Le suicide de Quentin, créature de la télé-réalité eu visage transformé de chirurgie esthétique, l'Est Républicain. La solitude d'une influenceuse de 18 ans aux 9 millions d'abonnés qui sont croit-elle ses amis, le Figaro. Quand le Président voit l'incurie d'un gendarme refusant d'aider une femme battue, Libération.

On parle de solitude ce matin...

La solitude d'un homme connu pourtant de millions d'autres mais qui était seul quand il s'est suicidé en se pendant  dans la nuit de dimanche à lundi le jour de ses 26 ans, il s'appelait Quentin Dehar, l'Est Républicain raconte ce garçon de Bar-le-Duc devenu créature du monde de la télé-réalité; il avait trituré son visage de chirurgie esthétique pour ressembler à Ken, la poupée Ken, le fiancée de Barbie... NRJ 12 MCM W9 étaient ses écrins, et même TF1 et un jeu video,  et il racontait que Cyril Hanouna reprenait ses dictons, "l'hôpital qui se fout de l'infirmerie", c'était de lui, il rêvait de présenter une émission...  On le pleure sur internet, sa meilleure amie, Anastasia Doll, une jeune femme de lèvres refaites et de seins gonflés poste une photo d'elle et de Quentin, son frère de coeur incompris, devant la Fontaine Trevi à Rome... Vivant , il était d'un monde dont nous ne parlons guère sauf pour s'en étonner, qui existe pourtant avec ses martyrs et sa légende, juste avant de mourir, Quentin avait posté la photo de FX, autre vedette de télé-réalité suicidé en 2011 photo barrée de ces mots, "mon frère"... Il était, dit le site de France 3, une personnalité de notre région, c'est sans doute vrai....

Dans le Figaro, je lis avec angoisse le portrait d'une autre célébrité qu'une foule protège. Neuf millions six cent mille personne suivent sur Instagram une fille de 18 ans qui s'est fait tatouer le mot fearless, sans peur, sur le cou, elle danse ou pose en courbes aguichantes mais sa moue est celle d'une fillette. On l'appelle Lea Elui, elle serait "la première influenceuse" de France, elle appelle les Leators sa communauté d'internautes qui peuvent s'identifier à elle, qui se montre avec tous ses boutons les jours où elle a trop mangé de mac do. Elle était une gamine de Savoie qu'on harcelait au lycée, elle s'est réfugiée sur internet, des marques la font vivre, sa maman qui espère encore qu'elle aura le bac est son manager, et parfois dans la rue, quelqu'un se met à pleurer en la croisant. «J’ai besoin d’être avec les personnes qui me suivent mon monde est là, dit-elle. J’ai très peu d’amitiés hors des réseaux sociaux, mais de toute façon il n’y a pas plus loyal que mes abonnés.»

Est ce que forcément cela se termine mal? Dans le monde réel, on souffre également. Juste avant sa rentrée au collège, raconte la voix du Nord,  un gamin a reçu sur son portable le message suivant. "Hey petite merde, tu te souviens de moi? Mercredi je vais t’exploser par terre comme on écrase une merde", lui disait la petite brute qui l'avait harcelé avant les vacances jusqu'à lui faire penser au suicide... Sa maman a posté le message sur Facebook, elle est moins seule ainsi, son fils est-il sauvé.  

Une autre solitude, celle d'une femme battue...

Une femme battue auquel un gendarme a refusé son aide, mais ce gendarme lui-même doit se sentir bien seul ce matin car son indifférence a eu un témoin: le Président de la république. Libération raconte l'histoire et aussi l'Agence France-presse dont Ouest France reprend le reportage. Emmanuel Macron visitait les locaux du 3919, et a été invité par Elena, une écoutante -"Tenez, monsieur le Président, vous avez là un casque double"- à écouter sa conversation avec une femme de 57 ans, venue porter plainte contre son mari, qui voulait être accompagnée chez elle récupérer des affaires... Mais les gendarme refusaient, en dépit de l'insistance d'Elena. "Mais c’est votre mission, de porter assistance aux personnes en danger. Non, non, je ne veux pas vous apprendre votre métier… Cette dame est menacée de mort, vous attendez qu’elle soit tuée ?"  Emmanuel Macron prenait un stylo pour donner des arguments à Elena, rien n'y fit.  Une enquête administrative va être ouverte lit-on... 

S'il était au 3919 pour constater l'incurie d'un gendarme, le Président Macron n'était pas à Nantes samedi dernier quand un policier a étranglé un homme qui a finit par convulser et être emmené par les pompiers... Mais il pourra regarder la video de la scène que publie Mediapart. 

Et de l'ambition pour finir...

Et de l'optimisme, car savez vous, être optimiste permet de vivre plus vieux, c'est une étude scientifique et un article du Figaro.

Vous lirez dans la Croix l'ambition d'Elise et de Louis, qui s'aiment et se sont rencontrés sur un groupe Facebook, encore, mais celui-là rassemble des jeunes gens qui ont survécu à un AVC. Ils témoignent, que tout est encore possible, a leur échelle, Elise avant l'accident courait des semi marathons, elle a réussi à courir avec Louis deux kilomètres et c'est énorme...
Je lis dans le Dauphiné l'ambition d'Angelina Favario, elle a 16ans, encore une savoyarde comme la star des influenceurs, mais d'une autre ambition; elle veut être pilote de formule un, elle est déjà une championne en karting, fait sa rentrée dans une école de conduite sportive, je suis moins inquiet pour elle, au volant de ses monstres que si elle s'oubliait devant son écran. 

On voit dans la Dépêche le sourire d'une belle octogénaire. Blanche, qui s'était perdue à Toulouse, après s'être sauvée du service de gériatrie de l'hôpital Purpan, elle est  atteinte par la maladie d'Alzheimer. Elle a été recueillie par des SDF qui l'ont amené dans un squat où elle a voulu faire le ménage, elle a dormi sur un matelas, les SDF lui ont donné des vêtement, elle a été retrouvée vêtue d'un short et d'un soutien-gorge, elle va bien.  "On veut dire merci aux sans-abri. Ils ont vraiment un esprit de solidarité irréprochable", dit Marion, un membre de sa famille. On n'est pas seul s'il y a des gens dans la rue.

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.