Le Républicain lorrain contre le "micro-travail", quand des êtres humains payés à la tâche sont les soutiers de la nouvelle économie. Emmanuel Macron veut casser par le recrutement la "caste" de la haute fonction publique. La mort de Stéphanie Auguy, une journaliste qui portait la vérité du Parisien.

On commence avec des gens qui planent...

Et ils prennent des substances pour être créatifs, car tous les matins Mr McCloud, entrepreneur de la Silicon valley, Californie, prend sa première dose de LSD après son premier thé vert, et puis médite un peu et sous la douche déjà, les idées apparaissent...  Le magazine des Echos raconte les hallucinogènes au pays des start-ups, et quelle joyeuse bizarrerie de voir un magazine faire exactement le même trajet qu'il y a cinquante ans un jeune journaliste en rupture de l'Express nommé Jean-François Bizot, qui en Californie appréhendait une civilisation de liberté politique et sexuelle, et de LSD! Bizot en inventerait un journal mythique, Actuel... Les Echos maintenant, et Silicon valley... L'eut-on cru. Mais tout ceci logique, la Californie n'a pas changé,  les premiers ordinateurs personnels furent contemporains des hippies, une autre émancipation, et l'Iphone fut créé grace au LSD qui permit à Steve Jobs de comprendre que la création vaut mieux que l'argent  et qu'il fallait se remettre dans le fleuve de la conscience humaine... Et Jobs ajoutait que Bill Gates -le patron de Microsoft, le concurrent aurait été plus créatif s'il avait tenté l'acide, une fois ou deux.

Et me voilà par les Echos avec un zeste de poésie et du regret. Car le délire aujourd'hui est rationalisé, le LSD est gage d'efficacité, se prend par micro doses, le New York magazine a publié les meilleures recettes. Et plus triste encore, les start-uppers se drogueraient parce qu'ils sont malheureux. 

Dans Usbek et rica, je lis le malheur de ces employés de la vallée du silicone, décrit par un journaliste, Dan Lyons, comme des "Lab Rats", littéralement les rats de laboratoires... Lyons décrit comment les sociétés de la nouvelle économie traitent leurs employés pressurés et précarisés...  « Vous n’êtes pas virés, vous êtes diplômés, c’est la fin de votre cursus »...

Le LSD masque l'immoralité.  Le Monde révèle que des chercheurs ont demandé à Amazon de ne plus vendre son logiciel de reconnaissance faciale à la police, de fait, ce procédé n'est pas très hippie.

Ils ont l'air plus joyeux même si un peu speedés, ces jeunes gens que l'Union et l'Ardennais me présentent qui concourent dans une drôle d'invention française, ma thèse en 180 secondes, on réduit à trois minutes  des années de recherche...  « Je cherche à mieux vous manipuler pour optimiser le message de prévention contre le réchauffement climatique », a lancé Manu qui met la psychologue au service de l’environnement; Henry lui est venu avec des photos de Pablo Escobar et de Ben Laden et du patron de la BNP car "les activités illicites de ces personnes" couteraient  1000 milliards aux Etats européens, lui travaille sur un droit européen de la conformité... 

Brillants et rapides jeunes gens, qui sont du beau côté de l'avenir, quand d'autres découvrent l'esclavage du temps présent. Le républicain lLrrain, me pose cette question

"Accepteriez-vous de cliquer sur 300 photos afin de dire si y figure ou non un chat, par exemple, en étant payé 0,01 € pièce ? Si oui, vous êtes prêt pour la nouvelle « économie du clic »

Et c'est un dossier sur le "micro-travail", cela concerne des millions de personne dans le monde auxquelles les géants d'internet, Uber, Google, Amazon demandent de réaliser des micro taches répétitives pour classer des données: ces êtres humains sont les soutiers des machines, ils sont payés à la pièce, il y en a 300000 en france, le pendant français des lab rats...  et nul ne semble s'en soucier, sauf un journal nous sommes là pour cela.

On cherche les chemins de la prospérité en France ce matin...

Et nous cherchons notre génie. Les Echos (le journal) donnent le palmarès des champions français de l'innovation, c'est Valéo qui pose le plus de brevets dans ce pays, un équipementier automobile, une valeur sure, il en faut...  La une de l'Usine nouvelle montre une camionnette jaune 2 CV Citroen qui peupla nos paysages, nous sommes les champions de l'utilitaire...  L’opinion nous conseille de devenir libéraux et de jouer la concurrence, d'ailleurs l'autorité de la concurrence veut entamer le monopole des pharmaciens sur les médicaments sans ordonnance...  

Et l'Etat, me dit le Monde veut se renouveler, et le président de la République veut casser par du sang neuf la caste des fonctionnaires; on pourrait appliquer à l'ENA d'abord puis à Polytechnique  et Normale Sup la recette choisie pour renouveler Sciences po, créer un concours spécifiques pour les jeunes gens venus des quartiers populaires.Emmanuel Macron voudrait aussi empêcher enfin les jeunes diplômés d'intégrer aussitôt un grand corps prestigieux, qui se mériterait au travail... 

Chacun a sa recette, on peut aimer celle du Parisien qui vante la  bienveillance, l'attention aux autres dans les entreprises. Le journal est doux ce matin, qui raconte aussi des ultras du Paris SG bienveillant aux autres et qui nourrissent les Sdf... cette douceur est celle d'un journal blessé: une jeune femme  sourit dans ses pages, elle s’appelait Stéphanie Auguy, elle animait ces pages locales qui sont la force d'un journal où elle était entrée à 20 ans, 20 ans après, elle est morte, qui disait aux journalistes qu'elle aimait d'aller voir les gens nous servons à cela...  

Fatalités... A Marseille, un homme a été condamné hier pour en avoir éborgné un autre dans une bagarre alcoolisée, me dit la Provence. Vous lirez sur le site de l'Equipe toute l'histoire de Mehdi Sahnoune, qui fut champion du monde de boxe et si beau quand il dominait les rings en short de légionnaire romain cousus par sa maman, mais la boxe dévore les âmes, on connait tellement cela...

On parle du Rwanda également...

A la veille de la commémoration du génocide,  et l'on est saisi d'un reportage de la Croix, où deux hommes bavardent sur une photo étrange, l'un fit partie des assassins du père de l'autre, ils se retrouvent désormais à l'abri de l'Eglise, est ce absurde, ou est ce une espérance... 

En Egypte, dit le New York Times, le pouvoir du général Sissi veut contrôler les feuilletons télévisés, histoires d'amour qui sont la distraction du peuple pendant le Ramadan... 

Ce sont des histoires d'oppressions d'un monde par moment bizarre. Je rencontre sur le site de l'obs, rue 89, une jeune anglaise de 19 ans, devenue riche, grace à un site internet qu’elle a créé à 15 ans, où elle conseille des prénoms européens aux parents chinois, c'est la mode là bas dans l'espace de liberté futile que l'Etat autorise. Elle aurait baptisé 684 501 bébés... Elle-même me s'appelle Beau, un prénom de garçon tout droit sorti du vieux Sud des Etat-Unis… Parfis, la prese fait rêvasser à « Autant en emporte le vent ».

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.