Revue de presse de Laetitia Gayet

C'est quoi la lumière ?

C'est être plongé dans la nuit d'un gouffre près de Millau, sans montre, sans radio dans le froid et l'humidité pendant 48 heures. Nicolas Delesalle a tenté l'expérience pour Télérama. Combien de temps dort-il ? Il ne sait pas.Dans son journal de bord, il décrit ce temps qui s'est arrêté :

C'est infiniment long. Comment fait-on pour réchauffer une blanquette quand on n'a pas de repère temporel ? On use du sablier liquide. Les plocs des gouttes qui tombent des stalactites. Je n'ai pas l'impression de vivre un expérience mystique. J'ai froid aux pieds, au nez. Je m'emmerde. J'ai hâte que ça finisse. Au réveil de sa deuxième nuit - enfin, ce qu'il imagine être sa deuxième nuit - il s'entraîne à dire : "Salut Thierry content de te revoir." Thierry Martin, c'est le spéléologue qui doit venir le chercher. Mais rien ne vient. Peut-être a t'il eu un accident ? Peut-être est-ce la fin du monde ? Et puis la délivrance enfin. "Salut Thierry... je suis content de te revoir." Et la lumière revient, éblouissante, chaude. J'entends les cigales qui chantent. Je reviens au monde.

C'est quoi la lumière ?

C'est un monde nouveau à découvrir fait de glace, de gaz et de poussières.La sonde Rosetta a rendez-vous aujourd'hui, avec la comète Tchouri après un incroyable voyage de 6 milliards de kilomètres. Le Monde parle de noces célestes.Rosetta se posera dessus le 11 novembre prochain. C'est la première fois que l'homme tente d'accompagner une comète dans sa course à travers le système solaire écrit LE FIGARO.La précision requise échappe au sens commun. Cela revient à lancer depuis Paris, un grain de poussière vers un grain de sable filant à toute vitesse à un kilomètre d'altitude, en espérant qu'ils se rencontrent au dessus de New York.

C'est quoi la lumière ?

La lumière, c'est aussi un ersatz de terre promise pour les migrants .Elle a pour nom l'Angleterre selon Denis Daumin de LA NOUVELLE REPUBLIQUE. A propos de ces migrants qui affluent d'Italie dont parlait hier, LE FIGARO, l'éditorialiste explique qu'ils ont fait de l'Angleterre leur paradis sur terre.Impossible de les dessiller. Ils n'ont rien à donner ces damnés de la Terre. Et nous avons trop peu à leur donner.Mais ils sont là. Inutile de les reconduire à la frontière, ils reviendraient. Faisons avec ces Erythréens. Ce n'est pas la mer à boire. Car quoi qu'il arrive, poursuit Olivier Berger de LA VOIX DU NORD, Calais sera toujours sur la route. Pour bien faire, il faudrait bouger l'Angleterre. La déplacer quelque part, entre Lampédusa et les côtes libyennes ou tunisiennes . Voilà qui éviterait bien des drames, des luttes de territoires, le racket des passeurs, la castagne avec les routiers.C'est bien de cela dont il s'agit. A Beauveau, on confirme à La CROIX que l'afflux récent de migrants en provenance d'Italie explique l'augmentation du nombre de personnes en transit à Calais.Mais pourquoi ces Erythréens notamment, quittent-ils leur pays au juste ? Rémi Noyon donne la réponse sur RUE89. Le régime s'accroche à ses rêves d'auto-suffisance. Les aides internationales se sont taries. Le président Aferwerki sombre dans la paranoïa et l'alcoolisme. Le racket y est organisé. On parle de trafic d'êtres humains. Depuis des années, l'Erythrée est décrite comme la Corée du Nord de l'Afrique. Pas de lumière pour les Erythréens, si ce n'est partir.

La lumière, ça peut être aussi une photo.Celle d'un juif en papillotes qui embrasse, par dessus un mur, une Palestinienne voilée . Chacun tenant dans sa main le drapeau de sa nation dans la main. Mais là encore, c'est RUE 89 qui nous éclaire. Ce cliché qui a fait le tour ces derniers jours, des réseaux sociaux, n'était en fait que le rêve d'une photographe italienne sur le thème : "Voici les baisers que nous aimerions voir."Car la réalité est tout autre, 24 heures après le début de cessez-le-feu. Décrite par L'HUMA, ce sont les horreurs commises par l'armée israélienne. Pierre Barbancey s'est rendu à Khouza'a près de la frontière avec Israël. Le journaliste décrit des corps amoncelés sous les décombres.Ils veulent nous effacer de l'humanité dit un habitant. L'HUMA parle de crimes de guerre caractérisés.Et forcément, ce n'est pas l'avis du JERUSALEM POST. Le quotidien israélien rapporte les premières paroles de ses officiers. Les maisons étaient piégées par le Hamas. Nos obus ne peuvent pas faire s'effondrer des immeubles entiers. Le Hamas nous a forcé à prendre des risques. Le Hamas devra se poser la question à l'avenir. Est-ce que cela vaut la peine de creuser des tunnels sous les maisons ?Dans les pages Rebonds de LIBERATION, l'écrivain Gilbert Sinoué adresse une lettre à feu Yitzhak Rabin : "Mon ami, mon frère où es tu ? Tout est de la faute du Hamas." Mais comme l'écrivait André Gide :

Tuer un animal enragé, c'est de l'auto-défense. L'enrager pour le tuer, ça s'appelle un crime.

Mon frère, pourrais-tu expliquer à ceux qui t'ont succédés qu'en emmurant pendant des années toute une population, on fabrique de futurs enragés. Au risque de passer pour un simple d'esprit, je suis convaincu qu'il faut accorder un embryon d'Etat aux Palestiniens. Yitzhak, mon ami, mon frère, toi qui a donné ta vie pour que ton pays demeure intègre, honorable et fier, dis leur. Sors les de leur folie. Il en va de la survie des enfants d'Israël.Pour voir la lumière aujourd'hui, il faut peut-être se tourner vers les nouveaux faiseurs de mythes.

LES CAHIERS DE SCIENCES & VIE explorent ce mois ci, les racines du monde. Pourquoi l'humanité finalement, partage les mêmes histoires. Au cinéma, on revisite ces mythes. On a vu Noé de Darren Aronofsky et bientôt, ressurgira Moïse et sa traversée du désert dans Exodus de Ridley Scott. Mais ancien ou nouveau, le mythe s'appuie sur les mêmes schémas : le voyage du héros et ses épreuves dont il revient transfiguré. Et puis il y a les autres personnages : le mentor, l'allié et l'ombre, ce personnage maléfique, souvent dictateur, avide de pouvoir. Ainsi...

"La force est en toi, jeune Skywalker. Tu n'est pas encore un Jedi." Vous aurez reconnu l'emblématique Dark Vador dans Star Wars. Quel sens le cinéma donne t'il à ces nouveaux mythes ? Ils rendent avant tout compte d'un désir de merveilleux. Le mythe moderne donne à l'homme la possibilité de repousser les limites du monde réel. Et il nous libère de notre condition de mortel. Ce n'est pas moi qui le dit c'est Gandalf dans Le Seigneur des Anneaux.

La fin des conflits, le soleil, la lumière, la boucle est bouclée.
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.