Comme un seul homme ! Tous les journaux, ce matin, nationaux et régionaux, ornent leur Une d’une même photo : celle des manifestants… Journée de grève… D’ailleurs, rien ne ressemble plus à une journée de mobilisation sociale qu’une autre journée de mobilisation sociale… Mars-octobre… Il est vrai que ce sont les périodes de grande marée. Alors, marée humaine… Oui, non… C’est selon la grille de lecture arithmétique qu’on adopte… "Le Figaro" parle de 700.000 manifestants… "Libération", au contraire, retient le chiffre rond… celui qui parle : Villepin touche le million. Mais la question que se posent la plupart des journaux aujourd’hui, c’est « et maintenant ?»… Comme le fait "Le Parisien". Ou alors pourquoi faire ? Quel est donc ce message envoyé par la rue hier ? s’interroge Nicolas Barré dans "Le Figaro".Dans le privé notamment… La résonnance du mouvement renvoie au sentiment diffus que le pouvoir d’achat recule… Ce qui est faux d’un point de vue statistique, relève notre confrère… En tout cas, ce mouvement entretient un climat social morose et laisse prévoir sa poursuite dans les entreprises… D’où le titre du "Figaro" : "Surenchère !" Le son de cloche est évidemment très différent dans "L'Humanité", qui titre comme on signe un appel : "Négociez !" Ce qu’on retiendra ausssi, c’est qu’en ce mardi noir, on a vu pas mal de cols blancs dans la rue. Et sur ce point, les témoignages apportés par "Le Parisien" et "Libération" sont saisissants. Dans "Libé"… Celui de Pierre, cadre chez IBM. On nous délocalise, dit-il… On nous impose des décisions à court terme… Nous sommes des esclaves comme les autres. On vit dans un monde de merde, dit un autre… On n'est plus rien. Témoignage enfin de Bernard, 53 ans, cadre chez Alcatel… A Guillaume Zambaux du "Parisien", il explique : « La pression est de plus en plus forte. Ici, de nombreux emplois sont occupés par des stagiaires, dont beaucoup viennent de Chine et sont payés avec le dos de la cuiller… Si tu dis quelque chose, on te signifie que la porte est ouverte, même si tu as comme moi près de trente ans de maison". Vous lirez aussi les commentaires des politiques… Avec, toujours dans "Le Parisien", celui de Laurent Fabius, qui voit dans le mouvement d’hier une motion de censure sociale… Et celui de François Hollande, qui donne une grande interview au "Figaro", dans laquelle il revient sur l’appel signé par le PS à manifester avec la LCR… Ce qui provoque cette question de Myriam Levy ou Nicolas Barotte… C’est une interview réalisée à deux… Alors… Vous êtes prêt à gouverner avec la LCR ? Reponse : ni oui, ni non, évidemment… En politique, il faut lire à travers les lignes… Nous sommes prêts à fédérer toute la gauche autour d’un contrat de gouvernement qui nous engage devant les Français, répond François Hollande… Mais attention, avertit le numéro 1 du PS… « Que ceux qui attendent la révolution permettent déjà aux Français qui veulent des réformes progressistes de battre la droite". A bon entendeur. Je vous le disais : tous les journaux font leur Une sur la journée de grève d'hier... Tous, sauf "France Soir", qui nous emmène dans les sphères cauchemardesques du Parc des Princes... C'était à l'occasion du match du PSG contre Nantes... Le reporter Stanislas Aimeff était dans les tribunes, au milieu des hooligans... Billets en main, passeport pour l'enfer. Voilà 20 ans maintenant que ce Parc, qui n'a plus beaucoup de princes, tolère injures, agressions et dégradations... 20 ans qu'une zone de non-droit s'est installée, sous le regard impuissant du PSG et des pouvoirs publics, incapables d'identifier et d'enfermer les voyous des stades. Ca commence à l'entrée du stade, où le kop est déjà là... Le "kop", c'est ce regroupement de supporters insupportables... Ca commence par ce genre de propos : "Vous allez voir, vous allez couiner votre sale race de gauchos"... Et la bagarre éclate, brève mais violente... Les CRS s'interposent, et ramènent le calme... La routine. Le but de la manoeuvre, c'était d'isoler un membre des "Tigris Mystic"... Une autre tribu de supporters... Et de l'envoyer à l'hôpital... Ensuite, dans le stade : à l'annonce de la composition des équipes : tous les joueurs au nom pas complètement français et à la peau pas complètement blanche sont copieusement hués, avec insultes à l'appui... Je vous passe les détails... Puis le match commence, les chants s'élèvent, les bras se tendent... Voyez le genre : bien en avant... Alors que sur l'air de "Mimi Peau de Chien", la bande d'excités, qui est juste derrière le reporter, chante au fond de la scène : "On aime bien les Maghrébins". A la mi-temps, ça continue, mais cette fois à coups de poing et coups de pied contre des spectateurs noirs ou arabes... Une fois de plus, la police est obligée d'intervenir... "Dommage, on se marrait bien", dit un grand barbu... "Eh bien, viens bouffer à la maison", lui