Le mot du jour dans la campagne présidentielle et dans vos journaux... Un résumé... Patrice Chabannet dans le JOURNAL DE LA HAUTE MARNE... "Nicolas Sarkozy vient de recevoir les soutiens de Bernard Tapie et de Bernadette Chirac... Ségolène Royal celui de Yannick Noah... François Bayrou celui d'Azouz Begag qui a donné sa démission du gouvernement"... Soyons honnête... ce sont Bernadette Chirac et Azouz Begag qui retiennent l'attention... La femme du président de la République c'est, selon LE FIGARO, "la bonne fée de l'Elysée, nouvel atout du candidat de l'UMP"... Et ce n'est pas une surprise... "dans la famille Chirac, Bernadette a toujours été la plus sarkozyste" note Michel Richard dans LE MIDI LIBRE... "et le candidat de l'UMP n'est pas le seul à penser, poursuit l'éditorialiste, que chez les Chirac, la meilleure en politique, ce pourrait bien être Bernadette"... L'autre soutien qui fait écrire... c'est donc celui d'Azouz Begag à François Bayrou... En fait, plus que le soutien de l'ex-ministre au centriste... c'est la démission hier d'Azouz Begag qui fait, comme on dit, causer... Dans LE PARISIEN AUJOURD'HUI EN FRANCE... "Pourquoi Begag démissionne"... Pourquoi ?... Eh bien parce qu'il publie un livre, explique le journal... un livre intitulé "Un mouton dans la baignoire"... un livre où il raconte notamment "comment Sarkozy a un jour menacé de lui casser la gueule... Comment aussi l'un des lieutenants de l'ex-ministre de l'Intérieur l'aurait insulté lors d'une séance de question à l'Assemblée Nationale"... Et le PARISIEN AUJOURD'HUI EN FRANCE explique encore que la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, c'est que les bonnes feuilles de ce livre paraîtront demain dans l'hebdomadaire MARIANNE... Villepin et Chirac ont fait pression sur Begag pour qu'il retarde cette parution, explique toujours le journal... et celui-ci avait fini par craquer... il avait demandé à son éditeur de tout décaler... sauf que ce dernier lui a répondu que ce n'était plus possible... du coup, le ministre délégué à la Promotion de l'Egalité des chances n'avait plus d'autres possibilités que de prendre la porte... Oh c'est de la belle mise en scène constate Pierre Taribo dans L'EST REPUBLICAIN... mais pour l'éditorialiste, ce n'est pas beaucoup plus... "en réalité, écrit-il, Azouz Begag, c'est l'Eric Besson de Nicolas Sarkozy.... Certes il exprime une vraie indignation... Certes il a raison de dire ce qu'il pense... mais lorsque l'on se trouve devant un cas de conscience, c'est tout de suite qu'il faut avoir du courage et de la volonté... On part aussitôt, pas à trois semaines d'une élection... le règlement de comptes parait là d'autant plus petit qu'il est à contretemps... Voici donc le soutien de François Bayrou habillé pour l'hiver... Le candidat centriste lui, reprend en revanche des couleurs... un portrait dans LE MONDE... "Le cavalier du centre"... et surtout, un sondage CSA - iTélé pour le PARISIEN AUJOURD'HUI EN FRANCE... "C'est de plus en plus serré" analyse le journal... Sarkozy, Royal, Bayrou, Le Pen... le quarté de tête est toujours le même... avec respectivement, 26... 23,5... 21... et 16 % des intentions de vote... Le PARISIEN qui constate "Le Pen et Bayrou réduisent l'écart"... Un sondage qui une fois de plus montre que les 4 premiers engrangent plus de 86% des intentions de vote des sondés... Autre constante, une abstention à 21%... Derrière, c'est Olivier Besancenot qui fait la course en tête... 3,5% d'intentions de vote... pour le premier des petits candidats... Et LIBERATION lui consacre sa Une ce matin au candidat de la LCR... "Besancenot sort de la mêlée"... Libé qui constate que "face à Bové, Buffet, Laguiller et Schivardi, le candidat de la LCR est le seul à émerger à la gauche de la gauche..." Bref, il "amasse les miettes"... en menant une campagne à la fois rebelle et