I- La campagne présidentielle est évidemment au coeur de l'actualité du jour, à 10 jours de la date de dépôt des parrainages nécessaires à la présentation des candidats, à 48 jours du premier tour... a) Le baromètre présidentiel TNS-SOFRES pour Le Figaro, RTL et LCI marque la chute de 2 points de Nicolas Sarkozy (31%), et la confirmation de la montée de François Bayrou (+6,5)... Le candidat Bayrou aurait ainsi doublé son score en moins de deux mois de campagne, ce que note, un brin dubitatif, le rédacteur du Figaro... Mais le principal enseignement du sondage, selon Brice Teinturier, directeur du département politique de TNS-SOFRES, réside dans le fait que le candidat UDF progresse désormais sur son flanc droit, donc au détriment probable du candidat de l'UMP... Le sondage montre également que je suis le candidat qui bénéficie de la plus grande détermination en matière d'intentions de vote : 79% des électeurs qui affirment vouloir voter Le Pen sont certains de le faire, contre 51% pour François Bayrou... Selon Patrice Carmouze, dans L'Eclair (je le cite), "l'inconnue de cette élection, c'est bien sûr Le Pen"... "Il est plus fort dans les sondages aujourd'hui qu'il ne l'était il y a 5 ans à la même période... Il peut donc espérer créer à nouveau la surprise"... Patrice Carmouze évoque le scénario d'un premier tour ou 4 candidats se trouveraient tous aux alentours de 20% des suffrages... b) Effectivement, les thématiques que je défends depuis 30 ans sont désormais largement partagées par les Français : Métro titre ainsi sur le dernier sondage IFOP, qui montre que pour 51% des sondés, l'immigration n'est pas une chance pour le pays... C'était d'ailleurs le thème de mon meeting à Marseille samedi dernier, devant 3.000 personnes... événement couvert par Le Figaro et Libération dans leur édition du jour... L'immigration apparaît également en filigrane de la Une du Parisien-Aujourd'hui en France, qui titre : "Banlieues : ne nous oubliez pas"... En effet, dans un grand dossier de deux pages, le journal affirme que les habitants des banlieues veulent se faire entendre... Interviewé par Vincent Verrier, Jimmy, 33 ans, éboueur, affirme qu'il en a "assez des vols et des agressions"... Les associations issues des quartiers s'inquiètent de ce que le sort de la banlieue n'est toujours pas un thème majeur de la campagne... Le rappeur Rost, de l'association "Banlieues actives", que j'ai rencontré, et avec lequel j'ai eu une conversation très intéressante, s'apprête à publier un fort instructif "Guide du votant"... c) Ces journaux reviennent largement sur le problème de mes parrainages... C'est la Une de Libération, qui titre : "Une élection sans Le Pen ?"... Michel Noblecourt, l'éditorialiste du Midi Libre, a d'ailleurs noté l'extrême mobilisation des militants et des permanents du Front National ce week-end au siège du mouvement, pour appeler les maires au téléphone, confirmant ainsi l'acuité de nos difficultés... Si discutable, et discutée que soit la loi sur les parrainages, il n'en reste pas moins que la responsabilité finale est celle des maires, c'est de leur civisme que va dépendre le déroulement normal de la campagne présidentielle... La civilisation démocratique n'existe qu'au travers de trois qualités essentielles, qui doivent être portées par les hommes libres : l'indépendance d'esprit, le civisme et le courage... Libération note que 58% des Français estiment que mon absence, à l'occasion du grand rendez-vous présidentiel, serait un déni de démocratie, ce que semble penser l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, qui affirme qu'il accepterait de me parrainer si les grandes familles se mettaient d'accord pour faire appel à leurs élus... A la lecture de l'article de Libération, il apparaît qu'à gauche, la démocratie et le pluralisme ne sont pas fondamentaux : Ségolène Royal affirme que ce problème "ne la regarde pas"... François Hollande "ne voit pas pourquoi il faudrait s'appitoyer sur mon sort"... tandis que Manuel Valls dénonce "une stratégie de victimisation de Le Pen", et que Cambadélis, plus informé que moi-même, affirme péremptoirement que j'ai mes signatures... II- Airbus fait l'essentiel de l'actualité économique et sociale... Tandis que 10.000 emplois sont en cause, les difficultés de l'avionneur font émerger deux débats dans la presse de ce matin... a) Un premier débat, sur les problèmes d'une entreprise européenne dans laquelle les conflits d'intérêts deviennent plus accusés avec les difficultés technico-financières... Preuve que la Nation est le cadre le plus cohérent de la production économique, Louis Gallois, le co-président d'EADS, estime que "les conflits entre la France et l'Allemagne sont un véritable poison pour cette compagnie", selon l'éditorialiste du Figaro Gaëtan de Capèle... D'ailleurs la multiplicité des sites de production en Europe génère des coûts de transport et des difficultés d'ingénierie considérables... L'idée même de co-présidence bi-nationale de l'entreprise porte probablement en elle-même les germes de contradictions insolubles... b) Second débat, occasionné par l'affaire Airbus, celui sur le modèle français lui-même... Le plan de restructuration de l'avionneur provoque un débat sur la responsabilité de l'Etat, au cours duquel les socialistes, jamais avares de l'argent des autres, proposent l'entrée des régions dans le capital... Outre que cette suggestion ne règle aucun des problèmes technico-industriels d'Airbus, elle occulte deux aspects fondamentaux de ses difficultés : - d'abord la surévaluation de l'euro sur le marché international des changes, qui pénalise gravement la compétitivité-prix de l'entreprise... - ensuite cette suggestion des présidents de région socialistes fait miroiter au personnel d'Airbus une solution miracle qui n'en est pas une... Tout ça pour donner l'illusion qu'on fait quelque chose et qu'on pense quelque chose, à charge pour les gouvernements suivants de traiter le problème... III- Enfin, deux disparitions de personnalités qui ont marqué le monde de la culture, de la presse et de l'édition... D'abord, le décès d'Henri Troyat, Prix Goncourt à 27 ans, rappelle à tous les Français de ne pas oublier ces Français d'origine immigrée dont notre pays peut être fier... Ensuite, la mort de Noël Copin, ancien directeur de La Croix, président d'honneur de "Reporters sans Frontières" depuis 2003... Ancien journaliste dans la presse de province, puis éditorialiste politique sur TF1, il a été le directeur de la rédaction de La Croix jusqu'en 1994... IV- Enfin, pour terminer sur une note amusante, j'observe, avec le journal La Croix, la vogue de l'animal de compagnie en Chine... Ainsi, l'époque maoïste, où la possession d'un animal était considéré comme symbole de la décadence bourgeoise, est révolue, et l'animal de compagnie devient une mesure de la civilisation, ce qui n'est pas qu'une boutade...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.