Vous allez bientôt prendre le bus ou le métro pour aller bosser... Alors imaginez : un jeune homme s'effondre sur la banquette à côté de vous, en disant : "Appelez-moi le docteur"... Un voisin lui demande : "Qu'est-ce qui se passe ?... Vous êtes malade ?"... Et boum... A ce moment-là, raconte Libération, des chercheurs déboulent avec un questionnaire, pour vous faire choisir la chute de l'histoire... Ca se passe aux Etats-Unis... Et grâce à ce genre d'expérience, les scientifiques ont démontré que le sens de l'humour s'amenuise avec l'âge... "Plus ça devient vieux, plus ça devient barbant", titre donc Libération... Plus ça devient vieux, plus ça risque d'être malade... Moins drôle, mais pleine d'espoir, la Une du Parisien-Aujourd'hui en France... "Alzheimer : enfin du nouveau"... Et ce nouveau, eh bien c'est, à côté des vaccins et des traitements médicamenteux, une méthode fondée sur la tendresse et le contact avec les malades... Cela s'appelle "l'humanitude"... A première vue, ça tient plutôt du bon sens... rappeler en fait qu'un homme, une femme, même très âgé, même grabataire, reste un être humain... Et que donc, il faut prendre du temps avec lui, avec elle... Du temps pour capter le regard... Parce que les vieux, explique Aujourd'hui en France, sont moins regardés que les autres... Moins d'une dizaine de coups d'oeil par jour, contre plusieurs milliers dans la vraie vie... On leur parle moins aussi... Un vieil homme grabataire reçoit en moyenne 120 secondes de paroles par jour... L'humanitude demande au soignant de décrire ses gestes au fur et à mesure qu'il les fait, avec des paroles sympathiques... On arrive alors à au moins 8 minutes de paroles quotidiennes, et le syndrome de repli sur soi, les yeux fermés, n'existe plus... Et puis il y a aussi le toucher... Les actes médicaux sont souvent rudes, et vécus comme des agressions par les personnes atteintes d'une maladie neurodégénérative... On demande alors aux personnels médicaux d'avoir des gestes plus enveloppants, plus rassurants, qui détendent les corps... Dans ce dossier du Parisien-Aujourd'hui en France, on peut lire que cette méthode va être évaluée scientifiquement par l'université de Lyon-II durant les prochains mois... Mais comme le dit l'une des bénévoles de l'association France-Alzheimer, "c'est une méthode qui demande du temps... Et le temps, c'est ce qui manque le plus aujourd'hui aux personnels des maisons de retraite"... Un dessin, à présent... Dans Le Canard Enchaîné... François Fillon, visiblement abattu, soupire... "Deux ex-Premiers ministres sont morts... Barre... Messmer... Et moi, je ne me sens pas bien"... A ses côtés, Nicolas Sarkozy lui tape gentiment sur l'épaule et le rassure... "Mais non... Toi, t'es pas vraiment Premier ministre"... Alors c'est vrai qu'une fois de plus, ce matin, ce sont les faits et gestes sarkozyens qui font la Une... En l'occurrence, retour sur la lettre présidentielle aux enseignants... Une lettre qui fait couler beaucoup d'encre... "Sarkozy écrit à tous les enseignants de France", explique Le Monde... qui résume ainsi la missive : "Une nouvelle philosophie, sans nostalgie d'un âge d'or"... Pour Le Figaro, "Sarkozy veut réinventer l'école républicaine"... Il veut "refonder l'école", selon L'Est Républicain... La Charente Libre retient "la leçon du professeur Sarkozy"... Cette lettre, elle est longue de 32 pages... Et du coup, constate le sociologue François Dubet dans Libération, "Sarkozy dit tout et son contraire"... Libération qui apporte ce matin la réponse des enseignants à ce courrier présidentiel.... un florilège de lettres, sous le titre : "Monsieur le Président"... "On sait bien qu'un catalogue de propositions ne suffira pas à mettre le mammouth en mouvement"... Là, c'est signé Pierre Taribo, dans L'Est Républicain... N'empêche, poursuit l'éditorialiste, "le chantier est ouvert... Alors, reste la méthode... Une fois de plus, Nicolas Sarkozy va directement au charbon... quitte à se surexposer et un jour se brûler"... Dans La Provence, Gilles Dauxerre renchérit... "A-t-on encore besoin d'un gouvernement ?... La semaine dernière, Nicolas Sarkozy