La contestation qui bloquerait la France. Et ce sont eux les responsables.

Les "casseurs des champs" écrit poétiquement le figaro, des militants cagoulés à la Une du journal qui montent la garde sur une verte prairie. Les zadistes qui occupent le site du futur aéroport de Notre dame des Landes, mais qui ont d'autres cibles, dit le Figaro…

Cinquante projets de développement contestés, recensés par les services de renseignement, où se rencontrent des oppositions locales et les "insurgés professionnels".  «Aux yeux de l'ultra-gauche, chaque parcelle de lutte est potentiellement une nouvelle terre de colonisation», dit un fonctionnaire au Figaro. L'occupation du terrain par des écolos, anarchistes, libertaires, altermondialistes, défenseurs des animaux et casseurs... 

Le Figaro publie la carte des zones de tensions... Le parc éolien de Bouriège et Tourreilles (Aude), le «méga transformateur» de Saint-Victor et Melvieu dans l'Aveyron, le projet d'enfouissement des déchets nucléaire de Bure dans la Meuse... Mais aussi un projet touristique et hôtelier dans la forêt du Chambaron, c'est dans l'Isère...

Et la liste complète est dans le Figaro  avec donc une carte que des contestataires pourraient utiliser comme un guide du zadiste routard. 

Elle est à lire cette enquête du Figaro, parce qu'elle globalise des situations. Et aussi parce qu'elle synthétise une double aspiration. Informer et combattre... Le Figaro se nourrit de ce qu'il décrit, il dénonce la contestation mais aussi les normes qui paralysent le pays... On a bloqué une rocade de contournement à Strasbourg pour protéger le hamster d'Alsace... Il souhaite, sondage à l'appui, une évacuation de la ZAD de Notre dames des Landes par la force et en appelle à l'autorité de l'Etat, bafouée en Loire Atlantique comme à Champigny... 

On parle beaucoup de livres également

Et nous saisit, un besoin de littérature et le sentiment aussi d'une perte... Parce que Libération fait sa Une sur la disparition de Paul Otchakovski-Laurens, la Une est élégante comme les livres que POL éditait: un passeur des lettres, dit l'Humanité. Mais il n'y a pas que POL qui nous laisse... On voit dans nos journaux un homme à la tête ronde parfois coiffé d'une casquette, qui était resté l'enfant juif caché dans les forêts d'Ukraine, qui avait dû oublier l'allemand de son enfance pour écrire en hébreu, une langue maternelle adoptive, sur un monde dévasté. Ainsi écrivait Aron Applefeld.

Le cœur a beaucoup oublié et pourtant je ressens ces jours-là dans tout mon corps. Chaque fois qu'il pleut, qu'il fait froid ou que souffle un vent violent, je suis de nouveau dans le ghetto, dans le camp, ou dans les forêts qui m'ont abrité longtemps.

J'ai lu cela sur les Inrocks. 

Et en même temps, Applefeld n'était pas le romancier de la Shoah... "On n'est pas l'écrivain des morts" disait-il, c'est dans l'Humanité... 

On est dans nos journaux, dans une tension, quand la politique, l'histoire, les conflits, environnent et tirent prétexte de la littérature. Le Monde et l'Obs, qui se ressemblent, racontent tous deux la volonté de Gallimard de republier les livres antisémites de Louis-Ferdinand Céline... On apprend dans l'Obs que Najat Vallaud-Belkacem devient éditrice et laisse une gauche que le Parisien décrit comme atomisée...

America publie une longue interview de Paul Auster. L'interview parle de Trump, que Auster refuse de nommer... Mais elle devient intéressante quand Auster oppose son monde des livres, à la brutalité nouvelle de son pays... On lit moins, tout ce que peut faire l'écrivain... C'est rester dédié à son art, de nourrir l'âme... Et se dire que lire, c'est dire, je crois en l'humanité...

On lit ceci dans la Croix. Pour combattre les fake news, les américains vont dans les bibliothèques, chercher un soutien et une vérité que les temps mauvais n'ont pas abimés...  

Et des femmes combattantes pour finir

La première est française et oubliée, elle s’appelait Marie Marvingt et fut une héroïne de la première guerre mondiale, c’est Ouest France qui la raconte... Elle fut la femme la plus décorée de France, Croix de guerre pour ses exploits d'aviatrice. Les Français la surnommaient "la fiancée du danger"  et à sa mort, en 1963, le Chicago Tribune disait qu'elle avait été « la femme la plus extraordinaire depuis Jeanne d’Arc ». Elle fut aussi, Marie Marvingt,  une sportive de haut niveau. Elle avait participé au Tour de France en 1908, à vélo, avec les hommes, ou plutôt, juste derrière eux, ces Messieurs ne voulaient pas la voir dans le peloton...

L'autre femme vient de Thaïlande, un pays dont le roi, Affreux sale et méchant, fait la vie en Allemagne, c’est raconté dans le Magazine du Monde… On doit préférer les femmes thaïlandaises, et notamment celle-ci, qui combat dans le monde des hommes. Elle s'appelle Nong Rose, elle a 21 ans et un rouge à lèvre dessine son rugissement de conquérante, dans l'équipe magazine.... Elle est une championne de boxe thaï, et elle va défier demain à paris le champion de France Akram Hamidi... elle qui a terrassé des dizaines d'adversaires dans les lieux saints de son sport, chez elle... Nong Rose est une femme qui est née homme... Une transgenre, un katoey, un ladyboy dit-on en Thailande où la translation fait partie des moeurs... Un oncle avait inscrit à la boxe en espérant la retenir chez les hommes. Raté ou réussi. Elle a est devenue femme mais sans quitter son sport.... La voici... « À sa descente du ring, elle passe un premier coup de fil, toujours le même.  «Mon petit ami», glisse-t-elle. Un boxeur, lui aussi. Puis elle ouvre un poudrier et sort un miroir de poche. 

Pendant le combat, je suis un homme. Mais sitôt terminé, je redeviens une femme

Voilà notre petite fiancée du week-end.  

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.