C'est l'histoire d'une petite phrase... Alors soit... Vous venez d'en parler... Nicolas, avec votre invité, Dominique Strauss-Kahn... Mais bon... Cette petite phrase, elle est reprise par beaucoup de vos journaux, ce matin... C'est celle qui est en Une du Monde... une petite phrase signée François Hollande... "Une candidature s'est incontestablement installée"... Et du coup, tout le monde s'interroge sur le rôle du Premier secrétaire du Parti Socialiste... alors que s'ouvre la campagne officielle interne au PS, en vue de l'investiture pour la Présidentielle... "Quel jeu joue François Hollande ?... Cela fait des mois que les adversaires de Ségolène Royal se posent la question", constate Le Figaro... "Le Premier secrétaire s'est-il laissé dépasser par l'ascension fulgurante de sa compagne, ou bien l'a-t-il savamment et discrètement orchestrée ?"... Le Figaro qui poursuit... "Aujourd'hui, Hollande est un homme bien seul... Mois après mois, il a vu ses soutiens les plus proches se ranger derrière Royal"... Et dans La Provence, sur la même ligne, Georges Latil souhaite "bon courage, Monsieur Hollande !"... Parce que, explique l'éditorialiste, "le Premier secrétaire du PS est plus que jamais en première ligne, tiraillé dans un véritable dilemme cornélien, racinien, sinon shakespearien... qui pourrait se résumer en une formule lapidaire : être ou ne plus être"... Enfin, jusque-là, précise France Soir, "Hollande, il a plutôt fait le sale boulot... Il s'est beaucoup activé pour que ni Lionel Jospin, ni Jack Lang ne se présentent... Reste à savoir le rôle qu'il jouera dans les prochaines semaines... Sera-t-il le Monsieur bons offices du PS, ou le futur premier homme de France ?"... Reste que "DSK, Royal, Fabius sont en piste... Trois éléphants s'affrontent énormément"... C'est Le Canard Enchaîné qui s'amuse ainsi... Libération se fait un peu plus poétique... "La guerre des trois roses"... "Trois projets pour un fauteuil... Royal bouscule le socle du parti, Fabius prétend rassembler à gauche, et DSK se peint en social-démocrate", selon Libé... Du côté de L'Humanité, on s'inquiète... La désignation du candidat socialiste sera-t-elle un choix d'image ou un débat d'idées ?... L'Huma qui attend avec impatience les six débats annoncés... "Le principe de ces débats, explique le quotidien, n'était pas acquis d'avance... Il aura fallu une insistance conjointe des jospiniens, des fabiusiens et des strauss-kahniens pour arracher la décision au Bureau national la semaine dernière... Ségolène Royal reste en effet réticente à ce type de confrontation, qui recèle toujours une part d'inconnu, quand elle prétend contrôler sa communication à la virgule près"... Quant au thème des débats, eh bien, un peu d'Europe, ça ne ferait pas de mal... Libération est allé demander à trois euro-députés socialistes... un Anglais, un Belge et un Allemand... ce qu'ils pensaient des trois candidats... Tous saluent la nouveauté incarnée par Ségolène Royal... Ils reconnaissent le sérieux de Dominique Strauss-Kahn, et s'interrogent sur le positionnement de Laurent Fabius... Ce qu'ils disent tous, également, c'est que les candidats socialistes font tout pour éviter la question européenne... Pour finir sur le sujet... Le gros plan de VSD sur Ségolène Royal... Et cette remarque sur le couple Hollande-Royal, signée Christophe Girard, adjoint socialiste à la Mairie de Paris... "Ils me font penser aux Clinton... Mais elle serait plutôt Bill, et lui Hillary"... Pour certains, ce sera peut-être un présage... Une success-story qui part en eau de boudin... Airbus inquiète tous vos journaux, ce matin... "Airbus descend de son nuage, et met le cap sur les économies", titre Libération... Et Gérard Dupuy constate... "Il est plus facile de faire décoller un avion révolutionnaire sous l'oeil des caméras et au son des fanfares patriotiques que de le faire atterrir dans la jungle des réalités industrielles et commerciales... Y a-t-il un pilote dans l'avion ?", s'interroge l'éditorialiste... C'est "le troisième retard pour Airbus, note Le Midi Libre... Et par rapport au calendrier initial, ce retard est maintenant de deux ans"... Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les compagnies aériennes qui attendent l'appareil ne sont pas ravies... "Emirates, la compagnie de Dubaï, n'exclut pas des annulations de commandes, explique Le Figaro... Singapore Airlines estime qu'elle va passer à côté d'une croissance supplémentaire... Bref, jusqu'ici très patientes, les compagnies changent de registre, note le journal... Et puis surtout... ce sont toujours les journalistes du Figaro qui l'analysent... "le retard de l'A380 aura des répercussions : 20.000 sièges par jour vont manquer dans les flottes dans les 18 mois à venir... Les prix des avions et des billets seront sous tension... une situation que les compagnies vont faire valoir afin de négocier chèrement les pénalités qu'Airbus va leur verser"... Oui, parce que "les moins-perçus et les surcoûts vont se compter en milliards", calcule le Frankfurter Allgemeine Zeitung... Et pour cause... La crise d'Airbus frappe EADS de 4,8 milliards d'euros... Le Financial Times n'en revient pas... Et pour payer la facture, il faut un traitement de choc, explique Les Echos... "Une réduction des effectifs est à l'ordre du jour"... Le petit soulagement, du côté des Allemands, c'est le journal Die Welt qui l'indique en Une... "La