Le Président de la République multiplie les Unes et les interviews, du Courrier Picard aux journaux de Lorraine, pour renouer (le Figaro) avec "la France meurtrie." Un écrivain chinois est mort, qui avait changé son pays, le Monde. A la Une de l'Opinion, un rabbin 'de dessin) écrit "les vacances" au lieu de "liberté".

Un magicien est dans Midi Libre... 

Qui veut retrouver un "contact direct avec le public", parce qu'il faut être "très près des gens" et il dit ceci, cet homme jeune aux yeux clairs, "j'avais besoin d'itinérance" qui se revendique du "en même temps" et se promène dans une opération intitulée "Cirque en marche"... Mais Midi Libre parle de Yann Frisch, jeune magicien dont le "en même temps" évoque l'amour du jonglage et de la magie des cartes, et qui sillonne la France dans un bus-théâtre, cette semaine à Alès, et toute ressemblance avec un autre homme qui a baptisé "itinérance mémorielle" son voyage entre le Nord et l'Est n'est que le sarcasme d'une actualité. 

Est-il jongleur ou magicien, le Président Macron qui, veut "reconquérir des territoires", les Echos, et "renouer avec la France meurtrie", le Figaro, du Grand Est et des Hauts de France. "Quand on vient de ces régions, on peut avoir le sentiment qu’elles ont toujours été les sacrifiées de l’histoire. En même temps, elles ont une résilience extraordinaire" dit Emmanuel Macron dans le Courrier picard. Il donne donc des interviews et fait des unes, le Président, il est à la cathédrale de Strasbourg avec le président allemand dans les DNA et l'Alsace, il "assume" dans le Dauphiné libéré et l'Union, la fin de l'impôt sur la fortune et les taxes sur le diesel, il "écoute la colère" dans les journaux de Lorraine et le Progrès, il promet aux Ardennes dans l'Ardennais un centre d'excellence, il parle "pour l'histoire" dans le Courrier picard mais la Voix du Nord titre ainsi: "le Président a répondu à nos questions", comme s'il n'y avait aucun message à retenir que la présence du souverain. Je lis pourtant ceci dans la voix du Nord, ’il nous faut rentrer dans un modèle où il faudra plus taxer les énergies carbone " et dans les journaux lorrains cela, "Nous devons par ailleurs sortir de l’énergie fossile". Cela en soi vaudrait une interview et plus encore Les journaux oscillent entre la guerre jadis et la colère aujourd'hui. 

Des automobilistes ont manifesté hier à Narbonne et l'Indépendant raconte les frais d'Estelle, infirmière dans les Hautes Corbières, 30.000 km en voiture par an... Libération dit Pierre-Marie, prof dans l'Aveyron, deux diesel à 200.000 km au compteur, qui ne peut faire qu'une économie, "passer au point mort en descente", le Parisien raconte Christophe, éleveur de bovins, candidat il y a dix ans de "l'Amour est dans le pré" passé en politique chez Monsieur Bayrou puis chez Mme Le Pen et qui maintenant porte la parole de la colère des carburants, "pour les copains" et les citoyens... 

La Croix rappelle ces chinois ou indiens oubliés qui participèrent à notre guerre. Le Figaro défend les généraux de 14, qui envoyèrent nos ancêtres se faire décimer par les mitrailleuses allemandes à Morhange... Mais l'armée allemande commit la même erreur à Charmes où tombèrent 2500 bavarois... C'était la guerre du XIXe siècle qui périssait avec ces hommes... 

En septembre 1914, Libération se souvient, tombait Charles Péguy, conscience mystique de la France, et aussi un jeune écrivain qu'il aimait, il lui trouvait "le front têtu d'un boutiquier paysan". Henri-Alban Fournier, dit Alain-Fournier, avait écrit "Le Grand Meaulnes" où il parlait de l'enfance, "dans la mort seulement, je retrouverai peut-être la beauté de ce temps-là"... 

Un vieil écrivain vient de mourir en Chine...

A 94 ans, aussi âgé qu'Alain-Fournier était jeune et il a eu le temps de façonner son pays, c'est dans le Monde sur le web, il s'appelait Jin Yong, de son nom de plume Louis Cha, qui écrivait des romans d'aventure et de cape et d'épée, on l'appelait le Tolkien chinois, ou le Shakespeare chinois; le père de la modernisation du pays Deng Xiaoping se comparait à ses personnages qui meurent et se relèvent et le plus grand patron de Chine, Jack Ma, le fondateur de la plateforme Alibaba lui a rendu un hommage posthume: sans vous, je me demande si Alibaba existerait." Le Monde nous raconte alors la Chine des livres, la Chine qui lit en dépit de la censure, ,où fleurissent les ouvrages sur le web et parfois affleure la politique, et par cet article, c'est une autre vitalité chinoise que nous décrit le journal... 

Du grand monde, ce matin, nous viennent des ouragans. Dans le Monde et Libération, dans des portraits de El Chapo Guzman, dont le procès commence aujourd'hui à New York, ce petit homme qui dirigeait le cartel de la drogue de Sinaloa et dont les multiples évasions nourrissent une légende, "Robin des bois pour les uns, prédateur pour les autres, sa vie a inspiré une série, des centaines de chansons et d’ouvrages" dit Le Monde... 

Quelqu'un, un jour chantera-t-il la ballade de Asia Bibi? Elle est toujours enfermée au Pakistan, cette jeune femme chrétienne, en dépit de l'acquittement qu'a prononcé la Cour suprême mais le Parisien raconte comment le pouvoir a cédé aux manifestations islamistes qui ont bloqué le pays, elle ne pourra pas sortir du territoire et un religieux fait appel du jugement qui la sauvait du crime de blasphème... 

Et en France, on prépare la réforme de la loi de 1905...

Et il s'agit d'islam, est-ce le même sujet? Le Président Macron, nous dit l'Opinion, veut réformer la loi de 1905 et il s'agit de nous protéger des brutalités du monde qui viennent sous couvert de prière, contrôle les financements et de lutter contre la politique à la mosquée... La une de l'Opinion se veut souriante et de bonne volonté, elle est étrange. On y voit un rabbin à papillottes, un imam en kamis blanc et un évêque à calotte rouge, écrivant notre devise nationale, mais si l'évêque écrit fraternité en français, l'imam écrit égalité en arabe, en arabe et le rabbin liberté en hébreu... Sont-ce des fois étrangères? Il se trompe aussi le rabbin de l'opinion, qui écrit pour liberté le mot "hofesh", qui dans hébreu courant signifie "les vacances"... Ou veut-on nous dire que la république, est sociale... 

Allons. Je lis dans Midi Libre que la ville de Montpellier est envahie de Perruche et pas seulement Montpellier, Paris aussi et Marseille, car la perruche venue d’Afrique subsaharienne et d’Inde, sait ouvrir sa cage, et se promène ensuite et prospère et bavarde. Houdini! C'est le matin des magiciens...

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.