pragmatique... Pragmatique, c'est ça la nouveauté... Et Renaud Dely dans son éditorial explique que "s'il veut prospérer au fond des urnes, le facteur de la LCR se doit en effet d'expliquer qu'une voix en sa faveur au premier tour a vocation à devenir un bulletin pour la gauche au second... l'extrême-gauche n'a pas à craindre de se convertir à l'électoralisme... Cette tare peut être d'une grande vertue lorsqu'elle sert de pédagogie du réel"... Alors les sondages, c'est bien beau... mais cela ne traduit que très imparfaitement l'opinion des Français sur les candidats... C'est à lire dans LE NOUVEL ECONOMISTE qui se penche sur une autre approche... une approche qui permet de cerner l'émotion, le désir, la confiance qu'inspirent chacun... Une méthode expliquée par Jean-Pierre Piotet dans l'hebdomadaire... Piotet, c'est le fondateur de l'Observatoire de la Réputation... Lui, il entend cerner l'essentiel de ces élections... non pas l'appréciation des programmes mais l'évaluation des tempéraments... Avec des questions du type "Si François Bayrou était un animal"... "Si Jean-Marie Le Pen était une voiture" ... et "Si Ségolène Royal était une chanteuse"... ou encore, "Si Nicolas Sarkozy était un sportif"... Alors du côté des réponses, çà donne Bayrou en koala ou Poulidor... Sarkozy en renard ou en Johnny Hallyday... Sur un autre thème, Le Pen est un 4x4 ou Mike Tyson... et Ségolène Royal, Chantal Goya ou Marie-José Pérec... Et au final dans cette étude d'un autre genre... 31% des Français partiraient en vacances avec François Bayrou... 27% avec Ségolène Royal... 9% avec Nicolas Sarkozy... Un article donc du NOUVEL ECONOMISTE intitulé : "Le coeur avant la raison"... On change de sujet... Vous le savez, cette semaine, c'est celle du développement durable... c'est aussi aujourd'hui à Bruxelles que le GIEC rend le nouveau volet de son rapport sur le réchauffement climatique... C'est le volet "analyses des conséquences"... et LES ECHOS note que ce rapport dresse "un inquiétant futur pour la planète... On parle donc environnement... "Menaces sur les grands fleuves" à lire dans LE MONDE... On parle bio-diversité aussi... Et de ce côté-là, cette interrogation... "Et si l'espèce en voie de disparition, c'était l'homme ?"... C'est à lire dans LE MONDE 2... l'hebdomadaire publie un long entretien avec le chercheur Alfred Spira... Un entretien intitulé "Où sont passés les spermatozoïdes ?"... C'est en effet la fertilité masculine qui est en question... LE MONDE 2 explique qu'aujourd'hui en occident, un homme produit moitié moins de spermatozoïdes que son grand-père au même âge... La première fois qu'on les a compté, c'était en 1951... Et en moyenne, on dénombrait 100 millions de spermatozoïdes par millilitre de sperme... 20 ans plus tard, on était plutôt autour de 90 millions... et première alerte en 1974, une moyenne de 70 millions sur la côte Est des Etats-Unis... Dans les années 90, nouveau pavé dans la mare... une étude mondiale cette fois, montre que la moyenne est passée à 50 millions... Passé ce constat, reste à en comprendre les causes... et selon le chercheur, seule l'hypothèse environnementale s'impose... plus particulièrement montrés du doigt, les produits chimiques... Alfred Spira explique qu'on a écarté plusieurs pistes... comme celle de l'exposition au champ magnétique... que l'on s'interroge encore sur l'influence des rayonnements ionisants... sur celle de la pollution atmosphérique... mais qu'au final, l'hypothèse chimique est la mieux étayée et la plus sérieuse... Autre réalité dans notre monde moderne... nous passons de plus en plus de temps assis... et chez les hommes... eh bien cette position a pour effet de comprimer les testicules entre les cuisses et donc d'élever leur température... ce qui est néfaste... explique le chercheur...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.