Ce matin, on commence par plonger dans un autre monde... un monde qui est déjà un peu le nôtre... "Le monde de Monsanto"... Ce monde-là, il est décrit par L'Humanité et Télérama... à l'occasion de la sortie d'un livre et d'un documentaire sur Arte signés par la journaliste Marie-Monique Robin... Alors L'Humanité s'est emparé de cette enquête pour dénoncer "la face cachée de Monsanto"... Le journal explique que les témoignages recueillis par la journaliste révèlent l'incroyable capacité de Monsanto à pénétrer les organes de décision du monde entier... de l'organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture à la Maison Blanche... Dans Télérama, les explications de Marie-Monique Robin sur sa manière de travailler... "C'est la première fois, dit-elle, que je construis toute une enquête sur la seule base de recherches Internet... J'ai été hallucinée de voir que toutes les informations sont là... à commencer par des documents sur le fonctionnement de l'entreprise, mis en ligne à l'issue de procès contre Monsanto"... Alors évidemment, après ses recherches sur la Toile, la journaliste est allée sur le terrain... aux Etats-Unis, en Inde, au Paraguay... Elle a sollicité également une interview des dirigeants de Monsanto, qui ont refusé après l'avoir googleisée... Dans L'Humanité, Marie-Monique Robin précise qu'elle n'est pas contre les OGM en général, mais contre ceux de Monsanto... qui, loin de promouvoir la diversité des semences, instaure sur la planète la monoculture et met en péril la survie des agriculteurs... Et le quotidien explique qu'au-delà du risque sanitaire, ce sont pour l'instant les conséquences économiques qui sont dramatiques, puisque Monsanto a mis en coupe réglée les paysans grâce aux brevets... Ce droit de propriété intellectuelle les oblige à acheter les semences d'une année sur l'autre... Dans L'Humanité toujours, l'interview de Nicolas Hulot... Il préface d'ailleurs le livre de Marie-Monique Robin... Et il interpelle les parlementaires français, à quelques semaines du vote de la loi sur les OGM... Nicolas Hulot qui se rappelle la dernière fois qu'il s'est exprimé au Palais Bourbon... "J'ai trouvé extraordinaire qu'on me demande de ne pas parler des OGM... Et puis au Sénat, nous avons été auditionnés avec ironie, cynisme et dédain, comme si nous incarnions le refus du progrès"... Et l'on parlait biodiversité... La Tribune constate ce matin que, dans ce domaine, "la planète s'appauvrit"... et que cette crise devient une menace sérieuse pour l'humanité... Certes, rappelle le quotidien économique, ce n'est pas la première phase d'extinction que la Terre connaît... Mais celle d'aujourd'hui est beaucoup plus rapide que les précédentes, à cause de l'activité humaine... Le rythme des disparitions d'espèces est 1.000 fois plus rapide que dans une situation naturelle... La Tribune qui espère que la convention internationale qui se tiendra à Bonn, en Allemagne, en mai réussira à concilier la biodiversité et les réalités économiques... Puisque c'est souvent dans les pays les plus pauvres que cette biodiversité est la mieux préservée... Il est souvent de bon ton de dire que les solutions viendront des progrès scientifiques... Sauf que ce matin, c'est plutôt l'inquiétude des scientifiques français qui fait la Une... Le Monde titre sur "le nouveau coup de colère des patrons de la recherche"... Hier, ils étaient 600 réunis au Collège de France, à Paris, pour organiser une riposte au projet de réforme du gouvernement... L'association "Sauvons la Recherche" organisait, de son côté, des rassemblements dans toute la France... Ces chercheurs dans la rue font la Une du Républicain Lorrain, ou encore des Dernières Nouvelles d'Alsace, qui s'interroge : "Qui, en France, financera le progrès scientifique ?"... Les chercheurs dans la rue hier... Les retraités y seront demain... "Les retraités inquiets pour leur niveau de vie"... C'est la Une de La Croix... qui précise que 5 syndicats appellent à manifester demain pour la défense et l'amélioration du pouvoir d'achat des retraités... Pour Philippe Larue, dans La Provence, c'est le "lobby retraité" qui se met en marche... "des retraités qui refusent de voir l'ordre naturel des choses s'inverser"... Et l'éditorialiste explique : "Eux qui aidaient leurs petits-enfants et leurs enfants à s'installer et prendre leur envol, se voient souvent contraints d'accepter leur aide... Ils seront dans la rue demain parce qu'ils ne veulent plus quémander"... Alors bien sûr, explique Guillaume Goubert dans son éditorial de La Croix, "parler des retraités en général, ça ne veut pas forcément dire grand-chose... Les situations sont diverses, et il y a de fortes disparités selon les professions (mieux vaut avoir travaillé dans la fonction publique que dans l'agriculture)... selon le sexe (l'écart de revenus entre hommes et femmes demeure considérable)... selon l'âge aussi... Là, les contraintes financières n'ont rien à voir entre un jeune retraité en bonne santé et une personne très âgée en situation de dépendance"... Alors certes, le gouvernement a annoncé des augmentations, précise