lance un tout petit rasé. Alors, que disent les autorités du PSG face à ce lamentable état des lieux ? "On essaie d'interférer le moins possible dans les relations entre supporters... Dans ce conflit, nous sommes neutres", dit un responsable du club... "D'ailleurs, notre rôle s'arrête là où celui de la police commence". Avec ça, on imagine mal comment la situation pourrait se calmer... D'ailleurs, comme le dit un stadier : "le PSG sait très bien ce qui se passe, et fait l'autruche"... Et ça fait 20 ans que ça dure !!! C'est une information que nous donne "Le Monde", dans son édition datée de jeudi... C'est donc le journal que vous trouverez en kiosque à la mi-journée à Paris et dans les grandes villes de province... La France, l'Etat... A été condamné pour refus de scolarisation d'un handicapé... Un enfant autiste de 14 ans. Faute de place disponible, il passe ses journées au domicile familial, depuis trois ans... Mais les parents ont dû fermer les volets, de peur qu'il ne se défenestre. La famille va être indemnisée, mais le tribunal n'enjoint pas l'Etat de scolariser l'enfant. Jean-Michel Dumay, bonjour... Vous êtes le chef du service "Société" du journal "Le Monde"... Comment peut-on arriver à de telles situations ? Heureusement, vous expliquez, dans un grand article, que la scolarisation des élèves handicapés se met doucement en place... Comment se met-elle en place précisément ? Révélation du journal "La Voix du Nord"... L'histoire se passe en 2004 : les ordinateurs de la Caisse primaire d'assurance-maladie de Lille enregistrent une consommation élevée d'antidépresseurs et d'hypnotiques... Or, là où l'ordinateur hallucine, c'est qu'il s'aperçoit que les prescriptions reviennent toujours au même bénéficiaire. Ainsi, entre janvier et février, une Lilloise se fait remettre un cocktail ahurissant : 8.200 comprimés de Stilnox et 7.336 de Prozac. Le premier est un somnifère, le second un psychotrope... Avec ça, il y a de quoi assommer tout un régiment. Très vite, la Caisse primaire porte plainte, et l'on découvre, grâce à l'enquête, que la Lilloise a consulté 69 médecins en 2 mois... Et c'est vrai que, prises une à une, les ordonnances pourraient sembler normales. Seulement, le calcul est vite fait : sur environ 60 jours, la Lilloise aurait avalé quotidiennement 122 Prozac et 136 Stilnox... Comme le dit Arnaud Dufresne dans "La Voix du Nord", "chacun peut comprendre qu'avec qu'une telle consommation, la personne ne serait plus là pour en parler". Alors, trafic de médicaments... Peut-être, mais le Parquet préfère agir en douceur... Il est vrai qu'on est encore à la limite de la justice, de la médecine et de l'aide sociale. Vous êtes gaucher ou droitier, Stéphane ? Y a-t-il un gaucher dans l'assemblée ? On le sait depuis longtemps : depuis Platon, Bach, Napoléon, Einstein... Il n'y a pas plus de gaucherie chez les gauchers que chez les autres... Et pourtant, les gauchers butent souvent sur des obstacles, petits ou grands, conçus par un monde de décideurs droitiers. Certains vont même jusqu'à parler de scandale national. On n'ira pas jusque-là, mais tout de même... Mieux vaut être droitier aujourd'hui encore, relève Jean-Luc Nothias dans "Le Figaro"... Avec ces questions intéressantes : Naît-on gaucher ?... Quels sont les facteurs déterminants ?... Est-ce héréditaire ?... Sachez que si vous êtes à gauche, côté main, vous représentez de 3 à 13 % de la population... Ce qui n'est absolument pas précis comme statistique, mais c'est parce qu'on ignore la proportion des gauchers. Le problème n'est pas là, il est dans la tradition. Tenez : les chrétiens se signent de la main droite... Mais c'est de la main gauche qu'Eve a cueilli la pomme du péché. On n'en est plus là, mais pourquoi par exemple le langage témoigne-t-il lui aussi de cette faveur droitière ? Eh oui, le mot latin signifiant "gauche" porte en lui des accents funestes : "senestra", qui a donné "sinistre" dans notre langue. En anglais, on dit "left", qui veut dire aussi "abandonner". En allemand, "gauche" se dit "links", qui veut dire aussi "tordu"... Et à l'opposé de la gaucherie, on exalte la droiture. Et ainsi, les exemples fourmillent, dans la société, dans l'Histoire, la religion ou la politique... "Le Figaro" les passe en revue... Dans un article aux accents facétieux, et qui traite quand même d'une réalité sérieuse... Et peut-être même un peu dérangeante, quand on nous explique, de façon scientifique, que beaucoup de gauchers sont plus habiles de leur main droite, qu'un droitier de sa main gauche. En revanche, des droitiers plus habiles de leur main gauche... Ca, ça n'a pas été prouvé. Je voudrais juste vous dire que, dans la liste des gauchers célèbres, j'ai oublié de vous en donner 2, qui prouvent, si besoin était, qu'à gauche on se débrouille bien... McEnroe et McCartney...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.