Et vous, le Paradis : vous y croyez ? ...Pendant que la rédaction du Point demandait à huit scientifiques de renom quelle place occupait Dieu dans la tête des chercheurs (sous le titre : "Dieu existe-t-Il ?"), l'hebdomadaire La Vie et l'institut CSA sondaient les Français à partir de cette question : "Croyez-vous au Paradis après la mort ?". Eh bien, la réponse est non à 59%. Autre question posée par La Vie, le 13 juillet, à 1011 personnes majeures et vaccinées : "...Si le Paradis après la mort existait, pour vous, ce serait plutôt..."... Et là, on reconnaît aussitôt la France éternelle : 2 sondés sur 3 répondent : "L'amour". L'amour. L'amour, remarquez-le, qui fait la couverture de bien des magazines ces jours-ci. Faites comme moi : posez-vous cinq à dix minutes dans un kiosque à journaux, chez un distributeur de presse. Pas de doute : on sent que c'est l'été, la saison des amours. Des "sexo-tests" aux petits trucs pour bien draguer (draguer et séduire, évidemment), vous ne trouverez pas moins de 25 couvertures de revues diverses et pas seulement "people" consacrées à ce sujet très français semble-t-il. Il se trouve même un magazine pour demander aux hommes s'ils se sentent, au lit, plutôt "tigre, serpent... ou poulpe". ...Et la tendresse, bordel, paraît dire L'Express dans sa dernière livraison avec ce titre : "Amour : comment réveiller le désir". En pleine trêve politique estivale, cet hebdo s'intéresse de très près (comme l'a fait L'Obs la semaine dernière) aux "secrets des couples heureux" et aux "vertus de la fidélité". Oui, les couples heureux, si l'on en croit L'Express, "ont leurs secrets". Et leur bonheur s'en trouve récompensé : un mariage malheureux augmenterait de 35% les risques de tomber gravement malade et écourterait l'espérance de vie de quatre ans en moyenne. L'Express publie les propos du président du Collège de philosophie Pierre-Henri Tavoillot, selon lesquels "on ne peut se construire seul". L'hebdo publie ce qu'il appelle "les phrases assassines", celles qui tuent le couple et le bonheur espéré. Elles sont classées par thème. La victimisation : "Tu ne me regardes pas, tu me méprises". La prise de pouvoir : "C'est comme ça et pas autrement". Le mépris : "Tu ne comprends rien, jamais". Le dénigrement : "Je n'ai pas deux enfants à la maison, mais trois". L'étouffement : "Je peux finir toutes ses phrases". La critique vaine : "Moi, je n'aurais jamais fait comme ça !". L'avis intrusif : "Moi, je pense que...". L'abandon : "De toute façon, ça ne sert à rien de t'expliquer". * Et enfin, l'isolement : "Laisse-moi décider seul". Plus légèrement, dans son "histoire du jour", le quotidien Le Figaro s'appuie sur une étude publiée aux Etats-Unis pour affirmer que "les femmes préfèrent les hommes en rouge". Ils leur apparaissent, paraît-il, "plus attractifs, plus puissants, plus désirables sexuellement". Selon les chercheurs américains : "certains poissons, oiseaux et crustacés" partageraient aussi cet attrait pour le rouge. Chez les primates, cette couleur serait un indicateur de "domination masculine". ...Etait-il vêtu de rouge, Nicolas Sarkozy, le jour où il a séduit Carla Bruni ?... Peut-être le saura-t-on un jour. Ce que nul n'ignore en tout cas, et surtout pas VSD qui en fait l'un de ses titres de couverture, c'est que le Président est devenu écarlate il y a quelques jours sur le tournage à Paris du film de Woody Allen dans lequel figure sa belle. Il a piqué un coup de sang à la vue des paparazzi. Il aurait dit à ses gardes du corps : "Débrouillez-vous pour les virer". VSD publie les photos de l'incident et se demande à l'occasion s'il est dû au "surmenage", aux "effets pervers des chaleurs estivales" ou s'il s'agit plus simplement d'un "drame de la jalousie". Carla Bruni-Sarkozy, sur ce tournage, avait pour partenaire l'acteur américain Owen Wilson. La dame de l'Elysée intéresse beaucoup les magazines de l'été, tout comme Claire Chazal qui apparaît "libre et épanouie" en couverture de Paris-Match, les cheveux et le chemisier mouillés, le regard conquérant, pendant que Point de Vue propose à ses lecteurs "une sieste avec Isabelle Giordano"... On lui demande : "La sieste : nue sur des draps frais ou sous un chapeau de paille au soleil ?". Elle répond : "Un peu de fraîcheur dans ce monde de brutes, quel délice !". (Mickaël Thébault : « Il n'est pas question d'amour, dans la presse aujourd'hui »)... Hélas, non. Plusieurs journaux reviennent sur l'hypothèse d'une déchéance de nationalité pour certains délinquants français "d'origine étrangère" et sur les propos que le chef de l'Etat et son ministre de l'Intérieur ont tenus à l'encontre des Roms. 49 associations s'inquiètent publiquement de ce qu'elles considèrent comme une "stigmatisation" (vous le lirez dans Libération) pendant que l'hebdomadaire La Vie titre : "Sarkozy : la tentation de l'extrême". La Vie reproduit les propos de l'évêque d'Ajaccio Mgr Jean-Luc Brunin. Il est membre du Conseil pontifical pour les migrants depuis 2005. Voici ce qu'il déclare : "Une politique qui assure la sécurité de tous, c'est-à-dire l'harmonie sociale, ne