Le Monde... Mais quand la hausse des prix s'envole de 2,8% sur une année... que les dépenses de santé augmentent avec les franchises médicales... cette amélioration est vite grignotée... Et dans Les Echos, vous lirez que les retraités ne sont pas les seuls à se mobiliser pour leur niveau de vie... "Pouvoir d'achat : les salariés expriment leur impatience"... Le quotidien économique constate que "les salariés sont de plus en plus tentés par la grève pour défendre leurs revenus... et que la multiplication des mouvements sociaux contraint les entreprises à lâcher du lest"... Alors, en même temps... il ne faut pas opposer jeunes et vieux... actifs et retraités... C'est le propos, très intéressant, de l'économiste Bernard Spitz... Dans La Croix, il met les points sur les "i" : "Les seniors n'ont jamais demandé à vivre à crédit sur le dos des générations futures"... Le problème, pour lui, ce sont les politiques... Compte tenu du vieillissement de la population et du fort taux de participation des anciens aux scrutins, ce sont eux qui font les élections... Et l'économiste fustige la manière dont a été gérée l'augmentation du minimum vieillesse : "Si chaque fois que les sondages faiblissent, la seule solution est de séduire le troisième et le quatrième âges, notre pays va entrer dans l'avenir à reculons... C'est tragique, et c'est faire insulte à nos aînés que de penser qu'ils attendent qu'on les serve au détriment de leurs enfants et petits-enfants"... L'économiste qui appelle les politiques à mieux jouer leur rôle, qui est d'expliquer, de proposer, de convaincre... Et justement... les élections... Si on en parlait ?... On vote dimanche, vous le savez... Alors petit florilège du jour... Charlie Hebdo d'abord... qui publie un entretien avec Bertrand Delanoë... "Méfions-nous des vagues roses annoncées", prévient le maire de Paris... Charlie qui ironise également sur le slogan UMP pour les municipales : "Plutôt mort que sarkozyste"... Un slogan qui peut s'illustrer par ce dessin, en Une du Canard Enchaîné... Fillon est en train de lire un journal, qui a pour titre : "Medvedev nomme Poutine Premier ministre"... Et Nicolas Sarkozy lui demande : "Toi aussi tu me nommeras Premier ministre en 2012 quand tu seras Président ?"... "Fillon jette toutes ses forces dans la campagne"... C'est le constat du Figaro, qui a suivi le Premier ministre à Lyon hier... Dans le camp d'en face, Le Monde explique que "le PS se prépare à la résistance locale, face à la droite"... le journal qui demande si le Parti Socialiste n'est pas destiné à exercer le pouvoir au niveau régional et local... "Une nouvelle sorte de cohabitation entre la gauche et la droite ?", s'interroge Le Monde... Dans les Confidentiels du Figaro, vous lirez que Patrick Devedjian, le président du Conseil Général des Hauts-de-Seine, vient donner un coup de main aujourd'hui à Jean Sarkozy, à Neuilly... histoire de faire taire les rumeurs de mésentente entre les deux hommes... Et puis Le Parisien-Aujourd'hui en France se souvient que le fils du Président de la République avait eu un prédécesseur... Henri Giscard d'Estaing était devenu en 79, alors que son père était Président de la République, le plus jeune conseiller général de France... Et à l'époque, rapporte le journal, quand il prenait la parole, on croyait entendre son père... Et sinon ce matin... La presse revient sur la crise en Amérique centrale... "Sarkozy toujours prêt à aller chercher Ingrid Betancourt", titre en Une Le Figaro... puisque le Président de la République a redit hier qu'il était disposé à se rendre sur place si c'était la condition de sa libération... "Les FARC voulaient rencontrer Sarkozy", explique L'Indépendant du Midi... C'était avant la mort du numéro 2 de la guérilla colombienne... ce qui fait dire à L'Est Républicain : "Ingrid Betancourt : rendez-vous manqué"... La Libre Belgique est encore plus clair : "Les FARC allaient libérer Ingrid Betancourt en mars"... Viva Espana !... C'est la Une de Libération... Et c'est d'ailleurs l'ensemble du journal qui est espagnol ce matin... A l'occasion des législatives dimanche dans la péninsule ibérique, Libé propose une immersion dans une société en ébullition... où vous verrez que, au-delà des Pyrénées, les lois sont faites pour être contournées... La loi sur la parité ne changera pas grand-chose au nombre de femmes présentes au Parlement... La loi anti-fumeurs, elle, regarde les cendriers se remplir dans les cafés... Et puis, pour finir... les soupçons de truquage dans l'émission de télé-réalité "Pékin Express", sur M6... C'est Le Canard Enchaîné qui révèle la chose... Le Parisien-Aujourd'hui en France la confirme... Vous lirez dans ces deux journaux comment la production avantage certaines équipes, selon les besoins de l'audimat... comment des voitures tombent du ciel pour prendre en stop les concurrents... Et si vous êtes accros à ce programme, vous aurez certainement remarqué également ce conducteur brésilien qui a aidé, à lui tout seul, au moins trois équipes, dans différents épisodes...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.