(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : rêves d'enfants

(Bruno Duvic) "Qui sait ? Peut-être qu'un beau matin de Noël vous trouverez un fusil Bushmaster AR-15 sous votre sapin ?" Parlez-en à vos parents...

Ce message, on pouvait le lire dans le Junior Shooters magazine . L'article était accompagné de la photo d'une jeune fille de 15 ans brandissant un fusil automatique.

« Des armes à feu au rayon jouets ». L'article est paru initialement dans le New York Times . Il est repris ce matin dans le supplément hebdomadaire du Figaro qui est une sélection des meilleurs articles du Times .

Le Junior shooters magazine est financé par l'industrie des armes. Ce puissant lobby aux Etats Unis s'est aperçu que les perspectives à long terme pour les sports de tirs, les ventes d'armes n'étaient pas très favorables et que le nombre de chasseurs était en diminution. Alors il prépare l'avenir.

En principe, un mineur ne peut pas acheter d'arme auprès d'un vendeur agréé. Mais à travers des concours de tirs, des jeux vidéos, la distribution d'argent ou de munitions à des groupes de jeunes, les associations et fondations pro-armes contournent la loi pour « sensibiliser » les ados. Une étude recommande même de cibler des programmes en faveur des moins de 12 ans. Parmi les arguments avancés : les armes à feu sont un outil pour enseigner le sens des responsabilités, l'éthique et le civisme.

Petit cours de civisme appliqué : l'article du New York Times rappelle que le Bushmaster AR-15 a été utilisé par le tueur de l'école de Sandy Hook en décembre dernier. Il a tué 26 personnes, dont 20 enfants.

Un rêve d'enfant très classique : devenir footballeur

Chers enfants, la presse vous donne ce matin toutes les ficelles pour bien truquer un match de foot ! Europol vient de boucler ce qu'il présente comme la plus grande enquête de tous les temps sur des matches pipés entre 2008 et 2011.

380 rencontres identifiées, dont 2 matches de ligue des champions et des éliminatoires de l'Euro 2012 et du mondial 2010. Il y a des soupçons sur 300 autres parties. 425 personnes impliquées, arbitres, dirigeants de clubs et joueurs.

Au delà de ces détails chiffrés, Europol n'a pas livré toutes les clés du scénario de ce scandale sur fond de paris sportifs sur Internet. Mais en s'appuyant sur les précédentes affaires, et les enquêtes de journalistes, documentaristes et chercheurs, Le Parisien , Libération et Rue89 détaillent cette face plus que sombre du sport roi.

Corrompre les joueurs, les arbitres, les dirigeants de club, c'est classique.

Plus original : le match amical fantôme. En février 2011 par exemple, on a pu parier sur un improbable Lettonie/Bolivie

Il faut savoir doser. Exemple, cet homme de main qui avait organisé une rencontre entre le Togo et Bahreïn. C’était en septembre 2010, 3/0 pour Bahreïn. C'est déjà louche mais les Togolais recrutés étaient tellement minables que le score aurait dû être beaucoup plus important. Il a fallu refuser 5 buts soit disant hors jeu aux joueurs de Bahreïn pour que ça ne se voit pas trop.

Le plus simple c'est de tout organiser soi même. Un homme d'affaires chinois pourrissait les matches d'équipes dont il était lui même actionnaire ou propriétaire, en Finlande et en Belgique.

On pourrait évoquer les projecteurs qui s'éteignent tout d'un coup. Tout cela serait assez drôle si l'affaire ne brassait pas autant d'argent sur fond de mafia de Singapour, ses ramifications en Europe, ses pressions pour intimider des joueurs et faire marcher des hommes de main. Mafia qui a trouvé avec les paris sportifs un excellent moyen de blanchir l'argent de ses trafics.

« Aucun sport, aucun niveau de compétition, aucun pays n'est à l'abri » dit le président de l'autorité de régulation des jeux en ligne.

Et dans l'interview qu'il accorde à L'Equipe , il a quelques phrases mystérieuses pour dire que la France n'est pas à l'abri

« - Avez-vous été interrogé par les enquêteurs d'Europol dans cette affaire ?

  • Pas dans cette affaire

  • Dans une autre affaire alors ?

