Où va le monde ?... La question n'est pas philosophique... C'est La Croix qui la pose... Le quotidien catholique reprend un rapport réalisé pour l'Union européenne, et décrit "le scénario pour 2025"... "Un monde de délocalisations continues... où le pétrole et le charbon sont toujours indispensables... où l'énergie nucléaire déclinera en Europe, par choix politique, alors qu'elle fera l'objet d'investissements importants en Asie... Une révolution qui va entraîner, constate La Croix, une nette augmentation de l'émission des gaz à effet de serre... L'impact sur le changement climatique sera sensible à partir de 2030... Le réchauffement de la planète, la dégradation de l'environnement, l'explosion démographique et urbaine... Tout cela pourrait conduire à l'émergence de nouvelles maladies, provoquées par de nouvelles souches virales... Côté économie, en 2025, le groupe des cinq plus grosses puissances sera constitué par les Etats-Unis, la Chine, le Japon, l'Inde et l'Allemagne... Dans ce tableau, l'Afrique et le Moyen-Orient resteront des régions enlisées dans leurs conflits... Il y aura quand même quatre nouveaux pays à la table des Grands : la Chine, l'Inde, le Mexique et le Brésil... L'Europe sera soumise à une rude concurrence... Elle pourrait maintenir une position forte dans des productions à grande valeur ajoutée si elle faisait un effort de recherche et de développement supérieur à 3% du PIB, ce qui est loin d'être le cas aujourd'hui, constate La Croix... Reste, selon le journal, que notre continent sera toujours, dans 20 ans, l'une des régions les plus sûres et les plus riches du monde... Mais son voisinage sera turbulent... Ce portrait n'invente rien, analyse Dominique Quinio dans son éditorial... Ce n'est pas un roman de science-fiction... Ce sont des scénarios plausibles... Ils prolongent les tendances que l'on connaît aujourd'hui.. Des catastrophes naturelles ou des volontés politiques pourront les bouleverser... Et pour ce dernier point, c'est ce qu'espère l'éditorialiste, car le portrait de la planète ainsi esquissé ne fait pas rêver, écrit-il... Il ferait plutôt cauchemarder"... Cauchemarder encore sur l'avenir... Avec "le pire des mondes possibles"... C'est dans l'hebdomadaire Politis... "L'explosion des bidonvilles"... Dans les 20 ans qui viennent, la prolifération des zones urbaines dans les pays en voie de déloppement va aller de pair avec un accroissement de la misère... Et pas besoin d'attendre 20 ans... Aujourd'hui, 55% de la population urbaine vit dans des bidonvilles en Inde... 79% au Nigeria... 99% en Ethiopie... Ce sont des chiffres de l'ONU que rapporte Politis dans son dossier... Des bidonvilles également en Chine... Près de 38% de la population y vit... Et là, 38% de la population, cela fait 194 millions d'habitants... Et justement, tiens, la Chine... "Le monde selon Pékin"... Courrier International regarde, cette semaine, le monde depuis le pays le plus peuplé de la planète... Parce que, explique l'hebdomadaire, "la Chine s'affirme sur la scène internationale... Elle met dans la balance son poids diplomatique et économique, en faveur de régimes souvent controversés"... Elle pèse de tout son poids... Mais elle paie aussi son tribut... Par exemple, 1.000 hommes pour la Force des Nations Unies au Liban... Et le journal marocain L'Opinion analyse : "déployer autant de militaires est une première... Pékin manifeste ainsi son désir d'être présent là où les enjeux internationaux sont forts... mais n'oublie pas l'importance de la zone du Moyen-Orient pour ses approvisionnements en pétrole"... Le Moyen-Orient, l'Afrique... Ce sont les terrains de prédilection de la Chine... C'est ce que constate un éditorialiste de Hong-Kong... Pour lui, "la Chine est devenue une puissance néo-coloniale en Afrique... Le degré de dépendance commerciale de l'Afrique vis-à-vis de la Chine s'accroît d'année en année... Pour réaliser des chantiers, la Chine fournit aux pays africains du personnel qualifié... Officiellement, il y a environ 100.000 ouvriers chinois sur le continent africain... En contrepartie, la Chine obtient du bois, du pétrole ou du minerai"... Alors évidemment... et c'est toujours à lire dans Courrier International... Le Quotidien du Peuple... l'organe du parti communiste chinois... juge ces accusations ineptes... La présence de la Chine en Afrique, ce n'est pas du néo-colonialisme... C'est "un plan raisonné d'échanges équitables, pour aller vers un monde harmonieux"... Les Chinois partout ?... C'est a priori un stress pour les Américains... C'est un dessin de The International Herald Tribune... "2020 : les Etats-Unis retournent sur la Lune"... Où l'on voit un astronaute sortir de sa capsule et découvrir, stupéfait, la présence d'un restaurant chinois ! Où va le monde ?... Plus près de chez nous... Où va la France ?... Eh bien, droit dans la campagne électorale... La campagne présidentielle... Avec son cortège d'affichages... De polémiques aussi... La polémique, elle vient des Mureaux, ce matin... "Banlieues : le bide du Sécurithon"... C'est la Une de Libération, qui revient sur ce que le journal appelle "la nouvelle opération médiatico-policière aux Mureaux"... "Ces opérations spectaculaires de répression ont un effet désastreux dans les cités", analyse Antoine de Gaudemar... Même analyse dans l'éditorial de Michel Guilloux, de L'Humanité... "De Bobigny aux Mureaux, voudrait-on remettre le feu à des banlieues où rien n'a changé dans l'action de l'Etat qu'on ne s'y prendrait pas autrement"... Oui, acquiesce Hervé Favre dans La Voix du Nord... "La police-spectacle est la pire des solutions"... Alors, "que peut bien signifier un tel déploiement de force sous les projecteurs ?"