Comment disait-il Coluche ? Les hommes naissent égaux en droits, mais il y en a de plus égaux que d'autres... Ou, pour certains, ce sera plus difficile... Enfin, quelque chose comme ça, quoi... Quelque chose qui nous disait qu'en France, comme ailleurs, il y a les munis et les démunis... Le problème, comme nous l'explique, dans "La Croix", la présidente des associations d'accueil et de réinsertion sociale... Nicole Maestracci... Le problème, c'est que, pour ces personnes démunies, la vie est encore plus dure aujourd'hui qu'elle ne l'était en 1985, lorsque Coluche avait lancé ses Restos du coeur. Et que font les Français pour tous ces laissés-pour-compte... Eh bien, disons que leur attituide est contradictoire.Bien sûr, ils manifestent de l'intéret, une émotion, notamment pendant l'hiver... Certains sont même prêts à donner de leur temps, un peu d'argent... Mais en même temps, l'opinion publique à tendance à se durcir... à distinguer ceux qui, entre guillemets, "font un effort pour s'en sortir"... Et les autres... Et pour les autres, c'est l'enfer. Oui, l'enfer, c'est les autres... Avec cette idée, par exemple, que le RMI incite à l'inactivité... Que parmi les pauvres, il y a ceux qui travaillent et ceux qui ne travaillent pas... Ce qui n'est pas la même chose... Tout ça n'a pas de sens, conclut Nicole Maestracci... Beaucoup sont à la lisière du chômage et de l'emploi... Mais quel emploi ! Tous sont pauvres. C'est aussi votre analyse, Véronique Colucci ? L'autre problème... Il est soulevé par "Le Parisien"... Ce sont les municipalités qui, de plus en plus, font la sourde oreille dès qu'on leur demande de mettre des locaux à disposition... Bref, qui ne jouent pas le jeu. Qui sait ?... En tout cas, Nicolas Sarkozy fait tout pour... Et tous les journaux nous expliquent comment, ce matin... Avec autant de titres qu'il y a de lectures de l'événement... "La folie des primaires", titre "France Soir"... Ou encore "Sarkozy défie l'Elysée", dans "Le Parisien"... Ce qui donne "Plaidoyer de Sarkozy pour les primaires", pour "Le Figaro"... Ou bien : "A l'UMP, Sarkozy prépare sa guerre-éclair contre Villepin"... Celui-là, c'est le titre de "Libération"... Suite des événements demain... L'UMP se penchera sur la question demain, dans le cadre de son bureau politique. Et en attendant, le sondage CSA que publie "Marianne" prend toute sa dimension... Au deuxième tour, Nicolas Sarkozy battrait nettement tous ses rivaux, probables ou improbables... Y compris Ségolène Royal, pourtant la mieux placée à gauche... On aurait un résultat de 52-40 pour le président de l'UMP... Sachant que 8% des personnes interrogées ne se sont pas prononcées... Mais en cas de duel fratricide au deuxième tour, c'est Dominique de Villepin qui l'emporterait sur Nicolas Sarkozy... Et assez nettement : 46-41. L'autre enseignement de ce sondage, c'est le commentaire de "Marianne", lié à ce chiffre... Analyse résumée ainsi : "Le sarkozysme n'est pas majoritaire"... Quant au Parti Socialiste, il est en panne sèche dans ce sondage... Lui qui connaît, selon François Darras de "Marianne", l'un des pires passages à vide de son histoire. Et puis, il y a Arlette... Qui y retourne... Oui, elle est candidate... Ce sera la sixième fois... Un record... Elle aura 67 ans, mais elle dit que ses idées n'ont pas pris une ride... Alors, va pour les idées... Et de toute façon, elle en a envie... Tous les propos qu'elle tient dans le journal "Le Parisien" le prouvent... La Présidentielle lui donne des ailes... Pour Arlette, ce sont les ailes du désir. On va aller maintenant au Niger, où les Touaregs pistent les brigands du désert... Là où un touriste français a été tué par balles... A 60 kilomètres au nord d'Agadez... Pour l'instant, on ne sait pas grand'chose de cette affaire. Serge Faubert, bonjour... Vous dirigez la rédaction de "France Soir"... Et votre journal apporte des précisions, ce matin... FAUBERT *Merci, Serge Faubert... C'est à lire dans "France Soir". 2.127 soldats tués en Irak depuis le 1er mai 2003... Cela fait au moins 2 morts par jour dans les rangs de l'armée américaine depuis la fin de la guerre... Donc depuis le début de l'occupation américaine. Un bilan, et une mission de plus en plus impossible pour les GIs... La lutte contre un ennemi invisible, comme nous le raconte "Le Figaro", avec ce titre, qui dit tout sur la nature de la guerre qui se déroule en Irak... C'est une question : "Qui tire sur les Américains ?"