peut pas se réduire à une politique sécuritaire (...) Stigmatiser les gens du voyage, les immigrés, faire des clivages et des catégories, précariser la citoyenneté, c'est cela qui génère de l'insécurité". Pèlerin Magazine publie un dossier intitulé : "Gens du voyage, entre fantasmes et réalité". Dans cet article, il est rappelé que les Tsiganes, alors appelés Bohémiens, sont arrivés en France au XVème siècle. Aujourd'hui, 95% d'entre eux ont la nationalité française. Le plus souvent, ils sont commerçants et travaillent sur les marchés. Le Nouvel Observateur offre une tribune à Alexandre Romanès, créateur (avec son épouse Délia) du cirque qui porte leur nom. Dans L'Obs, il écrit : "On accuse les Gitans d'avoir de belles caravanes. Cela ferait sûrement plaisir à beaucoup de monde si toutes les caravanes gitanes étaient délabrées. Et si on avait de la morve au nez, ce serait encore mieux ! Ce que les sédentaires ignorent, c'est que quand un garçon et une fille se marient, les deux familles et les amis se cotisent pour leur acheter une caravane. Et en plus, ils prennent un crédit". Car "la plupart des Gitans français travaillent". On en compte entre 350 et 400.000 dans l'Hexagone. "Avec les Roms dans un camp illégal", à Lyon : ce gros titre orne la Une du Parisien-Aujourd'hui en France. Double page, à l'intérieur du journal, sur ces Tsiganes venus d'Europe de l'Est après la chute du Mur de Berlin, l'Europe de l'Est où ils vivent souvent le pire. Et cette rencontre de la journaliste Elodie Soulié avec Stevan, petit Rom bulgare de 9 ans exilé à Bobigny. Il vit dans une cabane sous une voie de chemin de fer. De lui, sa directrice d'école dit : "C'est un garçon incroyablement vif. C'est pour des enfants comme lui qu'il est bon de se battre". Au Parisien, Stevan déclare : "Je veux continuer à étudier... et devenir policier". Que Saint-Brice Hortefeux l'entende... (MT : « Et la nouvelle affaire Eric Woerth, il n'en est plus question, Alain ? ») Il en est question, si. Le Figaro fait état des révélations faites hier par Libération sous le titre : "Nouvelle attaque contre Eric Woerth... Accusé d'intervention dans la succession du sculpteur César, il assure n'avoir fait que suivre les propositions du fisc". Libé, de son côté, répond aux accusations de "bidouillage" proférés par l'ex-ministre du Budget et par l'exécuteur testamentaire de César Alain-Dominique Perrin. L'éditorialiste de Libération François Sergent l'assure : son journal ne "bidouille" pas les documents qu'il publie, il ne déforme pas les faits, il "maintient intégralement ses informations". Selon François Sergent, "rarement un Président et un gouvernement n'ont fait savoir aussi clairement à la population que le problème principal à leurs yeux était de défendre les riches contre les pauvres et non l'inverse". Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, la veuve de César, Rosine Baldaccini, déclare "n'avoir jamais entendu parler d'Eric Woerth". Elle nie toute intervention du ministre. A propos d'argent, de fisc et de gouvernement, vos journaux reviennent aussi ce matin sur l'emprunt immobilier "nouvelle formule" annoncé hier par Christine Lagarde à la Une du quotidien Les Echos. Pour La Tribune, "Bercy modifie en profondeur les règles fiscales". Libération titre : "Le crédit d'impôt à la niche". Le journal voit dans cette mesure "une brèche dans le paquet fiscal" cher à Nicolas Sarkozy. Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, le président de l'Union nationale de la propriété immobilière, Jean Perrin, ne cache pas son incompréhension. Il déclare : "Acheter un logement résulte d'une décision sur le long terme. Or, le temps que les acquéreurs se familiarisent avec un dispositif, on passe déjà au suivant (...) L'Etat donne l'impression qu'il tâtonne sur la politique du logement". Sur le terrain économique et social, vous apprendrez en lisant Les Echos que les tarifs des assurances auto devraient s'envoler l'an prochain ; les assureurs visent un relèvement compris entre 3 et 5% pour atteindre +10% sur trois ans, d'ici à 2013. En première page du Figaro Economie : "Le retour en forme des banques françaises". Les Echos privilégient en Une les bons résultats de la Société Générale qui "triple son bénéfice trimestriel". Dans Le Figaro Eco, deux petites infos retiendront certainement votre attention. Vous lirez qu'aux Etats-Unis, en raison de la marée noire que subit le golfe du Mexique, "475 stations BP veulent se rebaptiser... Amoco". Et toujours au pays de Barack Obama (c'est aussi dans Le Figaro Eco), "40 milliardaires affichent leur générosité" ; derrière Bill Gates, ils promettent de céder la moitié de leur fortune à des associations. On ne dit pas lesquelles. A ce propos, un mot encore sur le dessin que Wiaz propose cette semaine dans Le Nouvel Observateur. On y voit un Nicolas Sarkozy coléreux face à un Eric Woerth dépité. Le chef de l'Etat dit à son ministre : "Finalement, ce n'est pas toi que j'aurais dû choisir pour collecter des fonds... C'est François-Marie Banier".

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.