était ministre des Affaires étrangères devant les ambassadeurs... Ensuite, il fut ministre de la Justice pour fustiger les pédophiles... Puis ministre de l'Economie pour rassurer les patrons et ficeler la fusion entre GDF et Suez... Ce matin, c'est sans doute avec la casquette de ministre de l'Intérieur qu'il félicitera les pilotes de Canadair partis combattre les incendies en Grèce"... Alors oui, hier, le Président de la République était ministre de l'Education... En Une du Monde, Plantu lui dessine les habits de François 1er, puisque la scène se passait à Blois... Derrière lui, le portrait d'une Cécilia couronnée, qui bougonne : "Qu'est-ce que je fous là ?"... Alors ça... c'est "le mystère Cécilia"... comme le dit Jean-Marcel Bouguereau, dans La République des Pyrénées... Vous l'avez compris... Retour ce matin sur l'épisode libyen, après les propos et explications de la première dame de France, hier, dans L'Est Républicain... La Croix se demande si "l'épouse du Président peut répondre à la presse et non aux parlementaires"... "On peut s'interroger sur l'obstination de la femme du Président à se dérober à la représentation nationale", explique également Jean-Pierre Bédeï dans La Dépêche du Midi... "A l'Elysée, on invoque la séparation des pouvoirs... Quelle séparation des pouvoirs ?, interroge l'éditorialiste, puisque Sarkozy et l'Elysée les concentrent tous"... Dans Le Journal de la Haute-Marne, Patrice Chabanet prédit que ces polémiques vont être récurrentes... "Le statut juridique de la première dame de France est quasiment impossible à définir... sauf à vouloir, conclut le journaliste, sauf à vouloir établir une monarchie républicaine... Mais on n'en est pas encore là"... Dans la presse européenne, quelques interrogations également... Le Financial Times rappelle à ses lecteurs que Madame Sarkozy a joué un grand rôle dans l'ascension politique de son mari... qu'elle a toujours été la plus importante de ses consultants... Et le journal britannique se montre quelque peu dubitatif en constatant qu'aujourd'hui elle exige de n'avoir aucun rôle formel comme première dame de France... Dans la presse allemande, le Sueddeutsche Zeitung et le Frankfurter Allgemeine Zeitung préfèrent s'interroger sur "les contreparties seulement médicales" en échange de la libération des infirmières bulgares... Alors en France, La Provence est allé voir à l'hôpital de La Timone, où plusieurs des enfants libyens infectés par le virus du SIDA devraient venir se faire opérer, selon Cécilia Sarkozy... L'Assistance publique de Marseille a bien confirmé hier avoir été sollicitée, et affirme préparer la venue de ces malades avec les autorités françaises et libyennes... Le son de cloche est quelque peu différent dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... où la journaliste Emeline Cazi explique que, en Libye, on s'impatiente... qu'on ne voit rien venir... et que les familles libyennes attendent toujours un geste... "Où sont les visas promis par Cécilia ?", interroge, du coup, en Une le journal... Pour finir... Sachez que Le Matin de Genève annonce : "Bertrand Cantat bientôt libéré"... Le leader du groupe Noir Désir, incarcéré en 2003 pour le meurtre de Marie Trintignant, a fait une demande de liberté conditionnelle... Et selon le quotidien suisse, la réponse, positive, devrait intervenir dans quelques jours... Dans Le Figaro, "Mystère autour du dossier disparu de la princesse Diana"... La volumineuse procédure sur la mort de la princesse s'est perdue dans les méandres du Palais de Justice de Paris... Et puis allez... Ce n'est pas toutes les semaines... Les félicitations du Canard Enchaîné à France Inter... Parce que notre radio a osé le rappeler : en avril 2004, le ministre de l'Economie Nicolas Sarkozy avait fait la promesse qu'il n'y aurait jamais de privatisation de GDF... L'archive a été diffusée lundi dans les journaux d'Inter... Une rareté dans l'amnésie générale et le concert de "cocorico" saluant la naissance de l'empire GDF-Suez... Et du coup, Le Canard s'écrie : "Gloire à France Inter !"...

Clotilde DUMETZ

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.