(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : les 7 familles

(Bruno Duvic) Ce matin là, lorsqu'il a quitté le loft familial, il n'a pas pris sa Porsche Carrera, mais une grosse voiture noire, mi utilitaire, mi 4X4. Ses sorties sont de plus en plus rares, mais ce jour là, il n'avait pas le choix, c'était fête religieuse. C'est lui qui était au volant, un long convoi de sécurité l'accompagnait. Direction la mosquée Anas Ibn Malek. Nous étions le 8 août, les musulmans à Damas comme ailleurs célébraient la fin du Ramadan. Puis les premiers obus sont tombés sur le convoi. 17 en tout. Lui n'a pas été touché. Trois heures plus tard, enregistrement ou direct, Bachar al Assad apparaissait à la télévision.

Paris Match et Le Nouvel Observateur racontent cet attentat manqué contre le dictateur syrien. Passé relativement inaperçu à l'époque, il pourrait avoir eu son rôle dans l'attaque du 21 août, envisagé comme des représailles. Cet homme "fonctionne sur le mode de la vengeance" dit un ancien diplomate.

Le clan Assad, voilà la première famille, absente aujourd'hui à St Petersbourg, mais dont le chef sera le fantôme autour de la table. Cet homme que son épouse présente dans Paris Match comme un homme pieux. Les propos datent de 2010 : « Quand mon mari se rend à la mosquée des Omeyyades à Damas, c'est sur la tombe de Saint Jean-Baptiste qu'il s'incline. »

Deuxième chef de clan : Barack Obama…

…un homme un peu moins isolé que ces derniers jours. Les négociations avec les parlementaires avancent pour une intervention en Syrie.

Cette guerre, c'est « Le cauchemar d'Obama, pour Jean Daniel dans Le Nouvel Observateur . Il n'était pas allé à la Maison Blanche pour faire des guerres mais pour en finir avec elles. Dès le départ son grand dessein a été freiné. Il ne s'en est jamais consolé ni vraiment remis. »

Chef de la première puissance mondiale, mais naïf parfois. C'est ainsi que le dépeint Laure Mandeville dans Le Figaro . Le Figaro qui consacre sa manchette à « La nouvelle guerre froide » Obama Poutine. Laure Mandeville rappelle qu'il y a un an, en pleine campagne présidentielle, l'équipe Obama parlait du redémarrage de la relation russo-américaine comme son plus beau succès de politique étrangère. Puis il y eu toute une série d'affaire dont l'affaire Snowden et la Syrie. Les Américains ne savent pas comment prendre Poutine qui souffle le chaud et le froid avec un plaisir évident.

Poutine, 3ème chef de famille

Laure Mandeville poursuit dans Le Figaro . Il a fait de l'anti américanisme et de l'anti occidentalisme le cœur de l'identité de son régime. Il a endossé le rôle de leader d'un pôle qui inclut la Chine, l'Iran, la Syrie, et nombre de pays latino américains de gauche.

Dans Le Monde , série de caricatures de dessinateurs étrangers. Croquis d'un singapourien. Bachar el Assad prend un bain de sang. A côté de la baignoire, Poutine attend, une serviette de bain à l'effigie de l'ONU sur le bras.

"La Syrie met le G20 sous tension", titre La Croix . Et elle divise l'Europe

4ème famille... Il y a le Français, qui partage ce matin la Une de Libération avec Obama sous le titre « Seuls contre tous ». On a beaucoup commenté ces derniers jours, la volonté du président de la République de punir Bachar al Assad, au risque de l'empressement et de l'isolement. Pourquoi cette obstination ? Hier à Oradour, il faisait le parallèle avec la seconde guerre mondiale. Dans Le Nouvel Observateur , un conseiller du président brandit une autre référence historique. Le spectre de la guerre d'Espagne et de la non-intervention des démocraties occidentales et notamment du gouvernement de Front populaire. Les armes chimiques de Ghouta sont l'équivalent des bombardements de Guernica.

Mais François Hollande est isolé en Europe

Libération fait le point sur ces alliés tiraillés du vieux continent. L'Allemagne quasiment réduite au silence sur la Syrie par une campagne électorale dans ses derniers jours. L'opinion allemande est contre une intervention en Syrie. Election le 22 septembre. Le Royaume-Uni et David Cameron qui essaie de se remettre du véto de son propre parlement à une intervention qu'il souhaitait. Et l'Italie, clairement opposée à une intervention sans aval de l'ONU.

Les 3 autres familles ce sont :

  • l'arc chiite, l'Iran en tête, aux côtés de la Syrie, mais mal à l'aise avec les attaques chimiques qui rappelle les terribles souvenirs de la guerre Iran-Irak. C'est à lire dans Le Monde .

  • les pétromonarchies sunnites, Arabie et Qatar, aux cotés des rebelles, en lutte pour l'influence dans la région. Résumé dans Le Point .

  • Et la famille des chrétiens, enfoncés dans cette guerre comme toutes les communautés. Ce n'est pas tous les jours que L'Humanité publie le verbatim d'un discours du Pape. Ce matin, le quotidien, qui répète chaque jour son credo anti-guerre reprend les mots du Pape François dimanche dernier : « Plus jamais la guerre, plus jamais la guerre ! »

Quoi d'autre dans la presse ? Un mot...

Compétitivité. Le France recule de la 21ème à la 23ème place dans le classement de Davos des pays les plus compétitifs. C'est la Une du Monde , des Echos et de L'Opinion .

Une mine…

En France en 2013, on va rouvrir des mines. Deux pages sur le sujet dans Le Parisien. Un premier permis de recherche vient d'être accordé dans une zone qui englobe 17 communes de la Sarthe et de la Mayenne. On cherche du cuivre, du zinc, de l'or, de l'argent des métaux rares, des emplois aussi. A quel prix écologique ? On retrouve le débat sur les gaz de schiste.

Un sachet d’infusion…

… et même 5.000 boites d'infusion au tilleul. Les anciens de Fralib les mettront en vente lors de la fête de l'Huma pour affirmer que leur projet de coopérative ouvrière tient la route sur l'ancien site d'Unilever et de la marque Eléphant dans les Bouches du Rhône. C’est à lire dans L’Humanité .

...Et Catherine Deneuve

Dans la grande famille du cinéma, il y a les névrosés, les exilés, les oubliés, les dénudés, comme Léa Seydoux en couverture de Lui qui fait son retour en kiosque ce matin. Et puis il y a Catherine Deneuve. Couverture de Paris Match et entretien avec Jérôme Garcin dans Le Nouvel Observateur alors que le film "Elle s'en va", dont elle est la vedette, sort dans un peu moins de quinze de jours.

Catherine Deneuve est devenue la tante joyeuse du cinéma français, qui parle de plaisir, de la chance qu'elle a dans la vie, de sa maman, toujours là à 102 ans. Elle, aura 70 ans le 22 octobre prochain. On peut le dire elle ne le cache pas.

"Est-ce par défi que vous jetez votre âge à vos interlocuteurs ? lui demande Dany Jucaud dans Paris Match

  • Je ne jette rien, je propose, c'est la peur du flagrant délit qui me fait dire la vérité (...) Je ne suis plus ce que j'étais quand j'avais 30 ans à l'époque du Sauvage. J'ai grandi»

Mais il y a des visages qui cristallisent le temps passé. Sur le film, "Elle s'en va", le directeur photo s'appelait Guillaume Schiffman, le fils de la scripte et coscénariste de François Truffaut. "Guillaume, dit Deneuve, je l'avais connu petit, roux et bouclé sur les plateaux - Quelle émotion de le retrouver."

Bonne journée

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.