"Un dimanche au Tchad"... Le titre du Parisien-Aujourd'hui en France résume bien l'ensemble de la presse ce matin... Ai-je besoin de vous rappeler que nous parlons bien sûr de l'affaire de l'Arche de Zoé et du voyage express effectué hier par Nicolas Sarkozy à N'Djamena pour ramener trois journalistes français et quatre hôtesses de l'air espagnoles... "Cécilia ?... Devine d'où je t'appelle"... C'est Ransom, dans Le Parisien, qui dessine un Sarkozy au téléphone, entre Idriss Déby, le Président tchadien, et l'Airbus présidentiel... Parce que c'est bien la première évidence pour vos journaux ce matin... le parallèle entre ce "touch and go" tchadien, comme dit La Provence, et l'aventure libyenne de Cécilia Sarkozy l'été dernier... "Après la Libye, le Tchad", titre Le Télégramme... "De Cécilia à Nicolas... le parallèle saute aux yeux", note également Alexandre Morel dans La Montagne... qui poursuit que, tout de même, "la comparaison ne doit pas être poussée trop loin... L'analogie est surtout affaire de mise en scène"... Non, c'est plus que ça, pour Yves Thréard, dans Le Figaro... "Après la libération des infirmières bulgares de Libye, celle des journalistes et hôtesses de l'air partis avec l'Arche de Zoé est un nouveau succès pour Sarkozy... Mais au-delà, ces deux épisodes nous obligent à réfléchir sur notre politique africaine... Si du moins il doit y en avoir une"... Toujours dans Le Figaro... vous lirez que "ce succès diplomatique est bienvenu pour le chef de l'Etat français"... et que sur Internet, la nouvelle formule en vogue pour parler de Nicolas Sarkozy, c'est "le Jack Bauer de la diplomatie française"... en référence au héros de la série américaine "24 Heures"... Alors succès diplomatique... C'est en tout cas ce que note El Pais, ce matin... Le quotidien affiche "le coup d'éclat de Sarkozy", et commente : "Samedi, le ministre espagnol des Affaires étrangères considérait la libération des Espagnoles improbable"... A Madrid, le journal compare "la démonstration du pouvoir diplomatique de la France à la diplomatie espagnole, qui a juste fait de la figuration"... Il n'y a pas qu'en Espagne que l'intervention de Nicolas Sarkozy fait les gros titres... "Résultat de l'intervention de Sarkozy : 7 libérations", titre le Financial Times... Le Frankfurter Allgemeine Zeitung retient "l'étonnante visite du Président français au Tchad"... Mais bon, le succès diplomatique ne fait pas tout... Reste maintenant quelques questions... Celle que pose par exemple Sébastien Lacroix dans L'Union... "Etait-il réellement indispensable que Nicolas Sarkozy en personne aille délivrer des griffes tchadiennes les trois journalistes et les quatre hôtesses de l'air impliqués dans cette affaire ?"... C'est loin d'être sûr pour Jacques Camus, dans La République du Centre... Non, ça n'était pas la peine que "Sarkozy se prenne pour Zorro venu au secours des zozos... Au fond, le Président n'a obtenu hier que le minimum : la libération de personnes scandaleusement retenues en prison... Et pour cela, poursuit l'éditorialiste, Idriss Déby ne mérite pas plus que Kadhafi qu'on lui déroule le tapis rouge"... Et sur la même idée, Jean-Michel Helvig, dans La République des Pyrénées, ajoute : "En allant chercher des innocents, Nicolas Sarkozy a pris le risque de laisser sur place des gens qui vont faire figure davantage encore de suspects... Pour ce qui est des dirigeants de l'association, ça ne changera rien... Mais pour le steward espagnol, pour la poignée de médecins et secouristes entraînés de bonne foi dans une aventure dont ils ignoraient les modalités, que va-t-il se passer ?"... Sur cette question, la conclusion à Patrick Fluckiger, dans L'Alsace... "Sarko-Zorro sait communiquer... Mais il n'est pas Superman pour autant"... Alors il y a d'autres interrogations... Celle, par exemple, des dessous de cette libération... Dans L'Est Républicain, Chantal Didier note ainsi : "L'implication personnelle du chef de l'Etat ne peut que susciter des soupçons sur les contreparties accordées à un Président tchadien qui avait démontré son intention de tirer profit de la situation"... "Et pendant ce temps-là, au Darfour...", s'interroge Philippe Larue dans La Provence... "Pendant ce temps-là, 150.000 enfants et adultes sont dans des camps et attendent de l'aide... Médecins sans Frontières doit au minimum doubler ses dépenses pour eux... Et les organisations