Voilà comment un jeune préparateur de commandes employé dans l'un des centres de distribution français d'Amazon, résume son travail ce matin dans les pages du Journal du Dimanche...

Cela fait des années que des articles, détaillent les conditions de travail de ces salariés... La dureté, la mise à l'épreuve des corps et des nerfs... Les cadences infernales... 

Et toutes les maladies que cela provoque... Lombalgies, tendinites, troubles musculo-squelettiques...

Burn-out, accidents du travail, maladies professionnelles... Nombreux, mais impossible à quantifier précisément, la direction refuse de communiquer les chiffres...

Une situation dénoncée par la Caisse d'assurance santé au travail et par les syndicats...

L'UNSA, d'ailleurs, nous explique le JDD, déplore une stratégie d'Amazon qui consisterait, entre février et mars, à proposer une prime de départ... 

Entre 2000 et 8000 euros, pour les salariés les moins performants et ceux qui souffrent... 

Et pour l'entreprise, s'assurer ainsi, une main d'œuvre toujours efficace, conforme au modèle de travail Amazon...

Ces préparateurs de commandes, ils sont de plus en plus nombreux en France...

Et ce sont ces postes, confirme le directeur général d'Amazon France, qui feront majoritairement partie des 2000 CDI proposés au recrutement en 2018...

"Amazon tisse sa toile en France" titre le JDD en ouverture d'un dossier consacré au géant américain...

Le service est de plus en plus utilisé chez nous et il offre une porte d'entrée à tout le marché européen...

Amazon donc, investi massivement... Développe son activité avec comme leitmotiv : toujours aller plus vite, à la conquête des marchés comme à la livraison chez le client...

Et tout cela pose des questions importantes... Sur son impact sur nos vies de consommateurs... 

Comme le précise Nicolas Collin de l'Institut d'étude politique de Paris...

Son influence réelle, "sur nos impulsions et nos hésitations" pour nous guider à prendre, selon les critères calculés par Amazon à partir de nos données personnelles, la meilleure décision d'achat...

Prochaine étape, Alexa...

L'assistant vocal intelligent.... Un appareil à tout faire, à qui on peut poser des questions, qui permet de commander ses courses, lancer de la musique, etc... Tout cela sans se déplacer...

Le service sera lancé dans quelques semaines, pour concurrencer sur ce terrain, Google et Apple...

Amazon chercher encore une voix pour l'incarner...

Patricia Martin ?

Il n'y aurait pas meilleure façon de se réveiller le matin...

L'éveil des afro-américains

C'est à lire sur lemonde.fr

Ou comment, aux Etats-Unis, la culture afro est passée du "cool" au "woke"...

Dérivé de wake, « se réveiller »...

Cela traduit un changement d'ère, raconte le journaliste Marc-Olivier Bherer...

Le cool, issu du jazz, c'était une rébellion esthétique...

En opposition à la société américaine pré-mouvement des droits civiques, en opposition à l'image du noir enchainé ou docile... et qui s'est ensuite propagée dans la culture populaire...

Une posture de fierté qu'on a retrouvé plus tard dans la soul music, puis dans la culture hiphop, jusqu'à Barack Obama, considéré comme le 1er président cool...

Et c'est d'ailleurs, depuis l'arrivée de Donald Trump au pouvoir, que le cool a laissé place au woke...

Le woke, apprend t-on, traduit autant l'inquiétude des minorités face au renouveau de l'Amérique blanche qu'incarne le président américain, que l'invitation à ne plus rester passif...

A ne plus juste être fier d'être noir, mais à être conscient de leur situation et à lutter contre l'oppression...

Cela passe aujourd'hui, par le mouvement Black Lives Matter pour la politique, par Kendrick Lamar pour la musique, le film de superhéro Black Panther pour le cinéma, Ta Nehisi Coates et la redécouverte de James Baldwin pour la littérature...

Et ce woke, malgré lui, vient en opposition à un autre phénomène en ce moment...

Porté par l'extrême droite américaine...

"Taking the red pill", prendre la pilule rouge, référence au film Matrix...

Prendre la pilule rouge permet d'atteindre la vérité, le monde réel...

Et de briser la matrice, le monde créée par les robots pour nous asservir...

Pour l'extrême droite, prendre la pilule rouge, c'est une invitation à déjouer le complot des ennemis libéraux...

L'extrême droite en France

En une du Parisien ce matin...

Marine Le Pen, la tentation du départ...

La présidente du parti qu'on sent moins combative depuis ses défaites électorales... 

Et le journal de se demander si Marine Le Pen a encore l'envie ?

L'envie de diriger son parti, à 1 semaine de la refondation de celui-ci...

L'envie de se présenter aux prochaines présidentielles...

Elle qui répète ces derniers temps qu'elle imagine très bien quelqu'un de mieux placé prendre sa place...
De quoi apporter la confusion à ses électeurs et aux élus du parti...

"Il faut lui rendre grâce de dire cela", commente Gilbert Collard...

Et d'ajouter que dans sa circonscription, il ressent une "nostalgie de Marion" chez les gens...

Retour au JDD, avec une pilule qui va avoir du mal à passer auprès de l'opposition...

Le détail du projet de réforme des institutions qu'Emmanuel Macron veut mener à bien coûte que coûte...

Réduction d'1/3 du nombre de parlementaires, dose de proportionnelle aux législatives, limitation à 3 mandats successifs pour les élus du Parlement...

Le Président ainsi n'épargne pas la droite, les sénateurs Les Républicains sont vent debout contre cette dernière mesure...

Le projet, prévoit aussi de filtrer les amendements avant l'examen de séance...

Ou encore de donner au gouvernement la possibilité de s'affranchir de l'ordre du jour parlementaire pour présenter un texte jugé "prioritaire"...

De quoi faire hurler la gauche, qui reproche régulièrement à Emmanuel Macron et la majorité d'aller vite en écrasant toute tentative de contestation et de débat...

Une fausse bonne idée

Celle de Donald Trump, assez peu populaire...

Lancée en réponse à la fusillade mortelle en Floride...

Armer les professeurs qui ont les meilleures capacités au tir...

Idée absurde, qu'on peut prouver par l'exemple...

Témoignage d'un enseignant américain à lire sur Slate.fr

Il a participé, avec toutes les équipes de son établissement...

Profs, surveillants, hommes à tout faire, à un stage de techniques de réaction en cas de situations critiques...

Spectacle tragi-comique... Les meilleurs ont pu atteindre le niveau 2 de formation, avec utilisation des armes...

Résultat : un agent d’entretien expulsé du stage pour s'être tiré dessus tout seul avec son pistolet à billes...

Et seulement 3 diplômés, jugés aptes à porter à porter une arme dans l'école...

Un peu plus tard, l'un d'eux fut renvoyé de l'établissement...

Se pose alors une question : comment fait-on pour virer quelqu’un qui a une arme à feu sur lui ?

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.