Bonjour... Petite devinette, Nicolas :... Que se passera-t-il, en France, dans neuf jours ? ... Si vous n'avez pas vu, déjà, le dessin de Plantu publié en première page du Monde daté de ce vendredi 5 mars, je vous le décris succinctement : au milieu d'une campagne qui évoque, avec ses clochers, la force tranquille d'un candidat à la Présidentielle que les moins de 20 ans n'ont pas pu connaître, deux hommes (dont un journaliste à lunettes, magnéto sur l'épaule et bloc-note en main) semblent flotter dans le paysage. Ils ont les yeux clos, paraissent assoupis, comme les vaches, les oiseaux, les gens qui les entourent (et même le coq du clocher)... Péniblement, le reporter demande à son interlocuteur : "Etes-vous intéressé par... heu... les élections régioooo...". Il n'achève pas sa phrase, gagné à son tour par le sommeil. En page intérieure du quotidien du soir, sous la rubrique "Elections régionales", ce titre : "Le désintérêt des Français souligne la perte de confiance dans la politique". Sondage "TNS-SOFRES-Logica" pour Le Monde, France 2, France 3 et France Inter" à l'appui, le journal décrit "une campagne qui ne répond pas aux préoccupations de la population". Il y aurait de l'abstention dans l'air. ...Comment ? ...Quoi donc ? Que nenni !... La Tribune s'inscrit en faux contre cette assertion en affirmant que "les Français s'intéressent de plus en plus aux Régionales". Face au sondage du Monde (qui est le nôtre aussi), le quotidien économique fait état d'une enquête BVA pour Canal+ qui prétend, elle, que "près de 6 Français sur 10 déclarent que la campagne les incite plutôt à aller voter les 14 et 21 mars". 41% des personnes interrogées se disent tentées par l'abstention ; on est encore loin des 50. La Tribune précise que "la 'cristallisation' de l'électorat survient toujours dans les quinze derniers jours de campagne. D'où la concentration des états-majors sur les ultimes meetings et émissions télévisées". L'UMP accélère le rythme. Dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, on voit un Premier ministre présent partout. Sous le titre : "Fillon, général en campagne", Le Parisien le voit "sur tous les fronts" : hier matin au Salon de l'Agriculture à Paris, hier après-midi en Vendée pour un hommage aux victimes des inondations, hier soir dans le Gard pour soutenir l'adversaire UMP de Georges Frêche (Raymond Couderc) en Languedoc-Roussillon. ...Et Nicolas Sarkozy ? Toujours au-dessus des partis, le Président ? Dans Le Parisien, encore, vous lirez que "le chef de l'Etat a prévu d'accorder une interview au Figaro Magazine le samedi 13 mars, c'est-à-dire à la veille du premier tour de scrutin. "Objectif à peine dissimulé", souligne le journal : mobiliser les électeurs de la majorité qui traînent des pieds. La même recette élyséenne avait été utilisée à quelques jours des Législatives de juin 2007 et des Municipales de mars 2008. (Nicolas Demorand : "En pleine campagne électorale, on apprend qu'au dernier trimestre 2009, le chômage a repassé la barre des 10%, retrouvant le même niveau qu'il y a dix ans")... ...2.700.000 demandeurs d'emploi, 10% (en effet) de la population active, outre-mer incluse : dans France-Soir, ça donne ce titre un peu perturbant : "Un actif sur dix est sans emploi". Le quotidien adopte cependant la "positive attitude" chère, jadis, à Jean-Pierre Raffarin, en nous apprenant que "la France est malgré tout mieux lotie que ses voisins". Chez nous, le nombre des demandeurs d'emploi est aujourd'hui supérieur de 22% à son niveau de 2007, alors que, dans le même temps, il a augmenté en Espagne de 146% et de 34% dans l'ensemble de la zone euro. La ministre de l'Economie et le secrétaire d'Etat à l'Emploi Christine Lagarde et Laurent Wauquiez s'en seraient félicités, paraît-il... ...Le Parisien-Aujourd'hui en France constate que "la baisse des chiffres du chômage annoncée le 25 janvier par le chef de l'Etat (...) est donc reportée". Sur ce point, Nicolas Sarkozy n'avait pas paru être en phase avec François Fillon. Le Premier ministre n'a semble-t-il jamais caché qu'il n'attendait pas d'amélioration avant la fin du deuxième trimestre 2010. De son côté, Nord-Eclair s'intéresse aux demandeurs d'emploi "sortis" des listings. Le quotidien régional précise que "l'assurance-chômage estime à un million" le nombre des chômeurs qui cesseront d'être indemnisés cette année. Cette information inspire à Libération un titre que ne désavouerait pas Jacques Dutronc : "Un million de chômeurs en 'fin de droits', émoi, émoi, émoi..." ("émoi", dans le même mot, s'écrit là "é.m.o.i"). Gouvernement et partenaires sociaux entament d'ailleurs une série de réunions sur le sujet. Dès ce vendredi, les deux parties confronteront leur chiffrage sur les fins de droits : c'est ce que précise La Tribune, La Tribune qui se permet de "jouer" un peu avec cette actualité grave (c'est plutôt réussi). Evoquant la création prochaine d'un poste de "médiateur" dans la sous-traitance industrielle, le quotidien économique titre : "Le chômage monte... Sarkozy crée un job" ! On aimerait tant rire plutôt qu'en pleurer. ...Mais aussitôt, le