8H30 l’heure de la revue de presse, bonjour hélène jouan

La photo d’Aylan, cet enfant syrien noyé au large de la Turquie avait ému le monde entier début septembre…et depuis Hélène ?

Depuis, « chaque jour, 2 Aylan » titre Libération…à sa Une, horrible redite, la photo d’un garçonnet, échoué sur la grève, à ses côtés, une bouée d’enfant bleue avec des dauphins et des grenouilles.. Libération égrène la liste des 108 enfants, décompte aléatoire, naufragés depuis début septembre. Pas de noms, mais une litanie de X anonymes : X syrie, 2 mois, mort noyé à Lesbos le 5 octobre, X, nourrisson mort à Samos le 1er novembre.

« Le 3 septembre écrit Didier Péron, la photographie d’Aylan saisissait l’opinion. On pouvait alors penser qu’une image, une seule, avait le pouvoir magique d’abolir les hésitations d’une riche Europe tétanisée par le flux de migrants. Et puis tout le monde est passé à autre chose, s’est mis à regarder ailleurs »

Pendant que nous regardons ailleurs, les grecs sont toujours en première ligne. Reportage, toujours dans Libé à Lesbos, où plus de 5000 réfugiés continuent d’arriver chaque jour. « le mot tragédie en vient à perdre toute signification, nous vivons dans l’âge des monstres raconte l’article. Des héros anonymes apparaissent, ceux qui bravent les tempêtes pour secourir les naufragés… Tel le capitaine Stefanos Zannikos vieux loup de mer de l’île de Chios, qui vendredi a une fois de plus affronté une mer déchainée , un vent de force 8 pour aller sauver 2 canots pneumatiques avec 80 réfugiés à bord. »

« Nous sommes à bout, témoigne dans Le Monde, une bénévole de Lesbos, voir chaque jour les corps des bébés, les lèvres bleues, morts noyés ou de froid…ont-ils conscience là haut, dans le reste de l’Europe de ce qui se passe ? » se demande t elle

Le Monde qui raconte les premières « relocalisations » de réfugiés, suite à l’accord conclu entre les pays européens : 30 réfugiés syriens et irakiens se sont envolés mercredi matin de Grèce vers le Luxembourg…30…sur 5000 qui arrivent tous les jours

Pour se faire un peu de bien, sans regarder ailleurs, à lire le reportage en photos dans le nouveau numéro de Polka, autour de Souraj 4 ans. Sa mère est éthiopienne et chrétienne, son père soudanais et musulman, après un éprouvant périple en méditerranée, ils arrivent à Paris en juin, campent dans un jardin du 18ème arrondissement... une jeune étudiante, Manon tombe sur Souraj et son sourire…elle accueille la famille chez elle, le temps qu’elle se repose, qu’elle reprenne ses esprits…et depuis, Manon guide la famille dans son parcours d’intégration. Photo éclatante de vie d’un petit garçon, aujourd’hui à l’école française

Dans la presse également ce matin, le nouveau revirement de la semaine du gouvernement, sur le droit des vote des étrangers cette fois

Ah, quand ça veut pas, ça veut pas ! Avant d’en venir à ce « reniement historique » comme l’écrit l’Humanité à sa Une, un petit détour par une mesure annoncée hier par la ministre de la santé MArisol Touraine : les homosexuels pourront dès 2016 donner leur sang. Avancée majeure puisque c’est la fin d’une pratique vieille de 30 ans, avancée saluée par plusieurs associations de défense des homosexuels, mais ses restrictions ont suscité une levée de boucliers. La restriction, c’est que les donneurs devront avoir respecté une abstinence d’un an avant de proposer leur sang, c’est ce qui se fait dans les autres pays qui ont déjà levé la discrimination, et la ministre assure que c’est une mesure transitoire en attendant des études sur ces nouveaux donneurs…mais sur twitter, raconte le site du Huffington post, déchainement de réactions : l’élu écolo Serge Coronado s’insurge « si je comprends bien, c’est ok pour les gays qui seraient croyants mais pas pratiquants », le twitto Piedminu préfère en rire « dernière minute, poste t il, pour donner leur sang, les homosexuels devront au préalable avoir résolu le conflit palestinien ».