fabrication de l'A380 reste pour l'instant à Hambourg"... Les journaux français sont moins optimistes... "Airbus : le dégraissage", titre La Dépêche du Midi, qui explique que "le constructeur veut réduire ses coûts de fonctionnement de 30%... Les sous-traitants seront les premiers touchés", selon le journal... "Comment a-t-on pu en arriver là ?", s'interroge Hervé Chabaud dans L'Union... "Une fois encore, on va expliquer qu'il faut délocaliser des productions pour fabriquer moins cher, parce que des dirigeants n'ont pas su être à la hauteur de leurs responsabilités"... "C'est Forgeard qu'il fallait virer"... Louis, 38 ans, est ajusteur... Il fait partie des salariés inquiets que Libération a rencontré à Toulouse... Forgeard, c'est l'ancien patron d'Airbus, qui vient d'être remplacé par Christian Streiff... Et Louis, il ne décolère pas... "Forgeard dit avoir découvert au mois de mai que son programme aurait du retard... Moi, c'est dès janvier que je savais qu'on ne tiendrait pas la cadence... J'en savais manifestement plus long, et pourtant je suis moins bien payé que lui"... Ca, c'est une industrie porteuse d'espoir... Si l'on en croit Les Echos, "le textile s'habille aux couleurs du développement durable"... Et pour se mettre à l'heure du bio, les industriels bouleversent le secteur à tous les niveaux... Et Les Echos applaudit... "Recyclage, économie d'énergie, dépollution, bio-dégradabilité des fibres : le textile français prend le virage du développement durable... Cela dit, la route est longue, et le processus global... Exemple : le coton représente 40% des fibres textiles... Mais problème : sa culture pollue... Parce que si le coton n'occupe que 3% des terres cultivées, explique Les Echos, il consomme 25% des pesticides utilisés sur la planète... Et il se place au troisième rang mondial pour la consommation en eau, après le riz et le blé... Sans compter son blanchiment, qui requiert fréquemment du chlore, tandis que sa teinture est souvent à base de métaux lourds toxiques... Bref, des engrais aux additifs, les progrès de la chimie ont rendu les vêtements anti-tache, infroissables et faciles d'entretien... autant de prouesses technologiques auxquelles les industriels doivent trouver des substituts... Parce que, bien sûr, les consommateurs ne sont pas prêts à se revêtir de sacs de toile... Pour l'heure, conclut Les Echos, seulement 1% des textiles sont produits biologiquement... Mais des Vosges à la vallée du Rhône, les PME françaises multiplient les brevets et la créativité... Depuis longtemps, les industriels européens fabriquent du textile propre". Le bio sera-t-il plus qu'une mode ?... On verra bien... Internet, en tout cas, c'est sûr, c'est entré dans les moeurs... Le Parisien-Aujourd'hui en France fait sa Une sur "la folie des sites de rencontres"... La moitié des 13 millions de célibataires français sont inscrits sur des sites de mise en relation... C'est "le grand amour des célibataires pour les sites de rencontres"... Et pourquoi ?... Eh bien parce que, explique un sociologue, "Internet réinvente la quête sentimentale"... Rien que ça... "On entre en contact avec un maximum de gens, en un minimum de temps... Et peu importe si on se prend un râteau numérique... Ce succès confirme que nous avons maintenant besoin de prothèses sociales ou techniques pour aller vers le sexe opposé... A une époque où les rapports hommes-femmes sont plus complexes, Internet reste un eldorado"... Internet, un eldorado... C'est aussi ce que constate Télérama... L'hebdomadaire se penche sur "les sept sites capitaux"... les sept sites qui ont transformé la websphère... Localiser son ex, partager ses photos de vacances, acheter un 45 tours aux enchères... Internet a révolutionné la vie de millions de personnes, qui le lui rendent bien... Et le premier de ces sites, c'est bien sûr Google... 90 millions de requêtes quotidiennes... Le géant d'Internet n'est plus à présenter... Et pourtant, le débat n'est pas tranché, raconte Télérama... Doit-on dire "j'ai googlisé mon ex, pour voir ce qu'il est devenu" ?... ou "Je l'ai glooglé" ?... En anglais, pas de doute sur le vocabulaire... "I googled my ex"... Le verbe "To google" vient d'entrer dans le dictionnaire Oxford... Google, un nouveau verbe qui risque bien d'être commun à l'ensemble des langues de la planète... A contrario... c'est la question qui fait la Une de Science & Vie ce mois-ci... "Une seule langue est-elle à l'origine de toutes ?... Parce que les langues offrent d'étranges similitudes, est-ce qu'elles proviennent toutes d'une langue originelle dont on aurait perdu la trace ?... cette fameuse langue-mère... Les linguistes et les généticiens plaident pour cette thèse... Mais les scientifiques la réfutent... Des exemples concrets viennent en effet prouver que des langues peuvent émerger rapidement... Des enfants sourds du Nicaragua usent ainsi d'une langue des signes qu'ils ont créée de toutes pièces au début des années 80... Parce que l'émergence des langues se joue entre le hasard et la nécessité, explique Science & Vie... Et le dernier exemple en date n'a rien d'humain... En faisant jouer des robots avec une balle, des experts en intelligence artificielle ont réussi l'exploit : assister à la naissance d'une nouvelle langue"... La langue des robots... Reste à savoir comment on dit "bonne journée" en robot...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.