  • Pas dans cette affaire, mais on peut avoir des surprises. »

Priorité numéro 1 selon lui : établir des normes communes, de prévention et de répression, comme on a commencé à le faire pour dopage.

Rêve d'enfant, rêve d'avoir un enfant

Et deux pièces de plus au dossier de la procréation médicalement assistée. A la Une du Parisien-Aujourd’hui en France : "Face au racolage des cliniques étrangères, les gynécologues rappelés à l'ordre"

Le ministère de la santé vient de leur envoyer une circulaire menaçant de 5 ans de prison et 75.000 Euros d'amende tout médecin qui relaierait les offres commerciales de cliniques espagnoles tchèques ou autres qui pratiquent la PMA.

Certaines proposent un petit billet aux praticiens qui leur enverraient des patients. Cette lettre par exemple, qui émane d'un centre de Catalogne. Elle a atterri sur le bureau d’un gynéco français.

« Cher confère, dans le passé nous avons reçu plusieurs patients qui avaient été recommandés par vous soit pour le don d'ovules soit pour d'autres techniques de reproduction assistée. Nous vous offrons une collaboration de 500 Euros par patient envoyé. »

Si l'accès à la PMA n'est pas élargi dans les mois à venir en France, le droit Européen pourrait bien faire tomber la barrière. Demain, raconte Le Figaro , la Cour européenne des Droits de l'Homme examine le cas du couple Mennesson, qui a eu recours à une mère porteuse il y a plus de 12 ans en Californie. Couple hétérosexuel, madame ne pouvait pas avoir d'enfant. La cour de cassation à Paris a refusé que Madame Mennesson soit mentionnée comme mère à l'Etat civil.

Rêve d'enfant : fonder un journal

Il y a 40 ans exactement, de grands gamins qui avaient le cœur très à gauche concrétisaient ce rêve. C'était la naissance de Libération . Libé a 40 ans et pour l'occasion dans le journal de ce matin vous trouverez un fac-similé du tout premier numéro. « Libération dira la vérité, promet ce premier numéro, il fera des révélations sur les patrons, la justice, les hommes politiques, l'administration... Là où l'autre presse flatte les puissants Libération donnera la parole à ceux qui luttent, aux ouvriers, aux paysans, aux petits commerçants aux fonctionnaires. »

Parole à ceux qui luttent, c'est l'objectif ce matin de L'Humanité . Trois grévistes de PSA Aulnay sont rédacteurs en chefs du journal. Titre de Une : "Les délinquants, ce sont les patrons"

Fonder un journal... Et le vendre ! C'est difficile ce matin encore. L'impression et la distribution de la presse est à nouveau perturbée, notamment dans le Nord de la France.

Dans la presse tout de même, l'ex siège du FN transformé en résidence pour personnes âgées. Les travaux devraient commencer dans 2 mois au paquebot de St Cloud. C'est à lire dans Le Parisien .

Et le dernier rêve d'enfant, c'est de devenir Indiana Jones. Banco ! Sous un parking de Leicester, en Grande Bretagne, on a retrouvé le roi Richard III, mort en 1485. Florentin Collomp, le correspondant du Figaro à Londres raconte tout.

Et tout commence par l'étude d'écrits de l'époque. Historiens, archéologues retrouvent le lieu supposé de la sépulture de ce souverain, mort au combat à la bataille de Bosworth.

Sépulture sous une église ensuite détruite, emplacement recouvert depuis par un parking. La municipalité autorise la démolition du parking. On mène des fouilles, on trouve un squelette bien conservé, la datation au carbone 14 permet de connaitre l'époque du décès. Jusque là ça colle.

Mais à qui appartient le squelette ? Coup de chance, les scientifiques ont mis la main sur deux descendants encore vivants de la mère de Richard III. Analyse ADN : ca colle toujours ! S'il fallait d'autres indices il y en a : traces de scoliose qui correspondent à la description physique du roi, traces de mort violente.

"Au delà de tout doute raisonnable c'est Richard" a pu annoncer fièrement hier le chef archéologue. Et ce n'est pas une mince découverte : Richard III fut le dernier Plantagenêt. Ensuite a commencé le règne des Tudor. On le surnommait « le Roi perdu », il va falloir trouver autre chose...

A demain

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.