(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : on tourne en rond...

(Bruno Duvic) Comment parler d'un événement pour dire qu'on en parle trop ? Voilà le drôle d'exercice auquel se livrent beaucoup de journaux et d'éditorialistes ce matin...

"Qu'est ce qu'un événement ?" demande François Ernenwein dans La Croix.

"L'arrivée de Dominique Strauss-Kahn en France était à l'évidence, une information. Sans doute pas un événement.

Et pourtant, non vous ne couperez pas au grand retour. Sur le site Rue89 , Blandine Grosjean raconte son dimanche matin de consommatrice de médias...

"Le plus déprimant, ce sont les alertes du Monde et du Figaro au réveil sur mon I phone". Le Parisien qui fait un live blogging de ce retour, France Info qui interrompt sa revue de presse.... "Et puis, au fil de la matinée, les messages sur nos fils Facebook se multiplient sur le thème "Saturation"". Alors les instituts de sondage devraient poser une question : "combien (de personnes) ont envie que (l'ancien favori des sondages) mobilise nos antennes, nos écrans et nos journaux ?"

Quand un non événement fait la Une, que reste-t-il ? De la "Mise en scène", c'est le titre de l'édito de Patrice Chabanet dans Le journal de la Haute-Marne ...

"Le spectacle de ce débarquement tonitruant met mal à l'aise. Certes, les médias ont fait monter cette mayonnaise pas très digeste. Mais rien n'interdisait à l'intéressé de rentrer plus discrètement. Il a choisi le contraire. Ce qui le guette, c'est la lassitude de l'opinion publique."

"DSK retrouve sa chambre", titre ironiquement Libération. Ca tourne en rond...

Au delà de ce constat, sur le site atlantico.fr , Eric Deschavanne en dresse un autre. On a redécouvert le poids du jugement moral avec cette affaire Strauss Kahn. Car aux yeux des Français, "elle laisse une tâche morale sur son parcours", malgré l'abandon des charges.

"Dès lors que la transparence s'installe, il devient impossible de ne pas porter un jugement moral sur le comportement privé des personnages publics."

(P.C.) Il y a l'omniprésent de la place des Vosges et le grand absent du Palais de justice...

(B.D.) Il a des absences, donc il sera absent...

Procès Chirac sera-t-il un "Procès fictif ?", se demande titre 20 minutes.

La maladie de Jacques Chirac dénature son procès pour Le Figaro . Car "il est vraiment malade", ajoute France Soir .

Il souffre d'anosognosie. Derrière ce mot savant ne se cache pas "un diagnostic, mais un symptôme, précise Eric Favereau dans Libération . "C'est une personne que ne se rend compte ni de son état ni de sa maladie. (...) Il faut aller plus loin pour savoir quelle en est la cause. Cela peut être une maladie dégénérative du cerveau, un trouble vasculaire, voire une pathologie mentale."

Globalement, vos journaux ne contestent pas ce "justificatif d'absences", comme l'appelle Libé. "Absences", au pluriel. Cette excuse là est recevable, mais elle vient après treize ans de procédures et de recours en tous genres. On a beaucoup tourné en rond...

Ce qui n'est donc pas recevable, pour Michel Lepinay dans Paris Normandie , c'est l'argument du délai pour dire que ce procès n'a plus lieu d'être. D'ailleurs selon l'éditorialiste, l'ancien président ne refuse pas d'être jugé mais il demande à être dispensé d'audience.

Au passage, Stéphane Durand Souffland, dans Le Figaro, rappelle que l'ordonnance de renvoi devant le tribunal, rédigé par la juge Xavière Simeoni est "implacable". L'ancien président et maire de Paris y est décrit comme "le concepteur, l'auteur et le bénéficiaire d'un système frauduleux destiné à utiliser l'argent des contribuables parisiens pour rétribuer des militants R.P.R."

Encore deux réflexion, Jacques Chirac perd la mémoire, l'U.M.P. aussi, pour Bruno Dive, dans Sud-Ouest .

Pas un mot pour lui lors du campus de ce week-end à Marseille.

DSK ici, Chirac ailleurs... Ce chassé croisé amène Didier Pobel à s'interroger sur son blog sur cette notion de pouvoir. Ses excès, ses limites, sa grandeur, ses dérives, sa lumière et son crépuscule.

(P.C.) On tourne en rond en Grèce aussi...

(B.D.) La Grèce dans l'œil du Cyclope ou plutôt du cyclone, aspirée par le fond.

"La zone Euro vit-elle le dernier acte de sa tragédie grecque ?" se demande La Tribune.

Le FMI, la banque centrale et la commission européenne ont suspendu leur mission d'examen des comptes à Athènes. Le gouvernement ne ferait pas sa part de travail en échange de l'aide internationale.

Ce qui hante les marchés, selon Les Echos , c'est la dette grecque, mais aussi la récession.

C'est ce qu'Alternatives économiques appelle l'acte 3 de la crise : la dette va-t-elle faire exploser l'Euro ?

"Agrippés à l'austérité, incapables de soutenir l'activité, les Etats européens entretiennent la spirale de défiance"

"Contrairement à ce que l'on répète en boucle, écrit Guillaume Duval, les marchés n'exigent pas l'austérité : ce qu'ils attendent ce sont des raisons crédibles de penser que la dette pourra être remboursée. Certes, cela implique que les finances publiques ne dérivent pas (...) mais surtout que les pays créent suffisamment de richesses. Or les politiques mises en œuvre aujourd'hui ont l'effet inverse."

L'Europe dans l'obscurité. Sur un autre sujet, photo étonnante à la Une du Herald Tribune . On croirait une image de science fiction. Une grande plaine, de nuit. On distingue quelques lumières au fond et au premier plan un véhicule avec une sorte de tourelle sur le toit. C'est une caméra thermique qui surveille la frontière roumaine. Titre du Herald : l'Europe se ferme et se tourne vers elle-même.

(P.C.) Quoi d'autre dans la presse, Bruno ?

(B.D.)

La rentrée scolaire évidemment... Et la Croix constate qu'il n'y aura pas beaucoup de changements cette année. Les vraies réformes, notamment le statut des enseignants, ce sera après la présidentielle. "C'est un métier qui va changer".

Depuis la coupe du monde, l'équipe de France de foot a changé d'équipementier, elle porte une marinière désormais lorsqu'elle joue à l'extérieur. Mais les stars de l'équipe ont-elles changé ? Il y a de la "Houle marinière chez les bleus", titre Libération. Grégory Schneider décrit les comportements de divas qui reviennent. Chez Ribery et Nasri en particulier. Et Laurent Blanc qui a du mal à les recadrer.

Que pensez-vous des bleus ? L'Equipe pose la question à Guy Roux notamment. Réponse du bourguignon : "Quand il y a une conférence de presse, il faudrait mettre du sparadrap sur la bouche de Ribery et enfermer Nasri dans sa chambre."

On tourne en rond... on tourne dans le vide.... Sur Rue89 , extrait d'un concert qui s'est tenu à Tokyo (extrait sonore)

Une foule qui applaudit, des musiciens sur scène, mais milieu de la scène, il n'y a rien. Ou plutôt un écran avec une chanteuse virtuelle, une star créée sur ordinateur. Elle s'appelle Hatsune Miku, elle cartonne. Elle est doublement de notre époque virtuelle et participative. Car ce sont des Internautes qui écrivent ces chansons et inventent ses chorégraphies.

New York, place des Vosges, Paris, Tokyo.... Qui est absent, qui est présent, la presse tourne en rond ce matin et la diva virtuelle qui électrise le Japon offre le nouveau visage d'un emploi fictif...

A demain !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.