... C'est la question que pose Bernard Revel dans L'Indépendant du Midi... "Personne n'a prévenu les journalistes, surtout pas le ministère de l'Intérieur : ses propres services l'assurent... On ne demande qu'à les croire... Il n'empêche... Les images de ces opérations musclées ne peuvent pas nuire à un candidat à l'Elysée qui entend faire de la sécurité un de ses chevaux de bataille... Car, regrette l'éditorialiste, les scènes de familles maghrébines ou noires en fureur contre les forces de l'ordre créent dans l'opinion plus de peur et de rejet que de compassion"... Et pendant ce temps-là... "Villepin se met au vert"... C'est le constat de L'Union, qui explique : "Le Premier ministre a présenté hier un pacte pour l'environnement, et orienté le CODEVI, dont le plafond est relevé, vers les investissements écolos"... "Le Premier ministre revient à la politique par l'écologie", analyse Le Figaro... Et Bruno Jeudy s'amuse... "En hausse dans les sondages depuis cet été, Dominique de Villepin va mieux... Et ça se voit... Hier, à l'occasion de sa 15ème conférence de presse mensuelle, le Premier ministre a même donné l'impression de reprendre du plaisir"... Le journaliste du Figaro poursuit... "Dominique de Villepin s'est longuement exprimé sur la campagne 2007, concentrant son tir sur le Parti Socialiste... Pour un homme qui n'a pas d'ambition présidentielle, il a en tout cas une idée assez précise de ce qu'il faut faire pour gagner... ou pour perdre"... Et Bruno Jeudy rapporte les propos d'un des amis de Dominique de Villepin... "L'albatros a repris son envol"... Et Libération en déduit : "2007 : Villepin compte bien s'en mêler"... Parce que, analyse le journal, "il a visé aussi bien les socialistes que le futur candidat de l'UMP, à savoir Nicolas Sarkozy, quand il a lâché cette petite phrase : "Je me refuse à considérer qu'il y a une fatalité à ce que l'emportent la démagogie, le populisme et l'image"... "Le vert sera la couleur mode de 2007... Ce ne sont ni Versace ni Dior qui en ont décidé, mais Dominique de Villepin"... Jacques Guyon, dans La Charente Libre, trouve "qu'en enfourchant le cheval de l'écologie, le Premier ministre joue évidemment une carte très consensuelle, qui peut, puisqu'il ne faut jamais insulter l'avenir en politique, s'avérer payante"... Oui, "étonnant de voir comme la non-campagne de Villepin pour la Présidentielle prend l'allure d'une contre-campagne à celle de Sarkozy"... Jacques Camus, dans La République du Centre, poursuit... "Qu'on ne nous fasse pas croire, après cela, qu'à l'Elysée et Matignon on ne rêve pas d'un plan B se substituant à la candidature de Sarkozy"... C'est clair également pour Philippe Waucampt dans Le Républicain Lorrain... "Dominique de Villepin est en embuscade... Le Premier ministre soutient son numéro 2 comme la corde le pendu... A partir trop tôt, trop vite, trop haut, le premier flic de France risque de se griller assez vite... alors qu'une Présidentielle se joue dans la toute dernière ligne droite... Fort de ce raisonnement, Dominique de Villepin attend son heure"... Alors il n'est pas le seul à attendre son heure... Les surprises de la campagne présidentielle, ce pourrait être eux... Eux, ce sont "ces inconnus qui rêvent de l'Elysée"... C'est Le Parisien-Aujourd'hui en France qui en a rencontré huit... Il y a Yves Aubry, par exemple, 38 ans... Il est ingénieur en électronique... Et depuis un an, il travaille sur un projet présidentiel humaniste, écologiste et égalitariste... Il veut, entre autres, interdire les OGM, augmenter le SMIC de 10%, repousser l'âge de la retraite, interdire les licenciements et les ventes d'armes... Il y a aussi Lucien Sorreda, 64 ans... Cet ouvrier-chaudronnier veut devenir un "PDR"... un "président dicateur républicain"... Son slogan : "J'y suis, j'y reste"... Parce que, dit-il, "mieux vaut une bonne dictature qu'une mauvaise démocratie"... Pour ce troisième postulant, pas de dictature, mais un royaume... Si Yves-Marie Adeline est élu, il remettra un roi sur le trône de France... Et puis ce dernier portrait pour finir... Alain Mourguy, 59 ans... Lui, il veut révolutionner le bulletin de vote... En faire un bulletin à points... 5 points à distribuer aux candidats... Exemple : 1 point pour Besancenot, 2 pour Sarkozy et 2 pour Royal... Ou encore : 2 pour Jean-Marie Le Pen et 3 pour Arlette Laguiller... Alors c'est vrai que ça aurait le mérite d'être ludique... Mais bon courage pour le dépouillement !... Bonne journée.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.