... Evidemment, il n'y a pas de réponse, et c'est bien là tout le problème pour l'armée US. L'ennemi invisible... Il est aussi en Europe... Les confessions du terroriste présumé Safé Bourada le confirment. Cet homme de 35 ans, chef présumé du groupe "Ansar al-Fath", interpellé dans les Yvelines, dont on se demande toujours s'il faut le considérer comme un gourou islamiste ou un chef terroriste, le dit sans détour : il rêve du "Grand soir" pour l'islam, parce que le sens de sa religion, c'est de s'appliquer à la Terre entière... Et il le dit très nettement : les institutions françaises font partie de la liste de nos ennemis. Vous lirez ses confessions dans "Le Parisien"... Comme le parfait petit précis du terrorisme appliqué... D'abord, il faut des recruteurs : Safé Bourada se présente comme le sergent recruteur de l'homme-orchestre des attentats parisiens de 95... La mission prioritaire, c'est aider les frères en Irak... L'ennemi invisible... Il explique également qu'à chaque homme, correspond une mission précise... Enfin, il affirme qu'il y avait et qu'il y aura effectivement des projets d'attentats en France. L'ennemi invisible en Irak, vous lui verrez quand même un visage... Celui de Muriel Degauque, pâtissière belge convertie à l'islam, auteure d'un attentat-suicide en Irak... Vous pourrez lire, dans "Libération", l'itinéraire d'une enfant pas très gâtée... La jeune femme qui disait souvent, après la mort de son frère, que c'est elle qui aurait dû mourir... Et puis elle s'est mariée, pour le pire, avec un Marocain, activiste... Convertie à l'islam, elle est devenue prosélyte... Son mari, c'était le tiers spirituel qui lui permettait d'établir un lien avec Dieu... Muriel est allée jusqu'au bout, devenant la première kamikaze... Européenne. Enfin, quand l'ennemi est visible, il peut se retrouver dans le bagne américain de Bagram, en Afghanistan... A Guantanamo, bien sûr... Ou dans la prison irakienne d'Abou Ghraïb... Et là, le pire est possible... Voire fréquent... "Tortures", titre ainsi "Le Monde diplomatique", qui nous explique, à partir du travail d'enquête du "Washington Post", que dès le lendemain du 11 septembre, l'administration Bush a changé les règles du jeu de la Convention des Nations Unies contre la torture... D'ailleurs, l'actuel ministre américain de la Justice le dit, sans pudeur : "L'Amérique ne doit pas se laisser affaiblir par son respect du droit humain". Alors comment s'étonner, dans ces conditions, nous dit "Le Monde diplomatique", que la torture soit devenue systématique dans les prisons américaines, en Irak par exemple... Ou dans d'autres pays... Et là, c'est la CIA qui s'en charge... Et qui sous-traitent, si vous me permettez l'expression... Les suspects sont enlevés en Europe et ailleurs, et sont livrés à des pays "amis", si l'on peut dire... Comme l'Arabie Saoudite, la Jordanie, l'Egypte, où ils peuvent être torturés sans limites. Et ce n'est pas tout : la CIA disposerait d'un véritable réseau de prisons secrètes à travers le monde, qualifiées par Amnesty International de "goulags de notre époque"... Mais comme l'a bien dit George Bush, le 7 novembre dernier à Panama : "Nous ne torturons pas". On va terminer avec un autre visage de l'Amérique... Moins belliqueux... Mais disons plus pragmatique... Avec le village de Clark, qui a troqué son nom contre 10 ans de télévision par satellite gratuits. C'est le journal canadien "Globe and Mail" qui donne cette information... La bourgade de Clark s'appelle désormais "Dish", comme le fournisseur d'accès... En contrepartie, ses 125 habitants ont droit au bouquet de base, à un lecteur de DVD et à une antenne satellite. Pragmatique, effectivement, le maire explique que personne ne savait où était Clark, mais que tout le monde sait maintenant où se trouve Dish. Mais le fondateur du village, qui lui a donné son nom, Landis Clark, ne décolère pas... "Minable !", dit-il... Qu'à cela ne tienne... Au village sans prétention, Clark a mauvaise réputation. Bonne journée... A demain...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.