il faut dire qu'avec la désertion des députés sortants, la formation de François Bayrou dispose d'une large capacité de renouvellement... Et d'ailleurs, le chargé des élections du MoDem en convient : "Vu nos capacités d'accueil, on devrait être irréprochable"... Candidate de la diversité... Elle est à découvrir dans Elle... Najat Vallaud-Belkacem... C'était l'une des porte-parole de Ségolène Royal pendant la campagne... Elle a 29 ans... Et elle va affronter à Lyon, pour les législatives, Dominique Perben... Son portrait commence avec une phrase, que lui répète souvent sa mère : "La vie a toujours plus d'imagination que toi"... Najat Vallaud-Belkacem est déjà élue... Elle est conseillère régionale de Rhône-Alpes... Elle a été élue en mars 2004... Elle explique qu'elle n'a jamais ressenti de racisme, mais plutôt un sentiment d'agacement... "parce que j'étais jeune, parce que j'étais femme", dit-elle... Femme et élue... C'est le thème de l'éditorial de Michèle Fitoussi, dans Elle... "Au soir du 17 juin, après les élections législatives, si tout va bien, nous serons entre l'Estonie et la Guinée équatoriale... à la 59ème place mondiale de la féminisation des élus politique... Au mieux donc, 20% d'élues... Au pire, 15%... Ce qui sera toujours plus que le minable score de 12,6% de l'Assemblée sortante... Alors oui, dénonce également Michèle Fitoussi... la nouvelle Assemblée ressemblera à la précédente... une large majorité de notables, ni jeunes, ni colorés, ni féminins... les mêmes hommes blancs et graves, avec leurs mêmes costumes gris et tristes, reconduiront la coupure entre la France et ses élites... Et puisque ni la suppression du cumul des mandats, ni l'introduction d'une dose de proportionnelle ne sont à l'ordre du jour présidentiel, on risque de continuer longtemps comme ça... A ce train-là, conclut l'éditorialiste, l'Estonie ne risque pas de se faire dépasser"... En revanche, la Guinée équatoriale pourrait bien nous doubler...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.