Indignation et humour potache donc, quand le maire de Béziers Robert Ménard, s’est lui de nouveau singularisé , « au nom de l'idéologie socialiste, doit-on prendre tous les risques ? » a-t-il twitté hier après l’annonce de MArisol Touraine. « Pas de problème, on vous laissera sans transfusion » lui a t on immédiatement répliqué

Alors revenons au droit de vote des étrangers hélène

La petite phrase de Manuel Valls à sciences po mardi soir « il ne faut pas courir après les totems », fait en effet sursauter la presse, et notamment la presse de gauche ce matin. Libération, sous la plume de Grégoire Biseau, estime que c’est « l’ultime reniement pour la gauche », une capitulation, comme un gage de modernité pour se mettre à l’unisson de l’opinion publique. Se renier écrit il, n’a pourtant jamais annoncé le temps de la reconquête ».

L’Humanité tape plus fort encore, soulignant que ce coup de grâce porté à une vieille promesse socialiste intervient pile pour l’anniversaire des émeutes de banlieue « A clichy sous bois par exemple écrit Maud Vergnol, où des litres de larmes de crocodiles ont été versées la semaine dernière, plus de 37% de la population est privée du droit de vote aux municipales » . L’Huma qui souligne que la sortie du premier ministre a provoqué un malaise dans les rangs de sa majorité, le patron du PS Jean Christophe Cambadélis jugeant qu’il « fallait travailler l’opinion sur ce thème ». Bref continuer la bataille culturelle pour gagner la bataille politique. Ah mais tiens, c’est du Gramsci dans le texte ça !

Ca tombe bien, le magazine Sociéty nous apprend cette semaine que tout le monde est Gramsci aujourd’hui, c’est hype d’être Gramsci, du nom de cet écrivain communiste qui du fond de sa prison théorisa la nécessité de parvenir à installer une hégémonie culturelle pour parvenir au consentement politique. De nkm à Mélenchon bien sûr, en passant même par Marine Le Pen écrit Society.

Un homme en tout cas, semble avoir bien retenu la leçon de Gramsci hélène…

A lui la palme du « Gramscien » ! cet homme, c’est..Michel Onfray ! Michel Onfray qu’on retrouve une nouvelle fois à la Une du Point…dans un face à face avec..Mylène Farmer ! oui, Onfray/farmer une rencontre improbable s’énorgueuillit le journal. La chanteuse signe les illustrations d’un conte philosophique, l’étoile polaire écrit par le philopsophe…Elle y loue les qualités d’un homme qui dit elle pratique « la pensée comme un sport de combat »

A suivre dans le Point donc sans doute, Onfray/ et ses recettes de cuisine avec Thierry Marx, ou Onfray/ et ses conseils à Didier Deschamp pour gérer dans sa préparation à l’euro, le délicat duo Benzema/Valbuena dont l’Equipe nous dit ce matin, que ça va pas être simple …Pour les allergiques, l’Obs promet en Une cette semaine un numéro avec 0% de Finkielkraut, Zemmour et les autres…Quand l’Express nous raconte en revanche la constitution d’un trio diabolique Zemmour encore, Buisson/De villiers. « Depuis janvier racontent eric mandonnet et Tugdual denis, ils se mettent tous les trois autour de la même table parisienne, celle du premier étage de la Rotonde, à Montparnasse. Trois hommes et un corbillard, celui d'une droite classique, institutionnelle, européenne et libérale. Leur défi : faire vivre la « droite hors les murs », selon l'expression de Patrick Buisson, une droite identitaire, souverainiste, conservatrice, réactionnaire ». Leur défi, dynamiter la droite de Juppé, et de Sarkozy. L’Express détaille les multiples ramifications de cette autre droite. Gramscienne…et glaçante

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.