regard du lecteur dévoreur de journaux est attiré par deux titres qui barrent la page 8 du Figaro : - "L'Espagne en crise se retourne contre ses immigrés"... Avec la récession et la flambée du chômage, le rejet des étrangers s'affiche ouvertement... -... Et puis, "l'extrême-droite monte en puissance aux Pays-Bas"... Le parti ultra-nationaliste du populiste Geert Wilders "rafle" (le mot n'est peut-être pas très heureux) la mise aux élections municipales dans la sixième ville du pays. Le "Parti de la Liberté" (c'est son nom) affiche une islamophobie décomplexée. Son leader déclare publiquement : "Je ne veux plus de nouveaux immigrés". Le temps des boucs émissaires est de retour. L'Humanité titre, en Une, sur d'autres laissés-pour-compte de la société que les chômeurs en fin de droits : les personnes âgées. Le journal titre : "Les vieux sacrifiés à la rentabilité". Le dossier du jour de L'Huma est consacré au plan de restructuration de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, qui se ferait au détriment des services de gériatrie. L'éditorialiste de L'Humanité Jean-Paul Piérot rappelle que "le Président Sarkozy (...) avait décrété comme une priorité nationale la lutte contre la maladie d'Alzheimer". Il relève -je le cite- que "la politique de l'hôpital mise en musique par Roselyne Bachelot est allée à l'encontre des objectifs affichés pour les besoins de la propagande". Les seniors, comme on dit, il en est question également dans Le Parisien-Aujourd'hui en France. Sous le titre : "Offrez-vous un senior à domicile", le journal nous présente "un concept qui cartonne à l'heure où des retraités cherchent à compléter leur pension"... ..."Un senior pour faire le ménage ou garder les enfants ?"... Cliquez vite sur seniorsavotreservice.com. Vous devriez trouver sans problème une femme ou un homme un peu usé par une vie de labeur mais qui a encore "des crédits à rembourser". (ND : "Tout le monde cherche des sous")... Lu en Une de Corse-Matin : "Denier de l'Eglise : le diocèse d'Ajaccio lance un appel au secours". Le "denier de l'Eglise", c'est ce que l'on appelait autrefois "le denier du culte". Les curés font l'aumône, car il leur faut bien vivre. En Bretagne, ils ont peut-être trouvé la solution qui rapportera le jackpot. ...Les autorités de "la province des neuf diocèses" de Rennes lanceront lundi une campagne de collecte conçue par l'agence EuroRSCG. Elle sera constituée de trois affiches déclinées en affichettes. Vous pouvez les voir dans la dernière livraison de l'hebdomadaire La Vie. Elles sont un peu psychédéliques, très colorées, très vives, un peu à l'image des pubs pour les marques de lessive qui florissaient dans les années 70. Et ce n'est pas tout, car tout est dans le slogan (ou plutôt les slogans), je vous les lis : - "L'Eglise est riche" (et dessous, en petites lettres : riche "de sens, d'amour, de bénévolat, d'espérance... Mais elle a besoin de vous. Donnez... au denier"). - "Chez nous, tout est gratuit" (et en petites lettres, toujours : "L'amour, la présence, l'espérance, le partage... Pour donner sans compter, l'Eglise a besoin de vous. Donnez... au denier"). - "L'Eglise ne vous demande rien" ("pour être proche, aider les plus démunis, porter l'espoir dans la rue... Mais elle a besoin de vous"). Ces trois "phrases choc" ont évidemment un prix. EuroRSCG ne travaille pas pour rien (quand on a passé 50 ans, que l'on a réussi sa vie et qu'on veut s'offrir une montre de marque, il faut s'en donner les moyens) : 650.000 €, répartis entre les neuf diocèses de la province catholique de Rennes. Dans cette région, le don moyen par fidèle est passé l'an dernier de 140 à 146 €. Pas le temps de vous parler longuement de deux faits-divers, si je puis dire, qui interpellent chacun à sa manière. L'un est révélé par le site d'information Rue89. Il y est question de l'auteur d'un roman noir, un polar, dont l'action se situe au Marché Saint-Pierre dans le XVIIIème arrondissement de Paris. Les propriétaires de la marque "Marché Saint-Pierre" poursuivent Lalie Walker et son éditeur pour diffamation. Le roman s'intitule : "Aux Malheurs des Dames". Le second de ces faits-divers nous vient de Grande-Bretagne. Vous vous rappelez sans doute ce garçon âgé de 10 ans en 1993 qui avait enlevé un bambin de 2 ans dans un centre commercial pour le tuer tout à fait gratuitement à coups de brique et de barre de fer avant de l'abandonner sur une voie ferrée. Le meurtrier est maintenant un adulte. A nouveau, il est derrière les barreaux, mais les autorités britanniques ne veulent pas dire pourquoi, ce qui alimente les discussions du côté de Londres et de Liverpool. C'est raconté dans Libération. Restons plutôt psychédéliques, pour finir, à l'image des prêtres du diocèse de Rennes. Libé, toujours, consacre son Grand Angle à Jimi Hendrix. 40 ans après la mort du guitariste, l'album "Valleys of Neptune" nous livrera lundi des enregistrements studio inédits de l'année 1969. "Jimi Hendrix, retour de brumes" : pour vous, chers auditeurs, en voici un avant-goût... (Extrait musical)

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.