non-gouvernementales craignent la confusion après l'affaire des pieds-nickelés de l'Arche de Zoé"... Oui, "quid des véritables orphelins du Darfour et d'ailleurs ?", questionne également Michel Kubler dans La Croix... "Quid aussi de l'Afrique dans cette affaire ?... Elle est à sauver, elle aussi"... L'éditorialiste de La Croix qui attend de la justice qu'elle éclaire cette affaire de l'Arche de Zoé... "Une enquête et un procès tchadiens, le cas échéant : au nom de quoi s'en étonner ?... Nicolas Sarkozy affirmait publiquement hier sa confiance en la justice de ce pays... Puisse cet acte de foi valoir pour l'ensemble d'un continent qui n'a pas besoin de nos humiliations"... Oui, Idriss Déby aussi a dit que la justice, au Tchad, était libre... Mais là, les journaux sont plus que sceptiques ce matin... En Espagne, El Mundo note que "si on avait vraiment suivi la procédure, la libération ne pouvait pas intervenir avant mercredi"... Dans La Dépêche du Midi, la grogne des magistrats tchadiens... L'un d'entre eux, anonyme, explique : "On nous a demandé samedi d'accélérer la procédure... Les pressions politiques sont trop fortes... C'est une atteinte à l'indépendance de la justice"... Et pour le prouver, ce magistrat conclut : "Normalement, le palais de justice est fermé le dimanche"... Même constat dans Libération, sous le titre : "A N'Djamena, une procédure judiciaire sous pression"... Les magistrats de la capitale tchadienne ont dû mener leurs auditions au pas de charge... Et dans le quartier de la prison, Sonia Rolley, la journaliste de Libé, a croisé le directeur des services pénitentiaires... Quand elle lui a demandé ce qu'il faisait là, il a répondu avec un grand sourire : "Je me promène"... En fait, le juge d'instruction traînait un peu à rendre sa décision finale... Dans Libération, vous lirez également l'analyse de Christophe Ayad... Si un steward espagnol et un pilote belge sont toujours prisonniers au Tchad, c'est aussi parce que "à un mois de l'arrivée de l'Eufor dans le pays, Idriss Déby dispose ainsi toujours de moyens de pression sur les trois pays qui doivent assurer cette force européenne"... Pour refermer ce dossier diplomatique, cette réflexion de François Rosso, dans Nice Matin... "On se prend à regretter qu'aucun Français n'ait été pris en otage par les militaires birmans... Quelques bonzes auraient pu y gagner quelques années de vie"... Et l'éditorialiste met en garde le Président français... "Cette agitation pourrait déplaire à la longue... En France, force est de constater que les conflits franco-français ne connaissent pas, hélas, ce type de dénouement express"... Bon, et sinon, à part le Tchad et la diplomatie sarkozyenne... Que trouve-t-on dans vos journaux ce matin ?... Bien évidemment, on parle du Pakistan... "Le Pakistan retombe dans l'état d'urgence", explique Le Figaro... qui s'interroge, entre autres, sur les ambiguïtés du retour de Benazir Bhutto... Sur le même sujet, Libération s'interroge sur "Musharraf, la tentation Bonaparte"... Pour L'Humanité, nous sommes bel et bien, au Pakistan, face au "second putsch de Musharraf"... Et puis, décidément, l'actualité ce matin dans vos journaux est internationale... Dans les quotidiens économiques... le début de la campagne présidentielle aux Etats-Unis... La Tribune explique que "santé, mondialisation et emploi seront les thèmes majeurs de cette campagne, qui durera un an"... Les Echos explique aussi qu'en effet, la course à la Maison Blanche est lancée, et que oui, ce seront les questions économiques qui seront déterminantes... La campagne américaine également dans Le Figaro... Mais là, c'est "Hollywood qui s'invite dans la campagne présidentielle"... Le Figaro constate en effet que "la guerre en Irak débarque en force sur les écrans, et que ces films, ouvertement hostiles au Président Bush, dressent le portrait d'une Amérique déboussolée"... Et puis, pour finir... plus anecdotique : le test de la semaine, voire même plus que cela... C'est dans Elle... "Avez-vous le profil First Lady ?"... Parce que, bien sûr, l'hebdomadaire féminin explique que puisque notre Président a divorcé, eh bien la place est libre... Seule question : êtes-vous taillée pour le job ?... 25 questions plus tard, vous aurez la réponse... Eh non, je ne vous dirai pas combien de points j'ai eu... Bonne journée...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.